Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 01:28

 

« Quand le phosphore blanc se répand sur la peau, il brûle profondément jusqu’aux muscles puis aux os, continuant à brûler jusqu’à ce qu’il soit privé d’oxygène, » explique Amnesty International.

       

(JPG)

A 12 heures précises ce jeudi, dans les collines sablonneuses du sud de Gaza, une explosion commandée à distance a détruit un autre tas d’obus au phosphore blanc laissés dans Gaza après la guerre israélienne de 2008-2009.

Les experts en explosifs du groupe consultatif Mines Advisory Group (MAG) et de l’équipe des Nations Unies United Nations Mine Action Team (UNMAT) travaillent de concert pour éliminer les restes de la mortelle attaque israélienne. Les bombardements israéliens depuis la terre, la mer et les airs ont laissés un grand nombre de munitions non explosées (UXO, ou unexploded ordnance) dans les zones d’habitations.

Dans une routine précise et technique qui tient compte de tous les dangers possibles pour les employés du MAG et de l’UNMAT, aussi bien que pour les Palestiniens habitant à Gaza, les experts en explosifs, détonation après détonation, sont en train de débarrasser Gaza des obus au phosphore blanc qui sont restés.

Afin de les priver d’oxygène, les obus sont d’abord moulés dans du plâtre, puis placés dans de grands récipients remplis de sable jusqu’au jour de leur destruction.

Les détonations télécommandées se produisent deux fois par semaine, en coordination avec le gouvernement du Hamas et l’armée israélienne dont les avions de guerre survolent les lieux de mise à feu cet l’après-midi.

Le jour où la septième série d’UXOs doit exploser, il y a huit obus à détruire. Deux sont totalement pleins et les six autres sont brisés mais sans avoir explosé. À l’intérieur de chaque obus se trouvent 122 éléments spongieux imbibés du produit chimique mortel conçu pour se disperser au loin au moment de l’explosion.

« Quelques obus de phosphore peuvent ne contenir que du liquide, » explique Mark Russel, le directeur technique du MAG. « Mais la sorte utilisée à Gaza contenait des éponges, dont il est plus difficiles de se débarrasser. »

L’utilisation des obus de phosphore avec des éponges par Israël dans son attaque sur Gaza il y a 18 mois, faisait aussi que la probabilité de blesser des civils était plus grande.

Les destructions commandées font en sorte que ces obus ne nuisent pas à l’avenir à des civils et permettent que l’arme chimique mortelle se consume dans des puits creusés dans la terre, suffisamment loin des maisons les plus proches pour ne pas causer de dégâts.

Vingt minutes après la première détonation, lorsque l’essentiel de la fumée épaisse et blanche s’est consumée et s’est dissipée, les techniciens du MAG cherchent les éponges qui ont pu se disperser et les amènent au puits où elles sont brûlées.

Un débris isolé brûle en cinq à dix minutes, mais s’il est couvert de sable il peut rester en veille pendant des jours, se rallumant avec la poussée du bâton d’un enfant ou le contact d’une chaussure.

Jim Hill, un médecin canadien travaillant pour le MAG à Gaza, explique son travail. « Nous sommes ici au cas où il y aurait des blessures dues au phosphore blanc, par inhalation de fumée ou par des explosions inattendues causant des blessures. »

Hill et d’autres médecins accompagnent l’équipe pendant que celle-ci contrôle avec précaution les emplacements où le dégagement de décombres a finalement pu commencer, plus d’une année après les destructions.

Avec plus de 4000 maisons complètement détruites et 16 000 maisons partiellement ou gravement endommagées, le risque avec les munitions non explosées (UXO) est énorme. Buswell explique que leur travail ne fait que commencer.

La guerre de 23 jours lancée par Israël sur Gaza en décembre 2008 et janvier 2009 a tué plus de 1500 Palestiniens, et a fait plus de 5320 blessés. Parmi tous ces morts et blessés se trouvent ceux qui ont été touchés par les bombardements au phosphore blanc.

« Quand le phosphore blanc se répand sur la peau, il brûle profondément jusqu’aux muscles puis aux os, continuant à brûler jusqu’à ce qu’il soit privé d’oxygène, » explique Amnesty International.

Le Docteur Nafez Abu Shaban, responsable de l’unité pour le traitement des brûlures à l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza, a dit au Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme (PCHR), avoir vu des patients « avec de très graves brûlures où les muscles et des parties du corps sont complètement détruits. »

Parmi les cibles des soldats israéliens se trouvaient les maisons, les écoles où des milliers de Palestiniens s’étaient réfugiés, les bâtiments des Nations Unies stockant de l’aide humanitaire, et les hôpitaux. Plus de la moitié des 27 hôpitaux et des 44 centres médicaux de Gaza ont été soit détruits soit endommagés.

L’hôpital Al-Quds dans la ville de Gaza et le centre de réadaptation Al-Wafa à l’est de Sheyjayee, héberge plus de 50 patients, la majorité d’entre eux étant invalides et dépendant de mécanismes de support, et qui ont souffert plusieurs bombardements dont directement ceux au phosphore blanc.

Les dirigeants israéliens ont tout d’abord nié l’emploi du phosphore blanc, puis ils l’ont admis, tentant de justifier son emploi comme écran de fumée pour les soldats. Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) estime que son utilisation dans des zones civiles « est simplement interdite », et relève que le phosphore blanc peut se répandre jusqu’à plusieurs centaines de mètres carrés, avec « une capacité à provoquer des blessures particulièrement terrifiantes et douloureuses ou à provoquer une mort lente et douloureuse. »

Une année après la guerre israélienne contre Gaza, le risque d’UXO constitue une menace aussi réelle que les bombardements directs.

Ces UXOs peuvent exploser même des décennies plus tard, note le MAG. Dans des zones rurales, le labourage ou les activités d’agriculteurs enlevant des pierres et des débris d’acier, peuvent par inadvertance faire exploser ces munitions. Les mines antichar employées par les soldats israéliens pour démolir des maisons et dont il reste un grand nombre, représentent un risque pour les personnes enlevant la décombres ou pour les familles retournant à leurs maisons afin de récupérer quelques biens.

En août 2009, l’ONU a fait savoir que 12 personnes ont été tuées par des explosions d’UXO, six étant des enfants. Vingt-trois personnes ont été blessées avec parmi elles quatre enfants.

En mars 2010, l’UNMAT et le MAG ont commencé à détruire les 343 UXOs déjà rassemblés, dont les obus contenant du phosphore blanc.

Mark Buswell a comparé la menace d’une explosion à Gaza « à une explosion qui pourrait endommager un secteur de la ville la taille de la City de Londres (soit 2,6 kilomètres carrés) »


 

 

7 juillet 2010 - InGaza - Vous pouvez consulter cet article à :
http://ingaza.wordpress.com/2010/07...
Traduction de l’anglais : Claude Zurbach ici

Petite Démineuse De Tapettes à Gruyère et Pourfendeuse De Cornichons. http://reineroro.kazeo.com/


Auteur : IN GAZA - Source : http://www.info-palestine.net/article.php3?id_arti...

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14373&rech=24748#14373

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 03:38
bushbombs_dees.jpg 
LE COMBAT DU COLLECTIF MAQUIS DE CORREZE POUR L’IMPRESCRIPTIBILITE DES CRIMES DE GUERRE

mardi 20 avril 2010, par Comité Valmy


 

La légitime action du Collectif Maquis de Corrèze pour l’inscription en droit français de l’imprescriptibilité des crimes de guerre, tels que définis par les conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles additionnels de 1977 et la convention de l’ONU de 1968, à savoir, sans limitation dans le temps, est JUSTE et NECESSAIRE, son introduction immédiate dans le droit français ne dépend que de la représentation nationale et du gouvernement. RIEN, ABSOLUMENT RIEN, n’empêche la France de légiférer sur cette question, Le droit actuel n’est déterminant que dans le cadre de la situation présente, il ne peut s’opposer à une modification de la LOI.

La France doit adapter son droit, mais elle doit le faire en conformité avec le droit pénal international, en conformité avec ses engagements, en conformité avec son Histoire. La France est une nation souveraine, libre de ses choix.

I –Qu’en était-il jusqu’au 10 juin 2008

Jusqu’au 10 juin 2008, le droit français, sans ignorer totalement les crimes de guerre, ne leur consacre, cependant, aucune définition, ni aucun article dans le code pénal. Il s’agit là d’un choix constant adopté indistinctement par les gouvernements successifs de la 5ème république, il s’agit d’une organisation légale de l’impunité au profit des présumés criminels de guerre. La seule référence explicite aux crimes de guerre est contenue dans une ordonnance prise par le Gouvernement Provisoire, en date du 28 août 1944 (consolidée le 16 septembre 1948) et dès lors rattachée à l’accord du 8 août 1945, qui confie au Tribunal Militaire la compétence d’en connaître « conformément aux lois françaises en vigueur », lesquelles lois n’intégrant pas les dispositions de Nuremberg soumettent les crimes de guerre à la prescription de droit commun.

La loi votée au sénat, le 10 juin 2008, vise à inscrire de manière claire la prescription des crimes de guerre à 30 ans, soit 10 ans de plus que les crimes de droit commun, réservant l’imprescriptibilité au seul crime contre l’humanité. Deux amendements ont été déposés, l’amendement n° 38 par le groupe Vert-Ecologie et l’amendement n° 56 par les membres du groupe communiste républicain et citoyen, visant à inscrire l’imprescriptibilité dans le droit français et uniquement fondés sur les recommandations du Statut de Rome, ils ne comprenaient pas la demande de ratification des conventions préconisée par la CNDH. Malgré cela, M. Patrick Gélard, rapporteur émit un avis défavorable contre ces deux amendements. Mme Rachida Dati, donna l’avis du gouvernement : « je suis tout à fait d’accord avec les arguments de M. le rapporteur. L’article 29 du statut de Rome dispose que les crimes jugés par la CPI sont imprescriptibles. Cela ne remet pas en cause le droit français : comme vient de l’indiquer M. le rapporteur, seuls les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles…… pour autant, rien n’empêche que la CPI poursuive les crimes de guerre, en considérant qu’ils sont imprescriptibles…….Le gouvernement est donc défavorable à ces deux amendements…Position pour le moins surprenante puisque la France a activement participé aux travaux de la commission préparatoire en faveur de la création de la CPI, qu’elle a signé le Statut de Rome dès le 18 juillet 1998, l’a ratifié en juin 2000 et a adopté la loi de coopération du 26 février 2002.

Robert Badinter au cours du débat réaffirme sa position : « cependant, je tiens à le dire hautement et clairement dans cet hémicycle : je considérerai toute ma vie le crime contre l’humanité comme étant, de tous les crimes, le pire, et comme appartenant à une espèce particulière, qui est simplement la négation de l’humanité chez les victimes. Et ensuite, il déclare « il y a les crimes contre l’humanité et il y a les autres crimes… » Les amendements 38 et 56 ont été retirés par leurs auteurs avant le vote. L’explication de vote de Mme Borvo Cohen-Seat est celle-ci « Quoi qu’il advienne, je l’ai dit dans la discussion générale, nous voterons ce texte, le fait que nous parvenions enfin à adapter au statut de Rome notre droit constituant indéniablement un progrès……

II - La France est liée

Cependant la France est liée, si ce n’est dans le droit interne, du moins, moralement et physiquement, depuis le 8 août 1945, date de la signature avec le gouvernement des Etats-Unis d’A., de Grande-Bretagne et celui de l’U.R.S.S. de l’accord qui a donné naissance au tribunal international de Nuremberg dont la charte définit dans son article 6, les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre et les crimes contre la paix à l’origine de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui doivent toujours être source d’attention ; Par la résolution de l’ONU du 13 février 1946, qu’elle a signé au même titre que les autres membres du conseil de sécurité ; Par les conventions de Genève de 1949 entrées en vigueur en 1950 et leurs 2 protocoles additionnels de 1977, dont elle est partie (et dont le protocole 1 relatif à la protection des victimes de guerre a été publié au JO du 30 juin 2001, par décret n° 2001-565 du 25 juin 2001, signé par le Président de la République, Jacques Chirac, le Premier ministre, Lionel Jospin et le ministre des affaires étrangères, Hubert Védrine) ; La convention de l’ONU sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, adoptée le 26 novembre 1968, non ratifiée par la France, entrée en vigueur le 11 novembre 1970, ladite convention s’appuie sur les résolutions de l’A.G de l’Organisation des Nations Unies, en date des 13 février 1946 et 31 octobre 1947, portant sur l’extradition et le châtiment des criminels de guerre, et la résolution du 11 décembre 1946, confirmant les principes de droit international reconnus par le Statut du Tribunal militaire international de Nuremberg et par le jugement de ce tribunal ;

La ratification du statut de la CPI en 2000 qui dit dans son article 8 : alinéa 2 – Aux fins du Statut, on entend par « crimes de guerre » a) Les infractions graves aux Conventions de Genève du 12 août 1949…. ; et enfin elle est liée par la convention européenne sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité du 25 janvier 1974, émanant des états membres du conseil de l’Europe, mais non ratifiée par la France ; Toutes résolutions et conventions étant les rameaux nés du Tribunal International de Nuremberg. La Convention européenne de 1974 s’inspire directement des conventions de Genève de 1949, tout comme le Statut de la CPI, conventions dont la France est partie.

La loi de 1964.

La loi de 1964 et le débat sur les questions orales de 1969, des preuves supplémentaires de l’implication de la France. débat à la suite d’une déclaration du gouvernement de la République fédérale allemande annonçant qu’au 8 mai 1965 seraient prescrits tous les crimes de guerre en général. Le rapporteur, M. Paul Coste-Floret, fait l’historique des évènements, il indique que la Pologne, l’URSS, la RDA, notamment se sont mis à légiférer pour rendre imprescriptibles les crimes contre l’humanité. Israël l’ayant déjà fait. Il déclare : « la meilleure solution ne relève peut-être pas du droit interne ; seule une solution internationale est parfaitement congruente au problème à résoudre… » et plus loin .. « même si une solution plus exacte doit être recherchée en droit international….. rien ne nous interdit de légiférer en droit interne et même nous le devons……. au sens de l’article 55 de notre Constitution, les traités internationaux, après avoir été ratifiés, constituent une source du droit interne et parce que le 8 août 1945 nous avons signé, avec le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, le gouvernement de G.B et celui de l’URSS, l’accord qui a donné naissance au tribunal international de Nuremberg dont la charte définit dans son article 6 les crimes contre la paix, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre. La résolution des N.U du 13 février 1946 a pris acte de cette déclaration. Il n’y a donc aucun doute sur les sources du droit… » Pour justifier de la proposition de loi il examine la notion de prescription dans l’histoire, et sa difficulté à s’imposer, il déclare : « nous trouvons donc, dans l’histoire du droit, des infractions imprescriptibles. Nous en trouvons aussi en droit comparé.

A l’heure actuelle, aucun des états anglo-saxons ne connaît, en matière de droit commun, ni la prescription de l’action publique, ni la prescription de la peine. C’est le cas des USA et de la G.B. Il n’est pas jusqu’au droit français où l’on ne puisse découvrir des cas de ce genre ; l’article 202 de notre code de justice militaire, par exemple, affirme l’imprescriptibilité de l’action et celle de la peine en ce qui concerne la désertion à l’étranger ou devant l’ennemi en temps de guerre. » Code de Justice militaire qui a subi depuis plusieurs modifications mais qui reconnaît le principe d’imprescriptibilité pour le crime de désertion (article 94 alinéa 2, renvoyant notamment aux crimes définis aux articles 408, 409 et 410) et qui témoigne de la continuité de ce principe. Il fonde l’imprescriptibilité sur la preuve et l’exemplarité. Les fondements de la prescription criminelle à savoir le dépérissement des preuves et le défaut d’exemplarité, ne pouvaient bien évidemment, pas s’appliquer aux crimes contre l’humanité, mais ils ne peuvent, non plus, s’appliquer aux crimes de guerre. Les preuves abondent et il en est de même de l’exemplarité. Ces crimes ont à tel point marqué les consciences, que des générations plus tard leur souvenir est toujours très fort et les commémorations du souvenir font que l’exemplarité demeure encore entière aujourd’hui. La preuve et l’exemplarité rendent indissociables, par delà leurs différences de nature, le crime de guerre et le crime contre l’humanité.

En conclusion, Paul Coste-Floret déclara qu’en votant à l’unanimité l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité il mettrait en œuvre les proclamations solennelles des chefs de gouvernements alliés qu’il rappela :: déclaration des 27 octobre 1941 et 27 avril 1942 des gouvernements anglais, américains et soviétique, faisant du châtiment des criminels de guerre « l’un des buts majeurs de cette guerre ». Il cite encore la déclaration des délégués des nations envahies, réunies à Londres le 13 janvier 1942, la déclaration de M. Churchill à la Chambre des communes le 8 septembre 1942, la déclaration interalliée du 18 décembre 1942, celle du 30 octobre 1943 à Moscou des ministres des affaires étrangères des Trois Grands, les accords de Potsdam du 2 août 1945, le statut et jugements du TMI de Nuremberg du 8 août 1945, « ces déclarations ne peuvent pas rester lettre morte. Il n’est pas possible que le 8 mai 1965 les plus grands criminels nazis puissent bénéficier de la prescription ».

Au cours de ce débat, Mme Marie-Claude Vaillant-Couturier est intervenue au nom du groupe communiste. Après avoir rappelé l’accord de Londres, la résolution des N.U du 13 février 1946, elle s’exprime ainsi, « Or dans un certain nombre de pays, dont le nôtre, si on laissait assimiler les crimes contre l’humanité aux crimes de droit commun, les criminels de guerre bénéficieraient de la prescription à partir de 1965…….. et l’oubli serait la trahison de nos morts, il est déjà difficilement supportable de penser qu’un Lammerding puisse tranquillement faire fructifier son entreprise de construction à Düsseldorf, bien qu’il ait été condamné à mort par contumace par un tribunal militaire français pour les crimes commis sous ses ordres dans notre pays. Mais il serait intolérable que, grâce à la prescription, il puisse, après vingt ans, venir en excursion visiter les ruines de l’église d’Oradour ou compter les arbres de Tulle aux branches desquelles il a fait pendre quatre-vingt patriotes ! (99).

Et elle conclut son intervention ainsi : « C’est l’honneur de notre époque d’avoir considéré le génocide, les crimes de guerre, les crimes contre la paix, comme des crimes contre l’humanité ». Personne dans l’assemblée ne releva ce propos. Pour elle et pour les élus de son groupe, et sans doute beaucoup plus largement, il est évident qu’il n’y a pas de différence, 15 années après la fin de la guerre, entre les deux formulations, un crime de guerre, tel que celui d’Oradour, de Tulle, de Maillé, entre autres, les innombrables crimes de même type commis en Russie, Biélorussie, en Italie et ailleurs. Il n’y avait aucune volonté de réserver un traitement à part aux crimes contre l’humanité au détriment des crimes de guerre, Elle était, ils étaient convaincus, de ne pas commettre d’erreur, de ne pas commettre d’injustice, d’être dans le droit. Ce sentiment est confirmé par ceci : « Le gouvernement peut agir auprès du gouvernement de Bonn pour exiger que la République fédérale n’applique pas la prescription aux criminels de guerre. Le gouvernement français dit-elle, doit utiliser le droit que lui donne sa qualité de participant à la coalition anti-hitlérienne et, de ce fait, à l’élaboration de la législation de 1945. Le gouvernement de Bonn devra d’autant plus tenir compte d’une telle intervention du gouvernement français que la République fédérale avait pris l’engagement, lors de sa création, de faire prévaloir les décisions de la commission de contrôle quadripartite. » Comment aurait-elle pu demander une telle intervention si, elle ne reconnaissait pas à la France le droit moral de le faire, si elle n’avait pas été persuadée que la France avait déjà, de fait, intégré l’imprescriptibilité des crimes de guerre ? Si elle-même n’avait pas milité en conscience pour cette imprescriptibilité.

Et, il y a fort à parier que si quelqu’un lui avait dit à ce moment-là que cette loi allait créer tant de difficultés en mettant à part les crimes de guerre, il est probable qu’elle aurait eu plus que du mal à y croire. Mais comment entrer dans le raisonnement de ces élus, face à l’énormité que constituait la volonté de blanchir les criminels de guerre nazis, par l’Allemagne fédérale ? Il étaient entraînés par une initiative européenne à propos d’évènements gravissimes.

Débat de 1969

Le 5 décembre 1969 dans le cadre du débat sur les questions orales, deux questions ont été jointes par décision de la conférence des présidents : crimes de guerre et mise en jugement du général Lammerding.

Ces questions ont été posées d’une part, par Marie-Claude Vaillant-Couturier au ministre des affaires étrangères, afin de connaître quelle initiative il compte prendre pour obtenir de la République fédérale allemande une véritable imprescriptibilité des crimes de guerre nazis, tels qu’ils ont été définis par le statut du tribunal de Nuremberg, conforme aux obligations des accords signés à Potsdam entre les alliés, à l’exigence des victimes des crimes hitlériens et aux nécessités d’une politique de paix et de sécurité nationale.

D’autre part, Jean Montalat s’adressa également au ministre des affaires étrangères sur le fait que, malgré les assurances données par le secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, le général Lammerding, bourreau de Tulle et d’Oradour, bénéficie encore de nos jours d’une impunité totale. Il avait déjà posé la même question en 1960 et 1968,

Dans son intervention, Marie-Claude Vaillant-couturier dit en substance : « Dans cette affaire, le Gouvernement français a non seulement un principe à défendre, puisque l’A.N a voté à l’unanimité l’imprescriptibilité des crimes de guerre et de génocide, mais aussi à veiller à l’application du principe, notamment en ce qui concerne les criminels dont les actes ont été perpétrés en France. » Elle dit encore : « Accepter l’impunition et la prescription des crimes de guerre, c’est d’abord donner tort aux victimes, à ceux qui ont sacrifié leur vie pour l’indépendance de notre pays…. De plus c’est un danger pour l’avenir de nous tous. Si nous réclamons avec tant de force l’imprescriptibilité des crimes de guerre, ce n’est pas par esprit de vengeance. Nous savons bien que l’exécution d’un Molinari ou d’un Lammerding ne pourrait jamais rendre la vie à ceux dont ils furent les bourreaux. La question n’est donc pas là. Mais tous ceux qui dans le monde accomplissent encore de tels crimes, ou qui demain seront ou seraient susceptibles d’en accomplir, doivent savoir qu’ils auront à en répondre, qu’il n’y aura ni rémission, ni prescription. »

Il est possible d’affirmer que les députés communistes ne se sont jamais, en connaissance de cause, prononcés pour la prescription des crimes de guerre. Certains essayent aujourd’hui de transformer la loi de 1964 en un piège, mesurons bien toutes les conséquences qu’il y aurait à s’y laissait enfermer.

III – Des parlementaires français s’interrogent :

Des députés et sénateurs, à des degrés divers, s’interrogent sur les risques que fait courir à la France la loi adoptée au Sénat, le 10 juin 2008. La crainte est forte que notre pays devienne « une terre d’impunité » pour les plus grands criminels. Ils souhaitent que la France adapte en ce sens son droit aux définitions de la CPI.

Le Conseil Constitutionnel a également énoncé dans sa décision du 22 janvier 1999 « qu’aucune règle, ni aucun principe de valeur constitutionnelle, n’interdit l’imprescriptibilité des crimes les plus graves qui touchent l’ensemble de la communauté internationale ». La CFCPI (coalition française pour la CPI), agit elle aussi pour l’adaptation du droit français dans ce sens là.

IV – Cependant le gouvernement français s’arc-boute sur sa position (un exemple).

Le 30 décembre 2008, Mme Danielle Bousquet ( socialiste), attire l’attention du ministre des affaires étrangères et européennes sur la mise en conformité du droit français avec le statut de la Cour pénale internationale. « plus de sept ans après dit-elle, la ratification du statut de Rome par la France, le 9 juin 2000, aucun projet de loi n’est venu en séance à l’AN pour rattraper ce retard en matière de répression des crimes internationaux. La loi française doit définir les crimes de génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre, conformément au statut de la CPI et doit reconnaître l’imprescriptibilité de ces crimes. Pour pouvoir juger les crimes cités dans le statut de la CPI, les juges français ont besoin de s’appuyer sur une loi interne. Le projet de loi portant adaptation du droit pénal à l’institution de la CPI, examiné par le Sénat, ne contient pas de disposition relative aux crimes de guerre et ce projet de loi ne reconnaît pas aux tribunaux français de compétence territoriale élargie pour les crimes visés par le statut de la CPI. Elle lui demande donc d’indiquer à la représentation nationale si le gouvernement entend déposer au plus vite un projet de loi conforme aux principes généraux du droit pénal international, afin que la France ne soit jamais un îlot d’impunité pour les plus grands criminels. »

Et voici l’extrait de la réponse :

……. « Quant à la question de l’imprescriptibilité des crimes de la compétence de la CPI, ce principe fixé par le statut de Rome a vocation à s’appliquer aux procédures engagées devant la Cour. En droit français, la règle de la prescription de l’action publique est un principe qui ne souffre d’exception que pour les crimes qui révoltent particulièrement la conscience collective et qui sont imprescriptibles par leur nature. C’est le cas des crimes contre l’humanité qui couvrent les génocides en droit interne. Sans relativiser, les crimes de guerre relèvent d’une logique différente. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a jugé souhaitable de conserver à l’imprescriptibilité un caractère d’exception afin de ne pas banaliser la catégorie des crimes contre l’humanité compte tenu de leur exceptionnelle gravité, comme la rappelé le président Badinter lors de l’examen du projet de loi au Sénat en juin dernier. Les recommandations d’un récent rapport parlementaire vont d’ailleurs dans le même sens (juin 2007) : « pour un droit à la prescription moderne et cohérent ». Néanmoins, soucieux de prendre en compte la spécificité des crimes de guerre, le gouvernement a prévu une extension des délais de prescriptions aujourd’hui applicables. Un régime de prescription renforcée au regard des règles de droit commun en matière criminelle a de ce fait été prévu dans le projet de loi d’adaptation faisant passer ce délai de 20 à 30 ans pour les crimes de guerre. … »

Le Collectif regrette que ces parlementaires et la Coalition française pour la CPI n’aillent pas au bout de la seule démarche conforme aux engagements antérieurs de la France et à la mémoire des victimes, à savoir la ratification des conventions de l’ONU de 1968 et européenne de 1974, qui efface la notion de temps.

Le 26 juin 2003, M. Robert Badinter s’était pourtant prononcé pour l’imprescriptibilité des crimes de guerre.

Il avait en effet déposé en son nom et en celui des membres du groupe socialiste et leurs affiliés, une proposition de loi n° 370 relative aux crimes de guerre. Dans le titre IV, l’article 460-9 prévoit : l’action publique relative aux crimes prévus par le présent titre ainsi que les peines prononcées sont imprescriptibles. A 5 ans de distance il dépose deux projets de loi opposés sur le traitement à réserver aux crimes de guerre. Pour quelles raisons s’est-il associé à la proposition de loi gouvernementale lors de son examen par le Sénat ?

V - A propos de la non rétroactivité du Statut de Rome

Les dispositions du premier alinéa de l’article 24 du Statut de la CPI traduisent clairement la non-rétroactivité. Selon cet article, « nul n’est pénalement responsable, en vertu du présent Statut, pour un comportement antérieur à l’entrée en vigueur du Statut » c’est-à-dire qu’elle est compétente pour les actes commis après le 1er juillet 2002. Mais le problèmes qui nous es posé n’est pas celui de la rétroactivité ! Le législateur doit prendre en compte la volonté populaire telle qu’elle s’est manifestée et depuis qu’elle s’est manifestée, au lendemain de la libération. Les résolutions des Nations Unies ont pris ce fait en compte. L’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité a été affirmée par la Convention des Nations Unie du 26 novembre 1968. Son article 1er est ainsi rédigé : les crimes suivants sont imprescriptibles, quelle que soit la date à laquelle ils ont été commis : a) les crimes de guerre, tels qu’ils sont définis dans le Statut du Tribunal militaire international de Nuremberg du 8 août 1945 et confirmés par les résolutions 3 et 95 de l’A.G de l’Organisation des Nations Unies, en date des 13 février 1946 et 11 décembre 1946, notamment les « infractions graves » énumérées dans les Conventions de Genève du 12 août 1949 pour la protection des victimes de guerre ; b) les crimes contre l’humanité, qu’ils soient commis en temps de guerre ou en temps de paix, tels qu’il sont définis dans le Statut du TMI de Nuremberg du 8 août 1945 et confirmés par les mêmes résolutions que pour les crimes de guerre, l’éviction par une attaque armée ou l’occupation et les actes inhumains découlant de la politique d’apartheid, ainsi que le crime de génocide, tels qu’il est défini dans la Convention de 1948 …même si ces actes ne constituent pas une violation du droit interne du pays où ils ont été commis. En outre il est prévu que « dans aucune des déclarations solennelles, actes et conventions visant la poursuite et la répression des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, il n’a été prévu de limitation dans le temps ». La Convention européenne sur l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre du 25 janvier 1974, introduit aussi la notion d’imprescriptibilité « Soucieux d’éviter en conséquence que la répression de ces crimes soit entravée par la prescription de la poursuite et de l’exécution des peines… »

La notion de non rétroactivité de la CPI va à l’encontre de la volonté exprimée par les états signataires de la Convention de l’ONU du 26 novembre 1968, elle va à l’encontre du droit pénal international existant.

La France est dans une position inconfortable du fait de ses engagements internationaux, les conventions dont elle est partie (Genève 1949) et ses protocoles additionnels de 1977, ou qu’elle à décidées (1974) en qualité de membre du conseil de l’Europe, la résolution du 13 février 1946 de l’ONU, et qu’elle n’a pas jugé utile de traduire dans son droit. Il est plus facile aux gouvernants de la France de faire voter au Sénat la loi honteuse que l’on connaît, que d’affirmer publiquement, haut et fort, qu’ils souhaitent inscrire une fois pour toute la prescription des crimes de guerre passés et à venir.

VI - Le collectif Maquis de Corrèze n’est pas isolé.

Sa pétition connaît un réel succès, elle compte environ à ce jour un millier de signatures. De très nombreux élus, députés, sénateurs, de toutes tendances politiques lui ont apporté leur soutien, de même que des conseillers régionaux, conseillers généraux, maires. Le secrétaire national de la FNDIRP lui a apporté son soutien.

La Commission Consultative Nationale des Droits de l’Homme, qui a publié 10 avis sur la nécessité pour la France de mettre son droit en conformité avec le statut de Rome a très clairement, dans ses avis du 23 novembre 2001, du 15 mai 2003 et du 4 février 2010, recommande que soit intégré dans le code pénal un titre spécifique consacré aux crimes de guerre, reprenant l’article 8 du Statut de Rome et l’ensemble des définitions des actes constitutifs des crimes de guerre contenus dans les conventions de Genève de 1949 ainsi que dans le protocole I de 1977 que le principe d’imprescriptibilité des crimes de guerre, tel qu’il est réaffirmé à l’article 29 du Statut de Rome, soit intégré dans notre code pénal. Elle souhaite que la France ratifie les deux conventions internationales relatives à l’imprescriptibilité : la Convention des Nations Unies sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité de 1968, et la Convention européenne sur l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre de 1974. Conventions qui prévoient l’imprescriptibilité des crimes de guerre quelle que soit la date à laquelle ils ont été commis. La Commission Consultative Nationale des Droits de L’homme est largement représentative ce que l’on appelle la société civile française avec les 22 associations et les 7 syndicats qui la composent.

Le 26 février 2010, Amnesty International, membre de la CNCDH, s’émeut du retard affligeant de la France à intégrer dans son droit interne les dispositions prévues par le Statut de Rome.

VII - L’action du Collectif Maquis de Corrèze associe le respect des victimes et de l’Histoire, le devoir de mémoire et son action pour la paix.

Pourquoi la France persiste et signe ?

Quelles raisons inavouables motivent donc le gouvernement français pour persister et signer, contre l’intérêt évident de notre peuple et de l’humanité toute entière, à refuser l’imprescriptibilité des crimes de guerre, se mettant à l’écart de la quasi totalité des nations européennes ? Peut-on avancer parmi ces raisons possibles les craintes de la France d’être rattrapée par son histoire depuis la seconde guerre mondiale, l’influence de groupes de pression, la banalisation des crimes commis par les nazis-fascistes pendant la seconde guerre mondiale ?

Pourquoi faut-il effacer le crime de guerre ?

Grande question en effet qui conduit à assimiler le crime de guerre au crime de droit commun, et ce ne sont pas les 10 années supplémentaires ajoutées au délai de prescription qui y changent quoi que ce soit.

Qu’est ce qu’un crime de droit commun au yeux du droit ? Il s’agit du crime d’un seul individu, aussi terrible soit-il il ne met pas la société en péril. C’est un crime où le temps peut jouer son rôle réparateur et la justice peut accorder une clémence si elle considère que l’accusé a modifié sa vie en y intégrant le crime qu’il sait avoir commis. Le crime de guerre, tel qu’il est défini par les accords de Londres en 1945 et précisé dans tous les accords internationaux a une dimension collective, il a une dimension militaire et une dimension politique. De ce fait la France ne saurait le ravaler au rang de crime de droit commun.

Lorsque le Collectif Maquis de Corrèze demande que l’imprescriptibilité des crimes de guerre englobe la seconde guerre mondiale, c’est précisément parce que les accords internationaux qui l’ont suivi en ont précisé la définition, et ont introduit le châtiment exemplaire des criminels de guerre. Parce qu’aujourd’hui encore, nombre de criminels de guerre de la seconde guerre mondiale, sont toujours en vie et non jamais été inquiétés et, comme le démontre si bien Maître Zaoui dans son livre Mémoires de justice, il n’y a chez eux, comme il n’y avait chez Barbie, Papon, Touvier, aucune repentance. Ils ont agi en accord avec une idéologie. L’Allemagne et l’Italie jugent encore de ces criminels et les condamnent sévèrement..

C’est précisément parce que le crime de Maillé n’a jamais été jugé faute de vouloir en connaître les responsables, et combien d’autres, dont furent victimes, civils et résistants ; parce que l’idéologie fasciste est vivace et particulièrement renaissante dans le contexte d’exacerbation nationaliste engendré par la dislocation du régime des pays de l’Est et en raison de la paupérisation et de la marginalisation de couches entières de la société européenne sous l’emprise de la crise ; parce qu’en Europe ses mouvements et leurs manifestations sont tolérés ou reconnus dans de nombreux pays ; parce que l’amalgame est fait entre les bourreaux et ceux qui risquèrent et sacrifièrent leur vie pour les combattre.

Vouloir opposer la nature spécifique du crime contre l’humanité à la nature spécifique du crime de guerre et profondément dangereux. La France ne doit pas, comme l’ont souligné des parlementaires, devenir terre d’impunité, elle ne doit pas être le pays qui, en banalisant les crimes de guerre, affaiblirait l’exigence et la démarche de paix. L’imprescriptibilité du crime contre l’humanité n’exige nullement pour exister dans toute sa dimension que la France fasse du crime de guerre un crime de droit commun. Cette banalisation des crimes de guerre ne pourrait-elle pas à terme aboutir à atténuer la monstruosité, voire même à banaliser les crimes contre l’humanité ?

VIII - Combat moral sans tâche

Un avocat ami, a écrit dans sa réaction à l’action du Collectif, votre combat moral est sans tâche, oui, cela est vrai, la morale est bien au centre de l’action du collectif, contre l’immoralité que constitue la loi examinée et adoptée en première lecture par le Sénat et qui absout les criminels de guerre, qui ont échappé à la justice. Cette loi est insultante pour les victimes qui sont dès lors doublement sacrifiées. Immorale aussi pour toutes les victimes des crimes qui ont été jugés, car, bien que la chose jugée doive conserver, du moins nous l’espérons, la qualification de crime de guerre, comme Tulle et Oradour-sur-Glane. Elle tendrait à inscrire dans la mémoire collective l’idée que le crime de guerre ne serait pas si grave, à l’assimiler au crime de droit commun ou pire, que la responsabilité des victimes serait engagée dans le sort qu’elles ont subi. Au nom de la mémoire de tous les déportés, victimes de crimes de guerre, civils, résistants, déportés politiques, de toutes celles, martyrisées sur notre sol, brûlées vives ou fusillées comme à Oradour, pendues comme à Tulle, égorgées comme à Maillé, pour le respect des survivants. Et dans l’hypothèse où la France adapterait son droit à celui de la CPI, comment pourrait-elle accepter la prise d’effet de la loi à compter de 2002 et balayer d’un revers de main, en abandonnant la référence à Nuremberg, ces incommensurables souffrances ? Le collectif ne peut donc séparer la morale du concret des accords internationaux auxquels la France, bien qu’elle s’en défende, est étroitement liée.

Il est grand temps pour notre pays d’assumer son histoire, ses engagements, de ratifier ce qui ne l’a pas été. Il est grand temps pour la France de voter une loi d’honneur, de principe, de réconciliation avec les victimes des crimes de guerre françaises et les résistants historiques de la seconde guerre mondiale, il est grand temps pour elle, de choisir de préserver l’avenir en faisant connaître aux toujours possibles criminels de guerre que, comme le déclarait Marie-Claude Vaillant-Couturier : « . Mais tous ceux qui dans le monde accomplissent encore de tels crimes, ou qui demain seront ou seraient susceptibles d’en accomplir, doivent savoir qu’il auront à en répondre, qu’il n’y aura ni rémission, ni prescription. »

Le collectif demande solennellement au gouvernement de la France de transcrire dans le droit français les engagements découlant des conventions de Genève de 1949 et de leurs protocoles additionnels de 1977, de ratifier sans attendre les conventions de l’ONU de 1968 ce qui est immédiatement possible grâce au 2ème alinéa de l’article VIII, et européenne de 1974 et de faire entrer dans son droit leurs dispositions de façon à rendre imprescriptibles les crimes de guerre en France, quelle que soit la date où ils ont été perpétrés, comme le sont les crimes contre l’humanité et les crimes de génocide, chacun en fonction de leurs spécificités.

Document présenté par Marcelle Sage-Pranchère et validé par la commission de réflexion et l’exécutif du collectif Maquis de Corrèze

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article613

Partager cet article
Repost0
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 01:31
CAPJPO-EuroPalestine
le 19-03-2010

http://werichanel.files.wordpress.com/2009/06/school-refugee-camp-shati-camp-gaza_001.jpg


Une étude italienne révèle que l’opération "Plomb durci" a entraîné un taux de contamination par les métaux alarmant chez de nombreux enfants de Gaza, et qu’il est impossible de les décontaminer tant que l’occupant israélien ne permet pas l’évacuation des structures métalliques en cause, et la reconstruction avec des matériaux propres.

Des traces de métaux détectées dans les cheveux d’enfants palestiniens font supposer une contamination environnementale - Communiqué de presse, 17 mars 2010.

 

De nombreux enfants palestiniens qui continuent à vivre en situation précaire à même le sol de Gaza après les bombardements israéliens de l’opération « Plomb durci » présentent dans les cheveux des concentrations en métaux inhabituellement élevées, signe d’une contamination environnementale qui peut causer des dommages à la santé et à la croissance du fait d’une exposition chronique.

 

Tel est le résultat d’une étude pilote conduite par le Groupe de Recherche sur les Armes Nouvelles (Nwrg), un comité indépendant, de scientifiques et d’experts, basé en Italie, qui étudie l’emploi d’armes non conventionnelles et leurs effets à moyen terme sur la population des zones où une guerre a eu lieu. Cette recherche fait suite à la précédente, publiée par Nwrg le 17 décembre 2009, dans laquelle le groupe relatait la présence de métaux toxiques dans les zones environnant les cratères laissés par les bombardements.

 

Ces tests ont révélé des concentrations anormales de métaux dans les cratères, laissant supposer une possible contamination du sol, laquelle, combinée aux conditions de vie précaires, en particulier dans les camps de réfugiés, pourrait avoir pour conséquence une exposition aux métaux, par la peau, par inhalation ou par la nourriture. Avec la nouvelle étude, le groupe s’assigne l’objectif de vérifier si des personnes ont été effectivement contaminées.

 

Le résultat est alarmant : même si la quantité de métal en excès n’est en fait que 2 à 3 fois supérieure à ce qui est trouvé dans les cheveux d’individus-témoins, ces doses peuvent néanmoins être pathogènes dans des situations d’exposition chronique.


L’étude, qui s’est étendue sur plusieurs mois, a procédé à l’analyse des cheveux relativement à 33 métaux par le procédé ICP/MS (un type de spectométrie à haute sensibilité). Les cheveux constituent un bon indicateur de contamination et l’investigation de contaminations environnementales fondée sur ces analyses est préconisée par l’Agence de Protection Environnementale (APE) et par l’Agence Internationale de l’énergie atomique (AIEA).

 

Le comité Nwrg a examiné des échantillons de cheveux de 95 personnes, des enfants en grande majorité, qui habitent dans des zones lourdement bombardées (ainsi que l’indique le Programme des Nations Unies sur l’Environnement, sur la base de cartes établies par des satellites). Parmi ces personnes se trouvaient également 6 femmes enceintes et 4 blessés. Les résultats ont établi que, dans les trois lieux – Beit Hanun, Gaza-Zeitun et Laly Beith – où les tests ont été effectués, la répartition de contaminants métalliques est plus élevée que la moyenne, et plus du double de celle-ci dans 60% des cas.

 

Dans plusieurs échantillons, ont été identifiés des métaux cancérigènes ou toxiques tels que le chrome, le cadmium, le cobalt, le tungstène et l’uranium, tandis que des niveaux exceptionnellement élevés de plomb ont été trouvés chez l’une des personnes blessées. Pour 39 des sujets examinés, la présence simultanée de métaux en surdose et/ou de métaux cancérigènes ont induit les chercheurs à préconiser pour eux des tests plus poussés.


Le problème, déclare le professeur Paola Manduca, est maintenant d’éliminer les sources de contamination. « L’identification de sujets présentant de façon confirmée et persistante un taux élevé de métaux exigerait que la personne soit soustraite à cette exposition. Telle est l’approche thérapeutique privilégiée, compte tenu de l’incertitude sur l’efficacité et la sécurité d’un traitement par chélation, en particulier pour les enfants.


Or une telle mesure soulève de sérieux problèmes dans la situation actuelle de Gaza, où l’évacuation des structures endommagées et la construction sont difficiles voire impossibles. Ce qui représente une responsabilité majeure pour ceux qui, selon la loi internationale, devraient remédier aux dommages causés à la population civile ».


Israël : Etat Criminel ! Boycott !


La présente étude est conduite par Mario Barbieri (Centre National de Référence), par Mauricio Barbieri, Professeur de géo-chimie environnementale à l’université La Sapienza de Rome, chef du laboratoire ICP/MS où les analyses ont été réalisées, et par Paola Manduca, généticienne. L’étude a été rendue possible grâce à la coopération des associations Gazella et Onlus.


La publication de ce travail a été faite le 17 mars 2010 sur le site www.newweapons.org

Titre original: "Plomb durci" : des metaux cancérigènes et toxiques contaminent les enfants de Gaza

(Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

http://www.europalestine.com

Photo d'une petite fille de Gaza: werichanel.files.wordpress.com


Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article--plomb-durci-des-metaux-cancerigenes-et-toxiques-contaminent-les-enfants-de-gaza-47067107.html
Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 17:02

Manuel pour détruire un pays


AUTEUR:  Luis BRITTO GARCÍA


Traduit par  R.V. Édité par Fausto Giudice



1. Quand, naviguant sans savoir où tu vas, tu trouves une terre, affirme que tu l’as découverte et extermine tous ses habitants.


2. Si, une fois les habitants exterminés, tu ne trouves personne qui travaille gratis pour toi, enlève des centaines de milliers d’Africains et convertis-les en esclaves, jusqu’à avoir une proportion de 8 esclaves pour un colon.


3. Pour les dompter, donne-leur du fouet sur le dos et mets-leur une religion dans le crâne qui les force à adorer leurs exploiteurs.


4. Viole les femmes esclaves et confie aux mulâtres qui naissent les pires tâches de répression envers leurs frères.


5. Afin de mettre en évidence la supériorité morale des maîtres, remets le pays aux mains des flibustiers de l’île de la Tortue commandés par le pirate Du Casse, en 1697.


6. Augmente l’exploitation jusqu’à ce qu’ Haïti, en 1791, produise 89 000 tonnes de sucre, plus que la Barbade, la Jamaïque et Cuba réunis, tout en t’assurant que pour les producteurs, la vie soit la plus amère du monde.


7. Proclame la Liberté, la Fraternité et l’Egalité dans la métropole française en 1789, mais quand les esclaves se soulèvent pour réclamer la même chose en 1791, envoie une expédition de 40 000 hommes (en 1801) pour empêcher que les Haïtiens soient traités en hommes et en citoyens


8. Accepte en 1816 l’aide généreuse d’Haïti pour obtenir l’Indépendance de l’Amérique Latine, mais oublie de l’inviter au Congrès de Panama en 1826.


9. Après que les esclaves insurgés ont mis en déroute  les 40 000 envahisseurs en 1804, attends jusqu’en 1826 pour reconnaitre leur Indépendance, en échange d’une indemnisation de 150 millions de francs-or à payer, non pas aux esclaves, mais à leurs anciens maitres.


10. Attends que cette dette démolisseuse détruise ce qui n’a pas été dévasté par la guerre de libération, et favorise en 1915 une invasion des USA, qui occupent le pays jusqu’en 1934.


11. Pendant cette occupation militaire, fais avancer les privatisation: privatisation de la nature (en 1925 60% des forêts étaient détruites, aujourd’hui 98%), privatisation de la société (80% de pauvreté), privatisation de l’éducation (52% d’analphabètes), privatisation de la santé (mortalité infantile de 110 pour mille), privatisation de la terre (70% des agriculteurs n’en possèdent pas), privatisation de la sécurité sociale (les pensions de vieillesse et le droit de grève sont abolis), privatisation des salaires (1,50 dollar par jour), privatisation des bénéfices (les investisseurs obtiennent des retours sur investissements de 500%), privatisation du commerce (70% des exportations vont vers les USA), privatisation des iles (les îles Cayémites et La Tortue ont été bradées), privatisation des droits de l’homme (30 000 opposants disparus en 15 ans), privatisation du sang (acheté 3 dollars le litre et revendu 25 dollars le litre.)


12. Au moment de retirer les troupes, laisse le pays occupé par des dynasties de dictateurs brutaux qui assassinent tous ceux qui luttent pour améliorer le niveau de vie, pour les réformes sociales ou pour la démocratie.


13. Si un candidat gagne des élections démocratiques, appuie un coup d’État qui le renverse, l’enlève et l’exile.


14. Après le Coup d’Etat, privatise la « Minoterie d’Haïti » et « Ciment d’Haïti », les entreprises de farine blé et de ciment, et vends-les à une entreprise de Kissinger, pour qu’en cas d’urgence les Haïtiens n’aient ni pain ni ciment pour reconstruire leur pays.


15. Si le dictateur qui a envoyé le démocrate en exil est démis par le peuple, envahis de nouveau Haïti avec 18 bateaux de guerre, 2 porte-avions nucléaires, des dizaines d’hélicoptères Blackhawk, des véhicules blindés et 6000 soldats criant : « Nous ne sommes pas en guerre ; nous venons restaurer la démocratie et apporter de l’aide humanitaire. »


16. Une fois le dictateur restauré, laisse de nouveau le pays occupé par les forces militaires de l’ONU.


17. Si, malgré tout cela, le président élu démocratiquement et démis revient de l’exil et gagne de nouveau les élections en 2001, empêche l’arrivée de toute aide extérieure, impose un blocus, appuie un nouveau coup d’État, enlève le démocrate et envoie-le en exil en Afrique du Sud.


18. Occulte les dénonciations comme celle de Marguerite Laurent, du Réseau de Leadership des avocats haïtiens (HLLN), et avocate de Jean Bertrand-Aristide, qui soutient : « Il a été prouvé que les USA ont découvert du pétrole à Haïti il y a des décennies et que, du fait des circonstances géopolitiques de cette époque, ils ont décidé de garder le pétrole haïtien en réserve pour quand celui du Moyen-Orient sera épuisé. » Ceci est détaillé par le Dr. Georges Michel dans un article daté du 27 mars 2004, dans lequel il résume l’histoire des explorations et des réserves pétrolières d’Haïti, et dans les recherches de Ginette et Daniel Mathurin. Il y a aussi des preuves que ces mêmes grandes entreprises  pétrolières US , les monopoles d’ingénierie et les sous-traitants de la Défense qui leur sont liés ont fait des plans, il y a des décennies, pour les eaux des mouillage d’Haïti, soit pour installer des raffineries de pétrole soit pour développer des installations de stockage de pétrole brut, qui serait ensuite transbordé à bord de petits pétroliers pour être acheminé vers les USA et les ports des Caraïbes. Tout ceci est détaillé dans un document sur la Dunn Plantation de Fort Liberté à Haïti (Cynthia McKinney: Global Research). [Lire ici :
http://bridge.over-blog.org/ext/http://www.margueritelaurent.com/pressclips/oil_sites.html#petroleFrench, NdE]


19. Utilise contre le pays, sans déclaration de guerre, tout le répertoire des armes psychologiques, chimiques, bactériologiques, virales, climatiques et tectoniques que peuvent produire les laboratoires du mal.


20. Quand la catastrophe naturelle s’abat sur un peuple qui a supporté tant de catastrophes politiques et sociales, occupe ses aéroports et ses points stratégiques avec des unités de la IVème flotte, de la 82ème division aéroportée, 20 000 marines armés et 3500 soldats supplémentaires de l’ONU, pour empêcher l’arrivée de secours, achever par balles ceux que le séisme n’a pas exterminés et convertir le pays en base militaire.


Une fois ce pays immolé revenu à l’esclavage, n’oublie pas que ce manuel est à format unique et s’applique à tous les pays du monde, avec la seule différence que c’est chacun à son tour.

 


Source : le blog de l'auteur-Manual para destruir un país

Source de cette traduction : Luis Britto Garcia en francés
- Manuel pour détruire un pays

Article original publié le 7/2/2010

Sur l’auteur

Fausto Giudice est membre de Tlaxcala, le réseau international de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=10033&lg=fr


http://bridge.over-blog.org/article-manuel-pour-detruire-un-pays-45356490.html

Partager cet article
Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 19:43
soldat--US.jpg 


Crimes de guerre,
crime contre l'humanité
et génocide en Irak.


 

Pour la Justice pour l'Irak : Le procureur public espagnol et le juge ont déterminé qu'il n'y a aucune raison de mener une enquête…

Déclaration sur le classement sans suite du cas juridique de l'Irak en Espagne déposé contre quatre présidents USA et quatre Premiers ministres britanniques pour crimes de guerre, crime contre l'humanité et génocide en Irak


Dimanche 7 février 2010


Les enquêtes publiques sur la décision de mener une guerre contre l'Irak qui gardent le silence sur les crimes commis, les victimes concernées, et ne prévoient pas de sanctions, quelle que soit leur issue, ne suffisent pas. Les actes illégaux doivent entraîner des conséquences: les morts et les meurtris méritent justice.

Le 6 Octobre 2009, travaillant avec et au nom de plaignants irakiens, nous avons déposé un recours devant la juridiction espagnole contre quatre présidents américains et quatre Premiers ministres du Royaume-Uni pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide en Irak. Le cas présenté couvrait 19 ans, y compris, non seulement la destruction massive dont l'Irak a été victime à partir de 2003, mais aussi la période des sanctions au cours de laquelle 1,5 million de morts irakiens de plus que le taux naturel ont été enregistrés.

Nous avons porté l'affaire devant l'Espagne car ses lois de compétence universelle sont basées sur des principes consacrés dans sa constitution. L'humanité tout entière connaît les crimes commis en Irak par ceux que nous avons accusés, mais aucune juridiction ne les traduits en justice. Nous avons présenté avec les victimes irakiennes un cas solide, s'appuyant sur des preuves contenues dans plus de 900 documents et qui se réfèrent à des milliers de cas individuels à partir desquels un système de dommages accumulés et une intention peuvent être discernés.
Lorsque nous avons présenté notre cas, nous savions que le Sénat espagnol s'apprêtait à voter un amendement antérieur adopté par la Chambre basse du Parlement, visant à limiter l'application de la compétence universelle en Espagne. Nous étions conscients que cette restriction pouvait être rétroactive, et nous avons tenu compte de la teneur de l'amendement proposé dans le cas soumis.
Comme nous l'avions imaginé, 2009 s'est avérée être une triste année pour faire respecter les droits universels de l'homme et le droit international en Espagne. Un jour après que nous ayons déposé, la loi a été restreinte, et peu après, notre cas classé sans suite. Les cas d'une gravité telle que celle ci et pour lesquels, afin d'y faire face, la compétence universelle existe, sont devenus plus difficile à enquêter.
Une juridiction de plus tombe

En dépit d'avoir soumis une accusation de 110 pages référencées (dont l'introduction est jointe à cette déclaration), le procureur public espagnol et le juge affecté à notre cas ont déterminé qu'il n'y avait aucune raison de mener une enquête. Leurs arguments étaient erronés et auraient pu facilement être réfutés si l'on avait pu faire appel. Pour ce faire, nous avions besoin d'un avocat espagnol professionnel - soit à titre rémunéré ou en tant que bénévole, qui souhaite aider le peuple irakien dans sa lutte pour la justice. Comme nous avions peu de moyens, et pour d'autres raisons qui concernent principalement les affaires internes espagnoles qui ne sont pas notre préoccupation, nous n'avons pas pu obtenir un avocat qui soit en capacité de faire appel. Notre motion pour bénéficier d'un délai afin de trouver un avocat a été rejetée.

Nous continuons à croire que la mort violente de plus d'un million de personnes en Irak depuis seulement 2003, que l'occupation en cours des États-Unis - qui portent la responsabilité juridique directe - et que le déplacement de près d'un cinquième de la population irakienne du à la terreur que l'occupation a entraîné et incité, suggèrent fortement que les accusations que nous mettons en avant doivent être davantage enquêtées.

En réalité, notre cas est un exemple de première importance de cas dont les autorités de l'Occident - y compris l'Espagne - ont peur. Pour eux, ces cas représentent le double tranchant de soutenir le principe de compétence universelle. Les États Occidentaux ont utilisé la compétence universelle dans le passé pour juger les pays du Tiers Monde. Lorsque les victimes dans le Sud global ont commencé à l'utiliser afin de juger Israël et les agressions des États-Unis, les pays occidentaux se sont précipités pour la restreindre. La tendance générale est maintenant l'abandon de la compétence universelle en la diluant.

Appel à un effort collectif plus large pour mener des poursuites

Nous regrettons que les tribunaux espagnols aient refusé d'enquêter sur notre cas, mais cela ne nous découragera pas. Nous avons une cause juste. Les crimes sont évidents. Les responsables sont bien connus même si le système juridique international continue d'ignorer les victimes irakiennes. La justice pour les victimes et le souhait de toute l'humanité que les criminels de guerre doivent être punis, nous obligent à rechercher des possibilités judiciaires alternatives, pour que les crimes commis en Irak puissent être enquêtés et la responsabilité établie.

À l'heure actuelle, la justice internationale inefficace permet à des criminels de guerre américains et britanniques de se placer au-dessus du droit international. Ayant compris que cela constitue une attaque - ou rend possible des attaques futures - sur les droits fondamentaux de tous, partout, nous continuerons à préconiser l'utilisation de toutes les voies possibles, y compris: les institutions des Nations Unies, la Cour pénale internationale et les tribunaux populaires, afin de porter l'attention sur et de traduire devant la loi et devant l'opinion morale et publique, les crimes américains et britanniques en Irak.

Nous sommes prêts à mettre notre expérience et notre expertise à la disposition de ceux qui luttent dans la même direction. Nous attendons avec impatience le moment où les pays de l'hémisphère Sud, qui sont généralement les victimes d'agression, renforceront leur système juridique par l'application du principe de compétence universelle. Ce sera un grand service à l'humanité et au droit international.

Des millions de personnes en Irak ont été tuées, déplacées, terrorisées, détenues, torturées ou appauvries sous le marteau des attaques militaires, économiques, politiques, idéologiques et culturelles américaines et britanniques. Le tissu et l'existence même du pays ont été soumis à la destruction intentionnelle.

Cette destruction constitue l'un des crimes internationaux les plus graves jamais commis. L'humanité toute entière doit s'unir en refusant que le droit - en omettant d'assurer la justice pour les victimes irakiennes - permette à cette destruction d'être le précédent inaugurant le 21e siècle.

Comité ad hoc pour la Justice pour l'Irak


Contacts presse:
Hana Al-Bayaty, Comité exécutif, BRussells Tribunal
20 10 027 7964 (anglais et français) hanaalbayaty@gmail.com

Dr Ian Douglas, Comité exécutif, BRussells Tribunal, coordonnateur, Initiative internationale pour juger le génocide en Irak
20 12 167 1660 (Anglais) iandouglas@USgenocide.org

Serene Assir, Comité consultatif, BRussells Tribunal (espagnol) justiciaparairak@gmail.com

Abdul Ilah Albayaty, Comité exécutif, BRussells Tribunal
33 471 461 197 (arabe) albayaty_abdul@hotmail.com

Dirk Adriaensens, Comité exécutif, BRussells Tribunal

+32 494 68 07 62 (Néerlandais) dirkadriaensens@gmail.com

Web:
www.brusselstribunal.org

www.USgenocide.org

www.twitter.com

www.facebook.com

Sommaire des communiqués


http://www.palestine-solidarite.org:80/communique.Brussells-Tribunal.070210.htm



Lire aussi:


« Hiba », jeune blogueuse en danger.


Le régime de l'Irak a horreur des blogueurs qui disent ce qui se passe réellement en Irak.

Quant il en attrape un, il lui fait payer très cher son audace.

Une irakienne de 33 ans, du nom de Hanan al- Mashadani, résidant en Jordanie, en fait la terrible expérience.

Ophtalmologiste, elle était en mission en Irak pour le compte de HMOK, une organisation humanitaire indienne. Le 20 janvier, elle a été arrêtée par des « forces irakiennes » dans le quartier de Sayyediya, à Bagdad. Les policiers, spécialistes en informatique, ont découvert dans son portable son nom de plume - Hiba Al-Shamaree – et la trace d’articles placés sur son blog, critiques à l’égard de Nouri al-Maliki et de son régime.

Elle est accusée d’ « incitation à la violence », de « soutenir la résistance », ce qui équivaut - pour ceux qui la détiennent – à être cataloguée de « terroriste baasiste ».

Hanan al- Mashadani sera déférée devant un tribunal.

En attendant, on imagine les tortures qu’elle subit pour l’obliger à parler.

La presse internationale qui se mobilise dès qu’on porte atteinte à la liberté d’expression en Chine ou en Iran, n’a pas touché mot de son arrestation.

Aucun gouvernement occidental, bien sûr, n’est intervenu en sa faveur. 

Une pétition circule pour exiger sa libération : signez la !

http://www.gopetition.com/online/33750.html

Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=f8bkMsgceE4

 



Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge.


12-02

Des civils ont été tués dans une opération conjointe des forces américaines et irakiennes dans un village irakien proche de la frontière iranienne, a-t-on appris vendredi.

Selon l'armée américaine, ce sont des résistants présumés qui ont été tués vendredi après qu’ils eurent ouvert le feu sur les forces irakiennes et américaines.

Mais un membre du conseil provincial de Maysan, Maytham Lafta, a affirmé que les victimes étaient "toutes des personnes innocentes".

Il a précisé qu'au moins dix personnes ont été tuées, dont deux femmes, et cinq autres blessées.

12/2

http://fr.news.yahoo.com/



Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives