Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 02:40

080423_US_and_Israel_flags

http://www.mecanopolis.org/?p=10425


 * Avec les manoeuvres militaires extraordinaires, et jamais vues, qui se déroulent en ce moment à Chicago pour le sommet de l'OTAN, il y a lieu de se demander si tous ces complots déjoués auront préparé la voie pour le prochain "false flag" nécessaire pour entrer en Iran...
Voici un excellent article d'un blogger qui fait réfléchir sur cette éventualité.
 De nos jours, la principale activité du FBI consiste à démasquer des complots terroristes aux Etats-Unis. Et quand le FBI ne parvient pas à trouver suffisamment de complots pour justifier son existence… et bien le « Bureau » les fabrique ! Pour ensuite parader devant la presse avec ses trophées… … mais même la presse la plus veule finit par se rendre compte de quelque chose.
 Ainsi, dans un article publié la semaine dernière, le New York Times ose écrire :
« Ces dernières années, les Etats-Unis ont été préservés d’un certain nombre d’attentats meurtriers, planifiés par des terroristes sur notre sol et détectés à temps par les agents fédéraux du gouvernement…. c’est du moins ce que l’on a voulu nous faire croire… » (1).
Ces derniers mois nous avons ainsi eu droit :
- à un kamikaze, intercepté alors qu’il allait faire sauter le Capitole;
- à de dangereux individus à Newburgh, dans l’Etat de New York, qui ont été mis hors d’état de nuire alors qu’ils se préparaient à lancer une vague d’attentats à la bombe contre des synagogues;
- à des radicaux qui projetaient de tirer des missiles sol-air Stinger contre des avions militaires.
Plus fantaisiste encore au Massachusetts
- un projet de lancer des maquettes d’avions téléguidés, bourrés d’explosifs, contre le Pentagone et le Capitole a été stoppé à la dernière minute.
Malheureusement, à y regarder de plus près, il apparaît que tous ces attentats sont été planifiés et encouragés par le FBI, dont les agents se sont fait passer pour des terroristes et ont fourni là un missile factice, ici de faux explosifs C-4 ou encore une veste-kamikaze désarmée voire des stages de formation à la préparation d’attentats.
 Les « vrais-faux » terroristes ainsi recrutés ont naïvement cru participer à un complot djihadiste, jusqu’à ce que la police vienne défoncer leur porte au petit matin et les parader devant les caméras de télévision.
Le journal britannique The Guardian a récemment publié un article qui souligne cet aspect, se demandant si la grande majorité des « succès » claironné par le FBI dans la lutte anti-terroriste de ces dernières années n’était pas tout simplement des complots fabriqués par le FBI lui-même.
Selon les défenseurs des droits civiques aux Etats-unis, le FBI mène, depuis l’époque Bush et sous consigne directe de l’administration d’alors (notamment le Vice Président et son conseiller Richard Pearle, expert en manipulations) une vaste campagne d’infiltrations dans toute l’Amérique, ciblant prioritairement la communauté musulmane et consistant à attirer les gens dans de faux complots terroristes.
L’analyse des documents qui ont pu être obtenus sous couvert de la loi FOIA (Freedom of Information Act) montre que le FBI pratique ce qu’elle appelle la « pèche au chalut » dans les communautés musulmanes, envoyant des infiltrés fréquenter des mosquées et des centres communautaires pour y tenir un discours islamiste radical et identifier les personnes perméables à ce discours et pouvant être recrutées comme terroristes.
Le FBI fait également feu de tout bois, y compris les informateurs les plus étranges. Ainsi, dans les années 2000, ils ont été contactés par un homme affirmant avoir connu le chef terroriste Ayman al-Zawahiri quand celui-ci vivait dans le nord de la Californie dans les années 1990. L’homme a immédiatement été embauché en tant qu’informateur et s’est vu remettre une forte somme d’argent en échange de ses informations. Il a continué à fournir des informations sur de prétendues « cellules dormantes » islamiques en Californie et en Arizona, déclenchant plusieurs raids sur des mosquées à travers le pays – menés sous l’oeil de caméras opportunément prévenues.
Cet informateur est notamment à l’origine d’une séquence qui fit grand bruit auprès des « Tea-Party » (et qui est régulièrement citée par la droite US). On y voit le FBI fouiller un campement dans le désert d’Arizona, un soi-disant « point de passage » pour les immigrés clandestins passant la frontière depuis le Mexique. Dans ce camp, la caméra nous montre une « tente mosquée » (reconnaissable aux soi-disant inscriptions en Arabe sur la toile) et des « tapis de prière abandonnés », preuve que Al-Qaïda infiltre effectivement ses djihadistes via la frontière poreuse avec le Mexique.
Il s’est avéré ensuite que les inscriptions en Arabe étaient en fait des inscriptions en Thai (vu que la tente était constituée de vieux sacs de riz) et que les tapis de prière étaient des tapis de sol de camping standard. Mais le mythe perdure, c’est ce qui compte…
Ensuite, une fois les suspects appropriés identifiés, des agents du FBI montent une fausse opération de complot terroriste, mobilisant les personnes, suggérant l’idée, fournissent les armes et désignant la cible. Quand tout est en place, on appelle la presse et on monte des arrestations spectaculaires suivies de conférences de presse et de procès avec condamnations à de longues peines.
« Dans toutes ces affaires » écrit le Guardian, « on ne nous dit jamais combien de vrais terroristes ont été appréhendés (une fois enlevés du lot les policiers infiltrés) ».
Pour Anthony Newell, avocat des droits civiques au Chicago Community Project :
« La presse « mainstream » a vite fait de hurler au « complotisme » quand on ose parler de ces opérations comme n’étant rien d’autre que des provocations policières… mais il semblerait bien qu’un certain nombre des personnes qui se sont fait piéger de cette manière par le FBI prévoient de contre-attaquer devant les tribunaux en accusant le FBI de les avoir incités à commettre ces actions.
Bien sûr, vrai ou faux, il sera difficile aux plaignants de faire croire qu’ils sont de pauvres victimes innocentes, étant donné que – jusqu’à ce que la police vienne les cueillir – elles étaient persuadées de préparer un vrai attentat terroriste. Mais si l’intégralité de l’opération terroriste s’avère être en fait un scénario soigneusement orchestré par le FBI, celui-ci fournissant l’argent, les armes, les explosifs et désignant la cible… alors il va être difficile de ne pas se poser des questions.
 Et la première de ces questions sera de savoir pourquoi le FBI utilise ce genre de méthodes. On a presque l’impression qu’ils se sentent obligés de « fabriquer » de faux complots terroristes pour – entre autres – justifier leur existence ainsi que leur (très très importants) budgets.”
(1) Terrorist plots helped along by the FBI, par David K. Shipler (New York Times – 29/4/12)

Titre original : La majorité des attentats terroristes sont fabriqués par la police
 
.
.
L'actualité, suite :

Grèce: L'effondrement des grands partis. Montée du parti nazi


Les Bourses ont enregistré les différentes élections en Europe comme autant de coups durs. La remise en question des plans d'austérité était le coeur du sujet. En Allemagne les banques ont fortement reculé entraînant les autres valeurs dans leurs sillages.
Nicolas Sarkozy a fait perdre des milliards à la France en vendant son or, et de plus liquide notre patrimoine sans nous consulter

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/nicolas-sarkozy-a-fait-perdre-de-116202

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/05/06/la-cour-des-comptes-epingle-enfin-la-gestion-du-stock-dor-de-la-france-par-nicolas-sarkozy/#more-25077

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 02:17



Défense : pourquoi François Hollande opte pour le consensus national
Plus consensuel, tu meurs ! En matière de défense, le candidat socialiste à la présidentielle a fait le choix de coller à la politique actuelle. Qu'il le dise personnellement, comme sur le nucléaire ou qu'il laisse Jean-Yves Le Drian (photo) - chargé du dossier dans son équipe de campagne - s'exprimer comme il l'a fait sur le site Défense ouverte de Jean Guisnel ou à l'agence Reuters. Certains esprits taquins feront remarquer que le Défense ne vient qu'au seizième rang des pôles thématiques du candidat... derrière les Français de l'étranger, mais l'important n'est pas là.

Ce qui compte, c'est la ligne fixée et elle se résume dans cette phrase de Jean-Yves Le Drian, au Point : "Il serait dommage que la Défense fasse l'objet de polémiques". François Hollande détaillera ses orientations en la matière début mars, devant un "public spécialisé". Il n'y aura sans doute aucune surprise. Voici ce que l'on sait déja :

- Afghanistan : prévu pour 2014, le retrait devrait être "accéleré" - les conditons étant décidées lors du sommet de l'Otan à Chicago en mai prochain. La date de 2013 est probable. Le Drian :  "Nous ne voulons pas être suivistes. La France dira ce qu'elle a envie de faire. Il faut échelonner le retrait dans la sécurité, d'abord de nos propres forces."  A cet égard, le traité que sera signé avec le président Karzaï est "une bonne chose".

- Otan : "On garde notre place. On ne l'aurait pas fait (le retour), mais on ne va pas tout défaire" affirme Le Drian.

- Dissuasion nucléaire : Continuité totale, que le candidat Hollande entend manifester lors d'un déplacement à l'Ile Longue.

- Europe : Le PS veut encourager "l'Europe de la défense, que ce soit sur plan opérationnel ou industriel"

- Budget : Un nouveau Livre blanc définira "les nouvelles priorités" qui feront l'objet d'une nouvelle loi de programmation.  Le Drian : "L'effort de rigueur, chacun doit y participer. La défense aussi, mais pas plus que les autres. Il faut de l'équité dans la répartition."
"Je suis absolument convaincu que dans l' esprit
(de François Hollande) le budget de la défense ne peut être considéré comme une variable d'ajustement. Ne serait-ce qu'en raison des enjeux industriels qu'il induit."


- Industrie : c'est assurément l'un des grands chantiers du prochain quinquennat, mais là encore pas de ruptures fortes à attendre : Le Drian : "Les mouvements autour de Thales pourraient constituer une perspective, sous réserve que la stratégie industrielle ne passe au second plan, derrière un Meccano financier."  L'évolution de DCNS devait être suivie à la loupe ne serait-ce que parce que Lorient, Brest et Cherbourg sont des fiefs socialistes... Quant à la question des drones Male et la création d'une filière autour de Dassault, la présence de jean-Claude Viollet dans l'équipe de Le Drian plaide là aussi pour la continuité.


Voilà pour le fond. La posture politique est différente. L'équipe autour de François Hollande est abolument convaincue de la pertinence de ces choix et s'inscrit pleinement dans le consensus national sur les questions de défense. Certains des meilleurs experts français en matière de défense sont d'ailleurs plus proches des socialistes que de l'UMP : pensons à François Heisbourg, Pascal Boniface, Bruno Tertrais, chacun à sa manière.

Le problème est que toute la gauche ne participe pas de ce consensus, tant s'en faut ! Comme l'avait fait Ségolène Royal en 2007, le candidat Hollande prend donc les devants dès le début de la campagne, non seulement pour se "sculpter" une stature présidentielle face à Nicolas Sarkozy, mais également pour tenter d'éviter le débat et de verrouiller la discussion.

Pas question pour lui que la droite utilise les désaccords profonds qui règnent à gauche sur les questions de défense. Avec les partis alliés, comme les Verts (dont le programme est clairement antimilitariste et pacifiste ), le Parti de gauche de Mélenchon, partisan dur retrait de l'Otan et de la réduction de la dissuasion (son programme est ici ) ou de ce qui reste du PCF. Au sein même du PS, le consensus n'est pas total que ce soit sur l'Otan ou le nucléaire. L'ancien ministre de la défense Paul Quilès est à la fois hostile à l'Otan et contre la dissuasion nucléaire. Même Alain Richard ou Michel Rocard doutent de la pertinence de la dissuasion...

Quant à la question essentielle du budget, là encore, la gauche est assez gênée. Ses élécteurs - ou en tout cas les organisations qui parlent en leur nom, comme les syndicats enseignants pour ne citer qu'eux - voudront faire valoir d'autres priorités auxquelles il sera difficile de resister. D'où l'urgence pour le candidat socialiste de verrouiller le débat en prenant des positions courageuses.


Dimanche 15 Janvier 2012
Jean-Dominique Merchet
http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Defense-pourquoi-Francois-Hollande-opte-pour-le-consensus-national_a483.html

Jean-Yves Le Drian 2011 cropped.jpg

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Yves_Le_Drian

 

Jean-Yves Le Drian
Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 02:03
Jeudi 17 mai 2012

 

J'avais promis à mes Lecteurs, voici 4 ans, un dossier sur l'OTAN. Débordée par la masse des documents toujours plus accumulés, je n'ai pas trouvé le temps de le publier. Michel Collon a fait le dossier à ma place. Merci ! eva


 

http://sergeadam.blogspot.fr/2011/09/libye-lotan-visage-deux-faces-menteur.html

 

L'Otan pour les nuls sur Investig'Action -

www.michelcollon.info


Ces 20 et 21 mai se tiendra à Chicago un nouveau sommet de l'Otan. L'occasion pour l'alliance militaire euratlantique d'affiner la redéfinition de ses missions. Car si l'Otan a officiellement été créée en 1949 pour prévenir l'Europe de l'Ouest d'une invasion soviétique, on pourrait bien se demander, 21 ans après la chute de l'URSS, à quoi sert encore l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord aujourd'hui. A moins que cet objectif officiel cache une autre vérité, moins avouable... C'est ce que nous vous proposons de découvrir dans ce dossier spécial consacré à l'Otan : comment l'alliance fut créée, quels objectifs poursuit-elle, quels scandales entachent son histoire et quels exploits elle a déjà accompli depuis la chute de l'URSS : de la Yougoslavie à la Libye en passant par l'Afghanistan.



A QUOI SERT VRAIMENT L'OTAN ?
 


21 ans après la fin du « péril rouge », pourquoi encore l'Otan ? - Roland Marounek
L'URSS évaporée, l'Otan subsiste... et poursuit toujours le même objectif fixé à sa création.

OTAN : le Pitbull Impérial - Edward S. Herman
"On dit que l'Otan fut créée comme une organisation défensive : c'est parfaitement faux !"

L'Otan, un outil pour des intérêt géostratégiques - Ludo De Brabander, Georges Spriet
"Malgré les tentatives de changement, l'alliance reste le pouvoir exécutif des stratégies US"



DES METHODES DISCUTABLES MAIS PEU DISCUTEES 


Le terrorisme non revendiqué de l'OTAN - Entretien avec Daniele Ganser - Silvia Cattori
Stratégie de la tension : les false-flags de l'Otan...

Les 15 mensonges de Jamie Shea et de l'OTAN - Michel Collon
Pour bombarder la Yougoslavie, l'ancien porte-parole de l'Otan a joué les Pinocchio. 



L'URSS PASSE, L'OTAN RESTE 


Évolution du rôle de l'OTAN à la faveur des guerres yougoslaves (1991-1999) - Georges Berghezan
Le coup de maître de l'Otan : survivre à la chute du bloc soviétique.

Bail prolongé pour l'OTAN au Kosovo - Georges Berghezan
Comment devenir pompier pyromane en dix leçons et quelques guerres.

De la Libye à la Syrie : tenir l'Otan en laisse - Vijay Prashad
Les pays du Sud ne sont plus dupes et n'accepteront pas une intervention en Syrie.

Syrie : « Une situation bien plus nuancée que celle présentée en Occident » - Bert De Belder
Le récit d'observateurs internationaux, loin des tambours de guerre de l'Otan.



USUAL SUSPECTS


La « Gauche » francophone belge et l'Otan - Roland Marounek
"Le bras armé des intérêts occidentaux ne peut être celui des nations du monde unies."



Flashmob for Peace - No to NATO!
20 mai 2012 - 14h - Bruxelles


Intal organise le dimanche 20 mai une action nationale visant à dénoncer l'existence et le rôle de l'Otan. A l'aide d'un flashmob et d'une performance, nous voulons isoler l'Otan et révéler les intérêts qu'elle défend.
Pour réussir cette action, nous devons être au moins 230 participants. Nous comptons ici sur vous!
Et que dois-je faire ? Tout d'abord vous vous inscrivez via ce lien. Vous choisissez le pays que vous désirez représenter parmi la liste des pays encore disponibles et nous vous ferons parvenir un drapeau de ce pays.

Données pratiques: Nous vous donnons rendez-vous le dimanche 20 mai après-midi dans le quartier de la gare Centrale à Bruxelles. L'action en elle-même durera maximum 1 heure. Envie de donner un petit coup de main pour la préparation? Envoyez un mail à lars.van.densen@telenet.be, il y a suffisamment de tâches pour lesquelles nous avons besoin d'aide le jour-même ou avant! Nous comptons sur votre participation afin de faire de cette action un véritable succès!

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:37

 

Mercredi 9 mai 2012

Gregorios III« Il n’y a plus de Révolution, il n’y a plus de manifestations. Il y a seulement du banditisme et le monde entier refuse de le reconnaître ». Ces paroles ne sont pas celles du président syrien Bachar el-Assad, ni celles d’un de ses ministres, ou celles d’un membre d’un quelconque gouvernement arabe soutien du régime, mais celles du patriarche de l’Église grecque-catholique melkite, dont la résidence est à Damas.

 

Le prélat n’a pas fait usage de termes vagues pour décrire l’actuel état de crise dans lequel se trouve plongé la Syrie : « des éléments étrangers sont entrés dans le pays et ont même commencé à frapper les chrétiens, qui ont dû quitter Homs étant donné la dangerosité de la situation », a expliqué le patriarche qui n’a pas caché une certaine insatisfaction vis-à-vis de la situation jugée trop souple du Vatican à son égard. Grégoire III s’en est pris ensuite à la presse européenne avec laquelle il a eu affaire lors de récentes visites sur le Vieux Continent pour raconter ce qui était justement en train de se passer en Syrie. « Je n’excuse pas le régime comme j’ai pu l’entendre en France, mais je soutiens une réalité. Les journaux sont stéréotypés, ont des sources uniques et ne sont prêts à écouter personne, pas même moi », a avancé le prélat qui n’ pas hésité à parler d’une vraie « dictature de la presse au service des États-Unis ». Le patriarche a même raconté une anecdote arrivée au neveu d’un évêque travaillant à Dubaï (Émirats arabes unis), qui, alors qu’il se rendait un jour à son travail, a entendu derrière lui un homme annoncer au téléphone qu’il se trouvait à Homs, pendant que les troupes gouvernementales faisaient l’assaut de la ville, en tuant femmes et enfants.

 

« On a parlé de complot, mais c’est bien plus grave que cela : il y a une volonté internationale de nuire à la Syrie », a encore affirmé Grégoire III tout en se demandant comment certains États pouvaient changer en peu de mois « le régime qui a tant fait pour sa population », alors que ces mêmes Etats ne réussissent pas à mettre fin au conflit israélo-palestinien.  « Aucune sanction n’a été approuvée contre les colonies israéliennes, a-t-il ajouté, alors qu’elles sont illégales. Tout le monde en est persuadé mais personne ne fait rien ».

 

Enfin, répondant à une question des journalistes relative aux actions de l’armée syrienne vis-à-vis de la population, le patriarche n’a pas hésité à affirmer que l’intervention des forces armées a été « tardive et trop légère » pour espérer mettre fin aux violences des bandes rebelles.

 

Un témoignage important sur la situation réelle de la Syrie qui tranche singulièrement avec ce qu’on peut trouver dans les principaux media, lesquels ne se préoccupent décidément pas d’informations claires et objectives. 

 

Capitaine Martin

 

------

 

Assad restera au pouvoir (renseignements étrangers)  08/05/2012

Assad restera au pouvoir (renseignements étrangers)


Assad restera au pouvoir (renseignements étrangers)



IRIB- Côté américain, le Washington Post évoque lui aussi un changement dans la position américaine envers la crise en Syrie. Citant des diplomates et des responsables de renseignements occidentaux, le quotidien américain indique que les développements sur le terrain, et la resistance du président Bachar ElAssad malgré les sanctions internationales, ont poussé les services de renseignements occidentaux et arabes à revoir leurs estimations à la baisse quant à la chute du président syrien.

« Le président Assad restera au pouvoir jusqu'à 2013, sauf au cas d'une grande surprise...vu qu'il a réussi à nettoyer les villes de Homs, Hama, à stabiliser Damas et à jouir du soutien des Druzes et des chrétiens », rapporte le Washington Post. Au début de l'insurrection, les milieux occidentaux s'attendaient à sa chute dans les mois qui ont suivi, voire en 2012 au maximum. Cependant des sources syriennes voient que la poursuite de la tension en Syrie n'est pas en faveur des Etats-Unis qui craignent l'instauration d'un front salafiste en cas de la chute d'Assad. Dans ce contexte le quotidien AlAkhbar rapporte que la télévision syrienne diffusera dans les prochains jours des interviews avec des dizaines de combattants étrangers arrêtés en Syrie, dont des Libyens, des Yéménites, des Koweitiens, des Egyptiens et des Asiatiques.

http://french.irib.ir/info/international/item/186969-assad-restera-au-pouvoir-renseignements-%C3%A9trangers http://french.irib.ir/info/international/item/186969-assad-restera-au-pouvoir-renseignements-%C3%A9trangers

 

 

.http://www.alterinfo.net/notes/Assad-restera-au-pouvoir-renseignements-etrangers_b4171782.html

 

.

 

Syrie : Sarkozy, vos protégés et terroristes syriens sont toujours dans leurs basses oeuvres

by Allain Jules

 

.

 

Une analyse du Dr Nadia Khost
Syrie : Le peuple syrien fait face a une guerre impérialiste

 


 

« Les États-Unis ont envoyé des escadrons de la mort en Syrie »


27 avril 2012 | Un analyste affirme que les États-Unis ont dépêché des escadrons de la mort en Syrie qui se sont constitués en gangs armés pour attaquer des groupes de population avant que Washington n’envahisse la Syrie.

 

.

Témoignage
Syrie : « Si l’armée quitte notre village, nous risquons d’être égorgés »

 

 

 

Sur ce blog,

 

Les Syriens manifestent massivement leur soutien au gouvernement dans de nombreuses villes
15 mars 2012 | Pendant que, à Genève, 200 ONG des droits de l’Homme, et surtout Amnesty International, montent au créneau pour accuser le président Assad des pires exactions, d’importantes manifestations -on parle de plus d’un million- de soutien au programme de réforme initié par le président Bachar al-Assad et de rejet de toute immixtion dans les affaires syriennes, ont eu lieu le 15 mars 2012 à Damas, Alep, Lattaquié, Raqqa, Hassaké, Daraa, Misyaf, à la corniche de Tartous, ainsi que dans les villes de Salhabb à Hama, d’Az-Zahraa, d’An-Nezha, d’al-Hadara, de Chayrat à Homs.

 

.

 

Voir aussi :

FR3: Bachar Al-Assad "menacerait la France". Que dit-il réellement ?

 

 

.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:33
Un article de Gilles Devers

Délire anti-iranien
http://www.silviacattori.net/article3163.html

Il y a de quoi se méfier quand des infos sortent sur les rapports entre Israël et l’Iran. Pourtant, il semble bien qu’on assiste à une accalmie dans le délire anti-iranien.
29 avril 2012

La semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu – que Sarkozy traite de menteur et qu’Obama admet supporter par nécessité – expliquait doctement que « les gens qui refusent de voir la menace iranienne n’ont rien appris de la Shoah » . Sur CNN, Netanyahu ajoutait : « Je ne suis pas inquiet pour notre image. Je m’inquiète d’arrêter tout ça ».

Bon. Rien de bien neuf, chez ce très allumé,… sauf que.

Sauf que l’actuel chef d’état-major israélien, le général Benny Gantz, a confié à Haaretz ne pas croire que le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, « voudra franchir le pas supplémentaire nécessaire pour la production d’armes nucléaires ». Il ajoute : « À mon avis, Khamenei commettrait une grave erreur s’il faisait cela, et je ne crois pas qu’il voudra franchir ce pas… Je pense que l’équipe au pouvoir en Iran est composée de gens rationnels ».

Sauf que le ministre de la Défense Ehud Barak, de retour de Washington, a assuré que l’Iran n’avait « pas encore décidé de produire de bombe atomique ».

Sauf qu’un ancien chef du Mossad, Meïr Dagan, chargé pendant huit ans (2002-2010) des affaires d’Iran, s’est dit opposé à ce stade à des frappes contre les sites nucléaires iraniens.

Et un haut responsable israélien, a expliqué à l’AFP sous le couvert de l’anonymat : « Le général Gantz ne fait que répéter tout haut et publiquement ce que les dirigeants militaires, y compris son prédécesseur, le général Gaby Ashkenazi, n’ont cessé de dire aux politiques ces dernières années ».

Sauf que dans une interview à Al Jazeera, Dan Meridor, le ministre israélien du Renseignement et de l’Énergie atomique, a admis que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad n’avait jamais prononcé la phrase « Israël doit être rayé de la carte », phrase qui est pourtant utilisée en boucle depuis des années comme base de la propagande anti-iranienne. Selon Dan Meridor : « Mahmoud Ahmadinejad et l’ayatollah Khamenei ont répété à plusieurs reprises qu’Israël était une créature artificielle, et qu’elle ne survivrait pas ».

Tout part d’une phrase d’un discours Mahmoud Ahmadinejad, le 25 octobre 2005, sur la chute des pouvoirs les plus forts. Il avait cité le régime du Shah, l’Union soviétique, l’Irak de Saddam Hussein et en était venu à Israël pour dire : « L’Imam Khomeiny a annoncé que le régime occupant Jérusalem devait disparaître de la page du temps » . Et cette phrase est devenue, et reprise sans retenue, « la volonté de rayer Israël de la carte ». C’est un ministre israélien qui, le premier, met fin à cette manipulation. Dont acte.

Donc, çà bouge. Suivons cela.

Mais on trouve aussi les intéressants propos de Yuval Diskin, un ancien directeur du Shin Beth (2005-2011), les services israéliens de contre-espionnage, sur Radio-Israël, à propos des relations avec l’Iran : « Je n’ai aucune confiance dans le Premier ministre ou le ministre de la Défense. Je n’accorde aucun crédit à des dirigeants qui fondent leurs décisions sur des sentiments messianiques. Je les ai côtoyés de près : ce ne sont pas des Messies, ces deux-là. Ce sont des gens à qui, personnellement, je ne confierai pas la responsabilité de diriger Israël à l’occasion d’un événement de cette ampleur et de sortir le pays de semblable situation ». Il ajoute : « Ils trompent le pays sur la question de l’Iran. Ils affirment que si Israël agit, l’Iran n’aura pas la bombe nucléaire. C’est trompeur. De nombreux experts israéliens affirment qu’une attaque israélienne va en fait accélérer la course au nucléaire de l’Iran ».

S’agissant de la société israélienne, M. Diskin ajoute : « Durant les 10 à 15 dernières années, Israël est devenu de plus en plus raciste. Toutes les études le démontrent. Il y a un racisme envers les Arabes, les étrangers et nous sommes devenus une société plus belliqueuse ». C’est bien de le dire.

Alors sachons prendre les bonnes nouvelles, et regardons ce que sera la suite.

En attendant, je ne peux que vous encourager à visiter l’Iran. Il a plusieurs vols par jour depuis Roissy en direction de Téhéran. Voici quelques photos de Shiraz, la grande ville du Sud, sur le site antique de Persepolis.

 

Gille Devers, avocat
Actualités du Droit, 29 avril 2012.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:32

 

8 mai 2012

Aujourd’hui encore, les projectiles de l’OTAN sèment la mort au Kosovo et en Métohie parmi les Albanais et les Serbes, mais aussi parmi les soldats de la KFOR et le personnel de l’UNMIK.


local/cache-vignettes/L445xH327/chapattegif-c46c-bc0c5.gif
 
Ce n’est pas sans raison que l’on a interdit aux militaires américains, à leur retour de la région, de se porter volontaires pour des dons de sang. On peut de même comprendre que certains experts militaires de la KFOR affirment que le séjour de leurs hommes au Kosmet constitue la plus grande expérimentation in vivo régie par les Américains. Il n’est pas sans logique que dans les têtes des stratèges US, il s’agisse là d’une étude des comportements et des apparitions de pathologies dans une guerre nucléaire à venir. Voilà ce qu’écrit le Pr Vujadin Otasevic, médecin pathologiste, professeur à la Faculté de médecine de Nis et directeur de l’Institut de médecine légale de la même ville, dans « Les nuages de mort du Kosovo-Métohie », un livre récemment publié par la Faculté. Pour les besoins du présent texte, nous nous sommes limités à la section intitulée « Empoisonnement et radiations dus aux bombardements » dans laquelle le Pr Otasevic rapporte des faits dûment attestés.

La catastrophe écologique, aux conséquences à long terme incalculables pour la santé et la vie des habitants, qu’ont provoquée les bombardements de l’OTAN, a connu dans sa forme la plus funeste l’utilisation de munitions à l’uranium appauvri (UA). « Cette utilisation a abouti à la libération d’importantes quantités de diverses substances dangereuses aux effets cancérigènes, sources de mutations et d’autres effets nocifs sur les humains, le monde végétal et animal », constate le Pr Otasevic en précisant que la plupart de ces substances ont aussi contaminé « la région des Balkans considérée dans son ensemble ».

Les avions A-10 ont largué sur leurs cibles des munitions de calibre 30 mm comportant en leur sein un projectile métallique d’U-238 radioactif, c’est-à-dire d’UA. « Avec une élévation très forte de la température il se produit un aérosol de fines particules d’uranium radioactives dont la poussière entre dans les poumons avec la respiration ou bien pénètre l’organisme avec de la nourriture ayant été en contact avec cette poussière. Une fois dans l’organisme, l’uranium irradie à faibles doses. La particule d’uranium se trouvant dans les poumons produit à chaque heure et jusqu’à la fin de la vie une irradiation comparable à un examen quotidien aux rayons X », indique le Pr Otasevic. Les particules radioactives restent dans le corps « sans se décomposer pendant dix années et plus, et une telle irradiation lente du corps entraîne maladies et mort prématurée ».
Le rapport de l’OTAN aux Nations Unies de septembre 2000 donne le chiffre de 30.000 projectiles à l’UA tirés sur des cibles en Yougoslavie, ce qui équivaut à environ 10 tonnes d’uranium.

Au terme de l’agression de l’OTAN, une équipe d’experts du programme de protection de l’Agence de l’ONU pour les établissements humains avait émis un avertissement concernant « des avortements, des malformations postnatales, des maladies incurables du système nerveux et du foie ». D’après l’agence de presse néerlandaise A & P, qui s’est procurée ce rapport, celui-ci « présente le tableau d’une tragédie plus grande que l’accident nucléaire à Tchernobyl en 1986. »

Dans son rapport préliminaire du 14 août 1999, l’équipe des experts internationaux avait conclu que « la Yougoslavie va connaître une catastrophe écologique si des mesures urgentes ne sont pas prises pour empêcher une possible débâcle écologique ».

Le Pr Otasevic rapporte les résultats d’une étude menée à l’hôpital de Kosovska Mitrovica d’après lesquels les apparitions de carcinomes se sont accrues de 200% au sein de la population serbe. Le directeur de l’Institut de radiologie de Pristina, Djevad Bitsaj, a dit par le passé que 3.500 cas de pathologies malignes avaient été relevés en 2004 et en 2005 parmi des Albanais de toutes les parties du Kosmet. Parce qu’elle soupçonnait des cas de leucémie et des carcinomes, la KFOR a retiré du Kosmet plus de 3.000 soldats, tandis que jusqu’à la mi-2006, 40 militaires italiens et 20 soldats français étaient décédés d’affections malignes.

Par rapport au début du siècle, constate le Pr Otasevic, « le nombre des pathologies malignes en Serbie s’est accru de quatre fois et demie ». Rien qu’en 2005, 18.000 personnes en sont décédées et 31.500 cas nouveaux ont été enregistrés. Dans le district de Nis, de 1997 à 1999, des pathologies malignes sont apparues chez 663 personnes, mais de 1999 à 2009, elles sont apparues chez pas moins de 18.247 individus. « La multiplication dramatique des pathologies malignes au cours des années consécutives à la guerre – entre deux et dix fois – est liée aux émissions radioactives causées par les bombardements de l’OTAN », conclut le Pr Otasevic.

Et il avertit : « Dans le monde et chez nous, il n’y a pas assez de résultats d’études scientifiques qui permettraient d’évaluer toutes les conséquences de l’utilisation de munitions à l’UA. La science est longtemps restée silencieuse sur ce problème, et aujourd’hui encore elle ne se prononce pas jusqu’au bout. C’est là probablement le résultat de l’influence de la politique et de la puissance armée sur la science pour éviter que l’on prenne connaissance des agissements inhumains et de leurs conséquences alarmantes pour la santé de l’homme et de son milieu vital ».

Source Originale : B.I. Infos
.
Sur ce site,
Nouveau sur Investig'Action -www.michelcollon.info

ELECTIONS
Pourquoi Hollande ne fera pas de grosse différence pour l'Europe - Jerome Roos
Légitimer un capitalisme instable et injuste en Europe : un changement ?

Grèce : air libre - Panagiotis Grigoriou
« Respirez librement, les forces du Memorandum ont été délégitimées par le peuple »

Les élections, un grand moment démocratique ? - Yoann Mathieu
Le vote n'est pas une finalité mais le début de l'engagement politique.

Au Venezuela, une campagne présidentielle en suspens - Romain Migus
Hugo Chavez malade : quel impact pour les futures élections ?

PETROLE
Bienvenue dans le nouveau Tiers-Monde de l'énergie, les Etats-Unis !- Michael T. Klare
Nouvel eldorado : Big Oil va-t-il faire sauter les protections environnementales ?

Quatorze questions et réponses sur REPSOL YPF qui n'apparaissent pas dans les médias - Repsol Mata
Quelques vérités cachées sur la compagnie pétrolière partiellement nationalisée en Argentine.

LIBERTE PERDUE
Pourquoi les Palestiniens ont-ils entamé une grève de la faim ? - Middle East Monitor
Bataille des ventres vides : les faits sur les conditions des prisonniers.

Mais où est donc passée la souveraineté de l'Espagne ? - Hernando Calvo Ospina
Y a-t-il un terroriste dans l'avion ?

USA
Organisation des États américains : un revers pour les États-Unis - Lode Vanoost
Washington perd progressivement le contrôle de son arrière-cour.

Le syndrôme Obama : « Si vous arrivez à feindre la sincérité, vous avez gagné » - William Blum
« Le langage est une invention qui permet à quelqu'un de nier ses actes. »

BARBARIE
Bonne nouvelle des Etats-Unis d'Amérique : l'abolition de la peine de mort au Connecticut- Lode Vanoost
« Chaque exécution en est une de trop. Bref, il reste beaucoup de pain sur la planche »

Sanctions : recul de l'ordre international vers la barbarie - Vanessa Ikonomoff
Réflexion salutaire sur les punitions infligées aux « Etats voyous ».

La Barbarie s'installe en Tunisie : J'accuse - Mustapha Stambouli
« Le fascisme c'est la gangrène, on l'élimine ou on en crève. »

Extrême droite : inquiétante rupture du cordon sanitaire européen - Gregory Mauzé
Pourquoi et comment l'extrême-droite gagne en respectabilité politique.

La mort lente semée par les Occidentaux - Slobodan Kljakic
Les bombes à l'uranium de l'Otan : une catastrophe pire que Tchernobyl.

L'AUTRE HISTOIRE
A propos de la capitulation allemande en 1945... Le 7, le 8 ou le 9 mai ? - Jacques Pauwels
Comment une croisade americano-allemande fut envisagée contre les Soviétiques.


Investig'Action - www.michelcollon.info ne peut exister que grâce à vos dons et commandes de livres

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:29

 

holocauste.jpg

 

Monstrueux ! Non seulement le terrorisme d'Al Quaïda est créé par la CIA et le MOSSAD (pour terroriser les Occidentaux afin qu'ils acceptent les terribles lois liberticides et d'envoyer leurs enfants mourir pour le choc de civilisations fabriqué  de toutes pièces pour dominer la planète et ses ressources), mais les Anglo-Saxons prépareraient un holocauste géant bien pire que toutes les shoas avec 1,4 milliard de Musulmans qui seraient sacrifiés ! Ce sont des monstres à visage humain, des FOUS ! Et ils osent se dire chrétiens, démocrates, défenseurs des Droits de l'individu ? Je savais qu'Israël, s'il était menacé après avoir attaqué l'Iran et d'autres pays, était prêt à bombarder le monde entier pour se venger des répercussions de ses actes, mais je ne savais pas que ses bons amis américains projetaient d'exterminer la population musulmane sous le prétexte fallacieux du terrorisme ! Et en utilisant leurs médias prostitués pour nous faire accepter tout cela !


Heureusement, Poutine (déterminé à ne pas se laisser faire et à militer pour un monde multipolaire) est au pouvoir, et une grande partie de la planète, avec lui et les Chinois, s'insurge désormais contre les criminels Occidentaux (pays du BRIC comme la Russie, la Chine, l'Inde.., ou d'Amérique Latine etc), bref nous ne pouvons plus compter que sur les Etats émergents (évidemment pas sur l'Europe aussi prostituée que les médias) pour faire obstacle aux folies programmées par les Anglo-Saxons !


L'Axe du Mal ? Londres, Washington, Tel-Aviv ! Et les toutous européens ! Si nous voulons empêcher l'horreur programmée par ces psychopathes, nous devons informer ! la vérité est une arme puissante ! eva R-sistons

 

NB: Et la diabolisation constante des Musulmans véhiculée par les Médias aux ordres entre dans le cadre de ce futur choc de civilisations à des fins d'extermination totale ! Il faut absolument désamorcer cette bombe dangereuse avant qu'elle ne nous pousse à une conflagration planétaire au seul bénéfice d'une poignée de prédateurs judéo-chrétiens, plus exactement néoconservateurs chrétiens et sionistes-talmudistes !

 

S’inspirer de Dresde et d’Hiroshima pour une guerre totale contre l’Islam

Ce qu’on a enseigné aux officiers de l’armée des Etats Unis: s’appuyer sur l’exemple de “Hiroshima” pour une guerre totale contre l’Islam

J’ai voulu poster ce message ce matin, mais mon ordinateur a bogué. Du coup, j’ai été devancé sur cette info par le blog Big Browser.

Mais je vous propose néanmoins cette traduction intégrale d’un article de Wired sur le sujet.

En janvier 2011, j’avais publié un article sur le journaliste américain Seymour Hersh et sa vision apocalyptique selon laquelle l’armée des Etats Unis était travaillée par une tendance chrétienne désireuse d’en découdre avec l’Islam et, pourquoi pas, de christianiser ou rechristianiser les terres d’Islam.

Le livre où Hersh doit revenir en détail sur cette thèse n’est pas encore paru.
En attendant, Noah Shachtman et Spencer Ackerman ont levé un lièvre qui va parfaitement dans le sens du propos de Hersh : un groupe d’officiers, dont certains ont eu la charge de la formation de la fine fleur de l’armée des Etats Unis, énoncent en détail et ouvertement les principes d’une guerre « civilisations » qui s’inspirerait des modèles de Dresde  ou d’Hiroshima.
Comment peut-on appeler une civilisation qui érigerait en modèle les horreurs qu’ont subies ces deux villes ?
par Noah Shachtman et Spencer Ackerman, Wired (USA) 10 mai 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri 

La présentation par le lieutenant colonel Matthew A. Dooley au Joint Staff Forces College [école supérieure interarmes] d’un « modèle de concept opérationnel de contre djihad » [PDF] prône des mesures violentes dans une guerre contre l’Islam.

L’armée des Etats Unis a enseigné à ses futures chefs qu’une “guerre totale” contre les 1,4 milliard de Musulmans serait nécessaire pour protéger l’Amérique des terroristes islamiques, selon des documents obtenus par Danger Room. Une des options envisagées pour ce conflit consiste à tirer les leçons de «Hiroshima» pour raser des cités entières en une seule fois, en visant «la population civile chaque fois que c’est nécessaire.»

Le cours, signalé pour la première fois par Danger Room le mois dernier et propose au Joint Forces Staff College a depuis été supprimé par les hiérarques du Pentagone. C’est seulement maintenant cependant, que le contenu détaillé de ce cours a été révélé. Danger Room a reçu des centaines de pages de contenus d’enseignement et de documents de référence transmis par une source familière avec les enseignements prodigués.

Le directeur du Joint Forces Staff College a récemment ordonné à l’ensemble des forces armées de contrôler l’ensemble de ses contenus de formation afin de s’assurer qu’ils ne contiennent pas des matériaux haineux de ce genre. Cette procédure n’est pas encore achevée. Mais l’officier qui a fait les conférences, le Lt. Col. Matthew A. Dooley, conserve son poste au Norfolk Virginia College, dans l’attente d’une enquête. Les commandants, lieutenants colonels, capitaines et colonels qui ont assisté aux cours de Dooley et ont écouté ses enseignements incendiaires semaine après semaine, ont depuis été affectés à des missions de plus haut niveau dans divers secteurs de l’armée des Etats Unis.

Pendant une bonne partie de ces dix dernières années, une  petite clique d’experts autoconsacrés du contre terrorisme s’est frayé un chemin à l’intérieur de l’armée des Etats Unis, des services de renseignements et des forces de l’ordre, essayant de convaincre autant de monde que possible que le véritable ennemi terroriste de l’Amérique n’était pas al Qaïda – mais la religion musulmane elle-même. Dans son enseignement, Dooley faisait intervenir ces démagogues islamophobes en tant que conférenciers invités. Et il adoptait leurs arguments pour son affreuse conclusion finale.

“Nous en sommes maintenant venus à comprendre que ce qu’on appelle “Islam modéré” n’existe pas,” observait Dooley dans un exposé en juillet 2011 [PDF ] qu’il avait conclu avec une proposition de manifeste à l’intention des ennemis de l’Amérique. « Il est donc temps pour les Etats Unis de clarifier nos véritables intentions. Cette idéologie barbare ne sera pas plus longtemps tolérée. L’Islam doit changer sinon nous aiderons à son autodestruction.»

Nous n’avons pas pu joindre Dooley à ce sujet. Le porte parole du Joint Forces Staff College, Stuart Williams, a refusé de discuter de la teneur des conférences de Dooley ou de son statut dans l’école. Mais à la question de savoir si Dooley était responsable du contenu d’enseignement, il a répondu, « Je ne sais pas si je le [Dooley] classerais parmi les responsables. Le responsable serait plutôt le commandant de l’école, le Maj. Gen. Joseph Ward.

Ce qui rend le général deux étoiles coupable d’un enseignement assez choquant. Dans le même exposé, Dooley définit un plan possible en quatre phases pour réaliser une transformation par la force de la religion musulmane. La phase trois comprend des objectifs éventuels comme l’islam réduit au statut de culte » et « l’Arabie Saoudite menacée de famine. » (une suggestion particulièrement ironique avec les informations de ce jour selon lesquelles les services secrets ont fait échouer le tout dernier projet d’attentat d’al Qaïda).

Les lois internationales qui protègent les civils en temps de guerre « n’ont plus de pertinence, » poursuit Dooley. Ce qui ouvre la possibilité d’appliquer « les précédents historiques de Dresde, Tokyo, Hiroshima et Nagasaki » aux villes les plus sacrées de l’Islam, et d’aller vers « la destruction de La Mecque et Médine.»

Les alliés idéologiques de Dooley ont à maintes reprises expliqué que les Musulmans “ordinaires” sont dangereux parce qu’ils sont “violents par nature.” Ce ne sont pourtant que quelques uns parmi les membres les plus fanatisés d’al Qaïda qui ont pu être pris à songer anéantir des villes entières.
“Certaines de ces actions soumises ici à l’examen ne seront jamais vues comme ‘politiquement correctes’ aux yeux de beaucoup,” ajoute Dooley. En définitive, nous en Occident avons peu de marge pour trancher cette affaire, sauf à faire une guerre totale

Dooley, qui exerce au Joint Forces Staff College depuis août 2010, commençait sa session de huit semaines de séminaire par une histoire sommaire de l’Islam en deux parties. Ces deux parties étaient assurées par David Falua, un ancien professeur d’histoire à West Point. « Malheureusement, si nous en restions là, vous n’auriez pas un bon équilibre des points de vue, pas plus que vous n’auriez un aperçu précis de la manière dont l’Islam se définit lui-même, » disait Dooley à ses étudiants. Au cours des quelques semaines qui suivaient, il invitait un trio de conférenciers bien connus pour leur vision incendiaire de l’Islam.

Shireen Burki avait déclaré pendant la champagne électorale de 2008 que “Obama est le candidat rêvé de ben Laden. » Dans sa conférence au Joint Forces Staff College, elle disait aux étudiants que « l’islam est une religion conquérante/impérialiste. » [PDF ]

Stephen Coughlin soutenait dans sa thèse de master de 2007 que la déclaration du président d’alors, George W. Bush, faisant proclamation d’amitié avec la grande majorité des Musulmans dans le monde avait eu « un effet paralysant sur ceux qui étaient chargés de définir la doctrine de l’ennemi. » [PDF ]. Coughlin avait en conséquence été relevé de ses fonctions de consultant à l’état-major interarmes, mais avait continué à donner des conférences au naval War College et au Field Office du FBI à Washington. Dans son propos au séminaire de Dooley [PDF ], Coughlin suggérait que al Qaïda avait joué un rôle dans le mouvement qui a renversé l’homme fort Egyptien, Hosni Moubarak et le dictateur Libyen Mouammar Kadhafi. Ces événements s’inséraient dans un plan des islamistes pour conquérir le monde, ajoutait-il. Et Coughlin se gaussait de ceux qui ne voyaient pas ce complot aussi clairement que lui, en les accusant de « complexification. »

Coughlin intitulait sa conférence “Imposer la loi islamique – ou – Ce ne sont pas les Droïdes que vous cherchez ! »

Un ancien employé du FBI, John Guandolo, a déclaré l’an dernier au site web conspirationniste World Net Daily, qu’Obama était seulement le dernier président à tomber sous l’influence des extrémistes islamiques. « Le niveau de pénétration dans les trois dernières administrations est très profond, » soutenait Guandolo. Dans son matériel de référence pour le cours au Joint Forces Staff College, Guandolo ne parlait pas seulement des Musulmans contemporains comme d’ennemis. Il justifiait même les Croisades, écrivant qu’elles « avaient été lancées après des siècles d’incursions musulmanes dans les territoires de l’Occident.»

Un article de Guandolo  intitulé “Réponses habituelles de l’ennemi quand il est confronté à la vérité” [[PDF]]url:http://www.wired.com/images_blogs/dangerroom/2012/05/guandolo_usual_responses_from_the_enemy.pdf  faisait partie des centaines de présentations, de documents, de vidéos et de liens internet distribués électroniquement aux élèves du Joint Forces Staff College. Dans ce trésor documentaire, un article qui soutient que « il existe une injonction permanente aux Musulmans pour haïr et mépriser Juifs et Chrétiens » [PDF ]. Comme par exemple une vidéo de Serge Trifkovic, un ancien professeur qui a comparu comme témoin de la défense dans plusieurs procès de dirigeants Serbes de Bosnie condamnés pour crimes de guerre, dont le génocide de Musulmans. Ul lien internet intitulé «A regarder avant qu’elle soit  retirée» est supposé montrer le président Obama – qui est le commandant en chef des officiers supérieurs qui suivent le cours – en train de reconnaître qu’il est Musulman.

Dooley ajoutait un avertissement selon lequel ses opinions ne sont “pas la ligne officielle du gouvernement des Etats Unis” et ont pour but de “générer une discussion et une réflexion dynamiques.” Mais il expliquait à ses collègues officiers de l’armée que la présumée reconnaissance par Obama pouvait bien faire du commandant en chef une sorte de traître. « Selon des estimations prudentes, » 10 % des Musulmans dans le monde, « un chiffre stupéfiant de 140 millions de personnes… détestent tout ce en quoi vous croyez et ne coexisteront jamais avec vous sauf si vous vous soumettez » à l’Islam. Il ajoutait, « Votre serment en tant que soldat professionnel vous force à choisir votre camp ici. » On ne sait pas trop si la « guerre totale » de Dooley contre les Musulmans concerne aussi son commandant en chef « Musulman. »

Quand le haut commandement du Pentagone a eu connaissance de la présentation de Dooley, l’officier de rang le plus élevé dans le pays, le chef d’état major interarmes, le général Martin Dempsey, a donné l’ordre à chaque responsable militaire et officier supérieur de se débarrasser de tout le matériel d’instruction du même genre islamophobe. Dempsey a donné cet ordre parce que la Maison Blanche avait déjà donné instruction à l’ensemble de l’appareil sécuritaire fédéral – militaire et civil – de réorganiser sa formation antiterroriste après avoir eu connaissance des formations du FBI qui diabolisaient l’Islam.

A ce moment, Dooley avait déjà présenté sa vision apocalyptique d’une guerre religieuse mondiale. Flynn a ordonné à un officier de haut rand, le général major Frederick Rudesheim d’enquêter pour savoir avec précision comment Dooley s’est débrouillé pour pouvoir proposer sa longue présentation dans un cursus sanctionné officiellement par le Département d’Etat. Les conclusions de cette enquête sont attendues pour le 24 mai.

L’ironie veut que Dooley et ses conférenciers invités dressent un tableau inquiétant de l’islamisme extrémiste au moment même où ses adeptes les plus notoires craignent son implosion. Des documents récemment déclassifiés par le gouvernement des Etats Unis révèlent qu’Oussama ben Laden s’interrogeait sur les méthodes brutales et la mauvaise image d’’al Qaïda qui éloignent la grande majorité des Musulmans du choix de mener une guerre sainte. Il avait peu de chances de savoir que des officiers de l’armée des Etats Unis réfléchissaient aux moyens d’en déclencher une.

http://mounadil.wordpress.com/
http://www.alterinfo.net/Ce-qu-on-a-enseigne-aux-officiers-de-l-armee-des-Etats-Unis-s-appuyer-sur-l-exemple-de-Hiroshima-pour-une-guerre-totale_a76104.html


Ce qu’on a enseigné aux officiers de l’armée des Etats Unis: s’appuyer sur l’exemple de “Hiroshima” pour une guerre totale contre l’Islam


Pour ceux qui pensent que ce sont les dirigeants des pays arabes qui sont visés et non les musulmans (enfants, femmes, etc...), voyez ici :
Qui dénoncera ces crimes contre l'humanité au lieu, par ex, de fustiger sans cesse Bachar-el-Assad qui défend son pays attaqué par les barbares occidentaux ?
En tous cas, la vraie barbarie est occidentale ! (eva)
.
Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:27

 

 

Armes Électro-Magnétiques

HAARP « High-frequency Active Auroral Research » transmet
sans l’apport d’un cable électrique de fortes quantités d’énergie d’un point à  l’autre

 

Les armes électro-magnétiques sont capables de :


- scanner les entrailles de la terre à  la recherche de bases secrètes,
- d’interrompre toute forme de communication hertzienne,
- d’influencer les comportements humains,
- de modifier la météorologie,
- de provoquer des tremblements de terre,

- de griller chars, avions, etc… ,

 

VIDEOS sur le site

 

 

Le séisme de 2008 au Sichuan a touché la province du Sichuan en Chine le 12 mai 2008. La secousse initiale a eu une magnitude de 7.9-8.3 Mw , son épicentre était localisé dans le district de Wenchuan situé dans la préfecture autonome tibétaine et qiang d'Aba. Le bilan de cette catastrophe est de plus de 70 000 tués, 18 000 disparus, 374 000 blessés et d'innombrables constructions détruites.

Durant les 30 minutes précédant le tremblement de terre, les habitants de la région ont observé d’inhabituelles couleurs dans le ciel. Si certains voient dans ces événements des signes du Ciel retirant sa confiance au Parti communiste, d’autres les interprètent de manière plus rationnelle. L’énergie utilisée pour provoquer le séisme aurait également provoqué des perturbations de l’ionosphère. Dans les mois qui suivent, le web et les médias chinois diffusent et discutent cette hypothèse aujourd’hui considérée comme certaine par l’opinion publique chinoise.
Wikipédia

 

Vidéos sur le site

 

Rendez vous à la 49min du reportage ci-dessous. Les scientifiques vous demontrerons qu'il est possible de modifier le comportement de quelqun en stimulant son cerveau. On peut désactiver des zones du globe frontal afin de rendre l'individu dépourvu de morale. Sachez que les nanotechnologies peuvent désactiver des zones du globe frontal.

 

Vidéos

.

Dès 1952, le Dr Jose Delgado, professeur à  Yale, avait découvert que l’on pouvait affecter le comportement émotionnel et la façon de penser d’un individu par l’utilisation de certaines fréquences et certaines ondes.
Le Dr Nick Begich, coauteur de l’ouvrage Angels dont’ play this Haarp, maintenant traduit en français titré « Les anges ne jouent pas de cette HAARP » chez Louise Courteau Éditrice, n’hésite pas à  affirmer qu’un des buts du projet Haarp est de mettre sur pied une telle arme « il est douteux que les organisateurs du projet Haarp n’aient jamais discuté de ce type de recherches. Selon mes sources, tous ceux qui sont impliqués dans le projet sont en fait aux première étapes de développement de ce genre d’application ». des scientifiques comme Delgado ou encore le Dr Robert Becker ont réussi à  démontrer que des ondes de types ELF identiques à  celles utilisées par Haarp, couplées avec l’emploi de courant alternatif, génèrent des fréquences « où la plupart des fonctions cérébrales profondes de l’être humain peuvent être manipulées de l’éxtérieur avec des résultats très tangibles ». Certaines ondes peuvent en effet provoquer l’apparition dans le cerveau de substances neurochimiques qui génèrent, nous explique le Dr Begich, « un vaste arsenal de réponses et de comportements émotionnels ou intellectuels tels que des sentiments de peur, de dépression, de désir, d’amour, etc. »

Ce type de technologie ne rebute absolument pas les stratèges du Pentagone, loin s’en faut. Pour preuve, on peut lire dans une revue à  circulation interne (The revolution in military affairs – Stategic Studies Institute-US Army War College) qui n’est pas censée tomber entre des mains civiles la conception suivante: « Nos valeurs changent et la technologie s’ouvre sur de nouveaux horizons. Il y a peu, pendant la guerre froide, les opérations psychologiques et l’armement psychologique étaient encore primitifs. Alors que nous entrons de plain-pied dans l’ère de l’électronique et de la bioélectronique, il devient nécessaire de réévaluer les barrières morales et éthiques que nous avons posées en interdisant (toute technologie) pouvant manipuler l’esprit de nos ennemis tant à  l’intérieur du pays qu’à  un niveau international… Dès que cela sera possible, nous encouragerons des entreprises privées ou semi-privées à  développer une technologie appropriée… Nous pouvons agir de même avec les nouveaux types d’armements comme les armes biologiques incapacitantes et les armes psycho-technologiques avancées… »

L’utilisation des ondes et de leurs propriétés électromagnétiques est une arme terriblement efficace. Le Dr Rosalye Bertell affirme que les Américains expérimentent à  l’insu de tous et surtout au mépris des conventions internationales ce genre d’armement depuis plus de quarante ans. Se sont succédé ainsi une série de projets : « Argus » (1958), « Starfish » (1962), « Solar Power Satellite » (1968 et 1978), « Space Shuttle Experiments » (1985), « Mighty Oaks » (1986) ou « Desert Storm » (1991), qui avaient tous pour but de jouer avec l’ionosphère ou avec certaines ondes pour différentes raisons : rupture des communications de l’ennemi, armes à  plasma, etc.

« Haarp » est donc le dernier chapitre en date de ces projets. Les Américains auraient même l’intention de développer un véritable réseau de stations similaires à  travers le globe afin de créer de la sorte un bouclier modulable total. Ainsi, il existe d’autres complexes de recherches sur l’ionosphère comme à  Puerto Rico, en Norvège à  Tromsoe, au Pérou à  Jicamarca, en Russie (près de Moscou) ou encore à  Nizhny Novgorod, en Ukraine ou dans le Tadjikistan…

 Conspiration.cc


La manipulation mentale renforce la domination sur autrui ou sur la société. Castoriadis tient un discours radical sur les méthodes de manipulation et de ses acteurs. « il s’agit d’éradiquer, dans l’esprit et l’âme du patient, toute trace d’un penser et d’un vouloir propres (…). Son savoir peut évidemment comprendre aussi une certaine connaissance des processus psychiques profonds, comme l’a montré Bruno Bettelheim dans son analyse (…) du traitement des prisonniers dans les camps nazis : il s’agissait de briser l’image de soi du prisonnier, de démolir ses repères identificatoires. Avant Bettelheim et indépendamment de lui, Orwell avait vu cela clairement et profondément dans 1984 ».
Dans le même ordre d’idée, Naomi Klein, dans son livre la Stratégie du Choc (2008), explique que l’armée américaine a mis au point des techniques de tortures fondées sur le choc psychologique, comme l’on montré notamment les procès concernant les détenus Abou Ghraïb en Irak ou de Guantanomo Bay au large de Cuba. Ces méthodes consistent, par exemple, à réveiller les prisonniers en pleine nuit, à les frapper par surprise, à les torturer physiquement et mentalement. Cela va engendrer un état psychologique d’hébétude, de stupeur, d’insécurité, qui conduit alors les individus à être plus fragiles et à accepter plus facilement les suggestions ou injonctions.
Ces techniques s’inspirent des expérimentations techniques de contrôle mental des nazis, des expérimentations du Dr Cameron à l’institut de psychiatrie « Allan Memorial » dans les années 50, puis de la CIA durant les années 60, 70 (MK Ultra), visant au départ à faire avouer de force des prisonniers de guerre grâce à des chocs psychologiques et à des méthodes de régressions mentales. La CIA diffusa ses techniques dans les dictatures d’Amériques du Sud, tel que le Chili, afin de mieux contrôler et terroriser ses populations.
Naomi Klein explique, qu’au Canada, durant les années 50, dans le cadre du Projet Bluebird, au sein de l’institut Allan Memorial, le pavillon psychiatrique de l’Hôpital Royal Victoria, un docteur d’origine écossaise Ewen Cameron avait mis secrètement en place une technique dite de "confrontation psychique" du patient (généralement ayant des troubles mentaux), technique basée sur les électrochocs sur le corps, l’internement dans le noir, la soumission aux bruits et aux images entraînant la phobie générale de l’individu. Ewen Cameron croyait avec sa technique détruire les anciennes structures psychologiques du patient pour recréer un "homme nouveau", malléable mentalement grâce à son retour brutale à une infantilisation forcée. Les pratiques de Cameron furent dévoilées au cours des années 1970, lors de commissions d’enquêtes sur les services secrets des Etats-Unis. En 1988 un procès a été initié par 8 plaignants contre la CIA et le gouvernement canadien. Linda Macdonald, résidente de Vancouver, a été victime en 1963, des expériences du Dr Cameron. (Weinstein, 1990). En novembre 1992, le gouvernement canadien accepte de dédommager 8 canadiens, qui se sont partagé la somme de 750 000 $. Un document déclassifié de la CIA daté du 7 janvier 1953 décrit la création expérimentale d’une personnalité multiple chez deux filles de 19 ans. "Ces sujets ont clairement démontré qu'elles peuvent passer d'un état entièrement éveillé à un profond état H [hypnotique] commandé par téléphone, en recevant de la matière écrite ou par l'utilisation de code, de signal ou de mots, et que le contrôle des hypnotisés peut être passé d'un individu à l'autre sans grande difficulté. Il a été également montré par expérimentation avec ces filles qu'elles peuvent agir comme messagers involontaires pour des buts informatifs" (CIA,190684).


Un des domaines principaux étudiés par la CIA, crée en 1947, était le contrôle de l'esprit. Officiellement, il s’agissait de faire face à l’essor de techniques similaires par les soviétiques, les chinois et les nord-coréenne. La CIA a lancé son premier programme en 1950 sous le nom d'oiseau Bleu (Bluebird). Le programme MKUltra a officiellement commencé en 1953 et clôturé en 1964. En 1973, informé de futures investigations, le directeur de la CIA du moment, Richard Helms a ordonné la destruction de toutes les archives Mkultra (Helms, 1953). Néanmoins ils en ont oublié quelques-unes unes, tel un mémorandum, déclassifié, de Hermans, le directeur général de la CIA en 1963, qui explique que le programme Mkultra (Mental Kontrol Ultra) concernait des expériences sur des « concepts impliqués dans la manipulation du comportement s'avèrent être pour beaucoup de gens dans et hors de l'agence [CIA] déplaisants et contraires à l’éthique. Néanmoins, il y a eu des accomplissements majeurs à la fois en recherche et en usage opérationnel. Au cours des dix ans de vie du programme, beaucoup de voies additionnelles au contrôle du comportement humain ont été désignées sous la charte MKULTRA, y compris les radiations, les électrochocs et les substances de harcèlement. Certaines activités soulèvent des questions de légalité implicite dans la charte originale. Une phase finale des tests met en péril les droits et les intérêts des citoyens des USA » (Hermans, 1963) . …
Naomi Klein, considère donc, que le néolibéral américain Milton Friedman s’inspire de ces pratiques. Dans l’introduction de son livre Capitalisme et Liberté, Friedman, préconise un « traitement de choc » pour faire accepter des réformes néolibérales et impopulaires. Seule une crise entière ou imaginaire peut entraîner un changement profond » (Friedman, 1971). Une crise peut prendre des formes multiples, crise économique, guerre, coup d’Etat, attentat terroriste, catastrophe naturelle ou industrielle…

 

vidéos

 

 

Après le Séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku, Fulford a affirmé à la télévision japonaise que le gouvernement américain en collaboration avec la Réserve fédérale, les Rockefeller et d'autres groupes puissants ont planifié l'éruption du Mont Fuji pour le 11 avril 20115. Wikipédia


On se demande parfois si la réalité ne dépasserait pas la fiction, certains s’interrogent sur le pourquoi de tout ces désastres, qu’ils soient économiques ou planétaires, et si comme moi, vous ne refusez pas de regarder du côté du “non dit” du “politiquement incorrect”, du côté de l’information non conventionnelle réservée aux “paranoïaques” alors  lisez et surtout réfléchissez! sinon mettez vous devant TF1 et laissez vous bercer par les médias sous influence……Plusieurs liens de bons dossiers et révélations sont disponibles, il suffit de lire pour se faire une idée ………..(…)

 

 

Vidéos et suite article ici :

 

Armes Électro-Magnétiques

 

.

Pour comprendre l'idée générale de ce qui circule sur le net concernant les divulgations de Serge Monast :


http://www.dailymotion.com/video/xlh4qh_serge-monast-le-nouvel-ordre-mondial_news?search_algo=1
http://www.lepetitmondecozillon.fr/illuminati-et-nouvel-ordre-mondial/qu-est-ce-que-le-nouvel-ordre-mondial/

http://www.lepetitmondecozillon.fr/2011/12/serge-monast-un-heros-et-martyr/

 

.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 00:42

 

 

ALAIN JUPPÉ ACCUSÉ PAR SA PROPRE ADMINISTRATION D’AVOIR FALSIFIÉ LES RAPPORTS SUR LA SYRIE

par Réseau Voltaire

Un haut fonctionnaire français a invité , le 19 mars 2012, des journalistes arabes basés à Paris pour leur révéler la bataille qui se livre actuellement au sein du gouvernement français en général et du Quai d’Orsay en particulier à propos de la Syrie.

Selon cette personnalité, l’ambassadeur de France à Damas, Éric Chevallier, dont l’ambassade vient d’être fermée et qui est rentré à Paris, a pris à partie son ministre devant ses collègues. Il a accusé Alain Juppé de ne pas avoir tenu compte de ses rapports et d’avoir falsifié les synthèses pour provoquer une guerre contre la Syrie. 

Au début des événements, en mars 2011, le Quai avait dépêché des enquêteurs à Deraa pour savoir ce qui s’y passait. Leur rapport, transmis à Paris, indiquait qu’après quelques manifestations, la tension était retombée, en contradiction avec les reportages d’Al-Jazeera et de France24 qui indiquaient à l’inverse que la ville était à feu et à sang. L’ambassadeur demanda la prolongation de la mission pour suivre l’évolution des événements. Furieux de ce premier rapport, le ministre des Affaires étrangères lui téléphona pour exiger qu’il le modifie et fasse état d’une répression sanglante. L’ambassadeur plaça alors le chef de mission à Deraa en conférence téléphonique avec le ministre pour lui redire qu’il n’y avait pas de répression sanglante. Le ministre menaça l’ambassadeur et la conversation se termina de manière glaciale.

Immédiatement après, le cabinet d’Alain Juppé fit pression sur l’AFP pour qu’elle publie des dépêches mensongères confortant la vision du ministre.

Durant les mois qui suivirent, les incidents opposant Éric Chevallier et Alain Juppé ne cessèrent de se multiplier, jusqu’à l’affaire des otages iraniens et la mort du « journaliste » Gilles Jacquier. À cette occasion, l’ambassadeur reçu l’ordre d’exfiltrer les agents de la DGSE travaillant sous couverture de presse. Il réalisa l’importance de l’action secrète entreprise par Alain Juppé [1].

Ancien ministre de la Défense, Alain Juppé a semble t-il conservé de solides amitiés au sein des services militaires dont certains agents lui restent dévoués.

La même source assure que des rapports de l’ambassadeur auraient été négligés ou falsifiés et que celui-ci, pour étayer ses dires, aurait fait parvenir au Quai des rapports d’homologues européens attestant tous que la Syrie n’est pas confrontée à un cycle de manifestations/répression, mais à une déstabilisation par des groupes armés venus de l’étranger. À son arrivée à Paris, Éric Chevallier aurait demandé une enquête administrative interne pour confondre son propre ministre.

Ces révélations en appelant d’autres, un autre haut fonctionnaire a révélé qu’Alain Juppé n’est pas seulement en conflit avec son administration, mais aussi avec ses collègues de l’Intérieur et de la Défense. Claude Guéant et Gérard Longuet auraient non seulement négocié avec le général Assef Chawkat l’exfiltration des agents français présents dans l’Émirat islamique de Baba Amr, comme le Réseau Voltaire l’a relaté [2], mais aussi la libération de trois commandos français détenus par la Syrie [3].

Dimanche 18 mars, le quotidien pro-syrien Ad-Diyar, édité à Beyrouth, a confirmé que trois prisonniers français ont été remis au chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Édouard Guillaud, lors d’un déplacement au Liban, prétendument effectué à l’occasion de la réorganisation du contingent français de la FINUL. Selon une source syrienne de haut niveau, l’amiral aurait en échange personnellement veillé au complet démantèlement de la base arrière que les services militaires français avaient installée au Liban.

Le conflit entre l’ambassadeur Chevallier et le ministre Juppé est connu depuis longtemps. Le 4 avril 2011, le journal électronique Rue89 avait publié un article attribué à un auteur franco-syrien anonyme [4]. On pouvait y lire que l’ambassadeur « se serait fait le porte-parole du régime, prétendant que les révoltes de Daraa et Lattaquié sont manipulées depuis l’étranger et que les médias mentent sur la réalité ». Dix jours plus tard, c’était au tour de Georges Malbrunot d’affirmer sur son blog du Figaro que l’ambassadeur « est complètement basharisé » [5]. Enfin, le 5 mai, France24, la chaîne placée sous la tutelle d’Alain Juppé, avait accusé l’ambassadeur de « minimiser la révolte » [6]

Le conflit entre le chef d’état-major des armées et Alain Juppé est également connu depuis longtemps. L’amiral Edouard Guillaud n’avait pas apprécié qu’Alain Juppé, alors ministre de la Défense, planifie à l’avance le renversement de Mouammar el-Kadhafi. Avec le discret soutien de son nouveau ministre de tutelle Gérard Longuet, il avait fait savoir publiquement son désaccord lorsqu’il avait reçu instruction de mobiliser les forces françaises contre la Libye.

Quant aux relations Guéant-Juppé, elles sont notoirement exécrables. On se souvient qu’avec l’arrogance qu’on lui connaît Alain Juppé avait posé comme condition pour son entrée au gouvernement Fillon que Claude Guéant quitte le secrétariat général de l’Élysée parce qu’il ne voulait pas avoir à lui parler.

Après l’accord survenu entre Washington, Londres et Moscou pour calmer le jeu en Syrie, Alain Juppé peut toujours compter sur l’appui d’Ankara, de Riyad et de Doha, ainsi que sur les principaux médias, mais se trouve isolé en France et privé des moyens nécessaires à sa politique … à moins, bien sûr, que le président Sarkozy ne pousse à la guerre pour faire remonter dans les sondages le candidat Sarkozy.

[1] « Le fiasco des barbouzes français à Homs », par Boris V., Komsomolskaïa Pravda, 18 janvier 2012, version française de New Orient News disponible sur le site du Réseau Voltaire. [2] « Les journalistes-combattants de Baba Amr », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 3 mars 2012. [3] « La France rétablit la censure militaire », Réseau Voltaire, 4 mars 2012. [4] « À Damas, le régime de Bachar el-Assad prépare un bain de sang », par Sadik H., Rue89, 4 avril 2011. [5] « Syrie : quand l’ambassadeur de France déjeunait avec la bête noire des frondeurs », par Georges Malbrunot, L’Orient indiscret/Le Figaro, le 14 avril 2011. [6] « L’ambassadeur de France en Syrie a clairement minimisé la révolte », par Julien Pain et Peggy Bruguière, France24, 5 mai 2011.

Source : http://www.voltairenet.org/Alain-Juppe-accuse-par-sa-propre – 20.03.2012

 

 

.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 00:35

 

Mercredi 9 mai 2012

Diplomatie des Etats-Unis en CoréeDans leur éditorial publié en commun le 1er janvier dernier, les trois plus grands quotidiens de la RPDC, Rodong Sinmun, Joson Inmingun et Chongnyon Jonwi, insistent sur la nécessité de faire retirer les troupes d’occupation américaines, principal obstacle au maintien de la paix dans la péninsule coréenne, ce qui traduit l’attitude immuable de la RPDC (République populaire démocratique de Corée – NDLR) désireuse d’obtenir à tout prix le règlement du problème du maintien de la paix dans la péninsule.


La paix et la sécurité en Asie du Nord-Est et dans le reste du monde passent par l’implantation d’un mécanisme de paix dans la péninsule coréenne.


Un des signataires de l’accord d’armistice de Corée, les États-Unis s’immiscent depuis longtemps dans le problème de la péninsule coréenne, en exerçant le droit de contrôle militaire sur la Corée du sud.


Donc, l’issue des efforts d’implantation du mécanisme de paix dans la péninsule dépend entièrement de leur attitude.


Tant du point de vue de la situation dans la péninsule coréenne que de la tendance du temps, les États-Unis ont le devoir de retirer au plus tôt leurs troupes de la Corée du sud.


C’est parce qu’elles sont des troupes d’occupation, celles d’agression. C’est sous couvert de « désarmer les forces japonaises » qu’elles ont occupé la Corée du sud peu après la capitulation du Japon (en août 1945) en se faisant passer pour des « libératrices ». Or, le Japon ayant signé une capitulation inconditionnelle, ses forces s’étaient désarmées d’elles-mêmes. Donc, en Corée du sud, il n’y avait pas de forces à « désarmer ». Cependant, sous prétexte de « désarmer » les forces nipponnes, les troupes américaines ont occupé la Corée du sud.


Du point de vue juridique, aussi, l’occupation américaine de la Corée du sud est tout à fait injustifiable.


L’accord d’armistice de Corée stipule qu’en trois mois après la conclusion de cet accord, une conférence politique d’un niveau plus élevé sera convoquée pour négocier le problème de l’évacuation de la Corée par toutes les troupes étrangères.


Du point de vue du droit international, il est de règle qu’après le cessez-le-feu, les belligérants dissipent l’hostilité entre eux et normalisent les relations entre eux et que, pour cela, ils mettent d’abord fin à leur présence militaire sur le territoire d’autrui.


Tous les pays, sauf les États-Unis, qui avaient envoyé leur contingent aux « forces des Nations unies » pendant la guerre de Corée ont retiré leurs troupes de la Corée du sud, mais les États-Unis ont signé avec la Corée du sud un « traité de défense mutuelle » stipulant la présence indéfinie de leurs troupes en Corée du sud, en vertu duquel ils y maintiennent toujours leur présence militaire.


Le retrait des troupes d’occupation américaines est également l’impératif découlant d’une résolution des Nations unies.


En 1975, la 30ème session de l’Assemblée générale de l’ONU a adopté à une écrasante majorité des voix une résolution de faire retirer les troupes américaines de la Corée du sud.


Avant, les États-Unis avaient allégué que leurs troupes étaient présentes en Corée du sud en vertu d’une résolution des Nations unies.


Donc, ils auraient dû avoir retiré leurs troupes de la Corée du sud en vertu de la résolution de l’ONU de 1975.


Pendant la guerre froide, les Américains avaient cherché à faire croire que leur présence militaire en Corée du sud avait pour but d’enrayer l’ « expansion soviétique vers le sud » et que leurs troupes en Corée du sud servaient de « forces de dissuasion » contre cette « expansion » et aidaient à la « défense de la paix ». Mais la guerre froide a pris fin et l’Union soviétique a été démantelée. Depuis, la présence militaire américaine en Corée du sud n’a plus de raison d’être et les États-Unis n’ont plus de prétexte de la maintenir.


La présence militaire américaine en Corée du sud est le principal obstacle à la paix dans la péninsule coréenne, ce qui nécessite également le retrait des troupes américaines de la Corée du sud.


Les États-Unis ont transformé la Corée du sud en l’arsenal nucléaire le plus grand de l’Extrême-Orient, en une base nucléaire avancée on ne peut plus dangereuse, en torpillant d’une manière systématique l’accord d’armistice de Corée, augmentant sans cesse leurs effectifs militaires dans cette partie de la péninsule et y introduisant mêmes des armes nucléaires.


Par de fréquentes manœuvres militaires, les troupes d’occupation américaines ont déjà achevé leurs préparatifs de guerre nucléaire contre la RPDC et guettent l’occasion de se lancer dans une attaque préemptive nucléaire contre la RPDC.


Á cause de leurs agissements, une nouvelle guerre risque d’éclater n’importe quand dans
la péninsule. La tension qui monte toujours dans la péninsule coréenne, menace en permanence la paix et la sécurité en Asie du Nord-Est et en Asie-Pacifique.


Elle vaut une bombe à retardement prête à éclater.


La paix et la sécurité dans la péninsule coréenne sont étroitement liées à celles en Asie du Nord-Est et dans le reste du monde. Elles passentpar le retrait des troupes d’occupation américaines en Corée du sud, qui valent un cancer dans la région.


Leur retrait est également un des impératifs de notre temps.


Les sud-Coréens exigent le départ des troupes américaines en scandant « Non aux États-Unis, indépendance, réunification du pays ! »


La voix en faveur du retrait des troupes américaines de la Corée du sud s’élève aux États-Unis aussi.


L’année dernière, dans son article publié dans la revue américaine Forbes, un chercheur supérieur d’un institut des États-Unis a écrit : que la présence militaire américaine en Corée du sud n’est plus nécessaire.


Et de poursuivre : « Á l’époque de la guerre froide, on pouvait croire que la péninsule coréenne était directement liée aux intérêts des États-Unis, mais maintenant que la RPDC possède des armes nucléaires, les dizaines de milliers de soldats américains en Corée du sud ne servent que d’otages pour les armes nucléaires de
la RPDC. Il faut donc retirer les troupes américaines de la Corée du sud. »


Les peuples de par le monde réclament eux aussi le retrait des troupes US de la Corée du sud.


Nous vivons à l’époque de la paix et du progrès.


Les États-Unis ont intérêt à ne pas tourner le dos à la tendance du nouveau siècle et à l’opinion publique mondiale et à retirer sans tarder leurs troupes de la Corée du sud.

 

Kim Jong Son

Extrait de la Corée d'aujourd'hui n° 5

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives