Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 12:18

 

Dimanche 13 novembre 2011
 
http://im.wk.io/images/v/3a8853/une-attaque-imminente-contre-l-iran-fidel-castro-parle-de-troisieme-guerre-mondiale-nucleaire-video.jpeg 
Castro parle de la 3e guerre mondiale

http://im.wk.io/images/v/3a8853/une-attaque-imminente-contre-l-iran-fidel-castro-parle-de-troisieme-guerre-mondiale-nucleaire-video.jpeg

 

Quand on parle de Guerre mondiale,
ce n’est pas une image !

12 novembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Face au risque de déclenchement d’un conflit mondial autour de la Syrie ou de l’Iran, nous transcrivons ici l’éditorial publié par nos camarades américains du LaRouche PAC, qui mènent campagne pour la destitution rapide de Barack Obama, principal catalyseur dans ce conflit.


Une 3e Guerre mondiale nucléaire n’est pas une hyperbole
« En lançant cette guerre en Asie, l’intention des Britanniques est de réduire la population mondiale de l’ordre de 7 milliards actuellement à moins d’un milliard. C’est le but derrière l’organisation de cette guerre, le seul et l’unique. »
Lyndon LaRouche, 8 novembre 2011.

Le 29 octobre dernier devant un groupe restreint de ses collaborateurs, Lyndon LaRouche a décrit le processus qui mènerait le monde à une nouvelle guerre mondiale, s’appuyant sur ces « nouveaux Balkans » créés au Moyen-orient. En prenant ainsi l’exemple de la Première Guerre mondiale, il a souligné l’intention permanente de l’Empire britannique : la réduction de la population.

Lors d’une récente conférence de la Royal Society of Arts en compagnie du Duc d’Edimbourg, l’ignoble David Attenborough a clairement exprimé les intentions de l’Empire :

Il est un fait brutal et évident : sur une planète finie, la population humaine s’arrêtera définitivement à un certain point. Et cela ne peut arriver que de deux manières. Soit bientôt, en réduisant les naissances, c’est-à-dire par la contraception. C’est la manière humaine, la puissante option qui nous permet de régler le problème, si nous le décidons collectivement. L’alternative est un taux de mortalité accru – la manière que doivent endurer toutes les autres créatures, via la famine, la maladie ou la prédation. Transposé en termes humains, cela signifie la famine, la maladie ou la guerre, que ce soit pour du pétrole, de l’eau, de la nourriture, des minerais, des droits de pâturage ou simplement de l’espace vital. Il n’y a hélas pas de troisième option consistant en une croissance indéfinie.

Comme le LaRouche PAC l’a démontré scrupuleusement, le seul facteur qui limite l’espèce humaine est notre capacité en un progrès scientifique sans fin.

Nous avons seulement besoin de nous concentrer sur le pouvoir économique physique que l’on voit désormais à l’œuvre dans les pays d’Asie-Pacifique comme la Chine et la Russie, pour voir ce que l’Empire britannique craint tant. Ils détruiraient toute nation ne se soumettant pas à leur volonté écologique génocidaire, de réduction de la population humaine de 7 à moins de un milliard en un laps de temps relativement court.

Oui, c’est bien cela que nous affirmons. La Monarchie britannique et les organisations monétaires et financières qui lui sont liées, entendent tuer dans un grand génocide la plupart des êtres humains vivant sur terre ; tout cela pour la seule raison, pensent-ils, qu’il en va de leur droit oligarchique à le faire.

C’est exactement pour cette raison que Barack « Néron » Obama a été mis au pouvoir aux Etats-Unis (avec l’aide de l’argent de la drogue britannique). Sur les ordres de l’Empire, il n’hésitera pas à déclencher depuis le Moyen-orient une nouvelle Guerre mondiale, avec comme but ultime d’atteindre le conflit nucléaire. L’assassinat de Kadhafi et le changement de régime en Libye ne seront qu’un petit avant-goût de ce qui s’annonce, tant à l’intérieur du pays qu’internationalement, si Obama n’est pas évincé (pacifiquement) sur le champs.

C’est la dure réalité.

Je vous incite fortement à examiner les textes et vidéos listés ci-dessous. Votre vie et celle de votre famille en dépendent.

 

- On the Edge of World War III : A Warning from Lyndon LaRouche
- November 2nd “LaRouchePAC Weekly Report”
- November 9th “LaRouchePAC Weekly Report”
- Qaddafi’s Death
- Principle or Party ?

Adam Sturman
Webmaster
LaRouchePAC.com

http://www.solidariteetprogres.org/Quand-on-parle-de-Guerre-mondiale-ce-n-est-pas-une-image_08263


À lire aussi...

 

Guerre, ou pas ? Avis contraire, d'Observeur :


De nombreux sites et blogs parlent d'une troisième guerre mondiale.
Pour qu'il y ait guerre mondiale, il faudrait que la Chine et la Russie y participent.
Pour que la Chine et la Russie y participent, il faudrait qu'elles soient attaquées.
Quel est le pays capable de le faire ?
Aucun, pas même les USA.
Donc, il n'y aura pas de troisième guerre mondiale.
Il paraît que la guerre froide est terminée depuis la chute de l'ex URSS.
Les guerres froides ne sont jamais arrêtées.
Elles se perpétuent toujours.
On le voit quand des espions sont arrêtés et échangés.
Tous les pays qui ont les moyens financiers et technologiques
espionnent les autres pays y compris leurs alliés.
Il n'y aura donc que des guerres régionales.
Les grandes puissances aident leurs alliés en conflit.
Bref sur le grand échiquier de l'hégémonie mondiale
les conflits seront toujours actualisés en fonction
des intérêts égoïstes des grandes puissances capitalistes
et manigancés par la Finance Mondiale.

 

Observeur

 

Guerre, ou pas ? L'opinion d'eva R-sistons

 

Quant à moi, je ne me prononce pas, il y a déjà eu trop d'alertes, 

attention Larouche s'est souvent trompé,

il n'a qu'une seule cible : la GB.

Il veut la destitution d'Obama - mais pour qui ? Un Républicain, ça sera pire ! Comme Sarah Palin qui voulait la guerre contre la Russie !

En tous cas, si l'Iran est attaqué, il y aura des conséquences terribles (Iran, Israël mais on s'en fiche car il n'avait qu'à ne pas commettre la folie de bombarder un pays n'ayant jamais attaqué personne, pétrole, et... effluves nucléaires planétaires, comme je le dis depuis des années), eva

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 22:09
Iran, le scénario de la catastrophe

par Manlio Dinucci

Le 11 novembre 2011

 

Sur un ton de bonimenteur, le ministre israélien de la défense Ehud Barak a annoncé que si « le pays était contraint à une guerre » contre l’Iran, cela ne lui coûterait pas « 100mille morts, ni 10mille ni même 1.000 mais à peine 500 et même moins si tout le monde reste à l’abri chez soi ». Ne sont pas compris, dans le calcul macabre, tous les autres morts.


Selon de hauts fonctionnaires britanniques, l’attaque contre l’Iran pourrait avoir lieu entre Noël et le début de la nouvelle année, avec l’appui logistique étasunien. Les experts pensent que les sites nucléaires iraniens seraient touchés par des missiles et des chasseurs-bombardiers, à travers trois couloirs aériens : un direct à travers Jordanie et Irak, un méridional à travers Jordanie et Arabie saoudite, un septentrional à travers la Méditerranée et la Turquie (carte jointe, NdT). Les implantations nucléaires seraient touchées par des bombes pénétrantes à tête non-nucléaire, comme les Blu-117 déjà fournies par les USA, qui peuvent être larguées à plus de 60 Kms de l’objectif, sur lequel elles se dirigent automatiquement.


Iran, le scénario de la catastrophe

Que se passerait-il si était détruite la centrale nucléaire iranienne de Bushehr, qui a commencé à produire de l’électricité en septembre dernier pour une capacité de 60 mégawatts ? Un nuage radioactif se produirait, semblable à celui de Tchernobyl, qui, selon les vents, se propagerait sur le Golfe persique ou même sur la Méditerranée. Les conséquences seraient encore plus graves si, par rétorsion, l’Iran frappait le réacteur israélien de Dimona, dont la puissance est estimée à 70-150 MW.

 

L’Iran ne possède pas d’armes nucléaires, mais a des missiles balistiques à moyenne portée, testés en juin dernier, qui, avec leur portée d’environ 2.000 Kms, sont en mesure d’atteindre Israël. Ces missiles sont installés dans des silos souterrains et, donc, difficilement neutralisables par une attaque « préventive ».

 

Si le réacteur de Dimona, qui produit du plutonium et du tritium pour les armes nucléaires israéliennes, était endommagé ou détruit, le nuage se propagerait non seulement sur Israël (Dimona est à seulement 85 Kms de Jérusalem), mais aussi sur la Jordanie (distante de 25 Kms) et l’Egypte (distante de 75 Kms). Et, selon les vents, ce nuage pourrait atteindre même l’Italie et d’autres pays européens. Les radiations (surtout celles de l’iode-131 et du césium-137) provoqueraient avec le temps des milliers de morts par cancer.

 

Voila ce qui est prévu par ceux qui planifient l’attaque contre l’Iran. Il est donc prévu de neutraliser la capacité de riposte de l’Iran. Ceci ne pourrait être fait par les seules forces israéliennes. Selon Dan Plesch, directeur du Centre d’études internationales de l’Université de Londres, « les bombardiers étasuniens sont déjà prêts à détruire 10mille objectifs en Iran en quelques heures ».

 

Et même la Grande-Bretagne, révèle  The Guardian, est prête à attaquer l’Iran.

 

Le plan prévoit à coup sûr le déploiement d’armes nuclaires israéliennes (parmi lesquelles le missile Jericho à longue portée testé le 2 novembre) et aussi étasuniennes et britanniques. Soit pour dissuader l’Iran d’effectuer de lourdes représailles, même contre des bases étasuniennes du Golfe, soit par une attaque résolutive effectuée avec une bombe à neutrons, qui contamine moins mais tue davantage.

 

Une guerre contre l’Iran comporterait la plus haute probabilité d’une utilisation d’armes nucléaires depuis la fin de la guerre froide jusqu’à nos jours.

 

Tandis que l’opinion publique est concentrée sur le « spread » (écart) financier, le « spread » humain augmente : le différentiel entre les choix politiques et ceux nécessaires pour la survie de l’espèce humaine.

 

Edition de vendredi 11 novembre 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20111111/manip2pg/09/manip2pz/313153/


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27602

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 21:51

 

Vendredi 11 novembre 2011

http://www.nerrati.net/afrique-dossier/images/france/francafrique/la-francafrique-nuit-gravement-a-notre-sante.jpg

http://www.nerrati.net/afrique-dossier/images/france/francafrique/la-francafrique-nuit-gravement-a-notre-sante.jpg

 

POUR LES INTERËTS DE LA FRANCE, DES POLITICIENS AFRICAINS TUENT LEURS FRERES AFRICAINS.

 

Avant la traite négrière pratiquée par les européens sur les côtes du continent noir, les africains achetaient et vendaient certains de leurs frères entre eux.

Ces hommes et femmes achetés et vendus étaient intégrés pleinement dans leurs familles d’adoption, se mariaient et venaient augmenter le nombre des membres de leurs nouvelles familles. Ces « esclaves » achetés généralement très jeunes étaient élevés selon les us et coutumes de ces familles mais n’ont pas fait l’objet d’un trafic.


Quant à la traite négrière pratiquée par les européens du XVI au XIX siècle sur les côtes africaines, elle participe du génocide le plus dramatique que le monde ait  connu; il est vrai que cela s’est fait avec la complicité passive des africains qui, dans leur ignorance, croyaient avoir affaire au même type d’opération pratiqué entre eux, et ne recevaient en échange que des pacotilles. C’est ainsi que des millions d’africains furent déportés aux Amériques et que d’autres millions moururent et servirent de proies aux requins. Cet esprit cynique des européens qui les conduisit à tuer, par millions et sans regret  des africains continue de les habiter encore aujourd’hui ; c’est pourquoi pendant la colonisation, la France a continué d’exterminer des africains pour dominer ses colonies et se fournir en produits indispensables à son économie.

Elle se faisait encore là aider par d’autres africains recrutés sur place pour accomplir leur sale besogne.

Pauvre Afrique qui tue indirectement ses propres fils!

Après la seconde guerre mondiale qui a vu les africains combattre pour leurs bourreaux d’hier et d’aujourd’hui contre l’Allemagne nazie, la France n’as pas hésité à massacrer, déjà sur le chemin du retour, certains tirailleurs, puis tous ceux qui, dans les colonies s’opposaient à sa vision colonialiste jusque dans les années 60 où elle décida d’octroyer des indépendances factices à ses colonies, sans pour autant abandonner son désir de toujours accaparer les richesses africaines en tuant, si nécessaire, tous les opposants notoires.

Pendant les indépendances, deux catégories d’hommes d’états africains, les patriotes et les traîtres ou encore les valets vont apparaître ; et la France va continuer son système de domination, mais cette fois par l’exploitation de stratégies louvoyées pour toujours atteindre ses objectifs machiavéliques, utilisant ses valets pour combattre les nationalistes africains.

Devant cette situation d’avilissement de l’Afrique par la France qui utilise des responsables politiques indignes pour tuer d’autres africains et accomplir ses desseins, les peuples africains ne doivent pas rester indifférents mais au contraire chercher à mettre fin à ce néo colonialisme qui freine le développement de l’Afrique.

I – Les deux catégories d’hommes politiques africains

L’élite politique africaine d’aujourd’hui peut être subdivisée d’une part en patriotes, nationalistes, dignes fils d’Afrique et d’autre part en valets de la France, renégats d’Afrique.

Les valets présentent des attributs qu’il faut faire ressortir pour les distinguer des autres.

Ce sont des affairistes notoires, corrompus, cupides qui, avant toute transaction mettent en avant leurs intérêts personnels, financiers et monétaires. Ils sont avides de commissions et rétro- commissions et sont toujours prêts à tout céder à des multinationales étrangères, à tout accepter pourvu qu’ils gardent ou accèdent au pouvoir ; ils participent ainsi à l’appauvrissement de leurs citoyens. Quels graves crimes économiques !

De plus, ils sont, avec leurs maîtres de la métropole, membres des mêmes sociétés secrètes souvent rosicruciennes ou maçonniques dont le credo de la dernière secte est « tu me protèges, je te protège ». Il s’agit donc de ne pas protéger les intérêts des états africains et de leurs citoyens mais des intérêts personnels, même si pour cela il faille massacrer des populations.

Pour ceux qui ne sont pas encore au pouvoir et qui sont de la même catégorie de renégats, ils sont manipulés par la France pour fomenter des coups d’état, créer des rébellions, pour détruire voire assassiner des élites nationalistes. Ces dirigeants, acquis à la cause française font tout pour y détenir, de nombreux comptes bancaires alimentés par les fruits de la corruption, des biens immobiliers dignes de hauts bourgeois et aristocrates français. Ils sont « englués » par la France dans un système tel qu’ils ne peuvent plus défendre les intérêts nationaux de leurs pays. Ces traîtres deviennent alors des sous-préfets de France.

Ils se font aussi habiller par de grands stylistes de la métropole où ils effectuent fréquemment de nombreux voyages sans grande retombée préfèrent y passer leurs. Pour gérer l’état, ils ont recours à des assistants techniques étrangers alors que l’état dispose de cadres plus chevronnés. Ils ont une phobie des cadres nationaux réellement compétents, n’hésitent pas à jeter en prison et à éliminer physiquement leurs opposants, convaincus qu’ils sont de toujours bénéficier du soutien de leurs maîtres et surtout des médias à la solde de ces derniers.

Ils sont par ailleurs les suppôts de la France impérialiste, des complices et même des coauteurs des actions criminelles de leurs parrains à l’encontre de leurs concitoyens.

Ils fondent leur politique sur les clivages ethniques et religieux, semant parfois la mort pour des futilités et donnent ainsi l’occasion à la France et à ses médias de trouver là, des prétextes d’interventions. Ce sont donc de véritables dictateurs, de véritables criminels, que la France et ses médias présentent, toujours malhonnêtement comme des démocrates. Quelle ignominie ! 

Les patriotes et nationalistes qui forment la deuxième catégorie présentent également des attributs spécifiques faisant d’eux des fils dignes d’Afrique. On peut citer entre autres Lumumba, Nkrumah, Ngouabi, Sankara, Kadhafi, Gbagbo, tous tués ou chassés du pouvoir par la France par l’intermédiaire de ses larbins africains, faisant croire toujours que ce sont des conflits d’origine ethnique et/ou religieuse entre africains.

Les dirigeants africains, dignes fils d’Afrique comptent sur les richesses nationales, beaucoup plus que sur l’endettement, pour réaliser des investissements dans leurs pays. Ils font donc une gestion saine et transparente des ressources de l’état, limitant la corruption et exploitant prioritairement les relations Sud-Sud.

Ils ne manquent pas de faire la promotion des produits locaux : produits alimentaires, vêtements, industries locales, tourisme et hôtellerie, etc. Ainsi préfèrent-ils passer leurs vacances chez eux ou dans certains pays africains voisins pour valoriser le tourisme national et africain. Ils s‘habillent simplement, parfois traditionnellement, à l’africaine donc. Ces hommes d’état refusent le tribalisme et ne se fondent pas sur la religion, les coups de force pour se maintenir ou accéder au pouvoir d’état. Ils font donc la promotion des droits de l’homme et de la démocratie. Ils n’utilisent la force, qu’en réaction à une autre force illégale, exploitée généralement par leurs opposants sur les conseils de la France déstabilisatrice.

Ces véritables démocrates font l’objet de dénigrements systématiques et continus par la France à travers ses réseaux mafieux et les médias à sa solde qui les présente à tort évidement comme des dictateurs, contre qui elle lève des rébellions qu’elle peut appeler, selon ses intérêts, révolutions, pour chasser ou tuer des patriotes africains.

Lorsque ces gouvernants sont confrontés à des problèmes politiques créés par la France, leurs collègues indignes ayant peur de perdre le pouvoir et à cause de la corruption dans laquelle ils sont empêtrés, sont obligés de garder le silence comme ce fut dernièrement le cas avec Kadhafi et Gbagbo.

Pauvres dirigeants africains! Réveillez vous ! Ouvrez les yeux sur les stratégies employées par la France pour faire de vous les bourreaux de vos propres frères africains.

II – les Stratégies employées

Ces stratégies ne sont pas conçues par ces valets de la France mais par les dirigeants français eux-mêmes.

Il s’agit d’exploiter à fond la corruption ; déjà dès qu’ils accèdent à des postes politiques élevés, Ils les invitent à adhérer à leurs cercles mystiques, sont suivis par les services secrets français, sont courtisés et noyés dans la corruption avec de fortes sommes d’argent, de  commissions de toutes sortes. C’est ainsi qu’ils les tiennent en laisse et qu’ils ne peuvent plus rien faire par eux-mêmes. Après les avoir gagnés à leurs desseins sordides, la France, en tête des pays occidentaux, veille toujours à les y maintenir en les soutenant au niveau international dans les groupements politiques régionaux et internationaux ; ce fut particulièrement le cas pour Bokassa, Mobutu, Amin DADA qui étaient de véritables bouffons que les Européens ont mis en avant pour ternir l’image de l’Afrique, tout comme bien d’autres encore au pouvoir.

Elle utilise parfois et sans regret, la rébellion pour semer la terreur, les tueries massives voire des génocides pour imposer ses hommes après avoir assassiné des patriotes : Lumumba au Congo-Léopoldville (aujourd’hui RDC), N’krumah au Ghana, NGouabi en République Populaire du Congo, Sankara au Burkina Faso, Gbagbo en Côte d’Ivoire, et Kadhafi en Libye.

Voici comment ces leaders ont été éliminés de la scène politique:

Lumumba : Pour le chasser du pouvoir, la Belgique, l’ONU, la France et d’autres pays occidentaux ont fomenté un coup d’état en utilisant comme pantin Mobutu. A cause de la popularité et l’esprit patriotique de Lumumba, les occidentaux, avec l’aide de Mobutu, appâté par le poste de Président, l’ont déporté dans la région du Katanga et l’ont livré à un opposant pour l’éliminer. Ce sont donc ses frères congolais qui ont été utilisés par les colons pour l’assassiner.

NKRUMAH : Un coup d’état l’a renversé. Nationaliste ghanéen et panafricaniste, il a prôné l’union de tous les pays africains pour former un bloc en vue de présenter une Afrique intervenant d’une même voix pour faire front aux occidentaux. Mais pour empêcher cette union jugée dangereuse par ces impérialistes, un coup d’état, fomenté par ces derniers en utilisant les militaires ghanéens, renversera le Président ghanéen, alors en voyage en Chine, le contraignant à l’exil jusqu’à la fin de ses jours.

SANKARA : Jeune Chef d’Etat, patriote qui a donné de la fierté et de la dignité à l’ex Haute Volta qu’il a dénommée Burkina Faso, pays des hommes intègres, comme pour montrer son désir ardent de voir l’intégrité se propager à tous les citoyens burkinabés et même africains. Il a été assassiné avec beaucoup d’autres de ses frères d’armes par son soi disant meilleur ami qui a été utilisé par les français avec la complicité d’autres Chefs d’Etat de la sous-région, tous sollicités par l’ancien colonisateur pour accomplir cette sale besogne. Le pouvoir fut remis depuis à ce valet qui, désormais règne d’une main toujours armée par la France pour désorganiser la sous-région Ouest Africaine.

GBAGBO : Voici un chef d’Etat qui s’est toujours mis à l’écart du réseau mafieux françafrique. Il a été attaqué par les rebelles hétéroclites envoyés en mission par la France, préparés et formés au Burkina Faso. GBAGBO a montré que l’Afrique, par elle-même, pouvait se prendre en charge et se développer. Pour éviter que cet exemple ne fasse tache d’huile, la France a mené contre ce digne fils d’Afrique, une guerre multiforme et totale en utilisant de nombreux mercenaires de la sous-région, des rebelles ivoiriens avec à leur tête le couple Soro-Ouattara pour massacrer des milliers d’ivoiriens avec des bombes et des missiles, chasser du pouvoir le patriote GBAGBO et placer à la tête de la Côte d’Ivoire leur homme de main.

KADHAFI : Voila un panafricaniste qui a été à la base de la création de l’union africaine et qui a toujours défendu vaillamment la dignité libyenne et africaine.

Il avait en outre des projets susceptibles de garantir le développement politique et économique de l’Afrique. C’est pourquoi les grands pays de ce monde avec la France en tête, se sont coalisés pour bombarder pendant plus de six mois et tuer des milliers de libyens en utilisant un assemblage de renégats libyens pompeusement appelés CNT.

Beaucoup d’autres exemples peuvent être donnés.

Les guerres du pétrole soutenues par la France avec le concours de plusieurs responsables politiques africains qui ont conduit à décimer des millions d’individus ; la guerre de sécession du Biafra créée par la France en utilisant une ethnie, les ibos , originaires la région pétrolifère du Sud-Est du Nigéria. Cette guerre a détruit l’économie de cette région et a décimé des centaines de milliers de Nigérians avec la complicité, encore une fois, de certains Chefs d’Etat africains.

Les guerres du pétrole d’Angola, et de la République Populaire du Congo, celle du diamant de Sierra Léone et celle du caoutchouc du Libéria, ont été toutes fomentées par la même France, parfois avec d’autres occidentaux aidés toujours de Chefs d’Etat de la sous-région. Ces foyers de tension ne sont pas exhaustifs.

Au final, toutes ces guerres, ces coups d’état ont vu des africains armés répondre aux ordres des occidentaux et particulièrement de la France pour tuer par millions d’autres africains. En plus de ces crimes avérés, le silence incompréhensible et coupable de certains dirigeants africains devant les nombreux crimes perpétrés par la France, fait d’eux les complices de cette France meurtrière. Elle met ainsi, au devant de la scène politique, des nationaux qu’elle manipule à souhait jusqu’à faire d’eux souvent des rebelles qui, pour la grande majorité, ignorent les fondements de ces rébellions et qui croient défendre les intérêts parfois tribaux ou religieux à travers un leader qui n’est que le bras séculier de la France soutenue par certains pays occidentaux. Pour elle, tous les conflits africains sont d’origine tribale, ethnique ou religieuse car le commun des africains et même des français ne voit pas encore que les problèmes politiques réels de l’Afrique, de l’appauvrissement de l’Afrique, sont du fait de la France impérialiste. Ainsi, pour ses concitoyens, la France se fait-elle passer pour la patrie qui s’investit dans la promotion des droits de l’Homme et de la démocratie sur le continent noir. Mensonge et hypocrisie !

La France réussit presque toujours car elle bénéficie de l’aide de ses multinationales qui financent ces rébellions dans les pays africains où celles-ci sont solidement implantées. Ce fut le cas avec Elf en République Populaire du Congo pour chasser Lissouba du pouvoir en utilisant des miliciens congolais. En Côte d’Ivoire, pour renverser le régime de GBAGBO, Bouygues a utilisé des rebelles et mercenaires africains, encadrés et appuyés par les soldats français et onusiens. En Libye, c’est l’OTAN qui a tué Kadhafi en utilisant des marionnettes libyennes acquises aux intérêts français et autres occidentaux. Possédant des budgets de loin supérieurs à ceux de beaucoup de pays africains, ces multinationales peuvent se permettre de créer et entretenir des rébellions contre des pays appauvris par des occidentaux.

La France veillera toujours à ce que les armées des pays africains soient incapables de faire face aux rébellions, même les plus faibles. Elle imposera, si besoin est, des embargos sur les armes, et pire sur les produits pharmaceutiques. Pendant ce temps, elle continuera d’alimenter ses rebelles en armes de plus en plus sophistiquées comme ce fut le cas en la Côte d’Ivoire. Pour contrer ces stratégies, que doivent faire les dignes fils d’Afrique

III – Comment mettre fin à ces stratégies néocolonialistes.

Pour sauver les pays africains, des mesures draconiennes doivent être prises par l’Union Africaine, une organisation encore à la solde de ces français. La première de ces mesures doit permettre aux pays africains de se libérer du carcan des pays développés et particulièrement de la France. Il faut donc souhaiter que de plus en plus, à la tête de nos pays, soient élus de vrais patriotes.

« L’argent étant le nerf de la guerre », il faut à l’Afrique se donner les moyens d’en disposer et de vivre selon ses propres ressources. C’est pourquoi Kadhafi et Gbagbo ont prôné la création d’une banque africaine alimentée par le prélèvement d’un pourcentage infime (1%)  sur les richesses nationales; cette banque pourrait rivaliser avec le FMI et la BM, des institutions qui sont des instruments d’asservissement des pays africains et dont les programmes n’ont jamais permis à un seul pays de se développer.

Pour accéder au développement, l’Afrique doit compter sur elle-même, c’est-à-dire commercer le plus possible entre pays africains et pays en développement pour moins dépendre des pays occidentaux. L’Afrique doit éviter que les prix des matières premières agricoles et minières soient fixés sur des marchés européens ou américains, dominés par des offres et des demandes de multinationales de ces pays qui font ainsi la loi sur les marchés. A l’image de l’OPEP, les pays africains doivent augmenter les prix de leurs matières premières, mieux, en transformer le maximum sur place afin de gagner plus de valeurs ajoutées et donc d’obtenir plus de richesses. Comment expliquer que depuis plus de trente ans, les prix des matières premières soient presque toujours restés les mêmes, alors que les produits finis fabriqués à partir de ces matières premières voient leurs prix augmenter sans cesse?

En outre, les pays africains doivent sortir des groupements économiques et politiques dominés par les occidentaux et ne plus accepter de recevoir de ces pays, une quelconque contribution au budget des organisations de notre continent.

Au plan monétaire, chaque pays doit disposer de sa monnaie ; et des groupements monétaires propres aux africains doivent voir le jour pour défendre et impulser une véritable politique économique et monétaire. En mettant fin aux groupements politiques, économiques et monétaires franco-africains, la France ne pourrait plus s’immiscer dans les affaires africaines comme ce fut le cas en Côte d’ivoire.

Au niveau de la formation civique, patriotique et politique, un accent particulier doit être mis sur l’enseignement de ces disciplines dans les programmes scolaires dès l’école primaire. A cet effet, il convient de réinstaurer les cours d’alphabétisation pour sensibiliser les populations à la chose politique et patriotique.

C’est faute de connaissance et de formation civique et patriotique que des mercenaires sénégalais, maliens, burkinabés, nigérians, etc. se sont laissés acheter et convoyer par la France en Côte d’Ivoire pour massacrer des milliers d’ivoiriens, leurs frères africains.

Il est donc indispensable de faire la promotion de la vraie démocratie car la multitude d’ethnies et de croyances religieuses dans les pays africains impose que notre salut est dans ce système de choix des dirigeants.

Au plan militaire, pour pouvoir résister aux armées françaises et à leurs supplétifs africains appelés à tuer de l’africain pour la France, il faut éliminer de nos territoires les bases militaires étrangères et particulièrement françaises car par ces bases, il s’agit de maintenir l’emprise des occidentaux sur les économies africaines et les choix politiques des africains. C’est pourquoi les accords de défense actuels doivent être dénoncés et qu’aucun nouvel accord ne voie le jour entre les pays africains et une quelconque puissance mondiale. Il convient d’interdire à ces méchantes personnes de prendre pied sur le continent africain pour utiliser le prétexte de secourir leurs ressortissants en Afrique ; c’est pourquoi, ces armées génocidaires ne doivent plus intervenir pour soutenir leurs valets criminels et interdire à tout pays africain de préparer sur son sol une rébellion pour attaquer, pour l’intérêt de la France, un pays voisin.

Il revient ainsi aux états africains et à eux seuls de s’occuper de la sécurité des biens et des personnes sur leurs territoires. A cet effet, il importe de reprendre le service de préparation militaire dans les lycées et écoles d’enseignement supérieur et de rendre obligatoire, pour tous les jeunes âgés de 18 ans le service militaire. Cece, pour permettre aux états africains de disposer d’armées fortes, à même de rivaliser avec les armées de ces pays néocolonialistes. Comment l’Algérie et le Vietnam ont-ils pu vaincre la France et les USA ? Il importe de créer un esprit de solidarité réel entre africains pour éviter que l’ennemi ne divise toujours l’Afrique et que les fils de l’Afrique continuent de s’entretuer au bénéfice de la France et des occidentaux qui profitent de ces guerres pour piller les immenses richesses de ce continent.

La pauvreté et le désir de rattraper le plus tôt possible un retard illusoire entretenu par les pays développés poussent les africains à s’entredéchirer et à copier cette société occidentale en décrépitude où la pratique de l’homosexualité est légalisée et où des pays développés, sournoisement, créent des guerres chez les plus faibles qu’eux. Quelle abomination et quelle méchanceté !

Il est grand temps que les africains apprennent à se contenter de ce qu’ils ont et forment leurs élites aux vertus de la patience, de la paix et de la démocratie.

La France faisant un usage immodéré de la corruption et de la force, les pays d’Afrique doivent faire voter des lois anti corruption qui obligent les citoyens à déclarer l’origine de leurs ressources, et à ne pas ouvrir des comptes bancaires à l’étranger. C’est aussi un moyen de mettre les ressources nationales à la disposition des pays africains et non dans des banques de pays développés qui les prêteront aux africains à des taux exorbitants.

Qu’est-ce qui explique ce silence coupable des dirigeants africains dans cette guerre contre des élites de ce continent ? La peur ? Possible, surtout pour des dictateurs et des corrompus n’ayant pas le soutien de leurs populations et possédant dans les pays occidentaux des richesses, fruits de détournements considérables.

La France a, jusque là réussi à faire exécuter par ses hommes de main africains le sale boulot de « casser du nègre ». Depuis la traite négrière jusqu’à ce jour, elle a exploité négativement des africains pour tuer d’autres africains. Les derniers exemples sont ceux de la Côte d’ivoire et de la Lybie. De tels responsables politiques, auteurs de nombreux crimes avérés ne méritent- ils pas d’être traduits devant la CPI ? Pourquoi ce mutisme des dirigeants politiques africains après l’assassinat de Kadhafi et le renversement de Gbagbo du pouvoir ?

Ces africains qui, pour les intérêts de la France, tuent d’autres africains, ne sont pas des patriotes mais des valets armés par la France.

Le silence des dirigeants africains, corrompus pour la plupart, ayant dans les pays occidentaux des comptes bancaires bien fournis, des fortunes immenses, des biens immobiliers, ont peur de faire l’objet de dénigrements par la France, comme ce fut le cas pour Bokassa, Mobutu , Omar Bongo et bien d’autres, au soir de leur vie ou bien quand la France, après les avoir exploités à souhait, a voulu se débarrasser d’eux. Ces traîtres s’alignent donc sur les thèses françaises pour continuer de jouir tranquillement des biens extorqués aux populations de leurs pays. Ils se taisent, oubliant que demain ce sera leur tour. Jusques à quand ce silence coupable ?

Ce type de dirigeants, l’Afrique n’en a plus besoin.

Une contribution de patriotes seniors 

: http://www.ivoirediaspo.net/?p=6574 

 

Koné Katinan Justin : CPI: Gbagbo dénonce les combines à la CPI.    

Ce lundi 3 octobre 2011, la Cour Pénale Internationale a rendu public un communiqué selon lequel, la Chambre Préliminaire III a autorisé le Procureur de la République Près de cette Cour, à ouvrir une enquête sur les crimes présumés relevant de la compétence de la CPI qui auraient été commis en Cote d'Ivoire depuis le 28 novembre 2010.
Les juges ont par ailleurs demandé au « Procureur de leur fournir toutes les informations supplémentaires qui sont à sa disposition sur les crimes qui pourraient relever de la compétence de la Cour et qui auraient été commis entre 2002 et 2010 ».

Suite à ce communiqué de la CPI, le Président Laurent GBAGBO fait les observations suivantes:
I/ La Période couverte par l'enquête
L'autorisation de l'ouverture de l'enquête donnée par la Chambre préliminaire ne concerne que la période qui court à partir du 28 novembre 2010. Le Président GBAGBO fait remarquer que Cette période est celle demandée par Monsieur Ouattara, partie prenante au conflit.
Le Président Laurent GBAGBO s'interroge sur la raison pour laquelle l'autorisation de l'ouverture de l'enquête ne concerne que la pé-riode demandée par son adversaire, Monsieur Ouattara, alors que la chambre s'intéresse également aux crimes commis depuis 2002, qui est l'année de départ de la rébellion armée qui se réclame de Monsieur Ouattara.
Pourquoi n'a-t-elle pas attendu d'avoir suffisamment d'informations sur le reste de la période de la crise pour laquelle, elle sollicite des informations supplémentaires ? La jonction des faits entre les deux périodes étant une évidence, il aurait été juste que la Chambre reçoive toutes les informations sur les deux périodes qui en fait, ne font qu'une seule, puisque la situation post-électorale n'a été qu'une pique, comme il y en a eu d'autres, depuis la rébellion armée de 2002, dont tout le monde sait maintenant qu'elle agissait pour le compte du Président Ouattara.
L'alignement de la Cour sur la volonté d'une seule partie au conflit jette une suspicion sur sa décision. Cette suspicion se renforce lorsque l'on prend en compte les circonstances troublantes de l'ouverture de cette enquête.
B/ Les circonstances de l'ouverture de l'enquête
Le Président Laurent Gbagbo tient à informer l'opinion publique nationale et internationale que l'autorisation d'enquête est intervenue le lendemain de la visite qu'a effectuée monsieur Michel MERCIER, le Garde des sceaux et Ministre de la Justice et des libertés du Gouvernement Français, le jeudi 29 septembre 2011.
Au cours de cette visite, il a rencontré respectivement le Président de la Cour, Monsieur SANG HYAN SONG et Madame le Greffier en Chef, Madame Silvana ARBIA. Cette visite est intervenue immédiatement après celle effectuée par l'émissaire du Gouvernement ivoirien, le ministre des droits de l'homme, qui s'est également rendu à la HAYE au siège de la CPI pour y rencontrer les responsables de cette Cour après avoir été reçu préalablement par les autorités françaises.
L'on se rappelle les déclarations qu'il a faites à la presse selon lesquelles, le transfert du Président Laurent GBAGBO à la CPI constituait la condition de la réconciliation en Côte d'Ivoire et permettrait de dépassionner le débat sur les élections législatives.
Enfin, cette ouverture d'enquête intervient quelques jours seulement après la première rencontre que le Président Ouattara a enfin daigné accorder aux partis et groupements politiques qui sont proches du Président Laurent GBAGBO en vue de relancer le débat politique, condition sine qua non d'une vraie réconciliation.
Les visites de l'émissaire du Gouvernement ivoirien et de l'émissaire du Président SARKOZY, quelques jours seulement avant l'autorisation de l'ouverture de l'enquête, ne peuvent nourrir que des suspicions sur la crédibilité de cette décision.
Ces visites confirment le rôle politique que l'on veut faire jouer à la Cour. Le Président GBAGBO voit en la présence de l'émissaire du Président français à la HAYE, la manifestation visible de la pression politique que Monsieur SARKOZY exerce sur la Cour. Ce dernier continue d'utiliser le pouvoir d'Etat que le Peuple français lui a confié pour s'acharner contre lui et le peuple ivoirien.
Par ailleurs, Il faut bien s'inquiéter de l'impact que pourrait avoir l'ouverture d'une enquête judicaire suffisamment politisée sur le débat politique qui semble s'amorcer en Cote d'Ivoire. Le Président GBAGBO émet des doutes sérieux sur la volonté de ses adversaires à aller à la réconciliation nationale qu'ils disent pourtant rechercher.
En définitive, Le Président GBAGBO, reste attaché à la justice qui s'établit sur la vérité des faits. Le Président GBAGBO tient à ce que le monde entier sache ce qui s'est passé dans son pays.
Il attend que l'on lui explique pourquoi, alors qu'il a été élu démocratiquement en 2000, une rébellion armée dont l'on connait maintenant tous les parrains, a attaqué son pays dans l'indifférence de la Communauté internationale. Il voudrait savoir également pourquoi l'armée française a tué les ivoiriens en 2004 et en 2011 dans le silence du monde entier.
Le Président GBAGBO attend que la lumière soit faite sur tous ces crimes et tous les autres que l'on tente de cacher. Il attend que le droit soit dit et que justice soit rendue non pas seulement pour faire plaisir aux vainqueurs de la guerre illégale qui lui a été livrée; mais pour que enfin, la vérité soit définitivement connue sur la crise ivoirienne depuis 2002.
C'est à cette fin, qu'il a écrit au Secrétaire General de l'ONU, Monsieur BAN KI MOON, pour demander la mise sur pied d'une commission d'enquête internationale à l'effet d'établir la réalité des tueries présumées des femmes d'ABOBO et d'en déterminer le cas échéant, les auteurs et les commanditaires.
C'est pourquoi il dénonce l'activisme de ses adversaires déclarés qui vise à instrumentaliser la Justice pour l'écarter du débat politique, qu'il n'a de cesse de réclamer même sous les bombes.
Etant engagé sans réserve dans le combat pour la souveraineté des peuples africains, Le Président GBAGBO s'insurge contre le fait que les juridictions ivoiriennes, expression de cette souveraineté soient dessaisies du simple fait de la volonté du Président SARKOZY, d'un dossier aussi important qui intéresse en premier chef le Peuple Ivoirien.
Il est bon que l'opinion sache que le département des droits de l'homme de l'ONUCI émet aussi des réserves sur l'éventualité d'un transfert du Président Laurent GBAGBO à la CPI, puisqu'il ne constitue pas une menace pour la paix sociale en Cote d'Ivoire.
Enfin, le Président Laurent GBAGBO considère comme relevant de la diffamation, les propos relayés par certaine presse, notamment l'Agence France Presse (AFP) selon lesquels, la crise post électorale est née suite à son refus de reconnaitre la victoire de M.OUATTARA.
Ces propos le rendent responsable sans jugement et entame son honneur. Il tient à rappeler qu'il ne s'est pas autoproclamé vainqueur de l'élection présidentielle. Il en a été reconnu vainqueur par une décision souveraine du Conseil Constitutionnel de son pays qui l'a investi également Président de la République. Il a instruit ses avocats d'analyser la possibilité de poursuites judiciaires contre les auteurs de telles affirmations.
Koné Katinan Justin
Notre Voie/
04/10/2011

http://www.afriquejet.com/cpi-gbagbo-cote-divoire-2011100424021.html

 

http://www.dhblogs.be/categories/International.html

 http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

 

 

Sommaire 

Tiré à part : 

Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye : les guerres de Sarkozy. 

POUR LES INTERËTS DE LA FRANCE, DES POLITICIENS AFRICAINS TUENT LEURS FRERES AFRICAINS.

Koné Katinan Justin : CPI: Gbagbo dénonce les combines à la CPI.  

Ahmed Halfaoui : La Côte d'Ivoire démocratique… ?

1 Côte d'Ivoire occupé :  

Président Gbagbo

 

De sa détention à Korhogo : Gbagbo écrit à Sarkozy. 

2 Politique

2-1 Ouattara : Gouverner ? 

3  Politique internationale -   

3-1 Les pays 

3-2 Otan - 3 Onu - 4 Nations Unies - Autres organisations

 

 


http://www.dhblogs.be/categories/International.html

 http://www.lalibreblogs.be/categories/International.ht

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 21:49

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2011/09/Sarko_Le_fou_de_guerre.jpg

 

 

Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye : les guerres de Sarkozy.


Ce texte est peut-être étonnant venant de Zemmour. Il est surtout  critique envers l'émigration venant du Sud et envahissant l'Europe (ce qui est sa grande hantise) et envers les "isamistes" qu'il confond avec les Musulmans (ce qui est sa deuxième hantise).

Le combat que mènent les Libyens, fidèles au guide n'est pas perdu. Ils se battent comme des lions pour empêcher la recolonisation de leur terre et le pillage de leurs ressources.

Si les bombardements criminels de l'OTAN s'arrêtent, ce machin crée artificiellement à l'initiative du couple maléfique, Sarko/BHL  retournera dans sa tanière


Voici le texte "étonnant" d' Eric Zemmour…

A lire absolument.


Insurrections populaires encadrées par les services secrets occidentaux ;

troupes rebelles formées à la hâte par des instructeurs français ;

bombardements de l’aviation pour user la résistance des adversaires ;

discours ronflants sur la démocratie, les droits de l’homme, le sang des civils épargné ;

tyran diabolisé, ostracisé, chassé ;

triomphe final après avoir frôlé l’enlisement.

 

En Côte d’Ivoire comme en Libye, les guerres de Nicolas Sarkozy se suivent et se ressemblent. 

 

Guerres à la fois archaïques, au fumet colonial,

et très modernes, faites au nom de la « protection des populations », version, en langage onusien, du droit d’ingérence humanitaire cher à nos french doctors.


Le cousinage n’est pas hasardeux : ce fut déjà pour éviter « les effusions de sang » qu’en 1827, à Navarin, une escadre franco-britannique intervint contre la flotte de l’Empire ottoman dans la guerre d’Indépendance grecque. C’est au nom de la civilisation, que les mêmes envoyèrent soldats et prêtres dans toute l’Afrique.


Certes, les anciennes puissances coloniales n’envoient plus de troupes au sol et ne veulent plus conquérir de territoires. Trop coûteux en hommes et en argent. Les vieilles nations sont devenues économes. Mais les matières premières et les marchés commerciaux les intéressent toujours.


On n’imaginait pas Nicolas Sarkozy en « chef de guerre ». Paradoxalement, le premier président de la Ve République qui n’ait pas connu physiquement le baptême du feu se révèle l’un des plus va-t-en-guerre. Au printemps 2011, les troupes françaises se battaient sur trois fronts : Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye !


On connaît les arguments étroitement politiciens qui encouragent les interventions militaires : le patriotisme populaire se réveille, s’identifie au chef de l’Etat ; celui-ci prend une autorité de « rassembleur », une aura de « chef de guerre ».


Le pouvoir fragile de Margaret Thatcher s’affermit avec la guerre des Malouines ; la cote de popularité de François Mitterrand gravit des sommets après la première guerre du Golfe.


Pour un Nicolas Sarkozy qui ne parvient toujours pas à endosser les habits monarchiques taillés par le général de Gaulle pour le président de la Ve République, l’occasion paraît inespérée. Mais la martingale n’est pas absolue : l’expédition réussie de Kolwezi n’empêcha pas Giscard d’être battu en 1981 ; les socialistes furent écrasés aux législatives de 1993 ; et le grand vainqueur de cette guerre du Golfe, Georges Bush père, fut vaincu par un inconnu, Bill Clinton.


Des trois guerres de Sarkozy, la Libye est la plus personnelle. Le maintien en Afghanistan est le tribut payé à l’allié américain et il avait hérité en partie de Chirac la querelle contre le président ivoirien Laurent Gbagbo. La Libye a payé pour la Tunisie voisine ; Kadhafi pour Ben Ali. Parce qu’il n’avait pas vu venir la révolte tunisienne (et égyptienne), parce qu’il avait soutenu jusqu’au bout des tyrans, amis de la France (Ben Ali, puis Moubarak), Sarkozy a saisi la première occasion pour prendre sa revanche médiatique et déployer fastueusement les valeurs démocratiques de la France éternelle.

 

Il a retrouvé pour l’occasion les accents droits-de-l’hommistes de sa campagne de 2007, qui avaient séduit un André Glucksmann ; il s’est réconcilié pour l’occasion avec BHL, au grand dam de son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. Il a ignoré, en réaliste des rapports de force, la répression de Bahreïn par les chars de l’Arabie saoudite et les massacres de Syriens par la garde prétorienne d’Assad.


La campagne de Libye a permis au Rafale de montrer ses éblouissantes qualités comme le Mirage, qui avait connu la gloire commerciale grâce à l’efficacité des aviateurs israéliens, lors de la guerre des Six- Jours (1967).


Mais plus la guerre durait, plus le budget de la Défense souffrait. On raclait les fonds de tiroir ; chaque missile tiré faisait autant souffrir les chars de Kadhafi que les gestionnaires d’un ministère réduit au minimum vital par les coupes successives depuis plus de dix ans. Cette guerre en Libye a aussi dégonflé la plus grande baudruche médiatico- stratégique de ces vingt dernières années : l’Europe de la défense.


L’Allemagne a refusé catégoriquement de suivre l’« ami français » ; l’Italie a traîné des pieds ; les autres ne comptent pas. On a renoué avec les classiques de l’Entente cordiale et de l’expédition de Suez. Mais les deux vieilles gloires européennes ne sont plus que l’ombre militaire de ce qu’elles furent. Sans les drones américains et les satellites de l’oncle Sam, elles sont aveugles et handicapées. Or, une autre leçon de cette guerre – décidément riche en enseignements – est que les Américains en ont fini avec les poisons et les délices de l’hyperpuissance. Hyperendettée, l’Amérique se concentre sur l’Asie et confie la police des rivages de la Méditerranée aux gendarmes européens. Le vieux rêve français de Mare Nostrum, toujours contrecarré par les Anglo-Saxons, redevient réalité, mais dans le cadre peu glorieux d’une sous-traitance otanienne.


On ne tardera pas à s’en rendre compte, lorsque l’heure des contrats de la reconstruction sera venue. Les Britanniques ont déjà investi la place ; les Américains passeront tout au bulldozer comme ils l’ont fait en Irak. La Libye, aux énormes richesses en pétrole, est une proie de choix ; les Français risquent d’être réduits à la portion congrue, en dépit de la popularité de Sarkozy à Benghazi.


Les entreprises françaises sont pourtant les championnes du monde de ces contrats d’Etat, qui marient les affaires à la politique pour de grands travaux. Encore faudrait-il qu’il y ait un Etat libyen. Or, il n’y en a jamais eu. Avec Kadhafi, déjà, en son temps, les mirifiques contrats signés sont pour la plupart restés lettre morte. La Libye est de ces pays, plus nombreux qu’on le croit, qui cumulent à la fois une tyrannie et une sous-étatisation. Kadhafi régnait seul en jouant des rivalités de tribus qui se côtoient et s’ignorent, selon un mode de vie traditionnel dans ces régions quasi désertiques. Il dominait un système complexe et fragile d’allégeances personnelles et de vassalités seigneuriales. Cette révolte contre Kadhafi fut avant tout la revanche des tribus de l’Est du pays (la Cyrénaïque), qui n’ont jamais accepté la domination de l’Ouest (la Tripolitaine). C’est parce que les tribus Zentane ou Misrati se sont révoltées que Tripoli a fini par tomber. La Libye est un pays reconnu à l’ONU, mais elle n’est pas une nation.

 

C’est ce qui fait ressembler les discours exaltant la démocratie future à des placages en faux marbre. La démocratie exige un débat rationnel entre citoyens éduqués (et donc une population qui a vaincu l’analphabétisme) et la soumission de la minorité à la loi de la majorité. Toutes ces conditions manquent en Libye. L’unique élément fédérateur reste la religion commune, l’islam, à la fois vérité révélée et code civil. Les islamistes ont pris une part active dans l’affrontement avec Kadhafi, qui les a pourchassés pendant des années et les a désignés comme ses ennemis principaux dès les premières manifestations.


Pour se venger, ils ont prétendu que Kadhafi était juif. Ils auraient aussi assassiné, à Benghazi, le 28 juillet, le chef de l’armée insurgée, le général Abdul Fattah Younes, qui fut jadis un ministre de l’Intérieur de Kadhafi, réprimant sans relâche les islamistes. Ils ne rendront pas les armes distribuées par la France. Le désordre libyen leur permettra de prendre leurs aises dans cette région où, profitant de l’inexistence de l’Etat du Niger, les émules maghrébins d’Al-Qaïda ont déjà fait parler la poudre. Mille trafics pourront s’épanouir : cigarettes, drogue, armes. Et immigrés.

 

Kadhafi, comme Ben Ali, était devenu un rempart de l’Europe contre les poussées d’immigration venues d’Afrique. Il n’hésitait pas à faire tirer contre certaines embarcations de clandestins. En l’abattant après Ben Ali, la France et l’Europe s’ouvrent encore davantage aux migrations venues du Sud. Les islamistes trouveront dans ces populations déshéritées un terreau inépuisable.


Les soldats français renoueront ainsi avec les affres sanglantes de la guérilla islamiste qu’ils s’apprêtent à quitter en Afghanistan, où Nicolas Sarkozy attendait visiblement la bénédiction américaine pour sonner l’heure du départ. D’un bourbier l’autre.

 

Eric ZEMMOUR

 

http://www.dhblogs.be/categories/International.html

http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

 

Guerres de Sarkozy : l’Algérie dans un an, l’Iran dans trois ! (selon al-Manar)

Dans un article publié sur le site internet en langue arabe d’al-Manar, intitulé « Sarkozy à Mustafa Abdul Jalil : l’Algérie dans un an, l’Iran dans trois », le journaliste Nidal Hamadé évoque les rôles respectifs des deux principaux alliés-acteurs des USA dans les événements au Proche-Orient, à savoir la France et le Qatar !

Selon des sources françaises, citées par Nidal Hamadé sur une conversation qui a eu lieu enter le président français Nicolas Sarkozy et le Président du Conseil de transition de la Libye Mustafa Abdul Jalil, et ce à l’occasion de la visite de ce dernier en France, Sarkozy a affirmé à son hôte, qui se plaignait de l’Algérie : « patientez et vous verrez ce qui va se passer en Algérie dans un an et l’Iran dans trois ans ».

Des propos quoi prouvent bien que ce qui se passe au Proche-Orient actuellement, surtout après la révolte des jeunes de l’Egypte, c’est-à-dite la chute du régime de Moubarak, est soumis à un agenda étranger à travers lesquelles les puissances occidentales « colonisatrices » veulent redessiner un Proche-Orient à leur taille !

En effet, selon Nidal Hamadé, le timing des menaces françaises contre l’Iran et celui de la campagne virulente du Qatar contre la Syrie ne sont pas innocents !

 

Au contraire, non seulement, ils révèlent «  l’alliance secrète qui lie la France et le Qatar, dans le monde arabe sous le parrainage des Etats-Unis », mais en plus ils interviennent après « l’échec de la visite de l’Emir du Qatar (Hamad Bin Khalifa Al-Thani) à Téhéran, et dont le rôle de simple courtier pour le compte de Washington était de faire parvenir à Téhéran une demande américaine de couvrir le l’occupation américaine en Irak en acceptant sa prolongation pendant encore deux ans », en échange les USA promettent d’ouvir des négociations sur tous les dossiers chauds de la région, y compris le dossier nucléaire » souligne Nidal Hamadé.

Or selon ce dernier, « la réponse de l’Iran à l’Emir du Qatar est la même que celle donnée aux Saoudiens à savoir que l’Iran ne couvrira pas la présence des forces américaines sur le territoire irakien, au contraire elle va défendre la position de ses alliés irakiens, en particulier le Premier ministre Nouri al-Maliki, qui exigent un retrait des forces américaines selon le délai fixé par la Convention américano-irakienne c’est-à-dire l’année prochaine ».

Et donc, poursuit Nidal Hamadé : « Ce rejet de l’Iran a poussé la France et le Qatar, alliés immédiats des Etats-Unis dans les crises du monde arabe à commencer par la guerre déclenchée contre la Libye et les provocations contre la Syrie, à se départager les tâches : d’un côté l’émir du Qatar a lancé une virulente campagne contre la Syrie immédiatement après sa rencontre avec les responsables iraniens en concordance avec une campagne sans précédent menée par al-Jazira qui a diffusé de fausses informations sur de prétendues manifestations monstres à Damas ! Informations démenties par la télévision syrienne qui pendant cinq heures a retransmis en direct des images des places de la capitale syrienne au même moment où al-Jazira et une autre chaîne satellitaire diffusaient leurs informations erronées ! »

Mais le Qatar ne s’est pas arrêté là…

« Sa campagne contre la Syrie s’est poursuivi au sein de la réunion de la Ligue arabe tenue au niveau des ministres des Affaires étrangères pour discuter le dossier syrien, et où le ministre des Affaires étrangères du Qatar (Hamad Bin Jassim)a exprimé des positions trop rigides contre la Syrie », selon Nidal Hamadé.

Pour ce qui est de la France, « le président Sarkozy s’est attaqué à l’Iran, au point de menacer la République islamique d’Iran de frappes contre ses sites nucléaires pacifiques » ajoute le journaliste !

A la lumière de ce qui a été dit, « il semble que la campagne ciblant seule Syrie risque fort de s’élargir pour inclure l’Iran et .. l’Algérie : la première à cause de son programme nucléaire et sa position sur la présence américaine en Irak sans oublier son soutien aux mouvements de résistance dans les mondes arabe et islamique ; et la deuxième pour sa position envers la Libye en y provoquant de l’instabilité pour renverser l’actuel régime et assurer le retour de la France dans un pays riche en pétrole, en gaz et en uranium » souligne Nidal Hamadé!

« Sachant qu’il n’est pas possible à quiconque de lancer une guerre préventive contre l’Iran ou la Syrie, ce qui laisse l’Algérie exposée à toutes les éventualités » conclut le journaliste !

 

 

 

a-guerre.jpg

 

 

.

 

chez-moi--la-guerre.jpg

 

La guerre de Sarkozy

par eva R-sistons

 

Libye: Sarkozy a "sa" guerre ! Place à la propagande de guerre...

 

§§§§§§§.

 

Pour Sarko la mort des soldats français est un sujet de plaisanterie.
  Voici une vidéo-preuve extraite du journal de France 2 du 20 aout 2008 :
  
.
L’État français commandite-t-il
des braquages ultra-violents ?
  
 
  
    Bonjour à toutes et à tous,
  
Comme il y a des vidéos extraites des journaux de France 2 et de France 3 en guise d'éléments d'analyses, je vous conseille de cliquer directement au lien ci-dessus pour les regarder.
  
    Bien à vous,
    do
  
Ci-dessous le corps de l'article, mais sans les vidéos :
 
Le braquage ultra-violent du 21 septembre 2011 aurait-il été commis par un quelconque service secret militaire ? Peut-être pour financer la guerre de Libye ?
 
En tout cas, le braquage du 21 septembre 2011 ressemble à s’y méprendre à une action commando menée par des militaires très entraînés et sans peur. Les journalistes n’ont d’ailleurs pas hésité à parler de scènes de guerre !
 
Si c’est bien un Service Secret militaire, comme je le pense, qui a commis ce crime, cela explique parfaitement pourquoi les membres de ce commando avaient un tel sang-froid, étaient si bien renseignés, si bien équipés, si bien organisés, si bien entraînés, aussi déterminés, et qu’ils n’aient pas hésité à tuer !
 
L’on nous dit dans les reportages de France 3 et de France 2 que ce sont des "professionnels" qui ont commis ce braquage en utilisant des techniques de guerre. Pas de doute, les membres des services secrets militaires sont les mieux placés pour correspondre à cette description. Et ils n’ont aucune difficulté pour se procurer des uniformes de policiers afin de se déguiser.
 
La guerre coûte cher, et la France manque d’argent, à ce qu’on nous dit. Peut-être en manquait-il juste un peu pour financer l’assassinat de Kadhafi ?
 
On nous dit que ce braquage a rapporté 5 millions d’Euros aux braqueurs, mais peut-être y avait-il beaucoup plus ? Comment savoir ?
 
Notez bien que l’on a très vite cessé de nous parler de ce braquage ultra-violent du 21 septembre 2011. Pourquoi ? Fallait-il qu’on oublie ? C’est loupé !
 
Comme pour l’affaire AZF que l’on n’oubliera pas non plus ! :
 
 
 
Ce n’est peut-être pas la première fois que des commandos des services secrets commettent des braquages :
 
À Services Secrets fonds secrets !
 
Notez bien la dernière phrase du journaliste de France 2 :
 
« Si ces malfaiteurs finissent presque toujours par être arrêtés, leur butin est en revanche rarement retrouvé. »
 
Cela signifie que, pour ce genre d’opérations, l’État utilise et manipule souvent des hommes de main qu’il est prêt à sacrifier, peut-être pêchés dans le "milieu" ou dans les prisons, mais qu’il n’oublie pas de récupèrer le butin !
 
Pour voir les vidéos extraites des journaux de France 2 et de France 3, c'est le lien ci-dessous :
  
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 21:47

 

L'enfant brandit le poing en montrant l'inscription:

maudite soit la guerre , sous-entendu "qui nous a fait orphelins".

.

gentioux

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 04:55
Jeudi 10 novembre 2011
Se souvenir des guerres, pour les rejeter

st_barthelemy
Le 11 novembre sera une fois de plus le jour de repenser aux morts et disparus d'il y a bientôt un siècle. Actuellement, beaucoup d'entre nous encore ont connu des témoins directs de ce qui s'est passé là, avec une violence inouïe dont la terre est a jamais marquée comme du côté de Verdun.
Quand ceux qui ont connu les rescapés de cette guerre de 1914-1918 si meurtrière auront disparu, soit dans quarante ou cinquante ans, que deviendra le souvenir de cette boucherie ? Dans notre pays, c’est également le souvenir des guerres d’Indochine et d’Algérie qui sera marginalisé, ainsi bien sûr que la mémoire de l’occupation. Ce seront des cerveaux vierges qui resteront, ouverts à toutes les propagandes faute de repères.


http://maisquiestarbon.over-blog.com/article-devenir-poilus-38840503.html

Si l’Histoire n’est pas correctement enseignée
aux nouvelles générations,
toutes les manipulations deviendront possibles.
. 

Or cette matière essentielle est désormais considérée comme un luxe superflu par les ignares au pouvoir, puisque, comme la philosophie, elle entraîne à réfléchir.
.
Le relèvement de la TVA sur la culture n’est pas un fait anodin : devenue trop dispendieuse pour des citoyens de plus en plus appauvris, elle sombrera dans un néant d’où il sera très difficile d’émerger à nouveau.
.

 

C’est pourquoi plus que jamais, un jour du souvenir des conflits, de tous les conflits, devra être au contraire renforcé.
.

http://www.farac.org/php/IMG/jpg/Poilus.jpg
http://www.farac.org/php/IMG/jpg/Poilus.jpg
.
.
Le 11 novembre est une bonne date : peu de temps après la commémoration des morts en général le 2 novembre, ce point d’orgue nous rappellera que c’est par dizaines, voire centaines de millions que la folie de quelques hommes ivres de pouvoir et de culte de l’argent aura conduit au trépas nos frères humains. Il faudra que cette commémoration tienne compte de toutes les guerres, les plus fratricides comme les guerres de religions, aussi bien que les plus lointaines comme l’invasion de l’Amérique par l’homme blanc.
.
http://bab007-babelouest.blogspot.com/2011/11/se-souvenir-des-guerres-pour-les.html
.
 

http://freedom-of-speech.over-blog.com/article-ii-faits-d-horreur-le-christianisme-52036219.html

 

.

Messages les plus consultés

  • A 25 ans trop jeune, à 35 ans trop vieux, à 30 ans manquant d'expérience, à 40 ans en ayant trop, le chercheur d'emploi a toujours tout ...
  • Il ne faut pas confondre. Vous avez "l'Europe", ensemble complexe, aux climats, aux langues, aux cultures très variés, mais conscient ...
  • le 07/03/2011 05H43 Quelle histoire ! Tout le Maghreb est en ébullition, les pays  limitrophes des golfes arabique (Mer Rouge) et pers...
  • 22/01/2011 20h49 POMPIDOU AU BAN DE LA NATION On a traîné dans la boue Louis-Ferdinand Céline, pour les pamphlets qu'il a commis, et do...
  • L'Histoire se répète-t-elle ? Les conflits du monde semblent toujours être le terrain de jeu de "hauts" personnages qui envoient au cass...
  • Il y a une nécessaire solidarité qui va de pair avec l'anarchie . Celle-ci est une sorte de retour aux temps anciens où tout le monde é...
  • Entre la bonne volonté évidente des militants au PS, et l'aussi évidente posture de leurs dirigeants, qui votent consciencieusement en fav...
  • Une fois de plus, sur les sites de discussion, des contributeurs, peut-être encartés au FN, mettent sur un pied d'égalité MLP et JL Mélenc...
  • mercredi 5 octobre 2011 Que ce soit sous la forme d'un zébu, d'un homo sapiens sapiens ou d'un orang-outang, toute créature qui vit par...
  • Le 8 août 2011 Robert Freeman, le 8 août, rappelle dans un billet publié sur Le Grand Soir   que les bombes A lancées sur Hiroshima le 6 ...
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 04:53
Lundi 7 novembre 2011
Lundi 7 novembre 2011

b52.jpgEn juin dernier le président américain B. Obama a annoncé le retrait de 10 000 soldats étatsuniens d'Aghanistan avant la fin de l'année, et 32 000 autres en 2012. Le 22 octobre son protégé, le président afghan, Hamid Karzai déclarait lors d'une interview à Pakistani TV qu'en cas de guerre entre le Pakistan et les Etats-Unis, il soutiendrait le Pakistan. Cette déclaration résumait à elle seule l'échec politique et militaire de Washington dans ce pays.

 

Saul Landau dans Counterpunch dresse le bilan de dix ans d'occupation de l'Afghanistan. Les Etats-Unis ont dépensé plus de 120 milliards de dollars par an dans cette  guerre (plus que l'ensemble du budget de l'Etat afghan). Plusieurs milliers de civils y ont trouvé la mort. L'administration Karzai est une des plus corrompues au monde, sa police pratique la torture (New-York Times 11 octobre 2011). La production d'opium a augmenté de 60 % par an. Selon l'UNICEF 30 % des enfants de 5 à 14 ans sont contraints à travailler pour survivre ou faire vivre leur famille.

 

Le bombardement des bases arrières pakistanaises par des drones a provoqué le décès de centaines de civils au delà de la frontière. Selon le think-tank pro-guerre "New american foundation", 32 % des 1 210 morts entre 2004 et 2010. L'ONG Campaign for Innocent Victims in Armed Conflict (CIVIC) compte plus de 800 morts au Pakistan pour la seule année 2009, ce qui n'est pas sans effet sur l'alliance américano-pakistanaise.

 

Ce bilan intervient alors que chacun s'accorde à reconnaître que les Talibans n'ont pas cessé d'être une force politique et militaire de première importance qui pèsera lourdement sur l'Afghanistan après le retrait des forces étatsuniennes. Obama avait ouvert son mandat en retirant des soldats d'Irak pour les envoyer en Afghanistan où se déroulait la "vraie guerre" contre le terrorisme. Aucune des offensives menées par les troupes occidentales n'a porté ses fruits et les rebelles talibans se sont même procurés des missiles air-air qui détruisent les hélicoptères et compromettent la suprématie aérienne occidentale. Autant dire que ces dix ans de guerre coûteux en ressources et en vies humaines (y compris aux Etats-Unis : plus d'un millier de soldats morts) n'auront servi à rien.

 

Ils n'auront même pas permis aux Etats-Unis de contrôler les ressources du pays. Aujourd'hui c'est la Chine qui est en pointe pour l'exploitation des minerais afghans. Même la réalisation du projet d'oléoduc Turkmenistan, Afghanistan, Pakistan, Inde (TAPI) ne sera plus garantie après le retrait des troupes étatsuniennes.

 

Opinion d'eva R-sistons

 

Ce retrait est une imposture. Car les soldats (soumis aux lois de la guerre) sont remplacés, sur place,  par des agents et des mercenaires, par des armées privées sans foi ni loi, méprisant totalement les populations locales. C'est pire ! De toutes façons, les Etats-Unis occupent toujours le pays, il est contrôlé par eux. Au détriment de sa souveraineté ! (eva R-sistons)

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 23:55
Gideon Levy : « Israël joue avec le feu des enfers »

http://ds3.ds.static.rtbf.be/article/big_info/a/f/b/624_341_1b9b2ba4e2cc01dad4e8cf92b5ca5fd7-1320226236.jpg

http://ds3.ds.static.rtbf.be/article/big_info/a/f/b/624_341_1b9b2ba4e2cc01dad4e8cf92b5ca5fd7-1320226236.jpg

7 novembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – La tension politique en Israël s’accroît entre partisans et opposants à une attaque contre l’Iran, qui servirait à déclencher une guerre mondiale dans laquelle tout le monde perdrait, à commencer par Israël elle-même. « Israël joue avec le feu des enfers », écrit dans Haaretz le célèbre journaliste Gideon Levy.

C’est la folie plutôt que la logique, qui guide les dirigeants d’Israël

Les véritables lâches sont ceux qui menacent l’Iran. Les courageux sont en réalité ceux qui tentent d’enrayer cette folie, de l’ancien chef du Mossad Meir Dagan au ministre de l’intérieur Eli Yishai.

(…)

Le danger de voir l’Iran employer l’arme nucléaire est nul, et pourtant, Israël joue avec le feu des enfers. En réalité, ce que les israéliens sont en train de dire c’est qu’ils préfèrent un déluge de milliers de missiles – qui amènerait sur le champ sang et destruction – au risque lointain et imaginaire d’une Iran folle au point d’employer l’arme suicidaire ; qu’ils préfèrent une folie systémique faite de menaces claires et de préparatifs ouverts pour ce qui pourrait devenir une mission suicide israélienne. (...)

Si ce week-end le président Pérès semble s’être rallié au parti de la guerre mené par le premier ministre et agent britannique Bibi Netanyahu, de nombreuses personnalités politiques et militaires, comme nous l’avons indiqué la semaine dernière, se sont exprimées publiquement contre l’option suicidaire.

L’ancien chef du Mossad, Ephraim Halevy a mis en garde, dans les colonnes du Yediot Aharonot, contre les conséquences dévastatrices d’une telle attaque pour la région. « Une attaque sur l’Iran affecterait non seulement Israël, mais toute la région pour cent années » . Si l’Iran ne doit pas devenir une puissance nucléaire, a-t-il dit, ses capacités sont encore « loin de poser une menace existentielle pour Israël », soulignant que « la radicalisation ultra-orthodoxe » représente une menace bien plus grande qu’une Iran nucléaire.

De même, deux anciens chefs d’Etat-major de l’armée israélienne, Shaul Mofaz et Gabi Ashkenazy, ont dénoncé les projets bellicistes de Netanyahu, tout comme l’ancien chef des services secrets Meir Dagan et l’ancien chef de la sécurité intérieure Yuval Diskin.



À lire aussi...

Lire aussi :

 

 

 
Voir aussi :
"Nous sommes face à « un risque de conflit nucléaire général"
.
.

Crise et Nouvel Ordre Mondial: la guerre d’Iran aura t’elle lieu ?…

le novembre 7, 2011 par Résistance 71

Moscou avertit contre une attaque sur l’Iran

RT

le 7 Novembre 2011

url de l’article original (avec vidéo en anglais):

http://rt.com/politics/lavrov-iran-military-strike-689/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~


Une frappe militaire contre l’Iran à cause de son programme nucléaire serait une grave erreur et mènerait à des conséquences imprévisibles, a dit le ministre des Affaires Etrangères russe Sergeï Lavrov.

Lavrov  a signalé qu’il n’y a pas de solutions militaires aux conflits internationaux car cela ne peut qu’augmenter le nombre de victimes.

“Nous en avons la preuve tous les jours quand nous voyons comment les problèmes autour de l’Iran sont résolus, que ce soit en Irak ou en Afghanistan ou que ce soit dans les autres pays de la région”, a dit le ministre ce Lundi dans une conférence de presse commune avec son homologue irlandais Eamon Gilmore.

Le premier diplomate de Russie a insisté sur le fait que tout conflit ne peut être résolu que sur la base de principes approuvés par la communauté internationale et établis par la charte des Nations-Unies. La loi internationale n’autorise les états qu’à utiliser la force en cas de légitime défense ou quand il y a une résolution du conseil de sécurité de l’ONU.

“Nous ne sommes dans aucun de ces cas précis en ce moment et j’espère que nous ne le serons pas.” A dit Lavrov, cité par l’agence Interfax.

D’après lui, la reprise des négociations entre Téhéran et le groupe des six nations (les cinq membres permanents du conseil de sécurité plus l’Allemagne) est la seule façon d’apaiser la situation autour du problème de la question nucléaire iranienne. Il a rappelé que Moscou a fait des propositions pour une solution à la question maintenant verouillée depuis plus d’un an.

“Nos propositions demeurent sur la table des négociations. J’espère qu’aucune action ne sera entreprise qui pourrait ruiner volontairement ou involontairement les chances de solution qui demeurent.” A dit Lavrov.

Ce commentaire suit des remarques datant de la semaine dernière du président israélien Shimon Peres, qui avait réferré à l’Iran comme étant “le plus grand danger” pour Tel Aviv et pour le monde entier et ajouta qu’une action militaire contre la république islamique serait prise très bientôt.

Simultanément, le Washington Post, citant des sources diplomatiques, a rapporté Lundi que l’agence nucléaire de l’ONU, l’IAEA, a obtenu des informations concernant le fait que l’Iran pourrait être en avance sur la possibilité de fabriquer des armes nucléaires avec l’aide de spécialistes étrangers, incluant un “ancien scientifique d’armement nucléaire soviétique”. On dit qu’il “aurait aidé les Iraniens durant plusieurs années sur la fabrication de détonateurs de précision utilisés pour déclancher les réactions en chaînes d’armes nucléaires.”. Il est aussi stipulé que des scientifiques pakistanais et nord-coréens auraient donné aus Iraniens une technologie qui aiderait la République Islamique à développer “sa limite de capacité nucléaire”.

Comme la réthorique anti-iranienne de l’occident et d’Israël s’est intensifiée, Téhéran a déclaré que les Etats-Unis ont mis une certaine pression sur l’AIEA. Le ministre iranien des Affaires Etrangères Ali Akbar Salehi a insisté Samedi sur le fait que l’agence de l’ONU, en tant qu’organisation indépendante, ne doit pas être influencée par les grandes puissances et ajouta que de telles pressions sont motivées politiquement et manquent de crédibilité technique, a rapporté l’agence d’information iranienne IRNA.

Les Iraniens disent que les documents qui soi-disant prouvent que l’état islamique a progressé dans le développement d’armes nucléaires sont des faux. Salehi nota que les Américains ont publié ce genre de documents dans le passé. Il dit en commentaire sur les plans accélérés américains de lancer une attaque sur l’Iran, que “L’Iran s’était préparée pour le pire” et a exprimé l’espoir que “Washington réfléchira à deux fois avant de se positionner sur une trajectoire de collision avec l’Iran”.

“Les Etats-Unis ont malheureusement perdu toute forme de sagesse et de prudence quant aux affaires internationales. Ils ne dépendent que de leur puissance.” A dit Salehi au média.


Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 23:51
kamikaze Libyen

Un kamikaze s’est fait explosé à l’intérieur d’un rassemblement de combattants du CNT aux alentours de la ville de Sirte causant plusieurs morts et blessés. Ce kamikaze fait parti de la plus grande tribu de Libye « Worfala » (1 million et demi de libyens). Cette énorme tribu est contre le CNT imposé de force par l’occident.

Après 42 ans de pouvoir, les membres de l’OTAN pensaient qu’en Libye, tout tournait autour de Mouammar Kadhafi et que sa mort, que dis-je, son assassinat, sonnerait le glas de tout. Or, ce qu’ils ne semblent toujours pas vouloir comprendre, c’est que la Libye est un pays tribal et par conséquent, tout se décide à partir de leurs chefs. Mais, en réalité, ils le savaient mais voulaient simplement tuer Kadhafi.

Or, l’illégitime CNT, imposé par la force, le sait. C’est assez étonnant. Mouammar Kadhafi était plus un ministre des Affaires étrangères et leader de la révolution plus qu’autre chose. Il ne prenait aucune décision sans consulter les chefs de tribus. En violant la « charte » libyenne, ils se retrouveront face à des réalités et de sérieux problèmes qu’ils ne pourront surmonter.

Observez bien la photo de Julien Teil qui clôture ce post. Botul est en compagnie des renégats de Benghazi. Derrière lui, une pancarte en anglais écrite: « No more tribal system, we are one large tribe ». Si c’était vrai, ça se saurait. Parce que, sur le terrain, la Libye « libérée » selon la dialectique morbide et mortifère des prédateurs, c’est la chasse aux tribus qui ne sont pas de l’est libyen et aux noirs. Sans consultation aucune des chefs de tribus, un premier ministre, Abdel Rahim al-Kib a été nommé par l’OTAN. Elle s’est basée sur son appartenance supposée à la tripolitaine. Quel amateurisme ! 

Syrte: Hier, un kamikaze s’est fait explosé à l’intérieur d’un rassemblement de combattants du CNT aux alentours de la ville de Syrte causant plusieurs morts et blessés. Ce kamikaze fait parti de la plus grande tribu de Libye « Warfala » (1 million et demi de libyens). Ce n’est que le début.

De nombreux combats sont signalés partout en Libye, soit entre renégats, soit entre les loyalistes et les renégats. Nous y reviendrons en fin d’après-midi.

-
Source: allainjules.com

By: fracassage

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/11/07/kamikaze-libyen/

 

 

Lire aussi :

 

Ce que Kadhafi menaçait de dévoiler concernant Sarkozy

 


 

Et Proche et Moyen Orient :

 

   Avions israéliens à Decimomannu: Manœuvres de guerre OTAN contre l’Iran - Manlio Dinucci
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2023

       
Introduire le loup pakistanais pour garder le poulailler afghan - Par M. K. Bhadrakumar
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1995

       
Washington embarrassé par son propre retrait de l’UNESCO - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2021

        
L’art de la guerre - Le business armé en Libye - Manlio Dinucci - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2016


        Le Pentagone planifie son redéploiement au Proche-Orient -  Réseau Voltaire - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2014

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 23:41

 

 

 

  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=zWhKhda0SCY

WWIII : Crise et Nouvel Ordre Mondial – La préparation de la 3ème guerre mondiale est en phase terminale…

url de l’article original: infowars.com

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~


Barack Obama a dit aux alliés des Etats-Unis, que ceux-ci attaqueraient l’Iran avant l’automne 2012 à moins que Téhéran n’arrête son programme nucléaire; une fenêtre temporelle qui suggère qu’Obama est désireux d’utiliser la guerre comme un outil de ré-élection afin de rallier la population dans son sillage.

Un rapport pour abonnés de DebkaFile, l’organe du renseignement israélien qui a souvent été correcte dans le passé, révèle que peu de temps après la fin des opérations de l’OTAN en Libye en début de semaine: “Le président Obama a contacté les alliés de confiance des Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, Israël et l’Arabie Saoudite avec une notification de plan d’attaque de l’Iran pas plus tard que Septembre-Octobre 2012, sauf si Téhéran arrête ses programmes d’armement nucléaire.”

La directive d’Obama contribua cette semaine à l’abondance des rappports des puissances de l’OTAN disant que les plans contingents à l’Iran étaient en suspend.

D’après le rapport, la fenêtre d’opportunité pour une attaque avant que l’Iran ne transfère le gros de ses opérations nucléaires sous-terre, s’évapore rapidement. 

“L’annonce d’Obama ne fut pas perçue comme une directive générale par les alliés des Etats-Unis, mais comme une ligne de conduite pour dépoussiérer les plans faits pour frapper l’Iran et ses sites nucléaires, plans qui sont dans les fonds de tiroir depuis plus de trois ans”, dit le rapport, ajoutant que“L’annonce d’Obama a précipité l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, l’Italie et Israël à préparer leurs forces navales, aériennes, balistiques et leurs systèmes de défense anti-missiles pour le défi qui se présente.”

Le retrait imminent des troupes américaines d’Irak fait partie du programme de ré-arrangement de la présence militaire des Etats-Unis dans le Golfe. Ceci est corroboré par de nombreux rapports ces dernière semaines, qui disent que bon nombre de troupes américaines sont restationnées au Koweit.

“Les sources militaires dans le Golfe rapportent que l’OTAN et les leaders des nations du Golfe persique traitent le projet de frappe américaine sur l’Iran avec le plus grand sérieux”, stipule l’article, ajoutant que l’Amérique planifie de restructurer sa présence dans le Golfe comme “faisant partie d’une nouvelle motivation de diminuer l’Iran”.

Le timing d’une attaque à l’automne 2012 coïnciderait bien sûr avec la tentative d’Obama de sécuriser un second mandat a la Maison Blanche. Si dans cette période, les Etats-Unis se sont embarqués daus un autre assaut militaire au Moyen-Orient, ceci jouera à l’avantage d’Obama de manière évidente, tout comme George W. Bush invoqua l’implication des Etats-Unis en Irak comme raison essentielle pour les électeurs de ne pas “changer de cheval” au milieu de la course présidentielle de 2004.


Comme nous l’avons précédemment reporté, des néo-conservateurs influents aux Etats-Unis ont fait savoir à Obama qu’ils lui donneraient une couverture et support politiques ainsi qu’une opportunité de raviver sa carrière politique pour le moins endommagée, s’il lançait une attaque sur l’Iran.

En Février de l’an dernier, le véhément pro-Israël et signataire du document tristement célèbre du PNAC (Project for a New American Century), Daniel Pipes, écrivit pour le National News Online un article intitulé: « Comment sauver la présidence d’Obama: bombarder l’Iran », encouragerant Obama “à sauver son administration chancelante” en donnant des ordres “pour que l’armée américaine détruise la capacité nucléaire de l’Iran”.


Des rumeurs concernant l’attaque imminente de l’Iran par Israël ont eu cours tout l’été, mais elles sont vraiment devenues cruciales début Octobre lorsque le ministre de la défense US Leon Panetta visita Tel Aviv le 3 Octobre dernier et que cette visite fut utilisée par les faucons israéliens pour tenter d’obtenir le feu vert d’une attaque. Dix jours plus tard, des détails apparurent sur une soi-disant tentative d’assassinat aux Etats-Unis, qui fut blâmée sur l’Iran.


Cette semaine fut témoin d’un tir de barrage d’informations et de fuites qui confirment qu’Israel, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont tous trois sur le pied de guerre en préparation de la frappe des site nucléaires iraniens.


La plupart de ces informations vinrent comme fuites délibérées par les anciens chefs du renseignement israélien Meir Dagan et Yuval Diskin, qui essaient de faire dérailler l’attaque prévue sur l’Iran et de se débarasser du premier ministre Benjamin Netanyahou.

DebkaFile fut très précis dans ses prédictions antérieures sur les conflits, ils ont correctement rapporté en Juillet que la guerre de Libye allait s’accélérer début Septembre, ce qui fut la période où les rebelles prirent Tripoli et Kadhafi fut forcé de s’enfuir.


Si Obama et les alliés de l’OTAN des Etats-Unis mènent la guerre contre l’Iran, Israël prendra sûrement un strapotin; des rapports suggèrent que l’état sioniste se concentrera sur la défense de son territoire contre les représailles que le Hezbollah ne manquera pas de conduire.


Source : lepost.fr

By: WeAreAnimals

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/11/07/wwiii-crise-et-nouvel-ordre-mondial-la-preparation-de-la-3eme-guerre-mondiale-est-en-phase-terminale%E2%80%A6/

 

Manoeuvres de guerre, l’OTAN contre l’Iran : des avions israéliens à Decimomannu

 

Le site du Mossad en panne

 

 

Sur mes blogs, mes posts :

 

Guerre Iran ?

 

 

ISRAEL UNE GUERRE CONTRE L’IRAN ? Source: lemonde.fr By: DELAUDE
.

 http://www.lefigaro.fr/international/2011/11/02/01003-20111102ARTFIG00647-israel-etudie-l-option-d-un-raid-contre-l-iran.php

 

 http://minuit-1.blogspot.com/2011/04/iran-vers-une-attaque-et-la-3eme-guerre.html

 


Nicolas Sarkozy (Conférence Presse clôture G20) élude la question mais reconnaît que si Israël est "menacé", la France ne restera pas les bras croisés. Avec un agent des Anglo-Saxons et d'Israël à la tête de la France, nous allons vers l'abîme... (eva R-sistons)

 

 

Dimanche 6 novembre 2011

iran.png Mercredi 2 novembre la commission des affaires étrangères de la chambre des représentants des Etats-Unis a adopté un projet de "loi pour diminuer la menace iranienne" pour 2011 (Iran Threat Reduction Act). Cette loi punira sévèrement des entreprises étrangères ou des filiales étrangères des compagnies d'USA si elles ne soumettent pas à l'embargo commercial des USA sur l'Iran.Le député conservateur Ron Paul a notamment souligné que ce texte pourrait sanctionner directement les entreprises russes et chinoises qui commercent avec Téhéran et, de ce fait, augmenter les tensions au niveau international.

 

Parallèlement Israël, par la voix de son président Shimon Peres vendredi, a fait part de son intention d'infliger à l'Iran des frappes militaires "préventives" après la révélation dans un rapport de l'AIEA non encore publié de nouvelles preuves de l'existence d'un programme nucléaire militaire secret mené par le gouvernement de Téhéran. Toutefois selon le journal israélien Haaretz (qui reprend les propos de CNN), l'armée américaine a souligné l'inquiétude ("concern") que cette menace lui inspire, notamment en ce qui concerne les risques de chaos dans la région, et les conséquences prévisibles pour la flotte militaire étatsunienne qui patrouille au large de l'Iran ainsi que pour leurs bases dans le Golfe arabopersique et en Irak.

 

Selon un sondage publié jeudi dernier l'opinion publique israélienne est divisée pratiquement à égalité entre partisans et opposants à une attaque contre les installations nucléaires iraniennes en activité (qui aurait des effets collatéraux dévastateurs pour es populations de la région et pour la paix au Proche-Orient). Quelque 41 % des personnes interrogées sont favorables à une attaque contre l'Iran, 39 % sont opposés et 20 % ne se prononcent pas. La menace israélienne, tout comme diverses fuites sur le test de missiles israéliens, ainsi que les opérations militaires occidentales en Sardaigne pourraient cependant, selon l'écrivain pacifiste israélien Uri Avreny, relever de la simple gesticulation.

 

Selon le journal français le Figaro du 13 octobre, la nouvelle montée de la tension aurait pour cause les échéances de 2012 : en Russie l'éventuel retour de Vladimir Poutine à la présidence, et en France la possible non-réélection de Nicolas Sarkozy (proche des néoconservateurs américains) pourrait affaiblir le camp belliciste en Occident, ce qui encourage celui-ci à plaider pour un changement de régime (regime change : c'est-à-dire son renversement par une opération militaire extérieure comme en Libye) dès maintenant en Iran.

 

En 2010 le programme d'enrichissement de l'uranium avait été ralenti par l'introduction d'un virus informatique américano-israélien Stuxnet dans les réseaux iraniens, ce que le président iranien avait reconnu à demi-mots il y a quelques mois. Mais les pressions, menaces et actions de sabotage contre le régime des mollahs ont très vite repris. Début décembre 2010, Shahid Beheshti, physicien de l'université de Téhéran était tué dans un attentat à la voiture piégée. Le chercheur Massoud Ali Mohammadi avait connu un sort similaire onze mois plus tôt. On apprenait ensuite en août dernier, que les Etats-Unis ont demandé en vain aux autorités pakistanaise la possibilié d'ouvrir un consulat au Balouchistan, région limitrophe de l'Iran où ils sont soupçonnés de mener des opérations de déstabilisation. Puis en octobre, l'attorney général américain Eric Holder dénonçait un soi-disant complot iranien contre l'ambassadeur d'Arabie saoudite aux Etats-Unis en mettant en cause un vendeur de voiture d'occasion du Texas d'origine iranienne qui aurait loué les services de mafieux mexicains - hypothèses que des sites de gauche américains comme Counterpunch jugent aussi peu crédible que la théorie du viol systématique de femmes par les troupes de Kadhafi utilisée par la propagande de guerre occidentale il y a quelques mois, mais qui n'avait pas empêché Washington le 11 octobre de lancer une "alerte mondiale contre le terrorisme" sur cette base. Le lobby néoconservateur et Mme Clinton au département d'Etat joueraient un rôle très important dans l'entretien de ce climat anti-iranien. Mme Clinton dans une interview le 26 octobre dernier dans une interview à la BBC a même appelé le mouvement "vert" iranien (réformateurs vaincus lors des dernières élections présidentielles dans ce pays) à solliciter ouvertement l'aide occidentale (une attitude d'ingérence que l'opposition iranienne a fermement condamnée).

 

La réalité du danger que représenterait un programme nucléaire militaire iranien fait pourtant l'objet de controverses. En janvier 2007, le résident français Jacques Chirac avait fait scandale en déclarant dans le Herald Tribune : «Où l’Iran enverrait-il cette bombe? Sur Israël? Elle n’aura pas fait 200 mètres dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée». En outre beaucoup de voix s'élèvent pour que la question du désarmement  nucléaire de l'Iran soit traitée globalement avec celui d'Israël et de la flotte militaire étatsunienne qui patrouille dans la région.

 

Une frappe sur l'Iran sera le début d'une grande guerre dont la Turquie sera l'acteur principale

 norbert chetail

 

Article intéressant mais bourré de fautes d'orthographe (eva)

 

 

Les rumeurs d’une opération d’Israël contre les installations nucléaires iraniennes se renforcent.

Le président israélien Shimon Peres a indiqué lors d’un programme télévisé que le temps qui passe joue en la défaveur de l’Iran, ainsi que la communauté internationale était plus favorable maintenant à une solution militaire contre l’Iran.

Depuis quelques jours, la presse israélienne et internationale évoquent la préparation d’un plan concernant une intervention militaire contre les installations nucléaires iraniennes.


Le président israélien Shimon Peres s’est joint en dernier à ces débats.

Prenant part à une émission télévisée, Peres a donné des messages renforçant les thèses d’une intervention. “Les leaders du monde doivent tenir leurs engagements à n’importe quel prix” a-t-il affirmé.

Peres a évoqué une longue liste de mesures à adopter contre l’Iran, sans toutefois donner de détails.

Le président israélien a affirmé que la communauté internationale était beaucoup plus favorable à une intervention militaire maintenant contre l’Iran.


Mais ISRAEL doit savoir que l'IRAN n'est ni la LIBYE,ni la Yougoslavie ni l'IRAK ou l'AFGHANISTAN car l'iran a les capacités de déstabiliser toute la région de l'afghanistan à l'arabie saoudite en passant par la turquie et crée un climat anarchique. Il faut savoir que tous les pays attaqués par l'otan ou l'onu ont utilisé une tactique défensive alors que l'Iran elle, utilisera une tactique offensive, déja contre les pays participant a l'attaque et même les pays d'où décolleront les avions qui bombarderont l'Iran.


L'iran est composé de 6 millions de kurdes, 18 millions d'Azerie(ethnie turc) et le reste de  perse ces ethnies resterons t-elle soudé en cas de frappe ou préfereront t-elle l'exil en Turquie.

Parmi les pays musulmans seul la population turques a sa grande majorité soutiendrons l'Iran, Les Iraniens n'hésiteront pas a frapper l'Arabie saoudite au cas ou celle-ci participera a l'opération,mais ce qui est sur c'est que les mollahs iraniens perdrons leur pouvoir en iran mais aprés avoir semer le chaos dans toute la régions pour les 30 ans a venir. Même l'Europe sera atteint au début par un flux migratoire pouvant atteindre 20 millions d'immigrés venant de la Turquie qui est la porte de l'europe.

Les salafistes Turcs et kurdes qui sont parmi les plus discret et les mieux organiser pourront profiter du chaos pour créer un mini état islamique en turquie , car pour eux c'est du chaos que devrait naître leurs état islamique car aujourd'hui ils savent que dans la situation actuelle ils n'ont aucune chance d'imposer leurs idées en Turquie.

Sans parler des pays turcophones d'asie central ou l'islamisme est trés présent notamment en Ouzbekistan,attaqué l'Iran serait l'érreur la plus fatale pour l'onu depuis la deuxième guerre mondiale,

Les islamistes turcs et kurdes de Turquie souhaite que l'iran soit frapper mais eux c'est pour d'autre raison comme ils le disent< c'est du chaos que naîtra notre nation islamique en turquie>

Les conséquenses d'une frappe sur l'iran serait bien pire en irak,syrie et pour israel aussi.

 

http://www.lepost.fr/article/2011/11/06/2631673_une-frappe-sur-l-iran-sera-le-debut-d-une-grande-guerre-dont-la-turquie-sera-l-acteur-principale.html

 

.

Iran: Vers la 3ème guerre mondiale?
.
06/11/2011 - Une attaque contre l'Iran "de plus en plus vraisemblable", prévient Shimon Peres

06/11/2011 - Nétanyahou attaque la presse après des fuites sur d'éventuelles frappes contre l'Iran 

06/11/2011 - L'Iran a une installation pour tester des armes nucléaires selon l'AIEA
De la crise financière à la 3ème guerre mondiale

 

 

 

Sur le site JUIF.ORG,

Shimon Peres: l'Iran constitue "le plus grand danger" pour Israël et le monde

L'Iran représente la plus grande menace pour Israël et pour le monde entier, a déclaré dimanche le président Shimon Peres devant plusieurs de la communauté druze israélienne. La veille, Peres a averti que "la possibilité d'une attaque militaire contre l'Iran est plus proche qu'une option diplomatique".

 

Commentaires sur ce site juif.org,

 Ne faudrait il pas commencer par tordre le cou aux terroristes de Gaza !!! ce serait un bon nettoyage en prévision des rockets qui pourraient s'abattre sur Israël, en cas d'attaque contre l'Iran.


C'est pas glorieux ce que je vais dire mais les Israéliens sont le dernier espoir des français qui aiment leur pays et dont plus personne ne se soucie...  (..) 
.

L'Iran menace de tuer un million d'Israéliens

Les Iraniens se déclarent décidés à envoyer quatre missiles susceptibles de faire un million de victimes en Israël, si leurs installations nucléaires sont attaquées par Israël ou les Etats-Unis. Cette menace extrêmement claire émane de l'agence de presse Fars, dans un communiqué du 6 novembre. L'analyste des affaires militaires de l'agence, Saad-allah Zarey, considéré comme l'un des plus proches collaborateurs de l'ayatollah Khamenei, insiste sur le fait que les missiles dont il est question seraient conventionnels.

 

MOYEN-ORIENT : "Contre l'Iran, l'État hébreu brandit une menace purement rhétorique"

Alors que l'AIEA s'apprête à publier un rapport sur le programme iranien, Israël menace la République islamique de frappes préventives. Mais pour Alain Rodier, spécialiste du renseignement militaro-industriel, l'État hébreu ne passera pas à l'action

 

.
.
Après avoir cité Juif.org,
voici un organe aux options opposées, extrait :

TRIBUNE LIBRE DE DJERRAD AMAR

(..) Le sionisme c’est «une négation de l’essence spirituelle du peuple juif et de la providence divine quant aux affaires humaines » disent des organisations juives.

Les  sionistes  ne sont en réalité plus juifs ; ils n’ont d’intérêts pour la religion juive que dans le sens d’un usage exclusivement politique et économique. Selon Ahmadinejad « les sionistes ne sont ni Chrétiens ni Juifs. Ils n’ont aucune religion. La religion c’est la richesse et l’argent… Le sionisme est un mouvement compliqué et terrible … ne dépasse pas les 10.000 membres dont 2.000 principaux actifs… Certains d’entre eux sont en Europe, certains d’entre eux sont aux États-Unis ; ils constituent un groupe de racistes qui se considère comme supérieur aux autres. » Dans ce sens, voici une déclaration de Begin (prix Nobel de la paix) : «Notre race est la race des maîtres. Nous sommes des dieux divins sur cette planète. Nous sommes aussi différents des races inférieures comme ils le sont des insectes…. Les autres races sont comme l’excrément humain. Notre destin doit être de régner sur ces races inférieures».

Pour le journaliste américain juif antisioniste Jeffrey Blankfort l’influence israélienne par le biais de l’AIPAC  est centrale dans la politique des États-Unis surtout étrangère et particulièrement dans  les guerres américaines au Moyen-Orient. Selon lui, la guerre contre l’Irak visait à  « placer Israël dans une position très importante au Moyen-Orient, dans le cadre d’un plan visant à parachever le contrôle planétaire des États-Unis. C’est là ce à quoi appelait le document intitulé « Project for a New American Century » (Projet pour un nouveau siècle américain), ou PNAC…. Pour lui « la seule composante de la société américaine qui soit en train de pousser l’administration des États-Unis à entrer en confrontation militaire avec l’Iran se trouve être l’establishment sioniste, ou le lobby, si vous préférez – il s’agit d’organisations comme l’AIPAC mais aussi d’autres organisations juives ».  Cette position se confirme par la déclaration de Sharon à Shimon Pérès le 3 octobre 2001 par cette sentence  «À chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela. Je veux te dire une chose très claire: ne t’inquiète pas des pressions américaines sur Israël. Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique, et les Américains le savent». Ceci montre bien la puissance des lobbies, toujours en veille, pour dicter leurs volontés aux gouvernements occidentaux !


 Ce sont ces mêmes lobbies néoconservateurs qui ont entraîné les États-Unis dans la guerre en Irak, en Afghanistan, en Libye et qui,  aujourd’hui, sont en train de bousculer à une confrontation avec  la Syrie et l’Iran. Cet Iran qui a bouleversé le rapport de force suite au développement de son industrie militaire de défense, de son option réussie pour l’énergie nucléaire civile et de sa puissance incontournable dans la solution et la prévention des conflits de la région. Cet Iran qui incarne la position la plus ferme face aux velléités sionistes. Même Obama est impuissant face à ces lobbies au point où il déclara lors des élections, devant ses partisans « Certains intérêts puissants qui ont dominé … pendant longtemps parlent de moi comme d’un chien »


William A. Cook, professeur et auteur d’un ouvrage sur la politique de Bush au M.O (Tracking Deception : Bush’s Mideast Policy) affirme ceci : « N’est-il pas évident, aujourd’hui, que la direction de la politique américaine au sujet de l’Iran, et notre invasion préemptive de ce pays, quasi certaine au service d’Israël, est dirigée par la même coterie d’individus qui nous ont entraînés dans la désastreuse guerre en Irak » (..) 

 

http://allainjules.com/2011/11/06/au-nom-du-sionisme-et-de-lamerique-le-monde-tu-domineras/comment-page-1/#comment-120842

 

 

Note d'eva R-sistons :

 

L'Iran doit avoir la bombe nucléaire dissuasive, seul bouclier contre les menaces de l'Occident surarmé. Il n'a jamais attaqué personne et ne menace perssonne. Il cherche juste à se protéger, légitimement. Non-aligné sur les diktats de l'Empire, contrairement aux potentats serviles des monarchies saoudiennes, du Quatar etc, cet Etat est donc menacé par l'Empire usraélien qui, d'ailleurs, convoite ses richesses. Israël, surarmé et appuyé par les Anglo-Saxons et la France de Sarkozy, ne risque rien. La sécurité est un fallacieux prétexte. En réalité, comme écrit plus haut, toute la zone doit tomber dans l'escarcelle de l'Empire, via Israël qui, d'ailleurs, colonisera les pays de la région pour faire le grand Israël, comme en Irak. eva R-sistons

 

.

Lire aussi :
Qui va stopper cet holocauste nucléaire planétaire programmé par les cinglés de Tel Aviv dans une crise de massadite aïgue ?

Dimanche 6 Novembre 2011
Myriam Abraham
.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives