Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 02:20

 

,

Pourquoi la guerre de 14-18 ?

 

  http://angely.over-blog.com/article-24692972.html

 

La mise à mort de la France éternelle

Par eva R-sistons (Chantal Dupille)

 

   Pourquoi la guerre de 14-18 ? Je ne m'étendrai pas sur les raisons qui ont été annoncées, vraies ou fausses. Ce qui m'intéresse, comme toujours, c'est juste d'apporter mon point de vue, original, pour élargir la réflexion.

   Comme vous le savez sans doute, je suis d'abord et avant tout une femme de paix, et la paix ne se bâtit que sur la Vérité et sur la Justice. Bref, j'ai déclaré la guerre à la guerre, et un de mes blogs s'intitule d'ailleurs NO-WAR, pas de guerre (http://no-war.over-blog.com).

   La guerre de 14-18 m'a toujours bouleversée. Sur mon blog d'écrivain, j'ai écrit ce texte :

 

N'enterrons pas

la page de nos Poilus.

Par Chantal Dupille (eva R-sistons)

 

 

Ils avaient 18 ou 20 ans,

ils ont été fauchés avant même d'avoir vécu, aimé.

 

Les plus chanceux sont revenus - mais dans quel état ?

"Gueules cassées", esprits blessés...

C'est l'horreur de la guerre !

 

Le dernier poilu, Lazare Ponticelli,

a dit : "La Der des Der" !

Mais ce ne sera pas la Der des Der.

Car les canons doivent être vendus.

Alors, nos enfants seront la chair.

Comme les gosses américains

qui partent sur les champs de bataille

pour payer leurs études ou pour avoir un job.

Et puis, les multinationales de mort

réclament leur lot de victimes.

Les Financiers se frottent les mains.

 

Les mères pleurent,

les fiancées pleurent,

les gosses pleurent.

Les Grands n'ont cure de nos larmes !

 

Mais Verdun,

mais les Poilus

et l'atroce vie dans les tranchées,

c'est autre chose.

Ils ont enduré l'horreur

au quotidien.

Ils sont morts pour rien.

60.000 en un jour !

 

Les Puissants ne sont puissants

que sur le sang des peuples.

On ne meurt jamais pour la patrie,

mais pour engraisser

les vampires de la City et de Wall-Street.

 

Mais le sang des Poilus,

de nos Poilus,

de nos ancêtres,

c'est une page d'Histoire

que nous ne devons jamais oublier.

Elle est différente. Elle est unique.

 

Notre belle terre porte les cicatrices

du sacrifice de nos pères

partis à l'âge où ils étaient encore des enfants.

 

Nous n'avons pas le droit de confondre cette guerre

avec les aventures impériales et impérialistes.

Nous ne devons pas commémorer

toutes les guerres ensemble,

d'autant que cela s'achèvera sans doute

par la seule évocation des camps de la honte.

 

N'acceptons pas que toutes les pages d'Histoire

se réduisent à une seule,

comme on veut tuer les Nations pour n'en faire qu'une,

gérée par les gangsters de la banque.

 

On n'a pas le droit de réduire notre Histoire,

on n'a pas le droit de n'en faire qu'une page,

chacune est spécifique.

Et la page de nos Poilus est sans doute

la plus effroyable de toutes.

 

Ne tuons pas une deuxième fois nos Poilus

en les ensevelissant dans un quasi oubli,

dans l'affreux magma de toutes les guerres de l'OTAN !

Battons-nous pour préserver l'honneur de nos Poilus,

battons-nous pour que leur sacrifice n'ait pas été vain !

 

Chantal Dupille (eva R-sistons)

 

le dossier ici :

Les Poilus, dossier. Pas de commémoration de toutes les guerres ensemble !

(http://chantaldupille.over-blog.com/article-les-poilus-dossier-pas-de-commemoration-de-toutes-les-guerres-ensemble-112349898.html)

rural-paturages-verts-TB.jpg

 

   ILS, les fauteurs de guerres, à la City ou à Bilderberg, ont attendu d'avoir décimé la belle jeunesse française avant de mettre fin à la boucherie.

   La France a toujours été rurale. C'est sa spécificité, sa sève. Une terre de paysans. Une terre de traditions. Mais en 14-18, nos jeunes ont été fauchés et quand ils sont revenus, la guerre cassée et l'âme blessée, le visage de la France avait changé. Les paysans rescapés sont devenus des ouvriers avant, aujourd'hui, de devenir des chômeurs.

   Je ne cesse de le dire : Notre pays est volontiers frondeur, rebelle, et même révolutionnaire. Voilà qui déplaît aux Maîtres du monde qui rêvent d'un monde soumis, uniforme : C'est le Nouvel Ordre Mondial totalitaire qu'ils préparent. Mais avant de casser les Français, il fallait casser la France, c'est-à-dire ses racines plongeant dans le terroir. Ainsi, il sera ensuite plus aisé d'imposer la réforme des territoires, sacrifiant les zones rurales, les villages, les départements, au seul profit de mégapoles économiques, de Régions, de Landers à l'allemande. Comment faire accepter cela aux Français ? Les paysans auraient dit non. Mais il en reste peu, fauchés par la guerre de 14-18, et broyés par l'agriculture intensive, par les grandes exploitations. Le Nouvel Ordre Mondial ne tolère ni la diversité, ni l'humain. Il concentre tout, et seuls doivent prospérer les plus forts, les plus puissants, prêts à se faire tous concurrence. Dans le futur qui nous sera imposé avec des Manuel Valls sans racines et sans scrupules, il n'y a pas de place pour la coopération des individus, des communes, des régions. Seule compte la compétitivité. Bref, mise à mort de la France éternelle, celle du terroir !

   Ceux qui ont l'intelligence de se poser des questions, de tenter de comprendre le monde, de douter de la Pensée Officielle, et même d'anticiper les événements, sont traités de "conspirationnistes". C'est une façon de les discréditer pour ensuite, neutaliser leurs analyses dissidentes. En d'autres termes, les individus libres sont promis au mieux à la censure, au pire à la diffamation (c'est mon cas sur ma fiche Wikipedia, en citant Marie-Anne Boutoleau et Ornella Guyet, agent atlantiste, qui sont une seule et même personne, d'ailleurs poursuivie en Justice par les auteurs qu'elle discrédite injustement, voir sur les moteurs de recherche). Le Système n'aime pas la pensée libre !

   Au nom de cette liberté, j'ose accuser l'Oligarchie d'avoir planifié de longue date la mort de la France. Tout doit être tué en elle, même son modèle social, même ses clochers (aujourd'hui, d'ailleurs, on les trouve trop coûteux à l'entretien, et on envisage de les détruire) et donc sa foi catholique, ou même et peut-être surtout, son esprit irrévérencieux (persécution de Dieudonné, MacCarthysme, Liste noire d'intellectuels interdits d'antenne, etc) . Mais il fallait d'abord tuer son territoire, ses paysans - et même son bétail de qualité, avec une épidémie folle. C'est ce que j'appelle le rouleau compresseur pour aligner un pays original, avant de le soumettre définitivement...

   En éliminant nos paysans en 14-18, les va-t-en guerres ont tué la France rurale, son identité profonde, certes, mais aussi la souveraineté alimentaire, l'autonomie, et notre survie à tous en cas de nouvelle guerre mondiale comme en 40.

   Pour moi, donc, en 14-18 c'est la France éternelle qui a été tuée avec la guerre. Et les femmes ont du remplacer les hommes disparus, surtout en 40 d'ailleurs, travaillant dans les derniers champs et devenant elles-mêmes ouvrières. Et portant le pantalon. N'était-ce pas aussi le genre unique, neutre, interchangeable, que l'on amorçait déjà en vue du Nouvel Ordre Mondial unisexe d'ailleurs souhaité par les féministes radicales, avec en ligne de mire la mort du couple, de la procréation naturelle, de la famille, et une humanité asservie ?

   C'est pourquoi la guerre de 14-18 est pour moi non seulement une boucherie effroyable, mais une étape vers la disparition de la France éternelle.

   Le Nouvel Ordre Mondial était déjà en germe...

   Eva R-sistons (Chantal Dupille)


lfdaadp.jpg

 


Pourquoi la guerre de 14-18 ?

Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Guerres passées
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 00:48

 

La crise ukrainienne pourrait dégénérer en guerre nucléaire de quatre manières différentes


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Avril 2014 - 11:11 Plus proche de la guerre



Mardi 29 Avril 2014

La crise ukrainienne pourrait dégénérer en guerre nucléaire de quatre manières différentes
En 1983 la chaîne de télévision ABC a diffusé un film qui s'appelait "Le jour d'après" dans lequel les frappes nucléaires réciproques de deux superpuissances dévastait la vie des Américains moyens de deux villes du Midwest. Le conflit commençait par une concentration de troupes russes en Europe de l'Est (selon Moscou il s'agissait de simples manoeuvres militaires) qui s'aggravait à tel point que les deux camps finissaient par larguer leurs missiles nucléaires de peur de les perdre dans une attaque préventive. Le film, qui avait été diffusé pendant une période de tensions et de désaccords entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique a eu de plus de 100 millions de spectateurs : le plus grand succès d'audience de toute l'histoire de la TV.
 
Les Etasuniens ne pensent plus beaucoup à ce scénario depuis la fin de la Guerre Froide parce que l'Union Soviétique s'est dissoute et que la rivalité idéologique entre Washington et Moscou a disparu. Cependant, la crise en cours à propos de l'Ukraine nous rappelle que la Russie est une puissance nucléaire et que les causes géopolitiques de ses inquiétudes concernant sa sécurité n'ont pas disparu. En fait, Moscou a sans doute encore plus de raisons de s'en faire aujourd'hui du fait qu'elle a perdu la bouclier des pays alliés qui la protégeaient d'une attaque occidentale pendant la Guerre Froide et que désormais sa capitale se trouve seulement à quelques minutes de la frontière orientale de l'Ukraine en jet (et encore moins de temps en missile). Quand on connaît l'histoire de la région on comprend facilement pourquoi Moscou peut craindre une agression.
 
Bien que l'Administration Obama réponde avec mesure à l'annexion de la province de Crimée de l'Ukraine en mars dernier, sa crédibilité auprès de ses alliés régionaux est en jeu, et le leader russe, Vladimir Poutine, n'a rien fait pour rassurer ses voisins. Après avoir fomenté la révolte en Ukraine orientale*, Moscou dit maintenant qu'il pourrait être contraint de venir en aide aux Russes qui y vivent (il a massé 40 000 soldats à la frontière, pour ce qu'il a d'abord appelé des manoeuvres). Pendant ce temps, les Etats-Unis ont accru leur présence militaire dans la région pour garantir la sécurité des membres locaux de l'OTAN. Petit à petit la tension monte.
 
Il y a un aspect de l'équilibre militaire régional qu'il ne faut pas oublier c'est la présence d'armes soi-disant non stratégiques des deux côtés. Ces missiles, bombes et autres armes, qu'on appelait autrefois armes nucléaires tactiques, ont été achetés pendant la Guerre Froide pour compenser le manque d'armes conventionnelles en cas de guerre. Selon Amy Woolf du Service de Recherche du Congrès, les Etats-Unis ont environ 200 armes nucléaires de ce type en Europe, dont une partie se trouve à la disposition des alliés locaux. Woolf dit que la Russie a environ 2 000 têtes nucléaires non stratégiques dans son arsenal opérationnel - la plupart pouvant atteindre l'Ukraine - et que  au fur et à mesure des remises à niveau successives, la stratégie militaire russe semble "compter de plus en plus sur les armes nucléaires" pour faire face à la supériorité des Etats-Unis dans le domaine des armes conventionnelles de haute technologie.
 
Une étude de 2001 réalisée par la très respectable RAND Corporation est arrivée à peu près à la même conclusion et affirme que la doctrine militaire russe admet explicitement la possibilité d'utiliser l'arme nucléaire pour provoquer l'escalade d'un conflit régional ou à l'inverse sa désescalade. Ce ne sont pas seulement des menaces de la part des Russes. Les Etats-Unis et l'OTAN envisagent aussi la possibilité de se servir de l'arme nucléaire dans une guerre européenne. L'Administration Obama a eu l'opportunité de renoncer à cette éventualité lors de la Révision de La Politique Nucléaire de 2010 mais elle a au contraire décidé de déployer davantage d'armes nucléaires en Europe au titre d'une doctrine appelée Dissuasion Elargie. Les nations d'Europe de l'Est qui ont rejoint l'OTAN après l'effondrement de l'Union Soviétique étaient particulièrement favorables à l'idée d'avoir des armes atomiques tout près.
 
Aussi improbable que cela paraisse, il y a dans les deux camps la doctrine et les capacités nucléaires susceptibles de conduire à l'utilisation d'armes nucléaires en cas de guerre en Ukraine. Voilà quatre façons dont cela pourrait se produire :
 
Mauvais services secrets. Comme les Etats-Unis ont ricoché d'échec en échec au cours des dernières décennies, on a pu se rendre compte que Washington n'est pas le champion du décryptage des informations. Même quand il dispose d'informations vitales, leur lecture est tellement biaisée par les préjugés et les processus bureaucratiques qu'ils en tirent de mauvaises conclusions. C'est le même problème à Moscou**. Par exemple, la crise des missiles cubains de 1962 a éclaté en partie parce que Khrouchtchev, le leader soviétique, croyait que le président Kennedy était plus faible qu'il ne l'était en réalité, et la marine étasunienne a presque provoqué le lancement d'une torpille nucléaire par un sous-marin russe pendant le blocus parce qu'elle a sous-évalué la réaction de l'ennemi à la menace. Il n'est pas difficile d'imaginer pareilles erreurs d'interprétation en Ukraine que Washington et Moscou approchent à partir de perspectives très différentes. Un déploiement d'envergure des forces étasuniennes dans la région pourrait provoquer une escalade russe. 
 
Mauvais signaux : Quand les tensions sont fortes, des leaders rivaux cherchent souvent à envoyer des signes sur leurs intentions pour influencer l'issue des événements. Mais la signification de tels signes peut aisément être brouillée par la nécessité des leaders de s'adresser à plusieurs interlocuteurs différents en même temps et par les différentes grilles de lecture utilisées dans chaque camp. Même la traduction peut changer le sens des messages de manière subtile. Alors quand Lavrov, le ministre des Affaires Etrangères russe, a parlé cette semaine d'une aide éventuelle aux Russes de l'Ukraine de l'Est, Washington a dû deviner si cela signifiait qu'il allait envahir l'Ukraine ou s'il envoyait un signal à Kiev au sujet de sa campagne antiterroriste, ou s'il voulait dire encore autre chose. La mauvaise interprétation de tels signaux peut entraîner une escalade réciproque si rapide et si forte que la décision d'utiliser l'arme nucléaire finit par sembler logique.
 
 
L'approche de la défaite. Si une guerre conventionnelle se déclarait entre la Russie et l'OTAN, un des deux camps devrait à moment donné s'avouer vaincu. La Russie a un avantage numérique indéniable près de l'Ukraine, mais son armée est composée principalement de conscrits et elle est mal équipée en comparaison de l'armée occidentale. Le camp qui sentirait qu'il est en train de perdre devrait décider s'il faut mieux perdre la guerre ou utiliser des armes nucléaires tactiques. En cas d'échec, Moscou se retrouverait avec une présence ennemie à ses portes tandis que Washington devrait accepter l'effondrement de l'OTAN, son plus important allié. Devant une telle perspective, l'utilisation de "seulement" une de ses deux têtes nucléaires tactiques pourrait sembler raisonnable - surtout considérant que la doctrine et les capacités nucléaires des deux camps le permettent.
 
Commandement défectueux. Les armes nucléaires stratégiques comme les missiles balistiques intercontinentaux sont étroitement contrôlées par les membres les plus haut gradés de l'armée en Russie comme aux Etats-Unis, ce qui rend leur déclenchement non autorisé ou accidentel pratiquement impossible. Mais ce n'est pas tout à fait le cas des armes nucléaires non stratégiques qui à moment donné d'une processus d'escalade doivent être confiées au contrôle de commandants locaux si elles doivent être de quelque utilité. La politique étasunienne envisage même de permettre à ses alliés de lancer des têtes nucléaires sur des cibles ennemies. Moscou ne fait sans doute pas autant confiance à ses alliés mais comme il a davantage d'armes nucléaires tactiques dans davantage d'endroits, il y a encore plus de chances qu'un commandant russe local ait la possibilité d'utiliser la première arme nucléaire dans le chaos de la bataille. La doctrine russe permet l'usage d'armes nucléaires en cas d'agression conventionnelle menaçant la patrie et les obstacles aux initiatives locales sautent souvent une fois que les hostilités ont commencé.
 
Quand on considère tout les éléments qui, en temps de guerre, vont à l'encontre de la retenue  - un renseignement médiocre, des communications confuses, des revers militaires, un commandement dégradé et quantités d'autres choses - il semble raisonnable de penser qu'une confrontation militaire entre l'OTAN et la Russe puisse devenir incontrôlable et qu'à force d'escalade on en arrive à utiliser l'arme nucléaire. Et parce que l'Ukraine est si proche du coeur de la Russie (environ 350 km de Moscou) Dieu seul sait ce qui se passerait une fois si le "pare-feu" nucléaire sautait. Tous ces termes - pare-feu, échelles d'escalade, dissuasion élargie - ont été créés pendant la Guerre Froide pour établir différents scénarios possibles de guerre en Europe. Alors, puisque le regain de tensions permet de craindre une guerre en Ukraine (ou dans une autre nation anciennement soviétique) il est peut-être temps de renouer avec la manière de penser de l'époque de la Guerre Froide.


Loren Thompson, Forbes
 
Pour consulter l'original : http://www.forbes.com/sites/lorenthompson/2014/04/24/four-ways-the-ukraine-crisis-could-escalate-to-use-of-nuclear-weapons/
 
Traduction: Dominique Muselet
 
Notes du traducteur:
* Il y a dans cet article beaucoup de points de vues-système car l'auteur est un serviteur du système mais cet article demeure intéressant pour les raisons que cite ici Philippe Grasset qui en fait le commentaire:
"On a déjà vu à plus d’une reprise ce qu’on pouvait penser des observations de l’analyste et lobbyiste Loren B. Thompson, du Lexington Institute : pas grand’chose, sinon de la publicité payée à grands frais lorsqu’il s’agit du JSF ; un peu plus, et même parfois beaucoup plus lorsqu’il s’agit de questions plus vastes, plus pressantes, stratégiquement plus larges, à propos desquelles les opinions des experts, y compris de même opinion, sont largement divergentes. Pour ce dernier cas, on inscrira la crise ukrainienne, où les analyses de Thompson sont intéressantes parce qu’entachées d’aucune référence directe et conséquences quelconque pour ses employeurs. La raison principale de cette position plus “objective”, ou disons plus dénuée d’argumentation intéressée, est bien que Thompson, qui est un expert objectivement qualifié, considère cette crise comme particulièrement dangereuse, et sans doute le premier cas incontestable de l’après-Guerre froide où la possibilité d’une escalade menant à un affrontement nucléaire stratégique entre les USA et la Russie existe réellement."
http://www.dedefensa.org/article-les_sc_narios_du_pire_28_04_2014.html
 
** Ce n'est pas l'avis de P. Grasset. Dans l'article cité ci-dessus il écrit : "Selon notre appréciation, le premier cas, particulièrement, est tout à fait possible, le renseignement US s’étant montré extrêmement médiocre jusqu’ici dans cette crise, – bien plus médiocre que le renseignement russe, malgré ce que dit Thompson, qui renvoie pour les exemples de mauvais renseignement russe à la crise de Cuba de 1962, du temps où c’était l’URSS qui était en jeu, pas la Russie, et avec une direction très divisée au contraire de la direction actuelle qui est institutionnellement très stable".

 

http://www.alterinfo.net/La-crise-ukrainienne-pourrait-degenerer-en-guerre-nucleaire-de-quatre-manieres-differentes_a102092.html

 

 

ULTIMATUM. Ukraine: communiqué de l’Etat-major de l’armée du Sud-Est de l’Ukraine

 

http://allainjules.com/2014/04/26/ultimatum-ukraine-communique-de-letat-major-de-larmee-du-sud-est-de-lukraine/

 

 

Publié le avr 26, 2014 @ 23:44

13

 

Par Allain Jules

 

Le communiqué de l’Etat-major de l’armée du Sud-Est de l’Ukraine vient d’être communiqué. Il s’agit d’un ultimatum adressé aux autorités de Kiev.  

Nous, l’armée conjointe du Sud-Est, le 6 Avril dernier, donc ça fait trois semaines déjà, nous avons essayé d’apporter à la junte de Kiev, une réponse en prenant d’assaut des bâtiments publics mais, ce n’est pas un but en soi. C’est juste une tentative de  se faire entendre. Nous voulions simplement faire part aux autorités de Kiev que les gens de la région de Lugansk ne sont plus en mesure de supporter ce traitement inhumain à leur égard. Intimidation, arrestations, harcèlement, licenciement, négligence et racisme sont les réponses que la junte de Kiev donne à une demande pacifique des résidents du Sud-Est.

Nos exigences étaient simples et communes: une amnistie pour tous les prisonniers politiques, le référendum, la suppression des droits de douane et des hausses de prix et la pratique libre de la langue russe. Ces exigences de base sont légitime pour tout gouvernement de n’importe quel pays dit civilisé. Le monde entier sait donc ce que nous voulons. Et donc, le 17 Avril à Genève, la Russie, les Etats-Unis et l’UE, lors des négociations avec la partie ukrainienne ont signé les accords de Genève obligeant la junte de Kiev  d’amnistier tous les protestataires et écouter la voix du Sud-Est.

Pour toutes ces exigences Kiev a donné ces réponses:

1. La junte continue de nous appeler "séparatistes" et "terroristes", or les appels des pro-Maidan sont vus comme légitimes.
2. La junte a déployé des bandes armées comme le "Secteur droit" de Kiev près de Donbass (région est), dans la ville de Dnepropetrovsk, pour prendre des enfants en otage.
3. La Junte armée et logée aux frais de la garde nationale, composée de pro-Maïdan a découpé et brûlé les Berkut et maintenant, ils ont été envoyés pour faire le même travail sur des manifestants à Sloviansk.
4. Tout ceci est contrairement à tous les canons internationaux, contraire à la Constitution de l’Ukraine. La junte a envoyé l’armée régulière réprimer le peuple de Donbass. Nous savons déjà tout cela et l’armée a tué des habitants de Sloviansk, de Kramatorsk et de Donetsk.
5. Il est aussi connu que des gens disparaissent, surtout nos militants, dans la région de Lugansk.

Maintenant, nous sommes convaincus que ces actions de la junte de Kiev, sont une déclaration de guerre ! Guerre contre son propre peuple. Nous n’acceptons pas ces conditions inhumaines imposées par ce gang de fascistes et, ils ont décidé de nous détruire physiquement !

Et si, le favori des présidentielles ukrainiennes Petro Porochenko s’inscrit lui aussi dans le fascisme de la junte en parlant le langage de la force, on affrontera ce pouvoir. Notre puissance c’est la puissance du peuple !

 

Et donc, pour la dernière fois, sous la forme d’un ultimatum, nous mettons en garde:

- Si jusqu’à 14 heures, le mardi 29 Avril, toutes nos exigences, soutenues par les accords de Genève ne sont pas remplies, nous croyons que toutes les autorités qui sont à Kiev sont anti-nationales et devrons répondre devant la justice pénale. Nous procédons à l’action.

Tous ceux qui se soucient de l’avenir de la maternelle Lugansk, tous ceux qui sont préoccupés par le sort de nos enfants et les personnes âgées, qui sont tous fatigués de vivre dans la pauvreté et l’obscurité, nous les invitons le 29 Avril à 14h00, pour la construction de l’administration de leurs villes et districts et demander aux autorités de Kiev d’apporter des réponses à leurs demandes, eux,  les populations de la région de Lugansk.

La victoire sera nôtre !

Quartier général interarmées de l’Armée du Sud-Est.

_____________________________________________________________________________________________________

Le journaliste Alexandre Sivov nous apportera des éclaircissements quant à la traduction.

 

.

Voir aussi:

La crise ukrainienne accélère la recomposition du monde

http://latourdebabelworldpress.com/2014/03/28/la-crise-ukrainienne-accelere-la-recomposition-du-monde/

 

 

..

Le coup de sang de Poutine

 

Jeudi 24 Avril 2014 - 10:51 Si Santiago nous était comptée


Salim Metref
Mardi 29 Avril 2014


Le coup de sang de Poutine
Certains experts sont unanimes et l’affirment. Sans un saut qualitatif technologique majeur, la suprématie militaire américaine sera bientôt battue en brèche par la montée en puissance et l’émergence de la Chine. Cette nouvelle donne géostratégique ainsi que le risque potentiel encouru de l’effondrement du dollar, envisagé à court terme non seulement par certains experts mais   également redouté par certains grands spéculateurs et autres gourous de la finance internationale,  et l’effet dévastateur induit sur l’économie américaine et celles  des pays occidentaux,  expliquent en partie l’affolement américain à se redéployer sur la question ukrainienne en accentuant les sanctions vis-à-vis de la Russie et en transformant une fois de plus une crise artificielle créée de toutes pièces en une opportunité. C’est que le scénario Ukrainien s’est bel et bien emballé et les objectifs qui lui ont été initialement fixés  n’ont pas été atteints.
Bien au contraire. Destinés initialement  à provoquer un effet domino au sein même de la Russie en y encourageant les divisions et les processus sécessionnistes, les événements de Kiev ont été encouragés par l’Europe et ont bénéficié d’une couverture médiatique exceptionnelle qui a été cependant réduite depuis que le puissant lobby médiatique mondialiste et les agitateurs attitrés et autres pourfendeurs de la Russie de Poutine se sont aperçus que certains nationalistes ukrainiens portaient au bras l’insigne de la croix gammée. Les événements qui ont eu lieu dans la capitale Ukrainienne ont dés le début évolué  vers une forme de résistance insurrectionnelle de type guérilla grâce à l’encadrement, selon encore certains experts, de spécialiste israéliens qui ont apporté leur savoir-faire. Ces événements ont précipité la désintégration de l’Ukraine dont une partie importante de la population, sommée par la communauté internationale de choisir entre l’union européenne et l’OTAN où la Russie, ne cache plus sa sympathie ni sa reconnaissance pour cette dernière. Et «l’annexion-réappropriation » de la Crimée par la Russie n’est qu’un retour de flamme fulgurant qui puise son origine non seulement dans les provocations incessantes occidentales mais aussi dans un processus historique qui n’est pas encore achevé. La Crimée qui abrite le puissant port de Sébastopol ainsi que la flotte de la mer noire a noué des liens indéfectibles avec la Russie et est composée d’une population qui lui est majoritairement acquise. Elle a également fait partie des Républiques de l’ex Union Soviétique et a abrité des événements majeurs qui ont scellé la paix internationale.

Mais quelles leçons faut-il retenir des tragiques événements que vit l’Ukraine qui peut à tout moment basculer dans l’horreur et le bain de sang ? Quel est le risque potentiel de propagation encouru par l’Europe où les ingrédients de l’explosion et de remise en cause de la paix civile semblent déjà réunis du fait de la persistance de la crise économique, du chômage et de la pauvreté grandissante ?

Il est évident de constater et de dire que la morale et le droit international ne sont plus désormais du coté de ceux qui prétendent régenter le monde, dicter la conduite des affaires internationales, fixer le tempo et préconiser, s’il le faut par la force militaire, les grandes orientations de la politique internationale. Après l’échec de sa tournée en Asie où l’influence chinoise, y compris militaire, et l’entêtement nord-coréen sont désormais scellés et actés, le durcissement du discours du Président Américain sur la question ukrainienne ne peut cacher l’embarras de Washington face à la contestation de son hégémonie et de son nouvel ordre mondial  par l’entêtement de ceux qui militent grâce à de nouveaux rapports de force pour une nouvelle définition des relations internationales fondée sur le respect mutuel, la coopération et l’équilibre des forces. Comment peut-on après avoir envahi L’Irak et l’Afghanistan, continué de malmener l’Iran, provoqué l’implosion de la Syrie, spolié le peuple Palestinien de ses droits légitimes à un état souverain et au retour de ses millions de réfugiés, déclaré la guerre aux musulmans et conduit la majorité des expéditions punitives qu’aura connu le monde au cours des dernières décennies prétendre pouvoir encore dire le droit international et énoncer ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. Quelle crédibilité peut-il rester lorsque l’on a sa politique internationale dictée et tenue en laisse par les puissants lobbys qui malmènent le monde ? Moscou n’est certes pas Pékin mais n’est ni Baghdâd et ni Kaboul. Le coup de sang de Poutine révèle une chose. L’ère des diktats est révolue et l’ampleur des sanctions internationales, soutenues par l’Europe et notamment par la France,  ne viendront certainement pas à bout de la détermination Russe qui semble bénéficier de la compréhension et de la sympathie d’une bonne partie de la communauté internationale.

http://www.alterinfo.net/Le-coup-de-sang-de-Poutine_a102090.html

 

 

.

Démonstration de force des Pro-Russes à la veille d'une réunion sur l'Ukraine

Insurgés prorusses et forces armées ukrainiennes se livrent mercredi un bras de fer tendu dans l'Est, à la veille de pourparlers avec Moscou.

TERMINE : Fin du direct : le 17/04/2014 à 00:05

16/04 à 23:08

Le point sur la situation

 - Les Ukrainiens humiliés


Les séparatistes prorusses ont infligé une humiliation symbolique aux autorités de Kiev en confisquant six véhicules de transport de troupes dépêchés dans le cadre d'une tentative de reprise en main de l'est de l'Ukraine. Dans la matinée, ces blindés ont traversé la ville de Kramatorsk mais des hommes en armes bénéficiant de la complicité d'agents russes, selon le ministère ukrainien de la Défense, se sont emparés des six véhicules sur lesquels ils ont hissé le drapeau russe en signe de défiance à l'égard des autorités de Kiev. Les blindés ont ensuite pris la route de la localité de Slaviansk où ils se trouvent gardés par des "gens en uniforme qui n'ont rien à voir avec les forces armées ukrainiennes".

 

- Réunion cruciale jeudi


Le revers militaire infligé à Kiev illustre l'impuissance dans laquelle se trouve le nouveau pouvoir avant la rencontre prévue jeudi à Genève. La Russie sera représentée par le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov et l'Ukraine par son ministre des Affaires étrangères Andrij Dechtchitsia. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et la représentante de la diplomatie européenne Catherine Ashton participeront également à cette rencontre. Les Etats-Unis n'attendent aucune percée décisive, admettent toutefois des responsables de l'administration Obama.

 

- L'Otan renforce la défense en Europe orientale


L'Otan a annoncé un renforcement des mesures de défense aérienne, maritime et terrestre de ses pays membres d'Europe orientale, comme les pays Baltes et la Pologne. Ces mesures, qui "sont totalement conformes à nos engagements internationaux", entreront en vigueur immédiatement, a souligné le secrétaire général de l'Alliance, Anders Fogh Rasmussen. "D'autres suivront, si nécessaires, dans les semaines et les mois à venir".

 

- La Transnistrie réclame son indépendance


L'Union européenne doit reconnaître la Transnistrie, territoire séparatiste pro-russe de Moldavie frontalier de l'Ukraine, si elle veut la "stabilité" dans la région, a déclaré le président de Transnistrie Evgueni Chevtchouk. Cette déclaration intervient alors que le "soviet suprême" (Parlement) de Transnistrie a demandé à la Russie et aux Nations unies de reconnaître l'indépendance de ce territoire qui compte officiellement 500.000 habitants et où sont stationnés environ 1.500 soldats russes.

16/04 à 22:51
Washington ne s'attend pas à une avancée décisive

Les Etats-Unis n'attendent aucune percée de la réunion quadripartite sur la crise ukrainienne, ont déclaré des responsables de l'administration Obama. Il est raisonnable de penser, disent-ils, que de nouvelles sanctions seront imposées à Moscou si aucun progrès n'est constaté lors de la réunion. S'exprimant sous le sceau de l'anonymat, ces responsables se disent convaincus de la volonté de Vladimir Poutine de créer une Ukraine fédérale dont les décisions pourraient être bloquées par Moscou.

 

  http://www.lefigaro.fr/international/2014/04/15/01003-20140415LIVWWW00281-ukraine-russie-en-direct.php

 

 

Sarah Palin propose l'arme nucléaire contre Vladimir Poutine 

www.nouvelordremondial.cc/.../sarah-palin-propose-larme-nucleaire-con...
10 mars 2014 - Sarah Palin propose l'arme nucléaire contre Vladimir Poutine ... devant son homologue russe Vladimir Poutine dans la crise ukrainienne. ... Elle lancera le 3 avril une nouvelle émission, Amazing America, sur une chaîne du ... NouvelOrdreMondial.cc sur Twitter · Rejoignez-nous sur Facebook · RSS Feed ...
.

.  .

UKRAINE. Slaviansk: la nouvelle humiliation retentissante de l’armée ukrainienne

Publié le avr 26, 2014 @ 20:02

42

 

alexPar Alexandre Sivov

hélicoptères militaires russes en exercice au village russe de Severny près de la frontière russo-ukrainienne

hélicoptères militaires russes en exercice au village russe de Severny près de la frontière russo-ukrainienne/ Crédits photo/Reuters


Kiev accuse Moscou de vouloir déclencher une 3e guerre mondiale. Comprenez qu’il dit clairement aux Occidentaux de l’aider à mettre un terme à ça. D’ailleurs le "ministre" ukrainien des Affaires étrangères a déclaré qu’il craint une invasion imminente par les forces russes. Les rhétorique guerrière rangée au placard, il s’agit du nouvel échec retentissant de l’armée ukrainienne. 


Les séparatises prorusses ont confirmé, samedi 26 avril, détenir des collaborateurs de l’OSCE, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, dont l’arrestation avait été annoncée la veille par les autorités ukrainiennes et allemandes, alors que la guerre diplomatique se poursuit entre la Russie et les occidentaux. Les prorusses accusent ces derniers à juste titre d’être des espions de l’Empire. On sait comment ces gens ont toujours fonctionné avec leurs organisations ou les ong.

 

La surenchère dialectique de Kiev est là justement pour masquer l’échec de son armée. Les Russes n’ont que fait des exercices aux frontières et, du coup, Kiev annonce que son espace aérien a été violé par les hélicoptères de l’armée russe. Non, les milices prorusses qui tiennent Sloviansk sont assez fortes aujourd’hui pour tenir tête aux forces spéciales de Kiev et à l’armée ukrainienne. C’est un fait irréfragable aujourd’hui. En effet, les troupes qui étaient envoyées à Sloviansk ont déposé les ames tandis que les autres sont restées dans leurs basses arrières comme à l’aéroport de  Kramatorskaya/Kramatorsk. C’est d’ailleurs ici même que, hier, des prorusses se sont rendus et battu, excusez du peu, le chef adjoint de la  SBU (service de sécurité ukrainienne), le général Basil K.

 

tensions

 

Après avoir par tous les moyens tentés de torpiller les référendums à venir dans toutes les zones où il y a des tensions à l’est de l’Ukraine (image au dessus), on peut aisément comprendre la peur de Washington et ses valets. Ce qui est sûr, contrairement à ce que Allain Jules affirmais sur la radio La Voix de la Russie, il est de plus en plus improbable que la Russie intervienne. Les prorusses sont désormais très bien implantés pour tenir tête aux Ukrainiens.

 

Alexandre Sivov

 

http://allainjules.com/2014/04/26/ukraine-slaviansk-la-nouvelle-humiliation-retentissante-de-larmee-ukrainienne/

 


Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Guerres futures - mondiale
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 22:24

 

 
SpreadTheTruth.fr


   

Des sources proches du Kremlin affirment aujourd’hui avec pessimisme que le Président Medvedev et son homologue Chinois, M. Hu Jintao, ont adressé un « avertissement pressant aux Etats-Unis pour dire que s´ils laissent Israël lancer une attaque nucléaire contre l´Iran « Nous réagirons par une Guerre Mondiale »

A l´origine des craintes sino-russes se trouvent des informations rapportées par les services de renseignement. Celles-ci font état de ce que trois quarts des forces navales Israéliennes ont traversé le canal de Suez et que ce pays a stationné, au Kurdistan, 30 de ses chasseurs fabriqués aux Etats-Unis en préparation d´une attaque. Au cours de celle-ci, des bombes « bunker buster » et des missiles de croisière équipés de têtes nucléaires seraient utilisés.

Selon des analystes militaires russes, Israël envisage d´utiliser d´abord des chasseurs fabriqués aux Etats-Unis pour attaquer les installations nucléaires iraniennes. Ensuite il utilisera ses sous-marins et ses navires de surface équipées de missiles nucléaires pour détruire les infrastructures militaires, religieuses et politique de l´Iran en cas de réaction combinée du Hezbollah libanais et de l´Iran qui ferait « pleuvoir des missiles au Nord d´Israël » .

Des informations de sources israéliennes confirment également les craintes russo-chinoises relatives à une attaque d´Israël contre l´Iran, ainsi qu´on peut le lire dans le journal Haaretz News Service :

Un responsable de la défense israélien a déclaré jeudi au journal londonien, Times que “le récent déploiement par Israël de navires de guerre dans la Mer Rouge doit être considéré comme des préparatifs sérieux en vue de mener des attaques contre l'Iran.

“Ces préparatifs doivent être prises au sérieux. La complexité d´une attaque contre l´Iran pousse Israël à investir du temps dans les préparatifs d'une telle action.

Avant de quitter la Maison Blanche, le Président Bush s'était tellement inquiété des projets d´attaques israéliennes contre l´Iran qu´il avait refusé - un fait sans précédent - de répondre positivement à « la demande secrète » d´Israël concernant la fourniture de 1000 bombes bunker buster. Mais grâce à un accord conclu en 2005 avec le Pentagone, Israël avait déjà obtenu 100 de ces armes redoutées.

Après l´arrivée du Président Obama à la Maison Blanche, le premier ministre israélien lui a lancé un sévère avertissement en ces termes : « Ou vous vous occupez rapidement de l´Iran, ou nous le ferons nous-mêmes ». C´est une menace que le président Obama a rejetée la semaine dernière au cours de sa visite effectuée en Russie en expliquant que les Etats-Unis ne soutiennent « absolument pas » Israël dans leurs projets d´attaquer l´Iran. Cette déclaration est toutefois curieuse au regard des affirmations du Vice Président américain qui déclaraient quelques jours auparavant qu’ « Israël est libre de faire ce qu´il juge nécessaire pour éliminer la menace nucléaire iranienne »

Ces faits indiquent que le projet de l´Etat juif d´utiliser le territoire irakien du Kurdistan, région frontalière de l´Iran a contribué à renforcer les craintes des Russes et des Chinois. Or ce territoire a affirmé sa volonté de devenir un Etat indépendant par l´adoption d´une nouvelle Constitution la semaine dernière. Or la mise sur pied d´une armée entraînée par des experts israéliens peut provoquer l´invasion de ce territoire par ses deux ennemis jurés que sont l´Iran et la Turquie.

Pire encore, le leader syrien aurait averti les Etats-Unis que si l´Iran et la Turquie déclare la guerre au Kurdistan et à Israël, il n´aurait pas « d´autre choix » que de respecter l´accord de défense signés avec l´Iran. En effet cet accord stipule que les deux nations doivent se prêter assistance en cas d´agression de l´un ou l´autre.

Cette situation est davantage compliquée par le fait que la Turquie soit membre de l´OTAN. Or cette qualité de membre de cette alliance oblige les Etats-Unis ainsi que les pays européens à s'allier à la Turquie pour combattre Israël et le Kurdistan qui sont par essence leurs propres alliés.

Le peuple américain ignore l´existence des accords entre les Etats-Unis et l´Iran. Alors que les forces américaines se battent en Irak, ces accords autorisent l´Iran à bombarder le territoire kurde irakien sans risque de représailles de la part des Etats-Unis. Ce genre d´accords existe également avec la Turquie qui mène depuis des décennies une guerre contre les Kurdes irakiens.

Cependant, les informations les plus inquiétantes, selon ces sources, portent sur le fait que la Russie et la Chine se déclarent prêtes à imposer un « embargo immédiat » sur le pétrole, le gaz produits au Moyen Orient ainsi que sur les armes que les Etats-Unis pourraient être tentés de livrer.
 
En outre, la Chine menace « d´interrompre immédiatement » tout financement de la dette des Etats-Unis en cas d´attaque israélienne contre l´Iran.
 
Or c´est la Chine qui maintient l´économie des Etats-Unis à flot. Le déficit public des Etats-Unis bat des records historiques. Il est de 1 trillion de dollars, et dépassera les 2 trillions d´ici le 30 septembre, fin de l´exercice budgétaire. Dans ces conditions, les 2 trillions de réserves en bon de trésor américains que la Chine possède constitue une menace particulièrement grave.

Les analystes des services de renseignement russe indiquent en outre que le chef de l´organisation de l'Energie Atomique Iranienne a présenté sa démission parce qu´il craignait pour sa sécurité et celle de sa famille en cas d´attaque israélienne contre la nation perse.

En définitive, selon ces informations, on ne sait pas en ce moment si le système de défense anti-missile d´Israël, nommé Iron Dome, dont les israéliens affirment qu´il a été « testé avec succès » serait à mesure de résister aux plus de 6000 missiles lancés à la fois par la Syrie, le Hezbollah et l´Iran.

La Chine et la Russie préviennent les Etats-Unis qu'une attaque ... www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2007

 

source de la photo: www.bergoiata.org

http://www.internationalnews.fr/article-la-chine-et-la-russie-previennent-les-etats-unis-qu-une-attaque-israelienne-sur-l-iran-declencherait-une-guerre-mondiale-36199195.html

Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Guerres futures - mondiale
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 04:25

 

 

Russie-guerre-best-copie-1.jpg.
Photo qui prouve que la Russie veut la guerre !!!
trouvée ici :
.

 

Déjà en 1950, la Russie était visée !

Document d'époque cité par F. Asselineau

.OTAN-bases-US-par-PC-vers-1950.jpg

 

 

MeRdia de désinformation, de propagande.


Nobs-Russie.jpg

 

 

http://www.islametinfo.fr/2013/10/05/video-russie-poutine-futur-prix-nobel-de-la-paix/

Russie-prix-nobel-paix.jpg

 

La Russie est le meilleur atout pour la Paix

 

Par eva R-sistons

 

 

Propagande de guerre honteuse, à laquelle se prêtent les médias français asservis aux Puissances atlantistes. A Kiev, on accuse la Russie de vouloir la 3e guerre mondiale. Aussitôt la télévision et la Presse reprennent ces fausses rumeurs, ces accusations sans le moindre fondement.

 

Je le dis, et je le répète clairement : Aucun pays au monde ne tient tant à la paix que la Russie. Car aucun pays au monde n'a autant souffert de la guerre : Plus de vingt millions de morts pour la seule Russie lors de la seconde guerre mondiale, par exemple, et puis Moscou détruite, ses villages aussi, et les récoltes....

 

Au prix de sacrifices démesurés, la vaillante Russie a vaincu l'armée de Napoléon et celle d'Hitler, elle a libéré le monde du nazisme hitlérien.

 

Quand on a subi tant d'atrocités, on ne veut plus de guerre. Comme l'Allemagne, d'ailleurs.

 

La Russie de Poutine est encerclée par les bases de l'OTAN, elle fait tout pour se protéger et protéger les Pro-Russes, en tentant notamment de retrouver une partie de son espace vital, de sa liberté. Mais elle milite pour un monde multipolaire, et elle refuse de s'ingérer dans les affaires des autres, contrairement à l'Occident impérialiste. En Crimée, elle a défendu ses terres, sa base navale, son peuple qui l'a appelée à l'aide. Avec à la clef aucun mort, et un référendum démocratique. Et l'Occident belliciste l'accable de reproches ! Il ne tolère pas qu'elle défende ses intérêts, ses frères de sang, les espaces qui lui restent. L'Occident a tous les droits, la Russie aucun ! Et pour gagner l'Opinion, il travestit la réalité, ment, inverse les rôles. C'est infâme !

 

Et si la guerre mondiale n'a pas commencé, aujourd'hui, c'est grâce à la Russie qui a stoppé net l'élan meurtrier des Etats-Unis en interceptant les deux premiers missiles lancés sur Damas en 2013, missiles qui devaient être le signal de l'entrée en guerre d'une France au service des intérêts d'Israël. C'est aussi la Russie qui a proposé que la Syrie rende ses armes chimiques, pour apaiser la situation.

 

Oui, la Russie qui a tant souffert de la guerre fait tout pour l'éviter et l'éviter au monde. La campagne de propagande mensongère à son encontre est un des grands scandales de notre temps; Elle doit sans cesse être dénoncée, au nom de la vérité !

 

Il est temps de démasquer les imposteurs, et de révéler au monde la réalité : L'Occident prépare en coulisses la 3e guerre mondiale pour masquer son effondrement économique, imposer au monde sa domination, et au passage, provoquer une dépopulation à grande échelle. C'est tout simplement monstrueux !

 

Les mensonges des dirigeants et des médias atlantistes sont intolérables, comme l'inversion constante des rôles.

 

J'ose le dire: La Russie, aujourd'hui, est le meilleur atout pour la paix. Et si comme le Général de Gaulle en avait eu la vision, l'UE et la Russie scellaient leur union, une union équilibrant la puissance des Anglo-Saxons, alors la paix aurait réellement avancé...

 

Meci Jean-Pierre Chevènement d'avoir, aujourd'hui, rétabli l'honneur de la France. Et rappelé son devoir !

 

Vive la paix ! Vive la Russie ! Honte à l'Occident menteur, prédateur, criminel !

 

Eva R-sistons (Chantal Dupille)

 

TAGS : Russie, Poutine, guerre mondiale, Crimée, Ukraine, De Gaulle, Chevènement, UE, atlantiste, Etats-Unis, Israël, Kiev, Moscou..

 

 

  .

Pourquoi la Russie de Poutine

est détestée des occidentaux ?

 

Beaucoup écoutent naïvement les mensonges colportés par l’Occident sur la Russie comme si nous n’en avions pas été les premières victimes.

Si l’Occident attaque aujourd’hui la Russie c’est pour empêcher, comme pour les pays musulmans ou la Chine, la possibilité à une civilisation de s’affirmer contre l’hégémonie américaine.

Le tout est qu’aujourd’hui les encerclés comprennent qu’il faut qu’ils se parlent. Se battre entre nous en Syrie, en Tchétchénie ou chez les Ouighours est le meilleur moyen de précipiter notre chute commune.

http://www.islametinfo.fr/2014/03/18/pourquoi-la-russie-de-poutine-est-detestee-des-occidentaux/

 

 

 

Mes tweets :

 

Poutine ne veut pas du NWO : Perte de la capacité à se reproduire, Monde unipolaire standardisé, "Etats" vassaux

Poutine : "Les décisons clefs devraient être prises COLLECTIVEMENT plutôt que dans l'ombre pour servir des intérêts de certains pays ou groupes de pays."

.

 

 

En 1812 la Russie compte 900 000 hommes dans son armée de terre, donc avait plus d’un million d’hommes mobilisés. (Wikipedia)

Campagne de Russie 1812
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_napol%C3%A9oniennes#Campagne_de_Russie_1812

L’empereur Napoléon Ier et ses maréchaux à la bataille de la Moskowa (ou bataille de Borodino) WIKIPEDIA
Les Français à Moscou
Articles détaillés : Campagne de Russie (1812) et Prise de Moscou.

En 1812, Napoléon envahit la Russie pour obliger le tsar à maintenir le Blocus continental et éloigner la menace d’une invasion de la Pologne par la Russie. La Grande Armée (650 000 hommes dont 270 000 Français) franchit le Niémen le 23 juin 1812. La Russie proclame la Grande guerre patriotique alors que Napoléon avait proclamé la seconde guerre polonaise. Mais, contrairement aux attentes des Polonais, qui fournissent presque 100 000 hommes, Napoléon évite de faire des concessions à la Pologne, les repoussant aux négociations avec la Russie. Soit volontairement, soit par crainte d’affronter sur le champ de bataille Napoléon, les Russes reculent et pratiquent la politique de la terre brûlée, jusqu’à la bataille de la Moskowa, le 7 septembre. Cette bataille sanglante force les Russes à se retirer, et Moscou est prise et mise à sac le 14 septembre. Alexandre Ier refuse de négocier, et Napoléon, sans espoir de victoire décisive, est forcé de faire retraite et d’abandonner Moscou, lorsque son gouverneur, le prince Rostopchine, l’incendie. Avec la Retraite de Russie, la Grande Armée perd 370 000 hommes (en comptant les pertes lors des batailles) et 200 000 soldats sont faits prisonniers. En novembre, seuls 90 000 hommes franchissent la Bérézina. Napoléon doit de plus abandonner son armée pour retourner à Paris, où le général Malet a tenté un coup d'État, et pour préparer la défense de la Pologne. La situation de l’Empereur n’est alors pas si critique qu’il y paraît. Les Russes avaient perdu 400 000 hommes, et leur armée était aussi épuisée. Mais leurs lignes de ravitaillement étaient plus courtes, et ils pouvaient renouveler leurs effectifs plus rapidement que la France. (Wikipedia)

 

 

... // Vidéo Barbarossa : L'invasion de l'U.R.S.S

apocalypse.france2.fr

 

Russie-guerre-offensive-40.jpg

 

 

À la fin de 1942, au moment où l'Allemagne, l'Italie et le Japon ont atteint le zénith de leur puissance expansive, leurs forces subissent en Russie, en Afrique et dans le Pacifique des coups d'arrêt que l'avenir révélera décisifs.

4.1. Ultimes poussées de l'Axe en URSS et en Afrique

La bataille de Stalingrad (novembre 1942-février 1943)

La victoire de l'armée soviétique devant Moscou est suivie dans les deux camps par une période de relative accalmie, mise à profit par l'URSS pour réorganiser ses armées et transférer de nombreuses usines de guerre en direction de l'Oural, en Sibérie et au Turkestan.

 

La guerre sur le front russe, 1943La guerre sur le front russe, 1943

 

Le 5 avril 1942, Hitler fixe à la Wehrmacht les objectifs de sa prochaine offensive, qui visera la Volga, le Caucase et son pétrole. Retardée par une action de l'Armée rouge au sud de Kharkov (mai), elle débouche le 28 juin en direction de Voronej, pivot à la boucle du Donets, tandis que capitule Sébastopol après un siège de 250 jours.


Le front russe est percé sur 500 km, et, après la chute de Rostov (23 juillet), les Allemands se lancent vers le Caucase, entrent à Maïkop, plantent le drapeau à croix gammée au sommet de l'Elbrous (21 août) ; ils sont bloqués dans la région du Terek à 120 km de la Caspienne, mais à 600 km de Bakou.

Au même moment, la VIe armée (→ Paulus) franchit le Don à Kalatch, atteint la Volga (20 août) et conquiert du 1er au 15 septembre une grande partie de la ville de Stalingrad.


Alors que Hitler croit tenir la victoire, débouche le 19 novembre la contre-offensive soviétique qui, encerclant l'armée de Paulus, la contraint à capituler le 2 février 1943.


Cette première grande défaite allemande a un énorme retentissement : toute une armée a été détruite après avoir perdu 250 000 hommes à cause de l'entêtement du Führer, ce qui a pour effet de dresser contre lui nombre de chefs militaires. L'Armée rouge a pris l'initiative des opérations ; elle ne l'abandonnera plus jusqu'à Berlin.

 

Pour en savoir plus, voir l'article bataille de Stalingrad.

 

 

5.4. La Wehrmacht refoulée de la Volga au Dniestr (1943-1944)

Si, en 1943, les alliés anglo-saxons ont obtenu des résultats décisifs en Afrique et en Italie, ils n'y ont immobilisé qu'une très faible partie de la Wehrmacht. Les trois quarts du potentiel militaire allemand s'appliquent encore au front soviétique, où, au cours de la même année, la victoire va aussi définitivement changer de camp.


Au nord, la prise de Schlüsselburg par les Soviétiques (12 janvier) dégage Leningrad ; celles de Viazma et de Rjev (mars) refoulent la Wehrmacht à 250 km de Moscou, mais c'est au Sud qu'ont lieu les actions décisives.


Au lendemain du désastre de Stalingrad (février 1943), les Allemands, chassés du Caucase comme de la boucle du Don, doivent abandonner Rostov, Koursk et Kharkov (qui est reconquis en mars par Manstein). Le 5 juillet 1943, l'échec de la double offensive blindée allemande (Manstein-Kluge) sur le saillant de Koursk signifie la perte désormais irréversible de l'initiative par la Wehrmacht sur le front de l'Est.


Le 12, l'offensive soviétique de Rokossovski sur Orel est la première d'une série de coups de boutoir sur Kharkov, Briansk et Smolensk qui mènent à la fin de septembre l'Armée rouge sur le Dniepr : il sera largement franchi en novembre, malgré la réaction de Manstein à Jitomir.

Refusant tout répit à Hitler, Staline déclenche dès le 18 décembre 1943 la campagne d'hiver : au Nord, la Wehrmacht est refoulée de 200 km sur Narva et Pskov (janvier 1944) ; au Sud, Vatoutine, Koniev, Malinovski et Tolboukhine portent leurs forces sur le Boug (février) et le Dniestr (mars), tandis que Joukov entre en Galicie polonaise, atteint Tchernovtsy et Kovel et menace Lvov.


Le 15 avril, après la prise d'Odessa et de Ternopol, le front se stabilise : l'Ukraine est totalement libérée, les Soviétiques sont à la porte des Balkans ; Sébastopol tombe le 9 mai ; seuls les pays Baltes et la Russie blanche (actuelle Biélorussie) sont encore aux mains de la Wehrmacht.

 

Pour en savoir plus, voir l'article guerre germano-soviétique.

 

http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Seconde_Guerre_mondiale/122570

 

 

 

Famille regardant sa maison détruite, 1er septembre 1943.

Wikipedia

 

WIKIPEDIA - Pertes militaires alliées sur le front de l'Est122
Forces soviétiques
  Total morts Tués/disparus Faits prisonniers Prisonniers morts en captivité
URSS 10 600 000 6 829 437123 5 200 000 3 300 000
Pologne 24 000 24 000 Inconnu Inconnu
Roumanie 17 000 17 000 80 000 Inconnu
Bulgarie 10 000 10 000 Inconnu Inconnu
Total 10 651 000 6 927 204 + partisans morts 5 280 000 3 300 000

 

 

 

Soldats soviétiques tués dans la poche de Kholm, janvier 1942.

 

 

 

 

WIKIPEDIA Pertes militaires de l'Axe sur le front de l'Est121

Forces de l'Axe
  Total morts Tués/disparus Faits prisonniers Prisonniers morts en captivité
Allemagne 4 300 000 4 000 000 3 300 000 374 000
Citoyens soviétiques ayant rejoint l'Allemagne 215 000+ 215 000 1 000 000 Inconnu
Roumanie 281 000 81 000 500 000 200 000
Hongrie 300 000 100 000 500 000 200 000
Italie 82 000 32 000 70 000 50 000
Total 5 178 000+ 4 428 000 5 450 000 824 00

 

 

 

Fosse commune de prisonniers de guerre soviétiques massacrés par les Allemands, camp de concentration de Dęblin, Pologne, date inconnue. Wikipedia
Image.

Image.
Image





Image


La bataille de Stalingrad désigne les combats du 17 juillet 1942 au 2 février 1943, pour le contrôle de la ville éponyme, aujourd'hui Volgograd, entre les forces de l'Union des républiques socialistes soviétiques et celles du Troisième Reich et de ses alliés. Ils incluent l'approche de la ville par les armées de l’Axe, les combats urbains pour sa conquête à partir de septembre, puis la contre-offensive soviétique, jusqu'à l'encerclement et la reddition des troupes allemandes. L'ensemble de ces combats, dans et hors de la ville, se sont étendus sur un peu plus de six mois et ont coûté la vie à environ 750 000 combattants1 et à 250 000 civils parmi six nations, ce qui en fait une des batailles les plus meurtrières de l'histoire.

Avec la bataille de Moscou, en décembre 1941, et la bataille de Koursk, en juillet 1943, elle constitue l'une des grandes défaites de l'armée allemande et est considérée comme un tournant stratégique majeur de la Seconde Guerre mondiale. Elle reste dans les mémoires pour l'âpreté des combats urbains, n'épargnant ni civils ni militaires, ainsi que pour son impact psychologique et symbolique.


La capitulation de l’armée de von Paulus à Stalingrad, le 2 février 1943, marqua, pour l’opinion publique mondiale, un tournant militaire décisif,mais qui ne fut pas le premier.

Cette victoire trouve son origine dans les préparatifs de l’URSS à la guerre allemande jugée inévitable : le dernier attaché militaire français en URSS, Palasse les estima à leur juste valeur.
Contre son ministère (de la Guerre), acharné à faire barrage aux alliances franco-soviétique et tripartite (Moscou, Paris, Londres) qui eussent contraint le Reich à une guerre sur deux fronts, cet observateur de l’économie de guerre soviétique, de l’armée rouge et de l’état d’esprit de la population affirma dès 1938 que l’URSS, dotée d’« une confiance inébranlable dans sa force défensive », infligerait une sévère défaite à tout agresseur. Les revers japonais dans les affrontements à la frontière URSS-Chine-Corée en 1938-1939 (où Joukov se fit déjà remarquer) confirmèrent Palasse dans son avis : ils expliquent que Tokyo ait prudemment signé à Moscou le 13 avril 1941 le « pacte de neutralité » qui épargna à l’URSS la guerre sur deux fronts.


Après l’attaque allemande du 22 juin 1941, le premier tournant militaire de la guerre fut la mort immédiate du Blitzkrieg.
Le général Paul Doyen, délégué de Vichy à la commission d’armistice, l’annonça ainsi à Pétain le 16 juillet 1941 : « Si le IIIème Reich remporte en Russie des succès stratégiques certains, le tour pris par les opérations ne répond pas néanmoins à l’idée que s’étaient faite ses dirigeants.

Ceux-ci n’avaient pas prévu une résistance aussi farouche du soldat russe, un fanatisme aussi passionné de la population, une guérilla aussi épuisante sur les arrières, des pertes aussi sérieuses, un vide aussi complet devant l’envahisseur, des difficultés aussi considérables de ravitaillement et de communications.

Sans souci de sa nourriture de demain, le Russe incendie au lance-flamme ses récoltes, fait sauter ses villages, détruit son matériel roulant, sabote ses exploitations ».

Ce général vichyste jugea la guerre allemande si gravement compromise qu’il prôna ce jour-là transition de la France du tuteur allemand (jugé encore nécessaire) au tuteur américain, puisque, écrivit-il, « quoi qu’il arrive, le monde devra, dans les prochaines décades, se soumettre à la volonté des États-Unis.

» Le Vatican, meilleure agence de renseignement du monde, s’alarma début septembre 1941 des difficultés « des Allemands » et d’une issue « telle que Staline serait appelé à organiser la paix de concert avec Churchill et Roosevelt ».


Le second tournant militaire de la guerre fut l’arrêt de la Wehrmacht devant Moscou, en novembre-décembre 1941, qui consacra la capacité politique et militaire de l’URSS, symbolisée par Staline et Joukov.

Le Reich mena contre l’URSS une guerre d’extermination inexpiable jusqu’à sa retraite générale à l’Est, mais l’armée rouge se montra capable de faire échouer les offensives de la Wehrmacht,
en particulier celle de l’été 1942 qui prétendait gagner le pétrole (caucasien).
Les historiens militaires sérieux, anglo-américains notamment, jamais traduits et donc ignorés en France, travaillent plus que jamais aujourd’hui sur ce qui a conduit à la victoire soviétique, au terme de l’affrontement commencé en juillet 1942, entre « deux armées de plus d’un million d’hommes ». Contre la Wehrmacht, l’Armée rouge gagna cette « bataille acharnée », suivie au jour le jour par les peuples de l’Europe occupée et du monde, qui « dépassa en violence toutes celles de la Première Guerre mondiale, pour chaque maison, chaque château d’eau, chaque cave, chaque morceau de ruine ».

Cette victoire qui, a écrit l’historien britannique John Erickson

« mit l’URSS sur la voie de la puissance mondiale »,
comme celle « de Poltava en 1709 [contre la Suède] avait transformé la Russie en puissance européenne ».


La statistique générale des morts de la Deuxième Guerre mondiale donne de 26 à 28 millions de morts soviétiques (les chiffres ne cessent d’être réévalués) sur environ 50, dont plus de la moitié de civils

Les plus vieux d’entre nous savent, même quand ils ne sont pas historiens, que Stalingrad a donné aux peuples l’espoir de sortir de la barbarie hitlérienne.

À compter de cette victoire,

« L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme. »





A voir absolument

Réalisateur:
Costelle, Daniel
Producteur:
Guillaud, Jean Louis ; Turenne, Henri de
Participant:
Simonov, Constantin Mikhailovitch ; Kielmansegg, Johan Adolf von ; Joukov, Gueorgui Konstantinovitch ; Ludnikov, Ivan ; Choumilov, Mikhaïl


Le meilleur documentaire sur Stalingrad (et j’en ai lu et vu beaucoup)
Avec les témoignages des russes et soldats allemands qui ont survécu a l’apocalypse

1 million de mort 750 000 combattants1 et à 250 000 civils

1 ….. https://www.youtube.com/watch?v=DSJWTvA7sxc
2 ..…https://www.youtube.com/watch?v=DO7cx50fIng
3….....https://www.youtube.com/watch?v=22dz8odZh5Y 9mm 45 la haine
4…… https://www.youtube.com/watch?v=KFJgCz4W84c 8mm 10 ,(16 mm 50 )
5….…https://www.youtube.com/watch?v=lQ9Mb6rL2Xs




EXTRAORDINAIRE…..POIGNANT… TERRIBLE

STALINGRAD MASSENGRAD, C’EST A DIRE FOSSE COMMUNE (16 mm 50)

1 million de mort


Image
http://forum.spirit-modelcar.com/viewtopic.php?f=121&t=2737.
Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Désinformation
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 04:18

,

FRANCE. Top secret: 4 soldats tués en Centrafrique et 18 millions payés en Syrie aux terroristes

Publié le avr 26, 2014 @ 17:40

40

 

François Hollande

François Hollande

 

Deux mille militaires français sont déployés en République centrafricaine dans le cadre de l’opération Sangaris lancée le 5 décembre dernier.  Des soldats qui sont de plus en plus nombreux à faire remonter des récits parfois sidérants sur leurs conditions de vie et l’état de leur matériel sur place. C’est sur Internet que ces militaires font entendre leur grogne. Morts ou salaires impayés. La France, qui a un grand nombre de jihasidtes en Syrie payent aussi des libérations via la Turquie.


L’information de la mort de 4 soldats français est classée top secret défense par les autorités centrafricaines et le commandement des forces Sangaris à Bangui. C’est le site centrafricain Kangbi-Ndara.oubangui.net qui révèle l’information recoupée par deux sources concordantes proches des opérations militaires. Cet incident a eu lieu dans la ville de Grimari (Centre-est). Les familles auraient été informées et priées de garder le silence. 


Dans le même registre, le magazine allemand Focus a révélé que la France des discours n’est pas celle des actes. En effet, les 4 otages français, prisonniers des terroristes, ont été libérés en Syrie après sue la France ait payé une rançon. Le journal allemand ne s’embarrasse pas du conditionnel. Et sachant le sérieux de la presse mainstream allemande aux antipodes des la française, je vous laisse seuls juges. Voici ce que le journal FOCUS (article payant)dit:


Pendant dix mois, ils ont été retenus prisonniers en Syrie dans un cachot à Alep et torturés. Maintenant, le gouvernement français a obtenu la libération des quatre journalistes enlevés et embastillés par des islamistes. Le prix de cette libération est très élevé d’après  les informations obtenues par FOCUS. Le gouvernement français a payé pour la libération de quatre journalistes enlevés en Syrie, une rançon de 18 millions de dollars. FOCUS a obtenu ces informations dans les cercles de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique.


On apprend que la Turquie était en relation directe avec ces groupes terroristes. C’est sans surprise. Pire, on apprend aussi que la France avait une géolocalisation précise de l’endroit où ces 4 confrères se trouvaient en Syrie. Cherchez l’erreur. Encore plus terrible, pour garder le secret indique FOCUS, le porteur de billes était le ministre de la Défense, Jran-Yves Le Drian en personne.


Des confirmations que la Syrie est victime d’un complot ourdi par l’internationale terroriste, c’est à dire les Gouvernements occidentaux et, bien sûr, les monarchies du Golfe. Que cette histoire vous ouvre les yeux sur la vraie nature de ces gens qui accusent les autres de ce qu’ils sont. Ils sous-traîtrent honteusement la mort loin de chez eux. Mais, attention au retour de bâton avec les jeunes jihadistes qui ont désormais l’expertise du coup de feu…

 

http://allainjules.com/2014/04/26/france-top-secret-4-soldats-tues-en-centrafrique-et-18-millions-payes-en-syrie-aux-terroristes/

 

.

.

UKRAINE. Slaviansk: la nouvelle humiliation retentissante de l’armée ukrainienne

Publié le avr 26, 2014 @ 20:02

42


alexPar Alexandre Sivov


hélicoptères militaires russes en exercice au village russe de Severny près de la frontière russo-ukrainienne

hélicoptères militaires russes en exercice au village russe de Severny près de la frontière russo-ukrainienne/ Crédits photo/Reuters

 

Kiev accuse Moscou de vouloir déclencher une 3e guerre mondiale. Comprenez qu’il dit clairement aux Occidentaux de l’aider à mettre un terme à ça. D’ailleurs le "ministre" ukrainien des Affaires étrangères a déclaré qu’il craint une invasion imminente par les forces russes. Les rhétorique guerrière rangée au placard, il s’agit du nouvel échec retentissant de l’armée ukrainienne. 


Les séparatises prorusses ont confirmé, samedi 26 avril, détenir des collaborateurs de l’OSCE, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, dont l’arrestation avait été annoncée la veille par les autorités ukrainiennes et allemandes, alors que la guerre diplomatique se poursuit entre la Russie et les occidentaux. Les prorusses accusent ces derniers à juste titre d’être des espions de l’Empire. On sait comment ces gens ont toujours fonctionné avec leurs organisations ou les ong.


La surenchère dialectique de Kiev est là justement pour masquer l’échec de son armée. Les Russes n’ont que fait des exercices aux frontières et, du coup, Kiev annonce que son espace aérien a été violé par les hélicoptères de l’armée russe. Non, les milices prorusses qui tiennent Sloviansk sont assez fortes aujourd’hui pour tenir tête aux forces spéciales de Kiev et à l’armée ukrainienne. C’est un fait irréfragable aujourd’hui. En effet, les troupes qui étaient envoyées à Sloviansk ont déposé les ames tandis que les autres sont restées dans leurs basses arrières comme à l’aéroport de  Kramatorskaya/Kramatorsk. C’est d’ailleurs ici même que, hier, des prorusses se sont rendus et battu, excusez du peu, le chef adjoint de la  SBU (service de sécurité ukrainienne), le général Basil K.

 

tensions

 

 

Après avoir par tous les moyens tentés de torpiller les référendums à venir dans toutes les zones où il y a des tensions à l’est de l’Ukraine (image au dessus), on peut aisément comprendre la peur de Washington et ses valets. Ce qui est sûr, contrairement à ce que Allain Jules affirmais sur la radio La Voix de la Russie, il est de plus en plus improbable que la Russie intervienne. Les prorusses sont désormais très bien implantés pour tenir tête aux Ukrainiens.


Alexandre Sivov

 

http://allainjules.com/2014/04/26/ukraine-slaviansk-la-nouvelle-humiliation-retentissante-de-larmee-ukrainienne/

 


Repost 0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 19:12

,

L’OTAN agresse la Russie. Un général français témoigne


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 25 Avril 2014 - 11:23 De qui la Crimée est-elle le pays ?



Alexandre Artamonov
Mardi 15 Avril 2014


L’OTAN agresse la Russie. Un général français témoigne

 

La France agresse joyeusement la Russie ensemble avec l’OTAN. La mission de cette structure militaire a connu une évolution depuis l’époque soviétique. Nous avons demandé au général de l’armée française jean du verdier de nous donner son analyse de l’histoire de l’OTAN qui vient de fêter son 65ième anniversaire.

 

Général Jean du Verdier. A l’origine l’OTAN a été créée comme un organisme militaire pour faire face à la menace soviétique. Nous avions très peur à l’époque d’une attaque de l’armée soviétique. Il y avait une phrase qui courait à l’époque un peu partout : « Les chars soviétiques sont à une étape de Tour de France de Strasbourg ! » A cette époque-là on a accepté l’aide des Américains et il y a eu un accord passé à Lisbonne : les Américains ont donné à l’époque 600 Millions de dollars pour équiper l’armée française… Et en échange, ils recevaient des bases en France et un axe de liaison entre l’Atlantique et l’Allemagne. Voilà où on en était à la fin des années 50 ! A ce moment-là arrivait le général de Gaulle qui va vouloir se dégager de l’emprise américaine. Parce qu’il n’acceptait pas que les mécanismes de l’OTAN qui étaient des mécanismes automatiques, puissent engager la France dans une guerre qu’elle ne souhaitait pas. Donc, à partir de 58, la France est complétement dégagée de l’OTAN. Il y avait deux attitudes à ce moment-là : c’est dommage de se séparer des Américains qui sont à la pointe du progrès ; et les autres croyaient que De Gaulle avait raison. Pour moi, personnellement, ce désengagement de De Gaulle vis-à-vis des Etats-Unis a eu des conséquences désagréables parce que j’ai été prévu dans le cadre de ces accords pour aller en séjour pour un stage de formation aux Etats-Unis. Mais cela n’a pas marché, je le regrette !

A ce moment-là tous les Américains étaient partis de France. On a commencé par enlever à l’OTAN des unités françaises, en particulier, navales et petit à petit on a tout retiré… Et on n’a jamais accepté non plus l’arme nucléaire sur le sol français ! Dans les années 60 le retrait à a été terminé. Ainsi les Français étaient dans l’Alliance mais n’étaient plus dans le système militaire.

 

LVDLR. La France a-t-elle pleinement accepté ce retour dans le dispositif militaire de l’OTAN ?

Général Jean du Verdier. Moi, personnellement j’ai été tout à fait contre ce retour au sein de l’OTAN ! A partir du moment de chute du mur de Berlin, on n’avait plus aucun besoin de l’OTAN. Elle avait perdu sa raison d’être. Cela a été une organisation défensive pour les pays de l’Europe de l’Ouest et à partir du moment où les Soviétiques avaient dissous le pacte de Varsovie, la Russie a cessé de constituer une menace pour les peuples occidentaux. Moi et mes camarades, nous sommes devenus complètement anti-OTAN. Parce que cette organisation était devenue offensive dirigée contre la Russie !

 

LVDLR. Quelle est votre appréciation de l’étape actuelle avec l’envoi des bâtiments de guerre y compris français, dans la Mer Noire ?

Général Jean du Verdier. Cette étape est très agressive vis-à-vis de la Russie sans qu’on puisse comprendre d’où est-ce que ça vient. Les Français sont russophiles, mais je pense qu’ils sont intoxiqués par les médias et ils sont méfiants vis-à-vis de Vladimir Poutine. Je pense que telle est la tendance générale.

Je pense que l’agressivité de l’OTAN s’est révélée au moment de la Guerre du Golfe à laquelle la France a encore participé. C’était la première guerre contre l’Irak. Mais ensuite, en 1995, au moment de la deuxième guerre du Golfe, Chirac a eu une réaction un peu gaullienne et il n’a pas suivi.

Et après il y a eu une intervention absolument inadmissible au Kosovo. L’OTAN était peut-être investie d’une mission de l’ONU, mais l’OTAN n’a pas été créée pour servir de gendarme au profit de l’ONU. Cette opération du Kosovo était prévue pour casser la Serbie, alliée des Russes aussi ! Historiquement ce pays a toujours été dans l’orbite russe. Alors cela a été peut-être fait pour rétablir l’ordre au Kosovo, mais évidemment il n’était même pas sûr qu’il y avait du désordre au Kosovo ! Mais cela a été aussi fait pour affaiblie les positions de la Russie dans les Balkans.

 

LVDLR. Comment voyez-vous la politique de Sarkozy qui faisait d’une main ce qu’il défaisait de l’autre avec cette intégration dans le dispositif militaire de l’OTAN et en même temps vente des Mistrals aux Russes ? Que ferait-il s’il revenait au pouvoir ?

Général Jean du Verdier. Je pense que le retour à l’OTAN a été presqu’imposé pour la participation aux opérations comme celle du Kosovo. A partir du moment où l’on participait à des opérations de l’OTAN, on était déjà obligés de se soumettre aux procédures américaines et on n’en pouvait plus se dégager. Sarkozy a accepté le Kosovo et par ce fait même il a accepté de réintégrer l’OTAN ! Alors pourquoi l’OTAN se montre-t-elle tellement hostile à la Russie ? Cette question, je ne l’ai pas résolue. L’OTAN veut-elle encore affaiblir la Russie… Mais pourquoi ? C’est un élément d’équilibre dans le monde actuel et on n’a aucun intérêt à affaiblir la Russie ! La Russie nous protège sur le plan du Sud-Est contre l’immigration et toutes les menaces islamiques qui peuvent venir de ce côté-là ! La Russie est notre alliée naturelle ! Pourquoi être anti-Russe ?

Je crois qu’il y a une espèce de souvenir de la Guerre Froide qui n’a plus sa raison d’être aujourd’hui. C’est des raisons idéologiques. La Russie est très rattachée à ses traditions et très attachée à sa religion depuis qu’elle est redevenue « Russie ». Et cela ne plaît pas aux idéologues actuels occidentaux. On sent un acharnement contre la Russie que l’on note dans les médias. C’est à l’origine de l’affaire de la Crimée, en particulier. On a interviewé des gens dans la rue qui croyaient que les Russes en Crimée avaient parfaitement raison. Il n’y a que des intellectuels comme BHL qui pensent autrement. Tous les gens que je rencontre autour de moi donnent raison aux Russes. Qu’avons-nous à faire en Crimée, en Ukraine et en Géorgie ? C’est que l’OTAN voulait s’installer en Géorgie, sur le plan Sud-Est de la Russie.

 

LVDLR. Quel est l’avenir de l’OTAN ?

Général Jean du Verdier. Les liens économiques de la France et de la Russie se développent. La France qui a été le 20ième exportateur en direction de la Russie, est devenue le troisième ! Il y a eu aussi la commande par les Russes des deux bâtiments "Mistrals ». On avait l’impression d’aller dans le sens du rapprochement avec la Russie.

Et maintenant à cause de cette affaire de la Crimée les anti-Russes sont en train de nuire aux relations. Mais on constate quand même que l’Europe au fond n’a pas suivi les Américains. Quand Obama est passé, on lui a fait beaucoup de courbettes, mais on n’a pas suivi. Les Anglais et les Français ont dit oui du bout des lèvres, mais ils n’ont pas suivi ! Et cela fait une faiblesse de l’OTAN.

 

LVDLR. Que pensez-vous de la possibilité de la création des forces armées européennes sans implication américaine, à partir de la brigade franco-allemande ?

Général Jean du Verdier. Je pense que cela serait tout à fait souhaitable ! Mais en revanche, il y a une dizaine d’années l’OTAN a créé une force d’intervention pour intervenir rapidement sur les théâtres où les Américains voulaient faire quelque chose… Alors voilà ce que je vous dis : je serai tout à fait favorable au développement d’une force européenne mais elle sera encore équipée avec du matériel américain. Les Allemands ont des avions américains. Il n’y a que les Français qui ont des avions français ! Il y aura toujours une dépendance parce que l’on n’a jamais réussi à se dégager de l’emprise de l’industrie américaine. Ils ont tout fait pour bloquer le développement des Rafales et pour nous empêcher de devenir indépendants. L’avion de transport militaire est une réussite européenne mais pour les avions de combat c’est du matériel américain !

En Ukraine on a essayé de dresser les Ukrainiens contre la Russie. On leur a fait miroiter l’adhésion en Europe ; mais on n’a aucun intérêt. Leur économie est dans une telle situation qu’ils ne peuvent rien attendre de l’Europe ! Mais on essaie de les détacher de la Russie. L’Ukraine, elle, faisait partie de l’ensemble russe ! Pourquoi l’Ukraine est-elle devenue un Etat indépendant ? Parce qu’au moment de la Conférence de Yalta, Roosevelt était arrivé avec son projet de création de l’ONU… Staline, à l’époque, a dit oui mais à condition que l’Ukraine et la Biélorussie soient considérés comme des Etats à part entière parce que cela lui donnait deux voix de plus à l’ONU ! Et c’est pour ça qu’à l’époque on a créé la fiction d’une Ukraine- Etat indépendant. Au moment de la dislocation de l’URSS on a dit que l’Ukraine était vraiment indépendante. Et c’est pour cela que l’Ukraine fut séparée de la Russie, à la suite de la Conférence de Yalta.

 

LVDLR. Est-ce qu’il y a une chance que la France quitte l’OTAN ?

Général Jean du Verdier. Les rapports avec l’OTAN n’étaient jamais stables. Pour le moment ce détachement de l’OTAN, je ne le vois même pas pointer. Je crois que c’est plutôt le contraire qui est en train de se passer.

Maintenant sur le plan de la politique internationale, je voudrais aussi noter qu’il y a l’analogie entre la politique de Vladimir Poutine et Karl Shmidt qui a développé l’idée des grands ensembles indépendants les uns des autres et n’intervenant pas les uns par rapport aux autres. Selon cette théorie, la Russie a le contrôle de tous les pays qui l’entourent. Je pense que c’est un point de vue qui est pacifique.

Il existe quelques grands ensembles qui sont chacun indépendants les uns des autres, mais à l’heure actuelle on est en train d’intervenir dans l’espace russe. Quand on se mêle des affaires en Géorgie, on entre dans l’espace naturellement contrôlé par la Russie ! Donc c’est agressif. Poutine, lui, n’a jamais manifesté d’intention vis-à-vis de l’espace européen ou américain ! Il ne réclame que de contrôler l’espace autour de lui. Ce n’est pas agressif ! Il est normal que la Russie veuille se défendre. La Russie est un pays-martyr depuis les Mongols et les invasions des Polonais, Napoléon et les Allemands ! Elle n’a jamais agressé personne ! Mais elle a toujours été agressée ! Il est normal qu’il se développe au sein de la société russe une volonté de garantir sa sécurité et créer ce glacis autour de son territoire ! Je maintiens que la Russie est un pays-victime !

http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/67041912/271196745/

 

 

http://www.alterinfo.net/L-OTAN-agresse-la-Russie-Un-general-francais-temoigne_a101683.html

 


Repost 0
Published by eva r-sistons - dans OTAN
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 18:39

,

 

La fin des Etats-Unis ou du monde est-elle proche ?

Ce sera l’un ou l’autre !


Paul Craig Roberts
Lundi 14 Avril 2014

 

La fin des Etats-Unis ou du monde est-elle proche ? Ce sera l’un ou l’autre !

2014 prend la tournure de l’année du retour de bâton pour les Etats-Unis. Deux pressions majeures montent sur le dollar US. L’une provient de la capacité diminuée de la réserve fédérale à plomber le prix de l’or alors que les stocks d’or de l’occident se contractent et de la connaissance par le marché du fait de l’élargissement du plombage du prix de l’or illégal par le fed. La preuve en est qu’il y a des sommes très importantes de transactions à très courts termes qui sont larguées dans le marché des futurs papiers de l’or à une période où l’échange est mince et sans équivoque. Il est devenu plus qu’évident que le prix de l’or est truqué dans les marché futurs afin de protéger la valeur du dollar des méfaits des QE (Quantitative Easings).
L’autre pression provient des stupides menaces de sanctions du régime Obama sur la Russie. Les autres pays ne veulent plus supporter l’abus de Washington sur le standard mondial du dollar. Washington utilise le système de paiement international basé sur le dollar pour infliger des dégâts aux pays qui résistent à son hégémonie politique.


La Russie et la Chine en ont assez. Comme je l’ai rapporté ainsi que Peter Koenig ici: http://www.informationclearinghouse.info/article38165.htm

 

La Russie et la Chine sont en train de déconnecter leur commerce international du dollar. Par conséquent, la Russie fera son commerce, incluant les ventes de pétrole et de gaz naturel à l’Europe, en roubles et dans des monnaies de ses partenaires du BRICS.
Ceci veut dire une grosse baisse dans la demande pour le dollar et donc une baisse en conséquence de sa valeur.
Comme John Williams de shadowstats.com l’a clarifié, l’économie n’a pas du tout récupéré de la chute de 2008 et s’est même affaiblie plus avant. La vaste majorité de la population américaine est pressurisée par le manque de croissance de revenus depuis des années. Comme les Etats-Unis sont maintenant une économie dépendante de ses importations, une chute de la valeur du dollar va faire augmenter les prix domestiques et pousser les standards de vie et de consommation encore plus à la baisse.
Tous les compteurs pointent vers un échec économique des Etats-Unis en 2014 et ceci constitue la conclusion de rapport économique de John Wiliams du 9 Avril.

 

Cette année pourra aussi voir l’effondrement de l’OTAN voire même de l’UE. Le coup d’état inconscient de Washington en Ukraine et les menaces de sanctions contre la Russie ont poussé les marionnettes de l’OTAN sur un terrain bien dangereux. Washington a très mal évalué la réaction de l’Ukraine au renversement de son gouvernement élu et l’imposition de sbires comme gouvernement marionnette. La Crimée s’est très vite détachée de l’Ukraine et a rejoint la Russie. D’autres anciens territoires russes en Ukraine vont sans doute bientôt suivre. Des manifestants à Donetsk, Lugansk et Karkhov ont déjà demandé leur regerendum. Les manifestant ont déjà déclaré les républiques populaires de Karkhov et de Donetsk. Le gouvernement fantoche de Washington à Kiev a menacé de réduire ces manifestations par la violence. http://rt.com/news/eastern-ukraine-violence-threats-405/
Washington clâme à qui veut l’entendre que les manifestations sont organisées par la Russie, mais plus personne ne veut croire Washington, même plus ses sbires ukrainiens.
Les rapports d’information russes ont identifié des mercenaires américains parmi la force armée de Kiev qui a été envoyée pour réduire la protestation en Ukraine orientale. Un membre du parti néo-nazi Patrie à l’assemblée de Kiev a appelé à faire fusiller les manifestants.
Toute violence envers les manifestants verra sûrement une intervention de l’armée russe et cela aura pour résultat le retour à la Russie de ses anciens territoires donnés à l’Ukraine par le parti communiste de l’URSS.


Avec Washington menaçant à tort et à travers, cela pousse l’Europe vers deux confrontations des plus désagréables et indésirables. Les européens ne veulent pas d’une guerre avec les Russes à cause d’un coup d’état de Washington à Kiev et les Européens comprennent bien que toutes réelles sanctions sur la Russie, si elles sont observées, auront de bien pires répercussions sur l’Europe. Au sein de l’UE, des disparités économiques grandissantes, un taux élevé de chômage et des mesures d’austérité draconniennes imposées aux membres les plus pauvres, ont produit de grosses tensions. Les Européens ne sont pas du tout d’humeur à supporter l’impact d’un conflit avec la Russie orchestré par Washington. Tandis que Washington propose la guerre et le sacrifice aux Européens, la Russie et la Chine offrent le commerce et l’amité. Washington fera de son mieux pour garder les politiciens européens qu’il a acheté dans la ligne du parti de ses politiques, mais l’inconvénient pour l’Europe de demeurer avec Washington est maintenant bien plus grand.
A bien des égards, Washington émerge maintenant de manière très duplicite aux yeux du monde, fourbe et totalement corrompu. Un procureur de la Securities and Exchange Commission (NdT: la SEC de Wall Street, le soi-disant “sheriff” de la finance américaine), James Kidney a profité de son départ à la retraite pour révéler que des gens plus hauts placés ont mis au placard ses accusations et enquêtes sur Goldman Sachs et autres banques “trop grosses pour se planter”, parce que ses patrons à la SEC n’étaient pas concentrés sur la justice mais “sur l’acquisition de boulots hautement payés après la fin de leur temps dans l’administration” en protégeant les banques de toutes poursuites pour leurs actions illégales. http://www.counterpunch.org/2014/04/09/65578/
L’agence américaine internationale pour le développement, l’USAID, a été prise la main dans le sac d’essayer d’utiliser des médias sociaux pour renverser le gouvernement de Cuba. http://rt.com/news/cuba-usaid-senate-zunzuneo-241/
Cette audacieuse irresponsabilité survient en plus du scandale de l’espionnage de la NSA, de la publication du rapport d’enquête du journaliste Seymour Hersch sur l’attaque au gaz sarin en Syrie qui était en fait une attaque fausse-bannière de l’OTAN par son membre de la Turquie afin de justifier une attaque militaire des Etats-Unis sur la Syrie, de Washington forçant l’avion du président bolivien Morales d’attérir pour le fouiller (NdT: dans la “chaleur de l’affaire Snowden et du scandale de la NSA), des armes de destruction massive que soi-disant possédait Saddam Hussein, de l’abus dans l’utilisation de la résolution sur la zone d’interdiction aérienne en Libye pour effectuer une attaque militaire sur ce pays et on en passe et des meilleures. De fait, Washington a tellement détruit la confiance des autres pays dans le jugement et l’intégrité du gouvernement américain que le monde a perdu toute croyance dans le leadership des Etats-Unis. Washington est aujourd’hui réduit à proférer sans cesse des menaces et à corrompre et se présente de manière accrue comme un petit caïd de cour de récrée.

 

Les coups de marteau que Washington s’est infligé à lui-même commencent à se faire sentir. Le plus sérieux coup de tous est qu’il commence à être compris partout, que la théorie du complot barjot concoctée par Washington en ce qui concerne les attentats du 11 Septembre 2001 est fausse. Un très grand nombre d’experts indépendants ainsi que plus d’une centaine de personnels des premiers secours qui étaient sur place, ont contredit tous les aspects de la théorie du complot absurde de Washington. Plus aucune personne avisée ne croit que quelques Saoudiens, incapables de piloter, agissant sans aucune aide de services de renseignement, ont mis en échec total la sécurité nationale de l’état, ont floué non seulement les 16 agences de renseignement américaines, mais aussi les agences de renseignement de l’OTAN et d’Israël.
Rien n’a fonctionné le 11 Septembre 2001. La sécurité des aéroports a foiré 4 fois en une heure, plus en une heure que dans toutes les 116 232 heures combinées du XXIème siècle. Pour la première fois de son histire, l’armée de l’air a été incapable de faire décoler ses intercepteurs. Pour la première fois de l’histoire, les contrôleurs aériens ont perdu quatre appareils pendant une heure sans rien rapporter. Pour la première fois de l’histoire, des incendies de courtes durées et à basse température sur quelques étages seulement ont causé de tels dégâts structurels à l’acier que les bâtiments se sont effondrés. Pour la première fois dans l’histoire, 3 grattes-ciel sont tombés essentiellement à la vitesse de la chute libre sans le bénéfice de démolition contrôlée en dessous pour enlever la résistance à l’effondrement.
Les deux-tiers des Américains ont cru cette histoire de barjot. La gauche y a cru, parce qu’elle y a vu l’histoire des opprimés se vengeant de l’empire du mal américain. La droite y a cru, parce qu’elle l’a vu comme les musulmans diabolisés frappant la bonté de l’Amérique. Le président de l’époque George W. Bush avait très bien exprimé la vision de la droite: “Ils nous haïssent pour notre liberté et notre démocratie”.

 

Mais personne d’autre ne l’a cru, de tous sûrement pas les Italiens. Ceux-ci ont été informés quelques années auparavant des évènements fausse-bannières organisés par leur gouvernement quand leur président révéla la vérité au sujet de l’Opération Gladio. Celle-ci fut une opération gérée par la CIA et les services de renseignement italiens pendant la seconde moitiè du XXème siècle. Des bombes explosèrent tuant des femmes et des enfants européens pour en faire porter la responsabilité aux communistes et ainsi éroder le soutien des peuples aux partis communistes alors florissants.
Les Italiens furent parmi les premiers à faire des présentations vidéo défiant l’histoire à dormir debout de Washington sur le 11 septembre. Le défi ultime vint avec ce reportage de 1h45 intitulé; “Zéro”, que vous pouvez visionner ici:
http://www.youtube.com/watch?v=QU961SGps8g&feature=youtu.be
Zero fut produit en tant que film d’enquête sur le 11 septembre par l’entreprise italienne Telemaco. Des gens célèbres apparaissent dans le film ainsi que bon nombre d’experts, ensemble ils réfutent et prouvent comme fausse chaque assertion faite par le gouvernement américain concernant les attentats.
Le film fut montré au parlement européen.
Il est impossible pour quiconque visionne ce film de croire un mot de l’explication officielle des attentats du 11 septembre.
La conclusion est très difficile à éviter, que des éléments du gouvernement américain ont fait exploser (imploser) trois grattes-ciel de New York afin de pouvoir détruire l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Somalie, la Syrie, l’Iran et le Hezbollah et de pouvoir lancer l’agenda néoconservateur de l’hégémonie mondiale des Etats-Unis.

 

La Chine et la Russie ont protesté mais ont accepté la destruction de la Libye alors même que cela était à leur détriment ; mais l’Iran est devenu la ligne rouge à ne pas franchir. Washington a été bloqué, alors Washington a décidé de causer des problèmes majeurs à la Russie par le moyen de l’Ukraine afin de distraire la Russie des agendas de Washington ailleurs.
La Chine n’était pas sûre de la marche à suivre entre ses surplus commerciaux avec les Etats-Unis et l’expansion de son l’encerclement par Washington avec ses bases aériennes et navales. La Chine en est arrivée à la conclusion qu’elle a le même ennemi que la Russie: Washington.
Une de ces deux choses est très probable: soit le dollar sera abandonné et sa valeur va chuter, mettant ainsi fin au statut de super-puissance de Washington ainsi à la menace pour la paix mondiale, ou Washington va mener ses marionnettes à un conflit militaire majeur contre la Russie et la Chine. Le résultat d’une telle guerre sera bien plus dévastateur que l’effondrement du dollar.
 
 
article original: http://www.paulcraigroberts.org/2014/04/09/us-world-coming-end-paul-craig-roberts/

 

http://www.alterinfo.net/La-fin-des-Etats-Unis-ou-du-monde-est-elle-proche-Ce-sera-l-un-ou-l-autre-_a101665.html

 
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les photos de propagande du New York Times sur l’Ukraine sont démasquées

GUERRE CIVILE EN UKRAINE : WASHINGTON ET LA JUNTE DE KIEV CHOISISSENT LE BAIN DE SANG

Ukraine : gaz, pétrole et laboratoire néonazi (et la pièce maîtresse Venezuela

La Russie envahira-t-elle l'Ukraine ?

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-russie-envahira-t-elle-l-151084

 

 

 

 

 

La déraison du monde

 

Washington conduit le monde à la guerre

 

Washington conduit le monde à la guerre

Ingérence occidentale en Ukraine: le PDG de la CIA visite Kiev et commandite la répression… Jeu de mains, jeu de vilains…

“Les guerres modernes ne sont plus faites pour être gagnées mais pour durer” (George Orwell)
A notre sens, les banquiers ne veulent pas de guerre totale, ils souffriraient autant que nous des retombées nucléaires, mais il veulent le chaos généralisé. Débuté en Libye, puis en Syrie, l’oligarchie veut étendre le chaos créateur du Nouvel Ordre Mondial (ordo ab chao) aux portes de la Russie. Nous pensons plus que jamais que le seul moyen de sortir de cette spirale infernale menant au totalitarisme planétaire, est pour les peuples de sortir du système pyramidal, de refuser toute obéissance aux autorités auto-proclamées et de reprendre les affaires en main, sans délégation de pouvoir, en autogestion politique, sociale et économique. Ce qui nous est promis par le système étatique pyramidal, c’est la continuité de la mise en esclavage et le totalitarisme planétaire exercé par le plus petit nombre. La plannification de la mort de la société étatico-pyramidale se doit de devenir une priorité pour les peuples.
~ Résistance 71 ~

 
Washington conduit le monde à la guerre
 
Paul Craig Roberts
 article:http://www.paulcraigroberts.org/2014/04/14/washington-drives-world-war-paul-craig-roberts/
 
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
 
Le directeur de la CIA a été envoyé à Kiev pour lancer une suppression militaire des séparatistes russes des régions sud et Est de l’Ukraine, d’anciens territoires russes pour la plupart, qui furent stupidement rattachés a l’Ukraine au temps des soviétiques.
Le plan de Washington de se saisir de l’Ukraine a négligé le fait que les Russes et les parties parlant russe de l’Ukraine n’allaient pas être d’accord avec leur insertion dans l’UE et l’OTAN tout en se soumettant à la persécution des personnes parlant le russe. Washington a perdu la Crimée de laquelle il voulait expulser la Russie de sa base navale sur la Mer Noire. Au lieu d’admettre que le plan pour saisir l’Ukraine a foiré, Washington est incapable d’admettre une erreur et donc pousse la crise vers des niveaux plus dangereux.

Si l’Ukraine se dissout en sécession avec les anciens territoires russes retournant à la Russie, Washington sera confronté à la honte que le coup d’état qu’il a fomenté à Kiev n’a fait que restaurer les anciennes provinces russes à la Russie. Pour éviter cet embarrassement, Washington pousse la crise vers la guerre.
Le directeur de la CIA a instruit le gouvernement que Washington a choisi pour Kiev de demander à l’ONU de l’aide pour repousser les “terroristes” qui, avec une soi-disante aide russe, attaquent l’Ukraine. Dans le vocabulaire de Washington, l’auto-détermination est un signe de l’interférence russe. Comme l’ONU est une organisation essentiellement financée par Washington, Washington aura ce qu’il veut.
Le gouvernement russe a déjà clarifié il y a quelques semaines que l’utilisation de violence contre les manifestants en Ukraine méridionale et orientale obligerait le gouvernemet russe à envoyer l’armée pour protéger les ressortissants russes, tout comme la Russie l’avait fait en Ossétie du Sud lorsque Washington avait ordonné à sa marionnette georgienne d’attaquer les troupes gardiennes de la paix et les résidents russes de la région.
Washington sait que le gouvernement russe ne peut pas rester les bras croisés tandis qu’un état marionnette de Washington attaque des Russes et pourtant, Washington pousse la crise actuelle vers la guerre.
Le danger pour la Russie est que le gouvernement russe va s’en remettre à la diplomatie, aux organisations internationales, à la coopération internationale et au bon sens et l’intérêt des politiciens allemands et des politiciens des autres états européens marionnettes de Washington.
Pour la Russie, ceci pourra bien être une erreur fatale. Il n’y a absolument aucune bonne volonté émanant de Washington mais que le mensonge. Le délai des Russes donne à Washington le temps de masser des forces aux frontières avec la Russie et sur la Mer Noire et de diaboliser la Russie avec sa propagande, fouettant la population américaine dans un état de folie guerrière. Ceci est déjà en train de se passer.
Kerry a bien fait comprendre à Lavrov que Washington n’écoute aucunement la Russie. Comme Washington paie bien, ses marionnettes européennes n’écoutent pas la russie non plus. L’argent est bien plus important pour les politiciens européens que la survie de l’humanité.
A mon avis, Washington ne veut en rien que la crise ukrainienne ne se résolve de manière diplomatique et raisonable. En fait, il serait probablement mieux pour la Russie de bouger immédiatement et d’occuper les territoires russes d’Ukraine et de les réabsorber dans la Russie, de là où ils viennent en première instance. Ceci devrait être fait avant que les Etats-Unis et ses marionnettes de l’OTAN se soient préparés à la guerre. Il est bien plus difficile pour Washington de commencer une guerre lorsque les objectifs de la guerre ont déjà été perdus. La Russie sera diabolisée par une propagande sans relâche qu’elle ré-absorbe ou non les territoires traditionnels. Si la Russie permet à ces territoires d’être supprimés par Washington, le prestige et l’autorité du gouvernement russe s’effondrera, c’est peut-être du reste ce sur quoi compte Washington.
Si le gouvernement de Poutine reste les bras croisés tandis que l’Ukraine russe est supprimée, le prestige de Poutine va chuter et Washington finira le gouvernement russe en mettant en action ses centaines d’ONG qu’il finance en Russie, et que le gouvernememt russe a si stupidement toléré sur son sol. La Russie est minée par la 5ème colonne de Washington.

A mon avis, les gouvernements russe et chinois ont commis de tragiques erreurs stratégiques en demeurant au sein du système de paiement international fondé sur le dollar. Les pays du BRICS et tout autre nation ayant un tant soit peu de cervelle devraient instantanément déserter le système dollar, qui est le mécanisme même de l’impérialisme américain. Les pays du BRICS devraient immédiatement créer leur propre système de paiement séparé et leur propre système de communications/internet.
La Russie et la Chine ont fait ces erreurs stratégiques, parce que venant des échecs communistes et de la répression, elles ont assumé de manière naïve que Washington était pur, complètement dévoué à sa propagande d’auto-description de chevalier blanc de la loi, de la justice, de la compassion et des droits de l’Homme.
En fait, Washington, le pays “exceptionnel”, “indispensable”, n’est motivé que par sa domination hégémonique du monde. La Russie, la Chine et l’Iran se trouvent directement sur le chemin de Washington en route vers l’hégémonie et sont donc destinées à être attaqués.
L’attaque sur la Russie se précise.
http://www.alterinfo.net/Washington-conduit-le-monde-a-la-guerre_a101717.html
 Commentaire Posté par VIRGILE le 19/04/2014 14:39  
Le but du Mossad/CIA est de contrôler l'Ukraine, ex-province de l'URSS et de la plonger dans le capitalisme libéral que les banksters contrôlent.
Le coup d'état de Kiev était planifié depuis longtemps afin de renverser le président pro-Russe. C'est chose faite mais le Mossad/CIA n'avait pas prévu la reconquête de la Crimée par Moscou; d'autant plus qu'une majorité d'Ukrainiens sont d'origine Russe. Casse-tête chinois pour Netanyaou (qui subit un gros revers).

Washington, la Maison Blanche, sont truffés de Conseillers juifs américains à double nationalité israélienne. Obama est bluffé et impuissant devant l'énergie et le charisme de Poutine. Cela fait du bien de savoir que le PSS a des ennemis puissants et que l'hégémonie juive talmudiste n'est pas pour tout de suite, même si l'occident est totalement souillé.

L'Amérique recule-t-elle ou resserre-t-elle les rangs?

http://www.alterinfo.net/L-Amerique-recule-t-elle-ou-resserre-t-elle-les-rangs_a101756.html

 

.

 

Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Guerres futures - mondiale
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 21:27

 

 

 

/

Russie-guerre-best-copie-1.jpg.
Photo qui prouve que la Russie veut la guerre !!!
trouvée ici :
.

Pierre Tabel a partagé un lien.  
La Russie envahira-t-elle l'Ukraine ?
www.agoravox.fr
La Russie envahira-t-elle l'Ukraine ?
Par Francois SERANT
Le fait de s'être emparé de la Crimée, leur ancienne...
.
.
Repost 0
Published by eva r-sistons - dans La vérité sur la question
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 20:42

 

La France sur tous les fronts une nation devenue guerrière depuis Sarkozy ! NON A LA FRANCE EN GUERRE CHANGEONS LE GOUVERNEMENT AVANT L' EMBRASEMENT !


 

L'Otan prend très sérieusement les menaces de Moscou qui s'est dit mercredi prêt à intervenir si ses intérêts étaient menacés dans l'est du pays.


La menace est prise très au sérieux par l'Otan. Mercredi, le secrétaire général adjoint de l'Alliance, Alexander Vershbow, a vivement condamné la «rhétorique enflammée» de Moscou qu'il accuse de «travestir la réalité en Ukraine». «Le recours à des menaces voilées et le lancement de nouveaux exercices militaires près de la frontière ukrainienne ajoute de la tension à une situation déjà volatile, et viole l'esprit de l'accord de Genève», estime Alexander Vershbow. Après quelques jours d'espoirs d'apaisement avec la signature d'un compromis international à Genève, le ton est monté de nouveau entre Moscou et les Occidentaux qui déploient leurs troupes près des frontières ukrainiennes.


Les quatre avions de chasse que la France a mis à disposition de l'Otan pour la surveillance de l'espace aérien des pays baltes seront opérationnels dès dimanche. Ils opéreront depuis une base aérienne située en Pologne. Paris avait proposé à la mi-mars de déployer des Mirage 2000 ou des Rafale dans la région, la Lituanie, l'Estonie et la Lettonie ne disposant pas de forces aériennes. Par ailleurs, un avion radar Awacs français survole tous les trois jours la Roumanie. Mais, pour l'instant, le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, a indiqué n'avoir pas été chargé par le pouvoir politique de mettre en œuvre d'autres mesures de soutien aux alliés de l'Otan. Autre signe de tension: au Royaume-Uni, des avions de chasse ont été envoyés mercredi après que deux appareils militaires russes aient été repérés approchant le nord de l'Écosse, rapporte le ministère britannique de la Défense.


Washington envoie des troupes


De leur côté, les États-Unis sont passés à la vitesse supérieure afin de rassurer ses alliés, voisins de l'Ukraine. Une compagnie de 130 soldats américains a atterri mercredi en Pologne. La veille, Washington a annoncé l'envoi de quelque 600 militaires américains pour des exercices en Pologne et dans les pays baltes. Ce premier déploiement doit durer un mois, à l'issue duquel les troupes seront ensuite remplacées par d'autres forces de l'US Army. Le porte-parole du Pentagone a précisé qu'il s'agissait d'opérations «bilatérales» de la part des États-Unis et non d'exercices de l'Otan, notant cependant qu'il n'y avait eu aucune réticence exprimée de la part d'autres membres de l'Alliance.

Mais l'annonce de ce nouveau déploiement ne semble pas inquiéter outre mesure Moscou. La Russie s'est dite prête mercredi à intervenir si ses intérêts étaient menacés dans l'est de l'Ukraine, après la relance d'une «opération antiterroriste» par Kiev contre les séparatistes. «Si nos intérêts légitimes étaient attaqués directement, comme par exemple ils l'avaient été en Ossétie du Sud, je ne vois pas d'autre manière que de répondre, dans le respect du droit international», a averti Sergueï Lavrov. Le ministre russe des Affaires étrangères nie également la présence de militaires ou officiers de renseignement russes en Ukraine et affirme que les photos dévoilées cette semaine par les États-Unis étaient «truquées». (..)

 

suite ici :
Ukraine : des avions de chasse français engagés dès dimanche dans le ciel balte


http://www.liberation.fr/monde/2014/04/23/les-prix-nobel-de-la-paix-sont-ils-illegaux_1003004?xtor=rss-450

 

Publié par : http://www.wikistrike.com/

 

http://french.ruvr.ru/


Russie : l'armée répondra à toute menace (Lavrov)

Comment isoler la Russie ou la diplomatie des provocateurs

http://lesmoutonsenrages.fr/

Russie/OTAN : toutes les pièces de l’échiquier sont en place, la partie va pouvoir véritablement commencer

 

Sur ce blog (ce que les médias ne vous disent pas),

derniers posts :

 

 

Voir aussi :

France - 24 avril 2014 - La dictature sioniste prépare ses guerres impérialistes (vidéos)

Sergueï Lavrov : « Toutes ces années, nos partenaires occidentaux nous ont menti

Ukraine : la Pologne avait formé les putschistes deux mois à l’avance

La drôle d’aventure ukrainienne des USA

 


Repost 0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 01:25

 

Le Hezbollah s'implante en Syrie !!

Le Hezbollah s&#039;implante en Syrie !!  
.
IRIB-En déclenchant en 2011 une offensive tous azimuts contre la Syrie,
l’Amérique n’aurait jamais cru rendre de si grands services à l’axe de la Résistance ! En l’an III de la guerre contre Assad,  le Hezbollah, cette bête noire de l’impérialisme américano sioniste , vient de s’implanter définitivement en Syrie ! Une calamité, dirait les analystes israéliens. Composé de  chiites et de sunnites syriens, le hezbollah syrien qui a émergé sur les ruines d’une Syrie en guerre et debout,  a déclaré « avoir pour  but la récupération du Golan ». Ni plus ni moins. Or cette finalité, seul Israël peut en sentir les risques et les périls. Cela veut dire que les 4 décennies du calme relatif sur les frontières du nord n’est plus, que des attaques comme celle qui s’est dirigé contre les patrouilles israéliennes il y a quelques semaines se multiplieront.  Cela veut dire aussi que la Syrie, un temps penchée vers le socialisme à la russe, domestique la pensée de la résistance, celle qui fait passer la souveraineté d’un Etat musulman , son indépendance , son intégrité avant toute alliance avec les Etats Unis et le régime sioniste et ce, non pas à l’échelle de ses forces armées mais à l’échelle de toutes les strates de la population. Le Hezbollah syrien préfigure donc ce que sera la Syrie de l’après guerre :  cette Syrie- là ne tolérera point une tumeur cancéreuse de taille de l’entité sioniste croitre sur son flanc sud,  une tumeur qui phagocyte sa terre, qui en fasse une arrière-cours où élever  les diablotins Takfiris avant de les envoyer quand bon lui semble saper la sécurité syrienne!.
.
Cette Syrie-là, Nasrallah en a d’ailleurs annoncé les prémices dans son récent discours en promettant « l’extension du champ d’action de la Résistance aux portes d’Israël, au Golan « . La Syrie post guerre ne se réduira point à une posture défensive, elle aura une puissance de frappe, de dissuasion qui saura ramener dans le giron national les terres perdues !Cette Syrie là ne sera ni nationaliste ni islamique mais les deux à la fois, ce qui signifie en claire qu’elle s’opposera comme, c’est le cas aujourd’hui , à tout maximaliste néo colonial. La Syrie de Hafez Assad n’a pas accepté que le Golan  soit restitué sans que le statut des réfugiés palestiniens se décante , sans qu’ils retrouvent le droit à rentrer chez eux en Palestine. La Syrie de Bachar, le Hezbollahj reprendra le Golan syrien , le nettoiera des nervis sionistes , en fera une contrée nationale et apprendra à Israël de se comporter non plus comme « une puissance agresseur « mais comme en « une entité qui se sait haïe, encombrante et proche à la disparition »  ….

 

 

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/322419-le-hezbollah-s-implante-en-syrie

 

..

...

Dénonciation de l’immixtion belliciste de la France en Syrie et affirmation du droit du peuple syrien à disposer de lui-même souverainement
Coordination pour la souveraineté de la Syrie

dimanche 20 avril 2014, par Comité Valmy


Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence

Communiqué du 28 janvier 2013

 

Le 28 janvier 2013, M. Fabius accueille à Paris les représentants de la Coalition pour la Syrie, une structure fantoche créée à la demande des dirigeants états-uniens et qu’il considère depuis deux mois comme les « seuls représentants légitimes du peuple syrien ». Il choisit de les recevoir le jour même où l’opposition syrienne patriotique qui refuse toute ingérence étrangère ainsi que la guerre civile, se réunit à Genève.

 

Cette rencontre constitue le volet diplomatique d’une ingérence dans les affaires syriennes qui dure maintenant depuis deux ans. Le gouvernement français a déjà largement pris part à l’agression contre la Syrie en recrutant, entraînant et fournissant aux rebelles du matériel divers et prenant la direction des opérations, aux côtés de la CIA et des services de renseignements turcs de la formation des combattants (artillerie et transmission)1) . Cette ingérence est en contradiction avec les principes du droit international et de la charte l’ONU en 1945. « Aucun Etat ne doit entreprendre d’action visant au renversement par la force du régime en place dans un pays tiers. » Sur le plan diplomatique, le gouvernement français cherche donc à contourner la légalité du droit international pour favoriser la reconnaissance d’une « légitimité » factice par diverses organisations régionales (Union européenne, Ligue arabe, Amis de la Syrie) pour une coalition créée par l’OTAN qui n’a aucune représentativité populaire.

 

Créée au Qatar, la « Coalition de Doha » est dirigée par M. Mouaz Al Khatib, un imam lié aux Frères musulmans, qui, selon le géographe F. Balanche, en constituent la « colonne vertébrale ». La Coalition reconnaît comme premier allié, Jabhat Al-Nosra, un groupe terroriste qui est une émanation directe d’Al Qaida. Et pour cause, c’est ce groupe qui inflige les plus lourdes pertes au gouvernement syrien 2) et à la population civile. M. Fabius a même fait part de son soutien implicite aux terroristes en affirmant que « sur le terrain, ils [Al Nosra] font du bon boulot ».3)


La diplomatie française cherche à prendre les devants d’une politique états-unienne de remodelage du « Grand Moyen Orient », en éliminant l’« Axe du Mal » (Syrie, Iran) (lire : axe de la Résistance) et en favorisant un axe pro états-unien (Turquie, Etats du Golfe). 4)

 

C’est donc une politique consciente d’escalade dans la guerre que le gouvernement français cherche à attiser, au moment même où la même France s’attaque au Mali aux groupes qui sont en relation directe avec ceux qu’elle soutient en Syrie. Comprenne qui pourra.

 

La Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence dénonce fermement cette politique d’immixtion dans les affaires des pays souverains, affirme le droit du peuple syrien de choisir lui même ceux qui le gouvernent, ainsi que le refus de tout armement des « djihadistes » ou de « l’ASL » en soulignant que ce conflit, extrêmement polarisé, pourrait dégénérer en un embrasement généralisé déclenchant une guerre mondiale.


Coordination pour la souveraineté de la Syrie et contre l’ingérence

 


1) Le Canard enchaîné, 8 août 2012.
2) Le Figaro, 21/12/12
3) Le Monde, 14/12/12
4) Courrier international, n° 1152, « Vers la création d’un axe sunnite proaméricain »

Contact : Chrysanthie - chrysantheme1410@rocketmail.com

 


Mis en ligne CV le 28 janvier 2013

 

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article3171

 

Dénonciation de l’immixtion belliciste de la France en Syrie et affirmation du droit du peuple syrien à disposer de lui-même souverainement
Coordination pour la souveraineté de la Syrie

 

.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives