Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 23:55

Gideon Levy : « Israël joue avec le feu des enfers »

http://ds3.ds.static.rtbf.be/article/big_info/a/f/b/624_341_1b9b2ba4e2cc01dad4e8cf92b5ca5fd7-1320226236.jpg

http://ds3.ds.static.rtbf.be/article/big_info/a/f/b/624_341_1b9b2ba4e2cc01dad4e8cf92b5ca5fd7-1320226236.jpg

7 novembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – La tension politique en Israël s’accroît entre partisans et opposants à une attaque contre l’Iran, qui servirait à déclencher une guerre mondiale dans laquelle tout le monde perdrait, à commencer par Israël elle-même. « Israël joue avec le feu des enfers », écrit dans Haaretz le célèbre journaliste Gideon Levy.

C’est la folie plutôt que la logique, qui guide les dirigeants d’Israël

Les véritables lâches sont ceux qui menacent l’Iran. Les courageux sont en réalité ceux qui tentent d’enrayer cette folie, de l’ancien chef du Mossad Meir Dagan au ministre de l’intérieur Eli Yishai.

(…)

Le danger de voir l’Iran employer l’arme nucléaire est nul, et pourtant, Israël joue avec le feu des enfers. En réalité, ce que les israéliens sont en train de dire c’est qu’ils préfèrent un déluge de milliers de missiles – qui amènerait sur le champ sang et destruction – au risque lointain et imaginaire d’une Iran folle au point d’employer l’arme suicidaire ; qu’ils préfèrent une folie systémique faite de menaces claires et de préparatifs ouverts pour ce qui pourrait devenir une mission suicide israélienne. (...)

Si ce week-end le président Pérès semble s’être rallié au parti de la guerre mené par le premier ministre et agent britannique Bibi Netanyahu, de nombreuses personnalités politiques et militaires, comme nous l’avons indiqué la semaine dernière, se sont exprimées publiquement contre l’option suicidaire.

L’ancien chef du Mossad, Ephraim Halevy a mis en garde, dans les colonnes du Yediot Aharonot, contre les conséquences dévastatrices d’une telle attaque pour la région. « Une attaque sur l’Iran affecterait non seulement Israël, mais toute la région pour cent années » . Si l’Iran ne doit pas devenir une puissance nucléaire, a-t-il dit, ses capacités sont encore « loin de poser une menace existentielle pour Israël », soulignant que « la radicalisation ultra-orthodoxe » représente une menace bien plus grande qu’une Iran nucléaire.

De même, deux anciens chefs d’Etat-major de l’armée israélienne, Shaul Mofaz et Gabi Ashkenazy, ont dénoncé les projets bellicistes de Netanyahu, tout comme l’ancien chef des services secrets Meir Dagan et l’ancien chef de la sécurité intérieure Yuval Diskin.



À lire aussi...

Lire aussi :

 

 

 
Voir aussi :
"Nous sommes face à « un risque de conflit nucléaire général"
.
.

Crise et Nouvel Ordre Mondial: la guerre d’Iran aura t’elle lieu ?…

le novembre 7, 2011 par Résistance 71

Moscou avertit contre une attaque sur l’Iran

RT

le 7 Novembre 2011

url de l’article original (avec vidéo en anglais):

http://rt.com/politics/lavrov-iran-military-strike-689/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~


Une frappe militaire contre l’Iran à cause de son programme nucléaire serait une grave erreur et mènerait à des conséquences imprévisibles, a dit le ministre des Affaires Etrangères russe Sergeï Lavrov.

Lavrov  a signalé qu’il n’y a pas de solutions militaires aux conflits internationaux car cela ne peut qu’augmenter le nombre de victimes.

“Nous en avons la preuve tous les jours quand nous voyons comment les problèmes autour de l’Iran sont résolus, que ce soit en Irak ou en Afghanistan ou que ce soit dans les autres pays de la région”, a dit le ministre ce Lundi dans une conférence de presse commune avec son homologue irlandais Eamon Gilmore.

Le premier diplomate de Russie a insisté sur le fait que tout conflit ne peut être résolu que sur la base de principes approuvés par la communauté internationale et établis par la charte des Nations-Unies. La loi internationale n’autorise les états qu’à utiliser la force en cas de légitime défense ou quand il y a une résolution du conseil de sécurité de l’ONU.

“Nous ne sommes dans aucun de ces cas précis en ce moment et j’espère que nous ne le serons pas.” A dit Lavrov, cité par l’agence Interfax.

D’après lui, la reprise des négociations entre Téhéran et le groupe des six nations (les cinq membres permanents du conseil de sécurité plus l’Allemagne) est la seule façon d’apaiser la situation autour du problème de la question nucléaire iranienne. Il a rappelé que Moscou a fait des propositions pour une solution à la question maintenant verouillée depuis plus d’un an.

“Nos propositions demeurent sur la table des négociations. J’espère qu’aucune action ne sera entreprise qui pourrait ruiner volontairement ou involontairement les chances de solution qui demeurent.” A dit Lavrov.

Ce commentaire suit des remarques datant de la semaine dernière du président israélien Shimon Peres, qui avait réferré à l’Iran comme étant “le plus grand danger” pour Tel Aviv et pour le monde entier et ajouta qu’une action militaire contre la république islamique serait prise très bientôt.

Simultanément, le Washington Post, citant des sources diplomatiques, a rapporté Lundi que l’agence nucléaire de l’ONU, l’IAEA, a obtenu des informations concernant le fait que l’Iran pourrait être en avance sur la possibilité de fabriquer des armes nucléaires avec l’aide de spécialistes étrangers, incluant un “ancien scientifique d’armement nucléaire soviétique”. On dit qu’il “aurait aidé les Iraniens durant plusieurs années sur la fabrication de détonateurs de précision utilisés pour déclancher les réactions en chaînes d’armes nucléaires.”. Il est aussi stipulé que des scientifiques pakistanais et nord-coréens auraient donné aus Iraniens une technologie qui aiderait la République Islamique à développer “sa limite de capacité nucléaire”.

Comme la réthorique anti-iranienne de l’occident et d’Israël s’est intensifiée, Téhéran a déclaré que les Etats-Unis ont mis une certaine pression sur l’AIEA. Le ministre iranien des Affaires Etrangères Ali Akbar Salehi a insisté Samedi sur le fait que l’agence de l’ONU, en tant qu’organisation indépendante, ne doit pas être influencée par les grandes puissances et ajouta que de telles pressions sont motivées politiquement et manquent de crédibilité technique, a rapporté l’agence d’information iranienne IRNA.

Les Iraniens disent que les documents qui soi-disant prouvent que l’état islamique a progressé dans le développement d’armes nucléaires sont des faux. Salehi nota que les Américains ont publié ce genre de documents dans le passé. Il dit en commentaire sur les plans accélérés américains de lancer une attaque sur l’Iran, que “L’Iran s’était préparée pour le pire” et a exprimé l’espoir que “Washington réfléchira à deux fois avant de se positionner sur une trajectoire de collision avec l’Iran”.

“Les Etats-Unis ont malheureusement perdu toute forme de sagesse et de prudence quant aux affaires internationales. Ils ne dépendent que de leur puissance.” A dit Salehi au média.


Repost 0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 15:25

Sarko et Cameron, leur cadeau à l’humanité : la guerre et le racisme

John PILGER

L’attaque Euro-Américaine contre la Libye n’a rien à voir avec la protection de qui que ce soit; il n’y a que les indécrottables naïfs pour avaler de telles bêtises. Il s’agit de la réponse de l’Occident aux soulèvements populaires dans une région stratégique du monde et le début d’une guerre d’usure contre le nouveau rival impérial, la Chine.

La distinction historique de Barack Obama est désormais assurée. Il est le premier président noir de l’Amérique à envahir l’Afrique. Son agression contre la Libye est dirigée par l’Africa Command des États unis, qui fut mise en place en 2007 pour protéger les ressources naturelles de l’Afrique des peuples miséreux de l’Afrique et de l’influence commerciale croissante de la Chine. La Libye, avec l’Angola et le Nigeria, est la principale source d’approvisionnement en pétrole de la Chine. Tandis que les avions américains, britanniques et français écrasent à la fois les « bons » et les « mauvais » Libyens, les 30.000 travailleurs chinois sont en cours d’évacuation, peut-être définitive. Des déclarations par des officiels et médias occidentaux selon lesquelles un « Colonel Kadhafi, dérangé et criminel » planifierait un « génocide » contre sa propre population attendent toujours leur confirmation. Tout cela nous fait penser aux affirmations frauduleuses sur la nécessité d’une « intervention humanitaire » au Kosovo, pour pouvoir dépecer la Yougoslavie et installer la plus grande base militaire US en Europe.

Le scénario est tellement familier. Les « rebelles pro-démocratie » libyens sont sous les ordres du Colonel Khalifa Hafter qui, selon une étude de la Fondation Jamestown, a créé l’Armée Nationale Libyenne en 1988 avec « un fort soutien de la CIA ». Au cours des 20 dernières années, le Colonel Haftar habite pas très loin de Langley, en Virginie, siège de la CIA, qui lui fournit aussi un camp d’entraînement.

Les Moudjahidin, qui ont produit Al-Qaeda, et le Congrès National Irakien, qui ont rédigé les mensonges sur l’Irak proférés par Bush et Blair, ont été eux aussi patiemment préparés dans la cadre bucolique de Langley.

Les autres dirigeants « rebelles » en Libye sont Mustafa Abdul Jalil, l’ancien ministre de la Justice de Kadhafi jusqu’en février, et le Général Abdel-Fattah Younes, qui a dirigé le Ministère de l’Intérieur de Kadhafi : les deux ont une réputation bien établie de réprimer sauvagement toute dissidence. Il y a une guerre civile et tribale en Libye, qui comprend une révolte populaire contre les violations des droits de l’homme de Kadhafi. Cependant, c’est l’indépendance de la Libye, et pas la nature de son régime, dans une région composée de vassaux, qui est intolérable aux yeux de l’Occident. Avec sa verve et ses manières de Bédouin, Kadhafi a longtemps été le « chien fou » idéal (Daily Mirror), qui requiert désormais le recours à des pilotes héroïques américains, français et britanniques pour aller bombarder des zones urbaines à Tripoli, dont une maternité et un centre de cardiologie. Le dernier bombardement AMÉRICAIN de 1986 a réussi à tuer sa fille adoptive.

Ce que les États-Unis, les Britanniques et les Français espèrent réussir est le contraire d’une libération populaire. En sabotant les efforts des authentiques démocrates et nationalistes libyens de libérer leur pays à la fois d’un dictateur et de ceux corrompus par l’extérieur, le « bruit et la fureur » en provenance de Washington, Londres et Paris ont réussi à atténuer le souvenir de ces journées d’espoir de janvier à Tunis et au Caire, et à détourner l’attention de tous ceux qui veillaient à ce que leurs acquis ne soient pas discrètement retirés. Le 23 mars, le régime militaire en Égypte soutenu par les États-Unis a publié un décret interdisant les grèves et les manifestations. On n’en a pratiquement pas parlé en Occident. Maintenant que Kadhafi est devenu le démon officiel, Israël, la véritable plaie, peut poursuivre sa campagne de vols des terres et d’expulsions. Facebook a subi les pressions sionistes pour retirer la page appelant à un soulèvement Palestinien – la troisième Intifada – pour le 5 mai.

Rien de cela ne devrait nous étonner. L’Histoire nous apprend que de telles machinations sont courantes, comme nous le montrent les interventions de deux hauts diplomates aux Nations Unies qui se sont exprimés dans Asia Times. Lorsqu’ils ont exigé de savoir pourquoi les Nations Unies n’ont pas désigné une commission d’enquête pour la Libye au lieu d’autoriser une agression, il leur a été répondu qu’un marché avait été conclu entre la Maison Blanche et l’Arabie Saoudite. Une « coalition » AMÉRICAINE serait chargée « d’éliminer » le récalcitrant Kadhafi et les Saoudiens écraseraient le soulèvement populaire à Bahreïn. Cette dernière tâche étant accomplie, le roi aux mains tachées de sang de Bahreïn sera un des invités au Mariage Royal à Londres.

Cette réaction est incarnée par David Cameron (premier ministre britannique – NDT) dont le seul véritable travail consiste à s’occuper des relations publiques du magnat de la télévision, Michael Green. Cameron se trouvait dans le Golfe en train de vendre des armes aux tyrannies créées par la Grand-Bretagne lorsque le peuple s’est soulevé contre Abdullah Saleh, au Yémen ; le 18 mars, le régime de Saleh a assassiné 52 manifestants. Cameron n’a rien dit de spécial. Yémen est « l’un des nôtres », comme on aime dire au Foreign Office (Ministère des Relations Extérieures – NDT). Au mois de février, Cameroun s’est démasqué en lançant une attaque contre ce qu’il a appelé un « état multiculturel » - nom de code pour désigner les Musulmans. Il a dit « Nous devons être beaucoup moins tolérants que par le passé ». Il fut applaudi par Marine Le Pen, dirigeante du parti fasciste français, le Front National. « C’est exactement le genre de déclaration qui nous a valu d’être exclus de la vie publique pendant 30 ans », a-t-elle déclaré au Financial Times. « Je ne peux que le féliciter ».

Dans ses périodes les plus rapaces, l’Empire britannique produit des quantités industrielles de David Cameron. Contrairement à de nombreux « civilisateurs » de l’ère victorienne, les guerriers sédentaires modernes à Westminster – pensez à William Hague, Liam Fox et le vicieux Nick Clegg – n’ont jamais été en contact avec les souffrances et le sang provoqués par leurs paroles et leurs actions. Avec leurs manières légèrement décontractées et toujours arrogantes, ils sont aussi lâches à l’étranger qu’ils le sont chez eux. La Guerre et le Racisme et la destruction du modèle de social-démocratie britannique sont leur cadeau. Ne l’oubliez pas lorsque vous descendrez par centaines de milliers dans les rues, comme le devoir vous l’impose.
Traduction « toute ressemblance avec un agité à l’Élysée... » par VD pour le Grand Soir avec probablement les fautes et coquilles habituelles
Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 02:07
Vauro_Obama_Nobel.jpg
Obama prix Nobel de la paix
Dessin de Vauro paru dans Il Manifesto
obama-noel-paix.jpg
http://early.hautetfort.com/archive/2009/10/10/est-ce-bien-raisonnable.html

 

Evo Morales : «Qu'on retire à Obama son Nobel de la Paix!» 


 Le président de Bolivie, Evo Morales, a demandé lundi qu'on retire le Prix Nobel de la Paix au président des Etats-Unis, Barack Obama, car selon lui, ce dernier est indigne du prix en "promouvant la violence", à travers l'intervention militaire en Libye.
"Il y a deux ans, on apprenait que le président Barack Obama avait gagné le Prix Nobel de la paix, mais en ce moment est-ce qu'il défend la paix, ou est-ce qu'il encourage plutôt la violence?" a demandé Evo Morales, un des gouvernants latino-américain.
"Comment est-ce possible qu'un Prix Nobel de la Paix puisse initier une invasion, un bombardement? C'est de la délinquance, c'est un assaut, une agression", a ajouté le président bolivien, qui s'exprimait devant des journalistes à La Paz capitale bolivienne.
"Pour cela, on devrait retirer le Prix Nobel de la Paix au président des Etats-Unis", a-t-il poursuivi.
Evo Morales, dont le pays a établi des relations diplomatiques avec la Libye en 2008 et qui s'était rendu alors dans ce pays, a dès le début de la crise libyenne rejeté le principe d'une intervention militaire, estimant qu'elle n'est "pas la solution" et allait entraîner "davantage de morts".
Il a jugé qu'une intervention des Etats-Unis ou de l'OTAN en Libye ne vise pas à protéger des vies mais "s'approprier les ressources naturelles de ce pays" riche en pétrole.

23/03/2011  

 http://www2.irna.ir

 

 

Le Parti libéral-démocrate russe propose de retirer son Prix Nobel à Obama.  

 

 Vladimir Jirinovski, leader du Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR) a proposé lundi soir au Comité Nobel de retirer son Prix Nobel de la paix au président américain Barack Obama.
"Les événements en Libye constituent un acte d'agression supplémentaire de la part des troupes de l’Otan, et notamment de celles des Etats-Unis. Il s'agit d'une manifestation flagrante de politique coloniale. Il s'agit également d'une ingérence brutale dans les affaires intérieures d'un Etat indépendant dont le seul objectif est de contrôler le pétrole et le régime libyens, et non pas de sauver le peuple de ce pays", a martelé le leader du LDPR, cité par son service de presse.
M. Jirinovski devrait s'entretenir également avec l'ambassadeur libyen à Moscou, Amir Al-Arabi, pour faire le point sur les derniers événements en Libye.

23/03/2011

 http://www2.irna.ir
 

 

Jean-Louis Denier : Libye : Sarkozy veut « son » Irak à lui


En mettant en parallèle l'actuelle intervention en Libye et la guerre en Irak, Jean-Louis Denier critique l'excitation soudaine de la diplomatie française qui laisse présager un enlisement du conflit, entre risques terroristes et coûts financiers.
Le mécanisme est le même : porter l’affaire devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, invoquer des arguments fleurant bon l’éthique, la morale et les Droits de l’Homme, obtenir la caution de l’un ou l’autre intellectuel, de préférence germanopratin.
Cela vous rappelle quoi ... ?
La Libye avec un méchant dictateur qui opprime et massacre son peuple ? Ou plutôt ... l’Irak avec un méchant dictateur qui, lui aussi, hasard, opprimait et massacrait son peuple ?
On ne peut que confondre les deux tant les « grosses » ficelles des scenarii sont les mêmes afin de convaincre (manipuler ?) les opinions publiques de la légitimité d’une intervention armée : un méchant vraiment méchant, de (bien) bonnes intentions, une future guerre juste, guerre digne de la doctrine mêlée d’Ambroise, Augustin de Côme et Hugo de Groot dit « Grotius » où un conflit se trouve légitimé s’il répare une injustice, l’entregent d’un BHL – promu ministre des Etranges Affaires en lieu et place de Juppé cantonné aux seules Affaires [qui lui sont devenues soudain] Etrangères – dont l’intervention est à l’unisson du soutien apporté jadis, à Bush Jr et à son assaut contre l’Irak, par un Goupil, un Glücksman, un Bruckner ou encore un Kouchner.
Tous les éléments se trouvent donc réunis comme dans une tragédie de bonne facture, unité de temps, de lieu, d’action, un véritable « Cercle Rouge » à la J-P. Melville, sans oublier les acteurs, Juppé, Sarkozy et Kadhafi.
QUAND JUPPÉ A LA MÉMOIRE PLUS QUE COURTE
Le pseudo-ministre des Affaires Etrangères devrait s’inquiéter. Non pas de la concurrence (loyale ?) de son ami BHL, mais de l’élasticité de son propre duo mémoire/conscience. Début mars, en effet, au 20H de TF1, d’abord, en Egypte, ensuite, il n’avait pas de proclamation assez ferme pour signifier, urbi et orbi, que toute intervention en Libye serait contreproductive. Manifestement, et devant les micros de l’ONU, le bombardement aérien est (re)devenu, aussi récemment que soudainement, productif.

L’ancien ministre de la défense n’a, également, guère de souvenir de ses précédentes responsabilités.
Bien que l’armée française soit à la peine en Afghanistan – du fait notamment d’un manque de moyens, par exemple en hélicoptères de transport d’assaut et de combat – on va, comme par miracle, trouver des avions, des équipages, du kérosène, des missiles et autres bombes de précision ... pour aller faire la nique à Kadhafi, lequel, voilà à peine deux ans, avait le droit de planter sa tente en plein Paris !

Ce, sans oublier le coût financier d’une telle opération alors que selon un certain premier ministre, notre pays est en faillite.
On remarquera, ainsi, qu’il est des options stratégiques proprement édifiantes : on distille les moyens au compte-goutte quand il s’agit de mener un conflit d’importance première – car, selon la vérité officielle, l’intervention en Afghanistan  permet de prévenir et de protéger la France de toute tentative de terrorisme fomentée par Al-Qaeda – par contre, quand il s’agit d’intervenir en dehors de toute nécessite défensive vitale, on se déclare prêt à  mettre le paquet  et à frapper sans attendre ... .
SARKOZY : GESTICULER POUR EXISTER
Cette volonté d’agir et de « sur-agir » porte la marque (de fabrique) de Nicolas Sarkozy.
Afin de faire oublier atermoiements, quiproquos et ridicules « MAMESQUES » lors du soulèvement tunisien, l’actuel locataire de l’Elysée a décidé d’adopter une posture morale et « droits de l’hommesque ». Il a fait cavalier seul, ignorant les réticences des partenaires européens, pour reconnaître  le gouvernement (?) insurrectionnel libyen. Il a poussé à la roue les Britanniques afin d’obtenir leur éventuels concours à des frappes.
Cette diplomatie élyséenne hésite entre délire et danger.
Délire : car des armes françaises vont s’abattre sur celui à qui l’on voulait, lors de sa dernière visite sur le sol français, vendre des avions de combat multi-rôles de dernière génération. Que se passerait-il si le marché avait été conclu et honoré ... assisterait-on à un match Rafale contre Rafale ?

Dangereux : car il est tout aussi faux et vain de croire que des frappes aériennes, seules, permettront de résoudre, en totalité, la situation en Libye. La campagne aérienne du Kosovo est là pour le prouver : 79 jours de bombardement n’y apportèrent aucune solution de stabilisation concrète et de règlement politique. Il en sera de même si la Libye « kadhafienne » est frappée. Pire encore, l’on assistera à la partition du pays et à des raids sporadiques des forces loyalistes contre les territoires « libérés » aux mains des insurgés, lesquels réclameront, alors, une intervention terrestre et ce sera un nouvel engrenage, un nouvel Irak si les Occidentaux – notamment les Français - répondent à cet appel ... .
Ceci est d’autant plus vrai que Kadhafi, contrairement à Juppé, à de la mémoire.
KADHAFI VA SE SOUVENIR QU'IL A SOUTENU LE TERRORISME AVEC SUCCÈS
Le Guide de la Révolution a été, pendant les années 1970 et 1980, un généreux financier et organisateur du terrorisme international. Nul doute que s’il subit les affres de frappes aériennes, il reprendra ses habitudes et contact étroits avec la Syrie et l’Iran voire, et alors qu’il accuse cette organisation de lui avoir nui, ouvrira ses frontières à l’AQMI, filiale maghrébine d’Al-Qaeda.

Dotées de frontières communes  avec l’Algérie, le Niger, le Tchad, le Soudan et l’Egypte, la Libye est, de ce point de vue, un espace plus qu’intéressant pour l’AQMI : on peut s’y entraîner, on peut y manœuvrer pour s’infiltrer, on peut s’y replier après avoir frappé tout autour.
Par ailleurs, la Jamahiriya libyenne dispose de suffisamment de représentations diplomatiques à l’étranger pour organiser et/ou téléguider, de-ci, de-là, l’un ou l’autre attentat ... contre un centrale nucléaire notamment.
Et où justement ... ?
En France.

Samedi 26 Mars 2011

Olivier MONTULET

 

 

Editorial  

Tiré à part :

Evo Morales : «Qu'on retire à Obama son Nobel de la Paix!» 

Le Parti libéral-démocrate russe propose de retirer son Prix Nobel à Obama.

Jean-Louis Denier : Libye : Sarkozy veut « son » Irak à lui

Lutte pour la libération du territoire

1 Au jour le jour

2 Lutte pour la libération du territoire

3 Politique internationale

4 Institutions internationales 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Hugo Chavez juge "irresponsable" l'intervention armée contre la Libye 

5-2 Michel Collon : la différence entre un bon arabe et un mauvais arabe.  

6 Les brèves 

6-1 Falco Accame : Des bombes à l’uranium appauvri pleuvent sur la population libyenne.

7  Dossier  

7-1 Danilo Zolo : Une imposture criminelle.

7-3 Maurizio Matteuzzi : Et si les gentils n’étaient pas si gentils ?

7-4 Robert Bibeau  : LA LIBYE SOUS LES BOMBES « HUMANITAIRES » DE L’ONU 

7-5 Moumene Belghoul : L’embarrassant rôle de l’Otan en Libye.  

7-6 Grégoire Lalieu : Entretien avec Jean Bricmont : La Libye face à l’impérialisme humanitaire.

8 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage 

8-1 Interview en partie très intéressante ce matin à la RTBF,

8-2 Déclaration d’«Action urgente Canada»   

8-3 Ginette Hess Skandrani : Libye : je me refuse à hurler avec les loups.

8-4 Objet : Demande d’une rupture des relations diplomatiques des pays membres de l’U.A avec la France.

9 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

9-1 Thierry Meysan : Quelque mensonges sur la guerre de Libye

 

 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           :  no-war.over-blog.com

c) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

.

http://bxl.attac.be/spip/IMG/jpg_dessin687_titom_Obama_prix_Nobel.jpg

http://bxl.attac.be/spip/spip.php?article24

HamburGUERRE

Politique extérieure et impérialisme des USA, les agressions de l’OTAN

Repost 0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:19
Blair : « l’Occident doit se préparer à affronter l’Iran par la force » - © Juif.org
L’ancien premier ministre britannique Tony Blair a exhorté l’Occident à se préparer à affronter l’Iran avec force pour faire face à la « menace et les défis à venir » venant de Téhéran, selon l’agence de presse française AFP.
 
« L’Iran doit être confronté et changé. L’Iran est un défi qui s’annonce. Il est négatif et déstabilisent. Il soutien les terroristes, » a déclaré Blair vendredi à la commission d’enquête Chilcot, la commission britannique d’enquête sur la guerre en Irak.
 
« Je vous dis ceci avec toute la passion que je peux, à un certain point, l’Occident devra sortir de ce qui est a mon sens une politique misérable d’excuse pour croire que nous causons ce que font les iraniens, ou ce que font ces extrémistes, » a déclaré Blair, qui sert aussi d’envoyé spécial de la Quartet au Proche Orient.
 
« Nous devons sortir notre tête du sable. Ils sont fondamentalement en désaccord avec notre mode de vie et ils continueront à moins que nous les confrontions avec détermination et, le cas échéant, avec la force. »
 
Blair a ajouté qu’il pouvait voir « partout l’impact et l’influence de l’Iran. »
 
http://www.juif.org/defense-israel/144493,blair-l-occident-doit-se-preparer-a-affronter-l-iran-par-la-force.php
Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 21:29

La confession arrogante de Blair sur l’Irak


AUTEUR:  Abdelbari ATWAN عبد الباري عطوان

Traduit par  IAY. Édité par Fausto Giudice


 

Blair, dans l’interview dont il est question dans cet article d’Atwan, affirme que ce fut  sa « foi », qui lui donna la force et le courage de prendre des décisions impopulaires.
Ce « croyant » fut anglican, et puis il se convertit au catholicisme fin 2007 après avoir rencontré le Pape. Avant et après il ne cessait de raconter des mensonges en causant le massacre de centaines de milliers de personnes, et il persévère en affirmant, comme on va le voir, qu’il serait prêt d’inventer d’autres fausses raisons pur justifier les crimes de sa bande.
Tout cela grâce à sa « foi » ! Il est curieux qu’après de tels aveux, ce criminel ne soit pas encore excommunié par les autorités religieuses officielles et que les « puissances civilisatrices » de la planète n’aient pas encore déclaré la guerre aux extrémistes de son genre.
En revanche, ceux qui ont repris son flambeau en France et en Europe, viennent nous parler maintenant de la menace « existentielle » que représente la présence musulmane en Europe ! L’on peut se demander si ce n’est qu’un autre volet du même projet ?
- IAY

 Tony Blair, l’ex-Premier ministre britannique a choqué beaucoup de monde en Grande-Bretagne, en reconnaissant qu’« il serait allé envahir l’Irak même s’il avait su à l’avance que le régime du Président Saddam Hussein ne possédait pas d’armes de destruction massive ».

Pis encore, Blair a déclaré qu’il aurait trouvé d’autres motifs pour justifier l’invasion, car l’objectif principal c’était de changer le régime à Bagdad et de renverser son président Saddam Hussein, coûte que coûte.

Ces déclarations de Blair ont été faites lors d’une interview avec la présentatrice d’un nouveau programme sur les religions à la BBC, où Blair a défendu sa croyance religieuse et la sincérité de sa nouvelle foi dans le catholicisme qu’il a embrassé il y deux ans.

Il se peut que ces déclarations aient surpris beaucoup de monde en Grande-Bretagne, que ce soit au sein de l’élite politique ou bien dans les classes populaires, mais elles n’ont certainement pas surpris des gens comme nous, qui furent une minorité à s’opposer à la guerre, et à insister sur l’existence d’un complot usaméricain imaginé par les néoconservateurs usaméricains, dont la plupart étaient des juifs pro-israéliens, afin de viser et d’humilier les Arabes et les musulmans.

L’ex-président usaméricain George Bush fut le premier à révéler ce complot en déclarant qu’il lancerait une « croisade » contre l’islam et les musulmans. Ses conseillers ont essayé d’atténuer la brutalité de ses déclarations, tantôt en affirmant qu’il s’agissait d’un « lapsus », et tantôt qu’il ne voulait pas dire ce mot au sens littéral, et qu’il s’agissait juste d’une « façon de parler ».

Cependant Blair affirma dans la même interview que l’expression « croisade » fut utilisée intentionnellement pour décrire une coalition « anglo-américaine » qu’il a définie en tant que « religieuse ». Il ajouta que l’Islam fut au centre de plusieurs conflits majeurs à travers le monde, et qu’il y avait une attente de conflits internes entre les musulmans eux-mêmes.

L’Irak fut visé parce que Saddam était devenu une menace pour Israël et l’hégémonie occidentale, ainsi que pour l’approvisionnement en pétrole. L’enlever de la carte politique et militaire de la région était devenu crucial pour assurer la supériorité militaire israélienne.

Les témoignages données par des officiers britanniques devant la commission d’enquête sur la guerre en Irak présidée par Sir Chilcot, ont révélé que Blair envisager de forcer un changement de régime en Irak depuis 1998, soit presque deux ans avant que les néoconservateurs usaméricains adoptent la même stratégie. Plus important, ces officiers ont aussi déclaré que Blair avait signé un document s’engageant à faire la guerre en Irak avec George W. Bush un an avant l’invasion, et qu’il avait systématiquement négligé les points de vue de ses ministres ou des députés, voire même de Lord Goldsmith, le procureur général, qui lui avait dit qu’à son avis, l’invasion de 2003, à l’époque et dans ces circonstances diplomatiques, serait illégale vis-à-vis de la loi internationale.

Blair mentit au peuple britannique, au parlement et même à son cabinet, et continua à répéter ces mensonges même après la fin de la guerre et la découverte de ses conséquences catastrophiques pour le peuple irakien et pour toute la région. Quand il parlait au parlement de la capacité du régime irakien à développer des armes biologiques, chimiques et nucléaires pour attaquer la Grande-Bretagne et ses intérêts, il savait très bien que ces armes n’existaient pas, tout comme il mentait quand il affirmait que le président irakien pouvait sauver sa vie et son régime en coopérant avec les équipes d’inspection de l’ONU.

Ces deux raisons fabriquées pour envahir l’Irak sont les mêmes que celles qui ont assuré la légalité d’un « procès » pour faire venir Saddam Hussein devant la justice et l’exécuter en un temps record, parce qu’ils savaient très bien que la durée de vie de leurs mensonges allait être courte et que le peuple irakien avait déjà compris l’ampleur de la catastrophe.

Tous les discours à propos des violations des droits de l’Homme par Saddam et de sa violence contre son propre peuple furent des bombes fumigènes pour cacher le vrai but de la guerre, qui était de détruire l’Irak de l’intérieur et de l’extérieur en déchirant son tissu social et son héritage culturel, en détruisant son identité nationale et en le noyant dans un conflit ethnique et sectaire.

Blair a aussi admis que la relation spéciale avec le président Bush fut au cœur de ses décisions politiques. Il n’aurait pas laissé tomber Bush en hésitant à engager la Grande-Bretagne dans les guerres en Afghanistan et en Irak.

L’Irak et l’Afghanistan furent les victimes de cette lamentable croisade, dont les promesses de transformer ces deux pays en des modèles régionaux de prospérité, de stabilité et de bonne gouvernance, se révélèrent risibles.

Est-ce une coïncidence que ces deux pays musulmans sont classés par Transparency International, parmi les plus corrompus dans le monde, juste après la Somalie ?

Les confessions de Blair ne doivent pas rester sans conséquences. Elles doivent être utilisées par des experts juridiques pour faire venir la Grande-Bretagne et ses cohortes devant la Cour pénale internationale à la Haye.

Le changement de régime par la force militaire et sans justification légale, est une violation manifeste des conventions de Genève et des lois internationales, comme Lord Goldsmith l’avait expliqué clairement à Tony Blair quand ce dernier lui avait demandé son avis avant l’invasion.

Le peuple irakien a perdu deux millions et demi de martyrs dont un million pendant les sanctions qui durèrent 13 ans avant la guerre. Il y a deux millions de veuves et quatre millions d’orphelins. Quatre autres millions d’Irakiens sont déplacés à l’intérieur et à l’extérieur de leur pays. L’infrastructure irakienne a été complètement détruite tout comme son cadre économique ; les classes moyennes irakiennes subissent des pertes sans aucun espoir d’une compensation matérielle par la coalition des envahisseurs.

Il est malheureux que les mêmes gouvernements arabes qui se plaignent actuellement du déséquilibre stratégique dans la région à cause de l’absence de l’Irak comme une force pouvant faire face à un Iran en expansion, aient joué un rôle central dans le soutien au projet « Blair-Bush » enraciné dans une croisade contre l’islam et les musulmans. Il est aussi malheureux que des Irakiens, à tort ou à raison, tombent dans le même piège. Hélas, beaucoup de ces Arabes continuent dans la même erreur en se préparant à participer dans une guerre tellement similaire contre l’Iran.

Blair est reçu avec hospitalité dans la plupart des capitales arabes en tant qu’envoyé du Quartet pour la Paix au Moyen-Orient, alors que dans les capitales européennes il est reçu avec des œufs pourris et des appels à le juger en tant que criminel de guerre depuis que ses mains sont tâchées du sang de millions d’Irakiens innocents.

Il est sûrement temps de mettre un terme à ce paradoxe honteux ?

 


 

Source : ÇÚÊÑÇÝÇÊ ÈáíÑ ÊÈÑÆ ÕÏÇã

Article original publié le 14/12/2009

Sur l’auteur

IAY est un collaborateur de Tlaxcala, le réseau international de traducteurs pour la diversité linguistique, dont Fausto Giudice est membre. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner l’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=9536&lg=fr

http://no-war.over-blog.com/ext/http://www.tlaxcala.es/pp.asp?lg=fr&reference=9536

 

 

Repost 0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 16:14
Le crépuscule des psychopathes

By Équipe Signes des Temps

By Équipe Signes des Temps The Canadian
Samedi 5 janvier 2008



“Notre société est dirigée par des fous ayant des objectifs démentiels. Je pense que nous sommes gouvernés par des maniaques ayant des fins maniaques et je pense avoir des chances d’être mis à l’écart comme fou pour avoir dit ça. C’est ce qui est fou à propos de ça. » – John Lennon, avant son assassinat par Mark David Chapman, sujet contrôlé mentalement par la CIA.

Quand on demanda à Gandhi son opinion sur la civilisation occidentale, il répondit que ce serait une bonne idée. Mais cette citation souvent citée est trompeuse, en supposant comme elle le fait que la civilisation est une pure bénédiction.

On nous dit que les gens civilisés vivent pacifiquement et en coopération avec leurs semblables, en partageant le travail nécessaire dans le but d’obtenir le loisir de développer les arts et les sciences. Et bien que ce soit une bonne idée, ce n’est pas une description exacte de ce qui s’est passé dans les cultures soi-disant avancées au cours des derniers 8 000 ans.

La civilisation, telle que nous la connaissons, est largement la création des psychopathes. Toutes les civilisations, y compris la nôtre, ont été fondées sur l’esclavage et la « guerre ». Incidemment, ce dernier terme est un euphémisme pour massacre de masse.

La recette courante pour la civilisation est simple :

1) Utilisez les mensonges et le lavage de cerveau pour créer une armée de meurtriers de masse contrôlés et méthodiques.

2) Utilisez cette armée pour asservir de grands nombres de gens (c-à-d. prenez le contrôle de leur puissance de travail et ses fruits)

3) Utilisez cette puissance de travail asservie pour améliorer le processus de lavage de cerveau (en utilisant le surplus économique pour employer des scribes, des prêtres et des hommes de relations publiques). Puis revenez à l’étape n°1 et répétez le processus.

Les psychopathes ont joué un rôle disproportionné dans le développement de la civilisation, parce qu’ils sont câblés pour mentir, tuer, blesser et généralement infliger de grandes souffrances sur les autres humains sans ressentir le moindre remords. L’inventeur de la civilisation – le premier chef de tribu qui a réussi à laver le cerveau d’une armée de tueurs de masse contrôlés – était presque certainement un psychopathe génétique. Depuis cette découverte capitale, les psychopathes ont joui d’un avantage significatif sur les non-psychopathes dans la lutte pour le pouvoir dans les hiérarchies civilisées – surtout les hiérarchies militaires.

 

Les institutions militaires sont faites sur mesure pour les tueurs psychopathes. Les 5% environ d’hommes qui ne ressentent aucun remords à tuer leurs semblables font les meilleurs soldats. Et les 95% qui sont extrêmement réticents à tuer font de mauvais soldats – à moins de leur laver le cerveau avec des méthodes modernes hautement sophistiquées qui les transforment (temporairement, on l’espère) en psychopathes fonctionnels.

Dans « On Killing », le Lt. Col. Dave Grossman a ré écrit l’histoire militaire, pour souligner ce que cachent les autres histoires : le fait que la science militaire est moins concernée par la stratégie et la technologie, que surmonter la réticence humaine instinctive à tuer des membres de sa propre espèce. La vraie « Révolution dans les Affaires Militaires » ne fut pas l’impulsion de Donald Rumsfeld vers la haute technologie en 2001, mais la découverte dans les années 1940 du Brigadier général S.L.A. Marshall que seulement 15 à 20% des soldats de la Seconde guerre mondiale sur la ligne de feu utiliseraient leurs armes : « Ceux (80 à 85%) qui n’ont pas tiré ne se sont pas enfuis ou cachés (dans beaucoup de cas ils étaient prêts à se mettre en grand danger pour leurs camarades, prendre des munitions, ou transmettre des messages), mais ils ne tiraient pas sur l’ennemi, même quand ils étaient confrontés à des vagues répétées d’attaques furieuses » (Grossman, p. 4)

La découverte et la recherche subséquente de Marshall prouva que dans les guerres précédentes, une minorité minuscule de soldats – les 5% qui sont des psychopathes innés, et peut-être quelques imitateurs temporairement fous – a causé presque tous les meurtres. Les gens normaux passaient à travers les mouvements et, si possible, refusaient de prendre la vie d’un soldat ennemi, même si cela signifiait perdre la leur. L’implication : les guerres sont des massacres de masse de non-psychopathes ritualisés par des psychopathes. (Cela ne peut être bon pour le capital génétique de l’humanité !)

L’ouvrage de Marshall apporta une révolution copernicienne à la science militaire. Dans le passé, tout le monde croyait que le soldat voulant tuer pour son pays était la norme (héroïque), tandis que celui qui refusait de se battre était une (lâche) aberration. La vérité était que le soldat normatif provenait des 5% psychopathologiques. La saine majorité préférerait mourir que combattre.

L’implication, trop effrayante à digérer complètement pour ceux comme Marshall et Grossman, était que les normes du comportement du soldat au combat avaient été établies par des psychopathes. Cela signifie que les psychopathes contrôlaient l’armée en tant qu’institution. Pire, cela signifiait que les psychopathes contrôlaient la perception des affaires militaires par la société. Manifestement, les psychopathes exerçaient une quantité énorme de pouvoir dans une société normale, apparemment saine.

Comment cela se pouvait-il ? Dans « Ponérologie Politique », Andrzej Lobaczewski explique que les psychopathes cliniques jouissent d’avantages même dans des compétitions non-violentes pour grimper les échelons dans les hiérarchies sociales. Parce qu’ils peuvent mentir sans remords (et sans le stress physiologique révélateur qui est mesuré par les tests au détecteur de mensonge) les psychopathes peuvent toujours dire tout ce qui est nécessaire pour obtenir ce qu’ils veulent. Au tribunal, par exemple, les psychopathes peuvent dire des énormes mensonges de manière plausible, tandis que leurs adversaires sont handicapés par une prédisposition émotionnelle à rester à portée de la vérité. Trop souvent, le juge ou les jurés imaginent que la vérité doit se trouver quelque part au milieu, et ensuite prennent les décisions qui bénéficient au psychopathe. Comme avec le juge et les jurés, la même chose est valable pour les responsables des décisions concernant qui promouvoir et qui ne pas promouvoir dans les hiérarchies des entreprises, de l’armée et du gouvernement. Le résultat est que toutes les hiérarchies deviennent inévitablement surchargées à leur sommet par des psychopathes.

Les soi-disant théoriciens du complot, dont certains méritent la connotation de ce terme suremployé, imaginent que des sociétés secrètes de juifs, Jésuites, banquiers, communistes, Bilderbergers, extrémistes musulmans, papistes et ainsi de suite, contrôlent secrètement l’Histoire, en faisant des actes sournois et/ou menaçant de prendre le monde en mains. En tant que « théoricien du complot » majeur selon Wikipedia, je me sens éminemment qualifié pour offrir une théorie du complot alternative qui, comme la théorie du complot alternative du 11 septembre, est à la fois plus simple et plus précise que la sagesse courante : La seule conspiration qui importe est la conspiration des psychopathes contre le reste d’entre nous.

 

Derrière la démence apparente de l’histoire contemporaine se trouve la démence réelle des psychopathes se battant pour préserver leur pouvoir disproportionné. Et à mesure que ce pouvoir devient toujours plus menacé, les psychopathes deviennent toujours plus désespérés. Nous sommes témoins de l’apothéose de « l’overworld[1] » – le syndicat du crime où l’ensemble superposé des syndicats se cache au-dessus de la société ordinaire et de la loi tout comme la pègre se cache en dessous. Dans le 11 septembre et les guerres déclenchées après le 11 septembre, nous voyons la saisie finale et désespérée du pouvoir ou « jeux finaux » de gangs brutaux et rusés de trafiquants de drogue et de tueurs de président ; des banquiers internationaux qui blanchissent l’argent et leurs tueurs à gages, économiques et autres ; des contractants militaires corrompus et des généraux zélés ; des prédateurs de l’industrie et ceux qui les autorisent politiquement ; des laveurs de cerveaux et violeurs du mental connus par euphémisme comme des experts en psy-ops et spécialistes en relations publiques – en bref, toute l’équipe malade des psychopathes bons à enfermer qui dirigent notre soi-disant civilisation. Et ils prennent peur à l’idée de perdre leurs acquis. Ce fut leur terreur de perdre le contrôle qu’ils projetèrent sur le reste d’entre nous en faisant éclater les Tours Jumelles et en incitant une rage de terreur psychopathique temporaire dans le public étatsunien.

Pourquoi la pathocratie craint-elle de perdre le contrôle ? Parce qu’elle est menacée par la diffusion de la connaissance. La plus grande peur de tout psychopathe est d’être découvert. Comme George H. W. Bush l’a dit à la journaliste Sarah McClendon en décembre 1999, « Si le peuple savait ce que nous avons fait, il nous poursuivrait dans la rue et nous lyncherait. » Etant donné que Bush est suspecté d’ avoir participé à des réceptions où des enfants prostitués étaient sodomisés et violés d’autres manières, parmi ses nombreux autres crimes, sa déclaration à McClendon devrait être prise au sérieux.

Les psychopathes traversent la vie en sachant qu’ils sont complètement différents des autres. Ils apprennent rapidement à cacher leur manque d’empathie, tout en étudiant soigneusement les émotions des autres afin d’imiter la normalité tout en manipulant de sang-froid les gens normaux.

Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies de l’information, nous sommes sur le point de démasquer les psychopathes et de construire une civilisation de, par et pour les hommes normaux – une civilisation sans guerre, une civilisation fondéesur la vérité, une civilisation dans laquelle les quelques saints plutôt que les quelques diaboliques graviteraient vers des positions de pouvoir.

Nous avons le savoir nécessaire pour diagnostiquer les personnalités psychopathiques et les maintenir en dehors du pouvoir. Nous avons le savoir nécessaire pour démanteler les institutions dans lesquelles les psychopathes se développent particulièrement – armées, agences de renseignement, grandes entreprises, et sociétés secrètes. Nous avons simplement besoin de disséminer ce savoir, et la volonté de l’utiliser, aussi largement que possible.

Par dessus tout, nous devons informer le public sur la manière dont les psychopathes cooptent et corrompent les hommes normaux. Une manière qu’ils utilisent, est la manipulation de la honte et du déni – des émotions étrangères aux psychopathes mais communes et facilement induites chez les gens normaux.

Considérez comment les gangs et les sociétés secrètes (les guildes de psychopathes déguisées) recrutent de nouveaux membres. Certains gangs criminels et congrès satanistes exigent que les candidats à l’admission commettent un meurtre pour « gagner leurs galons. » Skull and Bones, la société secrète basée à Yale qui approvisionne la CIA avec des trafiquants de drogue, des violeurs du mental, des violeurs d’enfants et des tueurs professionnels, requiert que les néophytes s’allongent nus dans un cercueil et se masturbent devant les membres plus anciens en récitant toute l’histoire sexuelle du candidat. En forçant le néophyte à s’engager dans un comportement ritualisé qui serait horriblement honteux dans une société normale, la guilde de psychopathes détruit la personnalité normale du candidat, en supposant qu’il en ait eu une au départ, et transforme l’individu en une ombre cooptée, corrompue, dégradée de son moi précédent – un psychopathe fabriqué ou un apprenti psychopathe.

La manipulation de la honte a le bénéfice supplémentaire de rendre les organisations psychopathiques effectivement invisibles à la société normale. Malgré des rapports médiatiques facilement disponibles, les électeurs étatsuniens en 2004 ont refusé de voir que les deux candidats présidentiels des partis majeurs s’étaient couchés nus dans un cercueil en train de se masturber devant de plus anciens Bonesmen dans le but d’être admis dans les Skulls and Bones et ainsi devenir des membres de l’overworld criminel. De la même manière, beaucoup d’Américains ont longtemps refusé de voir que des éléments bellicistes de l’overworld, opérant par la CIA, avaient été manifestement les meurtriers de JFK, MLK, RFK, JFK Jr., Malcolm X, Che Guevara[2], Allende, Wellstone, Lumumba, Aguillera, Diem, et d’innombrables autres leaders non-psychopathiques.

Ils refusent de voir l’évidence que les guildes de psychopathes qui dirigent les plus puissantes institutions de l’Amérique utilisent les formes les plus horribles de violence sexuelle imaginable pour induire un trouble de personnalité multiple dans les enfants victimes, puis utilisent les esclaves résultant contrôlés mentalement comme des trafiquants de drogue, des prostituées, des candidats mandchous, et même des délégués diplomatiques jetables. Et bien sûr, ils refusent de voir que le 11 septembre était clairement un travail intérieur, et que leur propre appareil militaire et de renseignement dominé par les psychopathes est derrière presque chaque scandale terroriste majeur des récentes décennies.

Tout ce comportement psychopathique au sommet de la hiérarchie sociale est simplement trop honteux pour que les gens ordinaires le voient, donc ils détournent les yeux, comme les épouses d’hommes qui abusent sexuellement leurs enfants refusent quelquefois de voir ce qui se passe à la vue de tous. Si le déni profond était une rivière en Égypte, l’aveuglement volontaire des citoyens étatsuniens serait plus comme la fosse des Mariannes.

Mais grâce au pouvoir de l’Internet, les gens se réveillent partout. Le seul non-psychopathe évident parmi les candidats présidentiels républicains, Ron Paul, se trouve être aussi le seul candidat dans les partis à avoir un soutien significatif de la base.

Si « amour » est inclus dans les messagers révolutionnaires de Ron Paul, c’est parce que le Dr Paul – un médecin à la voix douce qui a mis au monde plus de 4 000 bébés – reconnaît implicitement que le gouvernement est l’invention et l’outil des psychopathes, et par conséquent, doit être strictement limité dans sa marge de manœuvre et sujet à un système rigoureux de système d’équilibre des pouvoirs, de peur que les outils du psychopathe, la peur et la haine, remplace l’amour en tant que lien qui soude la société.

Le déclin du militarisme depuis la Seconde guerre mondiale dans les pays avancés, la diffusion de l’instruction et la technologie de la communication et les demandes croissantes du peuple pour une vie meilleure, représentent ensemble une force de rassemblement qui terrifie la pathocratie, (ces gangs de psychopathes alternativement en compétition-puis-coopérants qui ont régné par les mensonges, la peur et l’intimidation depuis l’aube de la soi-disant civilisation.)

Depuis que les armes nucléaires ont rendu la guerre obsolète, la pathocratie est terrifiée du fait que son mécanisme de contrôle social favori – le massacre de masse ritualisé – soit de plus en plus indisponible. Et si la guerre était la grande tragédie humaine, la tentative pathétique des pathocrates vers un substitut à la guerre – la « guerre contre le terrorisme » clairement fausse – la répète comme la plus pure des farces.

Nous assistons vraiment au crépuscule des psychopathes. Qu’ils réussissent dans leur agonie à baisser le rideau de la nuit éternelle sur nous tous, ou bien que nous leur résistions et survivions pour voir l’aube d’une civilisation digne de ce nom, c’est la grande décision à laquelle nous tous, quoique humblement, nous participons.

À propos de l’auteur :

Le Dr Kevin Barrett, co-fondateur de l’Alliance judéo-chrétienne-musulmane pour la vérité sur le 11 septembre, LINK, a enseigné l’anglais, le français, l’arabe, la civilisation américaine, les humanités, la littérature africaine, le folklore et l’Islam à des lycées et universités dans la région de la baie de San Francisco, à Paris et Madison au Wisconsin. Barrett est devenu un militant pour la vérité sur le 11 septembre en 2004 après avoir lu « The New Pearl Harbor » de David Griffin et conduit une recherche complémentaire qui l’a convaincu que Griffin avait résumé avec précision les preuves indiquant que le 11 septembre était un travail intérieur.

Pendant l’été 2006, des législateurs républicains et des présentateurs de Fox News ont demandé à ce que Barrett soit licencié de son poste d’enseignant sur un cours introductif à l’Islam à l’université de Wisconsin-Madison, mais l’université a refusé de se soumettre, et Barrett a reçu un fort soutien de la part de ses étudiants. Il est apparu dans plusieurs documentaires et conférences essentiellement sur le 11 septembre et il a trois programmes de radio sur trois chaînes patriotiques différentes.

 

___________________________________________________

[1] Par opposition à underworld = pègre (NdT)

[2] Note des éditeurs: Dans les faits, il apparaît que Che Guevara avait lui aussi une personnalité psychopathique, eu égard (entre autres choses) aux nombreuses exécutions qu’il a lui-même perpétrées, contre ceux qu’il qualifiait « d’ennemis » ou de « traîtres » à la Révolution, et pour lesquelles il n’a jamais exprimé de remords. L’ouvrage de Jacobo Machover « la Face cachée du Che » est très instructif de ce point de vue.

Sans doute l’auteur de l’article a-t-il lui aussi été abusé par l’image de « héros romantique » véhiculée depuis tant d’années sur ce personnage. N’oublions pas que les psychopathes ne font d’alliances que tant que cela sert leurs buts personnels et qu’un psychopathe peut en éliminer un autre.

Traduction française: Henri R.

http://www.futurquantique.org/?p=47

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives