Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 00:59
Le Spiegel défend la guerre en Afghanistan
"La guerre est essentielle aux intérêts capitalistes !"


 

Extraits. De nos jours, l’occupation sanglante et impopulaire de l’OTAN en Afghanistan soulève partout dans le monde des questions d’une importance cruciale.

 

Qu’est-ce que cette guerre apparemment interminable qui est devenue depuis peu la plus longue de l’histoire américaine? Pourquoi se poursuit-elle au mépris de l’opinion publique aussi bien en Afghanistan que dans les pays, théoriquement démocratiques, de l’OTAN ?

 

Le magazine allemand Der Spiegel a publié dernièrement un article de l’écrivain Dirk Kurbjuweit abordant ces questions, sous le titre « L’Afghanistan et l’Occident : les difficiles relations entre la démocratie et la guerre. » Il note que les deux tiers de la population allemande sont opposés à la guerre...


Les conclusions profondément réactionnaires que tire l’article sont partagées par toutes les classes dirigeantes d'Europe qui participent à l’occupation de l'Afghanistan par l'OTAN.

 

En essence, c’est un manifeste de guerre mêlé à un genre de chauvinisme fataliste. Dépouillé de ses ambiguïtés cyniques, l’argument du Spiegel est que la guerre en Afghanistan est essentielle aux intérêts capitalistes allemands et qu’elle doit se poursuivre en violation de la volonté populaire.

 

suite

 

http://www.alterinfo.net/Le-Spiegel-defend-la-guerre-en-Afghanistan_a48611.html

Partager cet article
Repost0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 13:37

Détails sur le produitTurquie : château d’eau, château fort du Moyen-Orient

La Turquie est un grand pays qui tire sa puissance de facteurs historiques et géopolitiques anciens. Elle reste l’héritière des empires seldjoukide et ottoman mais également de l’Empire byzantin que les Turcs ont soumis.


 

barrage_turc


 

 

Dans sa géographie actuelle, elle s’impose comme un acteur majeur du Moyen-Orient et une zone pivot entre l’Asie et l’Europe. Outre sa démographie (73 millions d’habitants), son développement économique (15ème économie mondiale) ou même sa puissance militaire (pays de l’OTAN), la Turquie détient un atout dans le grand jeu moyen-oriental : c’est le château d’eau de la région. L’eau, c’est véritablement le pétrole de la Turquie !


 

 

 

L’eau manque déjà au Moyen-Orient et elle manquera de plus en plus. Le croissant fertile qui fut le siège de grandes civilisations antiques et le berceau des grandes religions monothéistes, est irrigué principalement par le Tigre et l’Euphrate dont les sources sont en Turquie. Le Tigre prend sa source en Anatolie orientale puis parcourt la Turquie sur 400 km, avant de poursuivre sa course vers le Golfe persique. La moitié de l’eau de ce fleuve provient de la Turquie. L’Euphrate qui provient également des Monts Taurus, est alimenté à plus de 90% par les eaux turques sur environ 450 km de traversée de ce pays. Les deux fleuves se caractérisent par une irrégularité très forte du débit saisonnier, des crues très importantes et une diminution du débit d’amont en aval. Ces eaux sont stratégiques pour la Turquie, l’Irak et la Syrie.


 

 

De manière générale, l’eau manque cruellement au Moyen-Orient. Des stratégies alternatives ont été développées pour augmenter la ressource : dessalement, extraction des eaux fossiles, etc. Les ressources sont limitées et les besoins augmentent significativement. La croissance démographique est le premier facteur aggravant. Les populations turques, iraniennes ou syriennes ont doublé durant les 25 dernières années. La consommation des zones urbaines ne fait que s’amplifier. En effet, les comportements tendent à s’aligner sur ceux des pays européens. L’agriculture absorbe plus des trois quarts de l’eau potable. La concurrence entre les eaux urbaines et agricoles s’accroit et génère des tensions internes et externes. Aucune solution satisfaisante à moyen terme n’est envisageable car l’eau est un produit qui se transporte mal.


 

frontiere

 

 

 

Au plan local, dans le bassin du Tigre et de l’Euphrate, la gestion de l’eau s’avère un facteur de différends transfrontaliers. L’exploitation hydraulique est ancienne. Au début du XXème siècle, la Turquie envisage de maîtriser ces fleuves. Entre les deux guerres, l’irrigation est développée et le barrage d’Hindiya sur l’Euphrate, construit de 1911 à 1913, est modernisé en 1927. Des aménagements équivalents sont réalisés sur le Tigre. La discorde débute évidemment avec le démembrement de l’Empire Ottoman qui maîtrisait ces eaux jusqu’au Golfe persique et la « création » de la Syrie, sous mandat français et de l’Irak, sous mandat britannique. D’autres projets ont été développés depuis.


 

 

GAP


 

 

Le projet de Güneydogu Anadolu Projesi (GAP) qui vise à l’aménagement de ces deux fleuves a entrainé des conflits qui auraient pu dégénérer en affrontement militaire. En 1989, la chasse syrienne avait descendu un avion turc à proximité du chantier de construction du barrage Atatürk ! Ce projet représente un enjeu national de prestige et de souveraineté vis-à-vis du Kurdistan. Il devrait permettre de doubler les terres irriguées de la Turquie. Le but est de construire 22 barrages et de stocker 110 milliards de m3. Pour illustrer le côté gigantesque, le remplissage du barrage Atatürk, à partir de 1992, a fait baisser le débit de l’Euphrate d’un quart. En 1992, M. Karman Inan, ministre turc de l’intérieur, lors de la mise en eau du barrage Atatürk, déclarait : « l’eau sera la ressource la plus importante au Proche-Orient dans les décennies à venir, et nous sommes les plus riches propriétaires de cette ressource dans la région. Ces fleuves sont là depuis des millions d’années. Nous voulons les utiliser pour apporter leurs bienfaits aux enfants de ce pays ». Tout était dit ou presque ! Cette situation pourrait empirer durant les prochaines années, en l’absence d’accord tripartite entre la Turquie, l’Irak et la Syrie.


 

 

Selon Frédéric Lasserre, en 1990, la Syrie et la Turquie ont menacé d’en venir aux armes pour régler leur différend. De même, « lors de la crise d’octobre 1998, au cours de laquelle étaient entremêlées les questions du soutien syrien au PKK en Turquie et du partage des eaux de l’Euphrate, la Syrie a dû plier face aux menaces explicites d’Ankara ». Le GAP devrait permettre de produire de l’hydroélectricité et de développer le « Kurdistan turc » et ainsi, l’ancrer dans le destin national. La population kurde est répartie sur les territoires de la Turquie, de l’Irak, de la Syrie, de l’Iran et de l’Arménie, depuis le traité de Lausanne de 1923. Il convient donc de coupler la problématique de l’eau et celle du Kurdistan turc : sous-développement, terrorisme, séparatisme, etc. L’eau est un moyen de gestion des kurdes de l’intérieur et de l’extérieur, comme la puissance militaire qui fait régner l’ordre à l’intérieur et intervient chaque fois que nécessaire à l’extérieur, notamment au Kurdistan Irakuien comme en février 2008. Le smart power turc est simple, clair et efficace : la gestion de l’eau (soft power) et la pression militaire (hard power), le château d’eau et le château fort.


 

 

turquie

 

L’eau est donc un instrument de puissance qui alliée à la puissance militaire et politique turque lui permet de peser directement sur quelques pays de la région, notamment l’Irak. Le Kurdistan turc qui n’a pas la chance d’avoir du pétrole, comme son frère irakien, est lié à l’enjeu de l’eau. Cette gestion de l’eau permet de peser sur la politique Irakiienne et syrienne, dans une moindre mesure. C’est un des principaux leviers pour limiter l’autonomie du Kurdistan irakien. Rien n’empêche de penser qu’une entente avec l’autre puissance de la région, l’Iran, pourrait transformer l’Irak en état tampon sous double influence.


 

 

Cette question reste entière concernant l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne (UE). En l’absence d’accord sur l’eau entre les pays du bassin du Tigre et de l’Euphrate, l’UE peut-elle réellement cautionner une politique turque qui vise à assurer son propre développement en risquant d’empêcher des populations voisines de produire leur nourriture et d’avoir un juste accès aux ressources hydrauliques ?


 

 

S.D., Pour Convaincre

 

 

 

Sources :


 

 

  1. La gestion de l’eau et son impact sur le droit international, par Moussa Elimane Sall

  2. Dispute autour du Tigre et de l’Euphrate, par Christophe Rymarski

  3. GAP, le site

  4. Guerres de l’eau : paradigme des guerres du XXIe siècle ? Fréderic Lasserre

http://no-war.over-blog.com/ext/http://www.alliancegeostrategique.org/2010/03/26/turquie-eau-for/

Partager cet article
Repost0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 04:41


Aline de Dieguez




1ère Partie :Du Système de la Réserve fédérale au camp de concentration de Gaza



Le rôle d'une éminence grise: le Colonel House (cliquer sur les liens)l



2ème Partie : Aux sources du sionisme : De Massada à Netanyahou

 



3ème Partie : Ultime remontée du courant : De l'East India Company à l'empire des Rothschild …et retour au camp de concentration de Gaza.

Aline de Diéguez

http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/ext/http://www.dieguez-philosophe.com/mariali

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 04:37
Appel international à tous les dissidents.








:: 












Libre opinion de Michel Dakar*
09/02/10 :: 18:19
inv
Appel international à tous les dissidents.
inv
L’état de guerre est devenu général. C’est une guerre qui n’a pas été déclarée, et dont un seul camp est bien défini, le camp occidental, ou OTAN, opposé au reste du monde, lequel ne s’est pas encore constitué en un camp uni.

La guerre est l’état normal pour la société humaine fondée sur l’inégalité. Une société inégalitaire est organisée pour l’exploitation d’une masse par un groupe restreint d’individus, une caste de dominants, caste qui seule jouit de tous les pouvoirs, de tous les droits et de tous les biens, les individus appartenant à la masse n’étant rien. Dans le camp occidental, cette réalité est soigneusement occultée sous l’aspect d’un régime de droit et de démocratie, où une réelle opposition acceptée par le régime existerait.

Dans toute société inégalitaire, afin de canaliser et de dissiper les tensions que connaît la masse asservie et malheureuse, les dominants installent des exutoires. Ces exutoires sont classiques. Il s’agit de menaces pesant sur la masse et de boucs émissaires. Pour le camp occidental, cette menace est la menace terroriste et les musulmans. Pour le camp opposé à celui de l’Occident, dont la Russie fait partie, il s’agit du terrorisme et des Tchétchènes. En Chine, il s’agit des Ouïgours. Dans chaque camp, on commence à définir l’ennemi. Le gouvernement russe brandit à sa masse russe serve, la menace occidentale. En Iran, l’un des hommes de paille du camp occidental présente la Russie et la Chine comme des ennemis à mettre à mort, tandis que le président iranien présente Israël, qui est le vrai centre nerveux de l’Occident, son centre idéologique, son Vatican, comme le mal absolu. Face au camp occidental, il n’existe encore qu’un conglomérat mal structuré constitué principalement de la Russie, de la Chine, de l’Iran, de la Syrie, du Venezuela, de Cuba. Le camp occidental cherche bien sûr à maintenir dans la confusion et la division le camp de ses ennemis désignés.

Cette situation, banale, a déjà été exposée par Orwell dans son roman 1984. Orwell avait une vision pessimiste. Il pensait que la dissidence, c'est-à-dire l'ensemble des individus qui tentent de sauvegarder leur individualité, leur indépendance d’esprit, leurs liberté et capacité de communiquer, et qui s'impliquent en politique, était impossible.

Orwell avait imaginé un système totalitaire, l’Océania, évoquant l’OTAN, où chaque citoyen serait la proie de la police politique, laquelle maintient tendu en permanence le filet d’un faux réseau de résistants, nommé la « Fraternité », où tout dissident doit finir par se jeter, système totalitaire où tous les rapports humains, dont le rapport amoureux, sont proscrits, où l’isolement affectif et moral est total, où l’existence est invariablement rythmée par les minutes quotidiennes télévisuelles de la haine, une catharsis obtenue par l’apparition du personnage subversif nommé « Goldstein », ainsi que par les explosions des bombes volantes envoyées par les systèmes totalitaires concurrents, tantôt ennemis entre eux, tantôt alliés, l’Eurasia et l’Estasia, bombes dont le héros soupçonne que son propre gouvernement les envoie lui-même. En OTAN, Goldstein se nomme Ben Laden.

En Océania, une armée de fonctionnaires est employée à détruire la diversité, la richesse, les nuances de la langue parlée, par la fabrication d’un nouveau dictionnaire, celui d’une « novlangue », dans l’objectif de rendre impossible de concevoir et de formuler les idées d’individualité, d’autonomie, d’opposition et de résistance. Cet objectif est de même poursuivi en OTAN, par la destruction des cultures locales, par l’usage forcé de l’anglais, et en France par la récupération de l’argot indigent des banlieues, qui n’est qu’une pâle copie de l’ancien verlan de la pègre (langage à l’envers), le tout mélangé à ce qui subsiste de la langue française, dans une population façonnée à rejeter l’effort de la lecture, de la réflexion, de la recherche, du questionnement, à éviter le cheminement d’un raisonnement logique long et complexe.

En OTAN, une seule population est admise et même contrainte à employer une langue en propre. Ce sont les juifs, qui doivent apprendre l’hébreu, une langue morte de l’antiquité en Palestine, dont l’usage était alors réservé uniquement aux prêtres et à la liturgie, le peuple juif de l’époque utilisant l’araméen. La novlangue est la langue du dressage et de la soumission, de la destruction de l’idée même de personne, de la destruction de la conscience.

Une incrustation psychique, une sorte de greffe cérébrale, est pratiquée sur la population en Océania, nommée l’ « arrêt du crime ». C’est un processus réflexe pavlovien qui bloque automatiquement l’esprit qui s’avance vers certaines régions définies et interdites d’accès par le pouvoir. En OTAN, la population est conditionnée par une sorte d’ « arrêt du crime » similaire, qui est relatif à ce qui concerne les juifs et le génocide des juifs d’Europe organisé par les nazis, génocide baptisé Shoah, ou Holocauste.

Dans ce genre de système l’histoire fait l’objet d’une réécriture constante, et il est parfaitement impossible au simple citoyen d’avoir connaissance du passé réel et de la réalité présente. Tout fait l’objet de falsification, et tous les camps antagonistes falsifient la réalité présente et passée. Chacun vit dans un univers entièrement factice. Le seul contact avec la réalité a lieu lors de sa propre rencontre avec la police politique. Dans le livre d’Orwell, c’est avec soulagement que le héros vit son arrestation, qu’il pressentait inéluctable, qu’il finissait inconsciemment par souhaiter. La phrase qu'il prononce à cette occasion est "Nous sommes des morts". On voit que rien de nouveau n’a été inventé. Mais Orwell n’avait pas envisagé la déchéance environnementale mondiale actuelle, provoquée par l’incurie intrinsèque des systèmes totalitaires, déchéance environnementale qui seule va permettre leur effondrement, comme il n’avait pas imaginé un système totalitaire tel l’OTAN, qui assujettirait, compromettrait avec le régime, et abêtirait bien plus en profondeur que n’aurait jamais su le faire la propagande classique, sa population par une politique hédoniste, nommée « consommation ». Les fameux « citoyens » occidentaux ne sont guère autres que des sortes de cochons de Circé, engraissés, bien soignés et cajolés avant d’être cuisinés.

(..) La Shoah sert d’axe central à la construction idéologique du camp occidental, idéologie légitimant la domination de la caste au pouvoir sur la masse populaire occidentale, et légitimant l’hégémonie de l’Occident sur le monde, idéologie décriminalisant la liste infinie des massacres, des tortures, des pillages des ressources, des destructions de peuples, de pays et même de continents entiers, auxquels se livrent sans un instant de répit les armées et les compagnies commerciales occidentales.

C’est en mémoire de la Shoah que l’Occident ravage la planète, anéantit des peuples et des cultures, et aussi avilit sa propre population, selon la formule orwellienne « Plus jamais ça ». Tout travail critique de l’histoire officielle de la seconde guerre mondiale, est considéré en Occident comme l’acte majeur de subversion du système totalitaire occidental, acte qui doit déclencher un réflexe irrépressible, incontrôlable de haine, de rejet, comme par l’effet de l’« arrêt du crime » orwellien. Sans la Shoah, la propagande du totalitarisme occidental serait dépourvue de tout influx nerveux (..)

Toutes les castes dominant les divers camps antagonistes se valent, et la véritable guerre se joue globalement entre deux ensembles, celui des castes des dominants en apparence concurrentes et ennemies, contre la masse des populations dominées appartenant à tous les camps antagonistes.

Les dissidents d’un camp dérangent en réalité les dirigeants de tous les camps.

Un dissident qui sert l'une des castes de dominants, perd sa qualité de dissident.


Même si cette voie apparaît comme impossible, il faut dès maintenant l’envisager, car cela sert au fond toutes les castes des dominants que les dissidents se placent sous la protection d’une caste concurrente et trouvent refuge dans le camp adverse.

Les dissidents qui font allégeance à l'une des castes de dominants, reconnaissent ainsi, implicitement, qu’il est impossible d’exister hors d’une tyrannie, hors de l'oppression, hors de l’état d'inégalité.

Cela revient à reconnaître comme étant l’état naturel de l’humanité, l'état d’inégalité et d’oppression, l'état de malheur et de guerre.

De tous temps, les dissidents d’un régime, se sont tournés vers les régimes concurrents pour y trouver refuge et soutien.

Il faut que cela cesse, car cela ne mène à rien et ne fait que renforcer l’ensemble des systèmes de pouvoir.

Il faut rompre le cercle vicieux dans lequel l’humanité s’est enfermée depuis la création de la véritable religion unique, la religion manichéenne ; le judaïsme, le christianisme et l’islam n’en n’étant que des avatars, religion manichéenne qui permet de rejeter sur autrui ce qui nous domine, et de se sentir fondé à déposséder autrui, à l’exploiter et à l’exterminer.

Il faut réapprendre le vrai savoir être, ce fil d’Ariane unique qui constitue le seul lien à l’Univers, c’est à dire savoir s’effacer.


________________
*
http://www.aredam.net/divers.html

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EkyVZVZVZASOeVzZUw.shtml
Partager cet article
Repost0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 19:39
Article paru le Mardi 9 février 2010 2 09 /02 /2010 19:43




http://sos-crise.over-blog.com/ext/http://eva-communion-civilisations.over-blog.com/
(mon blog choc de civilisations)

Du débat sur l'identité nationale
au choc de civilisations
puis à la guerre mondiale,
par Eva r-sistons



Le choc de civilisations. Joli clash, jolie société ! Une société dont les valeurs sont la compétition (entre individus, entre Etats, entre continents, tant qu'à faire faut voir large), la guerre économique, les guerres préventives nucléaires contre les Etats qui refusent de s'aligner sur le modèle unique imposé à tous, au nom d'ailleurs d'une prétendue supériorité de la civilisation occidentale, judéo-chrétienne, qu'Hitler lui-même ne renierait pas, et en souvenir des périodes coloniales obligeant les Etats à se soumettre ou à se démettre... La violence des jeunes d'aujourd'hui exaspère ? Mais ils nous singent ! En avant la drogue, les bastons, les jeux dangereux...

A la tête de cette société, des psychopathes
(Les dirigeants sont souvent des psychopathes - Les soumettre à des tests? ) dûment mandatés pour retirer aux peuples leurs dernières prérogatives et renflouer les coffre-forts de ceux qui ne savent déjà plus quoi faire de leurs fortunes; et pour relayer leurs caprices, des Médias s'ingénient à détourner le bon peuple des vraies préoccupations. Ainsi, les débats sur l'identité nationale ou sur la diversité se substituent aux luttes de classes d'antan, d'ailleurs chacun est de plus en plus appelé à rester chez soi. A quand l'école républicaine remplacée par l'instruction à domicile ? Ce qu'il faut, c'est éviter que les citoyens ne se rencontrent et n'échangent leurs informations, pire encore, qu'ils ne se regroupent pour contester, ensemble, les décisions concoctées par leurs auto-proclamés bienfaiteurs au sommet. Nos troquets vont d'ailleurs disparaître pour laisser la place à des établissements où la Wifi sera proposée pour tenir compagnie aux esseulés... On appelle ça le progrès, que voulez-vous !

Et justement, la "modernité" progresse à grand pas, à pas de géants si énormes, qu'on a à peine le temps de la discuter au Parlement, et encore moins dans les Médias, chargés de distraire les veaux français ou de détourner leur attention des sujets essentiels. Et justement, on cause burqa ou identité nationale, diversité ou embonpoint, mais surtout pas de tout ce qui se fait dans les coulisses, dûment élaboré par nos modernes stratèges, de la casse, justement, de tout ce qui fait notre identité - qui, par exemple, parle de la disparition progressive des fonctionnaires puis, bientôt, des départements ? Et derrière le décor, pendant qu'on nous sert les derniers faits divers ou, encore et toujours, le "scandale" de la burqa, cette fois revisité par O. Besancenot, on s'active.... direction la prochaine guerre mondiale ! Le capitalisme patauge, piétine, s'enlise, se noie, même l'euro s'apprête à rendre l'âme .. il faut le revigorer, ce libéralisme qui spécule, spécule, spécule sur nos vies et nos malheurs !

Et pour cela, rien ne vaut une jolie guerre planétaire, avec des armes de destruction massive (je parle de celles des Anglo-Saxons ou des Israéliens), masquée en choc de civilisations. Car comment faire accepter aux veaux bien de chez nous une guerre mondiale dont ils ne veulent vraiment pas ?  Hé hé, on va concocter des attentats qu'on va attribuer aux barbudos, et puis on va dresser l'opinion contre tous ces gens qui prétendent s'installer dans notre beau pays, et surtout contre ces affreux musulmans qui comptent en leur sein, quelle horreur, quelques énergumènes aussi fanatiques que les ultra-sionistes de la Ligue de Défense juive... ou des femmes attachées à affirmer leur différence en portant un voile qu'on ne tolère que chez les bonnes soeurs comme la regrettée Soeur Emmanuelle. Voilées, oui, à condition d'être chrétiennes. Les perruques des jeunes femmes juives, elles, ont l'avantage de passer inaperçues !
  

ldj1.1265218035.jpg
http://r-sistons.over-blog.com/ext/http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2010/02/03/quand-la-ligue-de-defense-juive-defend-georges-freche/ Ca, c'est permis. Pas la burqa !!



Bref, on a trouvé une cause pour remplacer celle des affreux communistes avec le couteau entre les dents et prêts à voler nos maisons, faut bien vendre toutes ces armes qu'on fabrique, et qui font le bonheur des Dassault comme de l'industrie militaire américaine (350.000 emplois, paraît-il). On a même réussi à caser plein de joux-joux sophistiqués au Moyen Orient, en agitant en permanence l'épouvantail iranien (qui a remplacé l'irakien). Et cette cause, c'est celle du terrorisme, musulman de préférence. Le débat sur l'identité nationale avait deux buts: Détourner l'attention des veaux de tout ce que notre casseur national fait, et nous dresser contre les méchants Musulmans pour qu'ensuite, on accepte plus volontiers les guerres juteuses pour nos bienfaiteurs des multinationales, ou de la Bourse ! Le choc de civilisations est une notion commode pour faire avaler tout ce dont on ne veut pas... Allez, un bon attentat aux Jeux Olympiques de Vancouver ou sur la Tour Eiffel, et c'est gagné, la cause est entendue, on part tous le coeur léger trucider les quelque 2000 terroristes d'Al Quaïda et au passage tous les Arabes qui, décidément, ont trop de pétrole dans leur sous-sol, et ensuite on élargit le feu d'artifice aux Russes et aux Chinois, comme ça la fiesta sera complète et le programme de dépopulation aura bien avancé ! Hein, c'est bien programmé, tout ça... Vous en faites pas, les jeunes, il y aura bien une Madonna, un Enrico Macias ou un Johnny pour venir chanter votre dernière chanson avant d'aller mourir pour la patrie ! On prend soin de vous, si, si... un peu comme dans le film Soleil Vert, avant l'instant fatal, un joli film, de belles hôtesses et une musique paradisiaque !

Alors voilà, amis lecteurs, plus on vous parlera de choc de civilisations oh combien nécessaire pour nous débarrasser de la vermine voilée ou barbue, plus vous saurez que l'heure de vérité approche, l'heure de la grande confrontation qui délestera l'humanité de son embonpoint naturel, qui assainira la planète et la préservera pour les heureux élus judéo-chrétiens, ceux-là respireront enfin un air pur, et jouiront à leur aise des dernières ressources... L'étoile jaune, elle est aujourd'hui virtuellement portée par les Musulmans, désignés à notre vindicte, en avant la Shoa des temps modernes, en avant le grand nettoyage ethnique ! Ils ont préparé des armes formidables, vous verrez, ça sera mieux encore que dans les super productions hollywoodiennes, écran géant et son stéréo ! Allez, réjouissez-vous, bonnes gens, vous êtes prêts à revoter pour celui que vous détestez, vous verrez, il se surpassera ! Après 2012, pas de quartiers, la voie sera libre pour la lutte finale ! Oui, finale, vraiment finale... Faites-lui confiance, ou à son clone de gôche, NOM version Sarkozy ou NOM version DSK, y aura bien du plaisir, ils prendront soin de la France qu'ils aiment tant, juré, promis !!!

Allez, citoyens, le choc de civilisations y a pas mieux pour occuper les chômeurs, il sera phénoménal ! Et vous, citoyennes, préparez-vous comme dit la soubrette des Dassault Marie Drucker, à remplacer vos hommes à l'arrière, "à conquérir vos galons" de liberté, et à confectionner tout ce dont vos hommes auront besoin pour s'entretuer !!! Un long dimanche de fiançailles... très long !!!! Il est pas beau, l'avenir dessiné par les concepteurs du Nouvel Ordre Modial ?

Pour l'instant, étape N° 1, les débats sur l'identité, et la lutte contre le terrorisme. Ensuite, choc de civilisations... mais là, on sera peut-être, déjà, en train de vivre le dernier acte de la grande comédie humaine version Nouvel Ordre Mondial... Plus on nous dressera contre les Musulmans, plus on se rapprochera du choc de civilisations et de son corollaire: La guerre mondiale !

Dis, papa, l'apocalypse, c'est pour bientôt ?

En attendant, regardons la Comedia Dell Arte ce soir à 20 h 30, "Mains basse sur l'Info, les effroyables imposteurs",  il y sera question, justement, des blogueurs-blagueurs-comploteurs devant l'Eternel.... J'avais été pressentie par le réalisateur, au dernier moment il s'est défilé... On se demande pourquoi. Les décideurs ont décidément leurs raisons que seule la raison "moderne" pourra comprendre...

Votre Eva, 

http://r-sistons.over-blog.com/article-debat-identite-nationale-choc-de-civilisations-guerre-mondiale-tout-est-lie-44305429.html
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives