Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 04:19

 

Silence… on tourne pour le Nouvel Ordre Mondial

Il y a quelques jours, Laurent Fabius, ministre socialiste français des Affaires étrangères, a fait une conférence à Science Po. Le socialiste du changement, riche comme Crésus, s’inscrit comme un bon élève du système mondialiste, parlant de démocratie mais agissant en faveur d’un monde où la dictature est le seul régime voulu par la nomenklatura des sociétés secrètes qu’il fréquente, comme nombreux de ses copains des deux plateaux de la balance démocratique française.

Cette conférence a donc été organisée à Science Po, et le ministre socialiste a pu rabâcher le discours des sectaires de l’Otan sur le devoir d’ingérence des démocrates occidentaux dans la souveraineté des autres pays, pour en chasser les méchants dirigeants.

Des personnes interrogées à l’issue de ce monologue, on apprend que les questions ont été choisies à l’avance et qu’il était interdit à quiconque d’interroger l’homme savant. C’est la démocratie des Young Leaders. Là, point de changement avec l’autre équipe UMP.

On cache volontairement le fait que les méchants sont toujours dans des régions où les Occidentaux convoitent le pétrole, le gaz, ou le passage d’oléoducs. [Voir le Hors série RUSSIE de juin/juillet 2012.]

Mais pourquoi ne pas exploiter le pétrole présent en abondance dans certaines régions en France ? M. Fabius et ses amis de l’UMP savent très bien qu’il ne faut surtout pas froisser les Césars du cartel de l’énergie de la Côte Est américaine sur ce point. La France doit demeurer dépendante de l’or noir extérieur. Ceux qui sont allés contre ce principe, ont bien mal fini, comme l’a démontré Pierre Fontaine en son temps.

Donc Laurent Fabius n’avouera jamais que la révolution syrienne est un paravent médiatique masquant l’intervention militaire occidentale à la conquête du gaz… Les marionnettes de l’UMP/PS n’ont strictement rien à faire de la misère des populations. Les entendez-vous pleurer pour les citoyens du Bahreïn, martyrisés quotidiennement, où contester les agissements des princes saoudiens ? Organisent-ils, avec les associations qu’ils financent grassement, des manifestations devant les ambassades de ces pays ? Non. Là, on peut tuer, massacrer… circulez, il n’y a rien à voir. Mais la Syrie, c’est très grave !

Même discours d’un certain Alain Juppé, qui a joué un rôle plus que nauséabond en Libye. Les banquiers internationaux sauront lui renvoyer l’ascenseur, sa carrière politique n’est probablement pas achevée.

Et que se passe t-il en Libye aujourd’hui, après que les amis d’Alain Juppé et de N. Sarkozy ont bombardé, tué, massacré… empêché les Libyens d’avoir une banque centrale INDÉPENDANTE du cartel bancaire ?

Ce pays d’Afrique du Nord, autrefois prospère, s’est transformé en un territoire contrôlé par de nombreux cheikhs et de chefs de factions armées après le renversement du régime de Mouammar Kadhafi. Le gouvernement de Tripoli est également devenu une façade destinée exclusivement à recevoir de l’aide matérielle de la part de l’Occident, écrit mercredi 4 juillet le quotidien Rossiïskaïa gazeta. «Le nouveau gouvernement libyen ne décide et ne contrôle absolument rien. Par conséquent, il n’est responsable de rien. Les anciens leaders des rebelles qui sont restés à la tête de leurs unités, torturent des prisonniers et prennent des gens en otage en espérant qu’ils seront utiles à terme pour marchander avec le gouvernement central.


D’après son rapport, les organismes de l’ONU chargés des droits de l’homme ne remplissent pas leurs fonctions directes en Libye, et l’on ignore tout des enquêtes menées dans ce pays et des condamnations. Selon Alexandre Pankine, numéro deux de l’ambassade de Russie à l’ONU, “on mène une activité bouillonnante en Libye, mais sans résultats.”

Beaucoup de rumeurs arrivent de Libye concernant la violence contre des personnes soupçonnées d’avoir collaboré avec le régime Kadhafi, des exécutions sommaires, des prisons contrôlées par des unités locales et non par le gouvernement. Mais pendant les audiences au Conseil de sécurité, la commissaire de l’ONU a affirmé qu’elle n’avait aucune information fiable sur ces faits. Navi Pillay a peut-être dit la vérité – les organismes internationaux des droits de l’homme ne veulent pas envoyer leur personnel dans un pays où les lois n’existent pas»…


A l’heure de la technologie ultra sophistiquée où l’on est capable de voir en n’importe quelle partie du monde ce que font les insectes dans le sol, l’ONU n’a pas d’informations fiables sur le foutoir que les mondialistes ont généré en Libye…

 

Clinton met le poids des Etats-Unis aux côtés d'Israël face à l'Iran

Créé le 16-07-2012

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a achevé lundi une visite en Israël par un engagement à mobiliser tous les moyens des Etats-Unis pour empêcher l'Iran d'accéder au nucléaire militaire. (c) Afp

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a achevé lundi une visite en Israël par un engagement à mobiliser tous les moyens des Etats-Unis pour empêcher l'Iran d'accéder au nucléaire militaire. (c) Afp

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a achevé lundi une visite en Israël par un engagement à mobiliser tous les moyens des Etats-Unis pour empêcher l'Iran d'accéder au nucléaire militaire.

"Nous utiliserons toutes les composantes de la puissance américaine pour empêcher l'Iran d'accéder à l'arme nucléaire", a-t-elle dit après une rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

"Comme le président (Barack) Obama l'a dit, le monde entier est intéressé à empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire. En raison de nos efforts pour rallier la communauté internationale, l'Iran est soumis à des pressions plus fortes que jamais", a ajouté Mme Clinton.

"Nous avons parlé des mesures concrètes que nous pouvons prendre pour continuer à faire pression", a-t-elle indiqué. "Nous avançons en étroite consultation avec Israël", a précisé la chef de la diplomatie américaine, jugeant les deux pays "sur la même longueur d'ondes" vis-à-vis de l'Iran.

Mme Clinton a cependant rappelé que les Etats-Unis privilégiaient "une solution diplomatique" et appelé Téhéran à prendre "la décision stratégique de répondre aux inquiétudes de la communauté internationale et de remplir ses obligations".

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120716.AFP3009/clinton-met-le-poids-des-etats-unis-aux-cotes-d-israel-face-a-l-iran.html


 

-------------------

 

.

Thierry Meyssan se trompe complètement quand il prétend que l'impérialisme américano-sioniste ne veut pas prendre le pouvoir en Syrie.

Vous pouvez voir la vidéo de Thierry Meyssan ici :


http://mai68.org/spip/spip.php?article4362

Salut à toutes et à tous,

L'idée de Thierry Meyssan de comparer ce qu'il se passe en Syrie avec les contras au Nicaragua sandiniste est très intéressante. À ceci près que, depuis cette époque, les Américains ont fait quelques progrès dans leur stratégie de conquête ou de reconquête : alors que tout le monde savait que les contras anti-sandinistes au Nicaragua étaient armés et soutenus par la CIA ; aujourd'hui, la population occidentale en général ignore à peu près totalement que les contras anti-Bachar en Syrie sont à la solde de l'impérialisme américano-sioniste.

Et si, hier à la télé, il a été admis que les groupes armés actuellement actifs en Syrie contre Bachar el-Assad sont soutenus par le Qatar et l'Arabie Saoudite, l'on a soigneusement "oublié" de nous dire que ces pays ne sont rien d'autre que des sociétés écrans des USA :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2378

Ce qu'on nous cache encore plus soigneusement, c'est le rôle d'Israël dans tout ça. J'ai bien parlé d'impérialisme américano-sioniste. Il ne faut jamais oublier, au sujet des événements actuels en Syrie, qu'ils ont commencé juste à la frontière d'Israël :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2532

Il ne faut pas oublier non plus que la seule armée à avoir vraiment réussi à vaincre Israël est celle de la résistance libanaise, le Hezbollah. Une première fois en l'an 2000 :

http://mai68.org/entrees/1.htm

Et une deuxième fois en l'an 2006 :

http://mai68.org/journal/N111/20juillet2006.htm

http://mai68.org/ag/1047.htm

Conclusion : Israël a une dent contre le Hezbollah libanais ; or, sans la Syrie, le Hezbollah n'est plus rien. Aussi, les intérêts israéliens dans la chute de Bachar el-Assad en Syrie sont énormes.

Il faut bien comprendre aussi que ce sont les Arabes qui ont raison, quand ils disent que les sionistes sont les nouveaux croisés. En effet, Israël n'est rien d'autre que la tête de pont de l'impérialisme occidental au Moyen-Orient ; c'est bien pourquoi celui-là est soutenu à fond par celui-ci. La seule différence entre les sionistes d'aujourd'hui et les croisés d'hier ; c'est que si, aux alentours de l'an 1200, c'étaient les chrétiens qui étaient manipulés pour aller "libérer le tombeau du Christ", aujourd'hui, ce sont les sionistes qui sont manipulés pour "le retour à la terre promise" ! Dans les deux cas il s'agit en fait de servir de chair à canons pour l'impérialisme occidental.

Aussi, Thierry Meyssan se trompe complètement quand il prétend que l'impérialisme américano-sioniste ne veut pas prendre le pouvoir en Syrie.

Bien sûr que si, qu'ils veulent conquérir la Syrie. Et ils ont une raison supplémentaire à celle expliquée ci-dessus : ils ne pourront jamais vaincre l'Iran s'ils ne commencent pas par faire tomber son principal allié : la Syrie. Et, Ils tiennent vraiment à conquérir l'Iran pour pouvoir y faire passer le pétrole et le gaz de la Caspienne, puiqu'ayant perdu la guerre en Afghanistan, les Américains ne pourront pas y faire passer leurs tuyaux à pétrole. Plus d'explications à ce sujet ici :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3834

Regardez donc cette courte vidéo destinée à expliquer les guerres du pétrole aux enfants :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1259


 

Par conséquent, bien sûr que si : Les USA et donc l'Occident à sa botte ainsi qu'Israël, son armée supplétive au Moyen-Orient, veulent à tout prix faire tomber la Syrie !

Et Thierry Meyssan se trompe aussi ailleurs, dans cette vidéo, quand il dit que c'est seulement en Tunisie qu'il y a vraiment eu une tentative de révolution provenant effectivement de l'ensemble de la population. Car un autre pays au moins est dans le même cas : l'Égypte.

Malheureusement, dans les deux cas, ces tentatives de révolution ont été récupérées, c'est-à-dire vaincues, par les Frères musulmans. Et là, Thierry Meyssan a tout à fait raison de dire que ces derniers sont à la solde de l'impérialisme américano-sioniste :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2240

Bien à vous,
do
http://mai68.org

Dans cette région, un soleil noir éclaire l'entendement : Israël !

http://mai68.org/spip/spip.php?article3319

Tentatives réelles de révolutions en Tunisie ET en Égypte, mais guerre américano-sioniste en Libye (et aussi en Syrie !) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2376

Guerre américano-sioniste en Libye et en Syrie, mais vraies tentatives de révolution en Tunisie ET en Égypte même si, par la suite, ces révolutions ont toutes deux été récupérées et donc vaincues par les Frères musulmans, dont les dirigeants sont à la solde de la CIA (seuls les dirigeants des Frères musulmans sont à la solde de la CIA, les militants de base étant manipulés autant que dans le groupe "révolutionnaire" de 1984 d'Orwell !) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2842


Vous pouvez voir la vidéo de Thierry Meyssan ici :

http://mai68.org/spip/spip.php?article4362

 

.

Khatar, Arabie Saoudite et Al-Quaida en Syrie aujourd'hui comme en Lybie hier

Sous le titre « Al-Qaida s’exporte aussi en Syrie », l’hebdomadaire français Le Canard enchainé révèle l’existence d’un rapport des services français et étasuniens qui établit la présence de plus d’une centaine de combattants de l’organisation [...]

Lire la suite

 

.

Le nouvel ordre mondial c’est maintenant!


by Le citoyen engagé

Depuis le 11 septembre 2001 l'empire occidental est en guerre contre le terrorisme nous dit-on. Une guerre justifiée par les droits humains, par la liberté et autres conneries, et qui justifie surtout la montée en puissance du complexe militaro-industriel qui n'en finit plus de créer et de vendre des drones pour fomenter des actes de [...]

Lire la suite

Attentat à Damas : les Américains selon toute probabilité

Des combattants d’Al-Qaida en Syrie

Le partenariat entre Washington et les Frères musulmans

La bataille de Damas a commencé

Communiqué du Parti Baath arabe et socialiste: A cette occasion l'identité Jihadie du Baath s'enracine et confirme sa noble mission.

Moscou soutient le plan d’Annan en refusant de discuter le sort de Baсhar

Syrie: Attaque contre le complexe de la Sécurité nationale, attentat ou frappe de missile?

 

Venus de l’étranger, les Contras ont pris des postes frontière en débutant leur invasion de la Syrie
Venus de l’étranger, les Contras ont pris des postes frontière en débutant leur invasion de la Syrie
Voici cinq jours que Washington et Paris ont lancé l’opération « Volcan de Damas et séisme de la Syrie ». Il ne s’agit pas d’une nouvelle campagne de bombardements aériens, mais d’une opération de guerre secrète, comparable à celle conduite à l’époque Reagan en Amérique centrale.

40 à 60 000 Contras, principalement libyens, sont entrés en quelques jours dans le pays, le plus souvent par la frontière jordanienne. La majorité d’entre eux sont rattachés à l’Armée « syrienne » libre, structure paravent des opérations secrète de l’OTAN, placée sous commandement turc.
Certains sont affiliés à des groupes de fanatiques, dont Al-Qaida, placés sous commandement du Qatar ou d’une faction de la famille royale saoudienne, les Sudeiris. Au passage, ils ont pris quelques postes frontières, puis ont rejoint la capitale où ils ont semé la confusion en attaquant au hasard les cibles qu’ils trouvaient : groupes de policiers ou de militaires isolés.
voir aussi :
Les généraux Hassan Turkmani, Daoud Rajha et Assef Chawkat, tombés au champ d’honneur le 18 juillet.
Les généraux Hassan Turkmani, Daoud Rajha et Assef Chawkat, tombés au champ d’honneur le 18 juillet.


Mercredi matin, une explosion a détruit le siège de la Sécurité nationale où se réunissaient quelques membres du Conseil de sécurité nationale. Elle aurait coûté la vie au général Daoud Rajha (ministre de la Défense), au général Assef Chawkat (ministre adjoint) et au général Hassan Turkmani (adjoint du vice-président de la République). Les modalités de l’opération restent incertaines : il pourrait s’agir aussi bien d’un attentat suicide que d’un tir de drone furtif.

Washington espérait que la décapitation partielle de l’appareil militaire conduirait quelques officiers supérieurs à faire défection avec leurs unités, voire à se retourner contre le gouvernement civil. Il n’en a rien été. Le président Bachar el-Assad a immédiatement signé les décrets nommant leurs successeurs et la continuité de l’État a été assurée sans faille.

À Paris, Berlin et Washington, les commanditaires de l’opération se sont livrés au jeu indigne consistant à condamner l’action terroriste tout en réaffirmant leur soutien politique et logistique militaire aux terroristes. Sans honte, ils ont conclu que la responsabilité de ces assassinats ne revenait pas aux coupables, mais aux victimes en ce qu’elles avaient refusé de démissionner sous leur pression et de livrer leur patrie aux appétits occidentaux.

Caracas et Téhéran ont adressé leur condoléances à la Syrie, soulignant que l’attaque a été commanditée et financée et par les puissances occidentales et du Golfe. Moscou a également adressé ses condoléances et affirmé que les sanctions requises au Conseil de sécurité contre la Syrie équivalaient à un soutien politique aux terroristes qui l’attaquent.

Intervention d’Omran al-Zou’bi, ministre de l’Information, après l’attentat qui a partiellement décapité l’Armée syrienne
Intervention d’Omran al-Zou’bi, ministre de l’Information, après l’attentat qui a partiellement décapité l’Armée syrienne

Les chaînes de télévision nationales se sont mises à diffuser des clips militaires et des chants patriotiques. Interrompant les programmes, le ministre de l’Information Omran al-Zou’bi a appelé à la mobilisation de tous : le moment n’est plus aux querelles politiques entre gouvernement et opposition, c’est la Nation qui est attaquée.
Rappelant l’article de Komsomolskaïa Pravda dans lequel je décrivais l’opération médiatique de démoralisation préparée par les chaînes occidentales et du Golfe [1], il a alerté ses concitoyens sur son déclenchement imminent. Puis, il a démenti l’intox des chaînes du Golfe selon lesquelles une mutinerie aurait éclaté au sein de la 4ème division et des explosions auraient dévasté sa principale caserne.

Les chaînes nationales ont diffusé plusieurs fois par heure des bandes-annonces indiquant comment capter leurs programmes sur Atlantic Bird en cas d’interruption des satellites ArabSat et NileSat.

Au Liban, sayyed Hassan Nasrallah a rappelé la fraternité d’armes qui unit le Hezbollah à la Syrie face à l’expansionnisme sioniste, et a assuré l’Armée syrienne de son soutien.

L’attentat a été le signal de la seconde partie de l’opération. Les commandos infiltrés dans la capitale ont alors attaqué diverses cibles, plus ou moins choisies. Ainsi, un groupe d’une centaine de Contras a attaqué la maison qui jouxte mon appartement au cri d’Allah Akbar !. Un haut responsable militaire y réside. Dix heures de combat ininterrompu ont suivies.

Alors qu’au début de la nuit, l’Armée ripostait avec mesure, l’ordre parvenait un peu plus tard de faire usage de la force sans retenue. Il ne s’agissait plus de lutter contre des terroristes venus déstabiliser la Syrie, mais de faire face à une invasion étrangère qui ne dit pas son nom et de sauver la patrie en danger.

L’aviation est entrée en action pour anéantir les colonnes de mercenaires se dirigeant vers la capitale.

En fin de matinée, le calme revenait progressivement dans l’agglomération. Les Contras et leurs collaborateurs étaient partout obligés de se retirer. La circulation était rétablie sur les grands axes routiers, et des barrages filtrants étaient installés dans le centre ville. La vie reprenait. Cependant, on entend encore des tirs épars ici ou là. La plupart des commerces sont fermés, et il y a de longues files d’attente devant les boulangeries.

Chacun s’attend à ce que l’assaut final soit lancé dans la nuit de jeudi à vendredi et la journée de vendredi. Il ne fait guère de doute que l’Armée syrienne en sortira à nouveau victorieuse car le rapport de force est tout à son avantage, et que cette armée de conscription est soutenue par la population, y compris par l’opposition politique intérieure.

Comme prévu, ArabSat et NileSat ont déconnecté le signal de la télévision Ad-Dounia en milieu d’après-midi. Le compte Twitter d’Ad-Dounia a été piraté par la CIA pour diffuser de faux messages annonçant une retraite de l’Armée syrienne.

Les chaînes du Golfe ont annoncé un effondrement de la monnaie préludant la chute de l’État. Le gouverneur de la Banque centrale, Adib Mayaleh, est intervenu sur la télévision nationale pour démentir cette nouvelle intox et confirmer le taux de change de 68,30 livres syriennes pour un dollar US.

Conférence de presse du général Robert Mood sur la bataille de Damas qu’il observe depuis sa chambre d’hôtel
Conférence de presse du général Robert Mood sur la bataille de Damas qu’il observe depuis sa chambre d’hôtel
Des renforts ont été déployés aux alentours de la place des Omeyyades pour protéger les studios de la télévision publique qui sont considérés comme une cible prioritaire par tous les ennemis de la liberté. Des studios de remplacement ont été installés dans l’hôtel Rose de Damas où se prélassent les observateurs des Nations Unies. La présence de ceux-ci, qui ont laissé perpétrer l’attaque de la capitale sans interrompre leur farniente, sert de facto de protection pour les journalistes syriens qui tentent d’informer leurs concitoyens au péril de leur vie.

Au Conseil de sécurité, la Fédération de Russie et la Chine ont opposé pour la troisième fois leur veto à une proposition de résolution occidentale et du Golfe visant à rendre possible une intervention militaire internationale. Leurs représentants ont inlassablement dénoncé la propagande visant à faire passer l’attaque extérieure contre la Syrie comme une révolte réprimée dans le sang.

La bataille de Damas devrait reprendre cette nuit.
http://www.voltairenet.org/La-bataille-de-Damas-a-commence http://www.voltairenet.org/La-bataille-de-Damas-a-commence

.

La Syrie en pleine guerre défensive... limites de l'autorisé et de l’interdit !


Il semble que le cours des affrontements en Syrie ait pris un nouveau tournant aussi bien au niveau des méthodes d’agression qu’au niveau des moyens de défense, et qu’à cette « étape de violence » adoptée par les États-Unis contre la Syrie, contrainte à revoir ses opérations défensives et à recourir à tous les moyens dont elle dispose, une question se pose : existerait-il des interdits qui obligeraient l’agressée dans sa guerre défensive ?


Dr Amin Hoteit
Jeudi 19 Juillet 2012

La Syrie en pleine guerre défensive... limites de l'autorisé et de l’interdit !
Cette question se pose d’autant plus que l’agresseur a usé d’absolument tous les procédés belliqueux possibles après avoir réussi à mobiliser une « armée de terroristes » comptant des dizaines de milliers d'hommes armés venus d’horizons arabes et musulmans, tous intoxiqués par la machinerie des médias occidentaux et de leurs comparses arabes, avant d’être transformés en mercenaires criminels et assassins par les banques pétrolières des Pays du Golfe.

Pour éclairer notre propos, nous rappellerons les tactiques utilisées par ces terroristes engagés dans « l’Armée Libre du Terrorisme US » tout au long des seize derniers mois et qui constituent autant de violations flagrantes aux lois de la guerre, aux règles de la morale et de l'humanité, en plus de la violation scandaleuse des lois et des règles au fondement même de la foi islamique, puisque nous avons assisté à ce qui suit :

1. Agressions, enlèvements, et assassinats de civils innocents et de citoyens syriens et étrangers résidents ou de passage, suivis d’horribles mutilations de cadavres absolument proscrites par l'islam et le Hadith qui souligne le caractère sacré de toute dépouille d’un être vivant, qu’elle soit humaine ou animale.

2. Enlèvements et viols… sans aucun égard pour la dignité, l’honneur, et l’intégrité des personnes ou le caractère sacré des lieux de prière comme dans le cas des atrocités commises à Homs.

3. Pillage et destruction par les flammes de bâtiments publics, de .propriétés privées, d'un grand nombre d’infrastructures dans des régions que ces terroristes ont pu contrôler pendant ne serait-ce que quelques jours, avant que les forces de sécurité ne les ramènent dans le giron de l’État.

4. Déplacements de population avec ciblage ethnique et sectaire mis en pratique et inspirés de la « doctrine des Takfiristes » basée sur le principe que toute personne qui n’adhère pas à leur camp mérite l’extermination, la ruine et le déshonneur, parce qu’infidèle !

5. Massacres dont la véritable fonction va plus loin encore que celle des assassinats, vols, viols et déplacements de population, puisqu’il est clair qu’ils ont été programmés pour servir le projet d’agression contre la Syrie et permettre aux instigateurs de recourir à la soi-disant « légitimité internationale » des résolutions du Conseil de sécurité , lequel Conseil est transformé par les États-Unis depuis deux décennies en une institution inféodée qui fonctionne selon son bon vouloir et garantit ses seuls intérêts.

Et pour que les États-Unis puissent peaufiner l'environnement adéquat – comme il en a été précédemment au Liban - ils ont suggéré à leur « Armée de Terroristes » de commettre un massacre à chaque veille d’une réunion du Conseil de sécurité destinée examiner la question syrienne ; massacres perpétrés pour en accuser injustement et hypocritement le gouvernement syrien et accélérer la prise d’une résolution qui le condamne en vertu du Chapitre VII ; et massacres auxquels les États-Unis sont désormais toxicodépendants au point que le sang syrien est devenu le carburant essentiel pour la bonne cuisson de leur plat de vengeance contre la Syrie. C’est ainsi que le sang syrien a coulé… pour troubler les âmes, paralyser les esprits, faire barrage à la vérité, et faciliter la prise de résolution onusienne punitive voulue par les États-Unis.

Cependant, jusqu’ici et malgré tout le sang versé, les États-Unis n’ont toujours pas réussi à exploiter les massacres odieux commis par leurs terroristes pour faire céder la Russie et la Chine au Conseil de sécurité, lesquelles grâce à leur véto en ont neutralisé les effets, sans pour autant les faire cesser. Le carnage se poursuit donc avec son cortège de morts, de douleurs, de cruautés et de malheurs.

Mais aujourd’hui et suite aux deux fonctions précitées attendues de ces massacres, apparaît clairement une troisième : celle de la vengeance dirigée contre toute catégorie du peuple syrien qui continuerait à soutenir son gouvernement et son armée dans leur lutte pour le rétablissement de la sécurité, et qui refuserait violence et terrorisme perpétrés contre les citoyens, les autorités et les richesses du pays. (..) suite ici :
http://www.alterinfo.net/La-Syrie-en-pleine-guerre-defensive-limites-de-l-autorise-et-de-l-interdit-_a79271.html

Partager cet article

Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives