Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 00:08

DÉCLARATION DE ACTUS / prpe SUR LES BOMBARDEMENTS DE LA LIBYE PAR LA FRANCE ET PAR L’OTAN

DrLey.jpg

 

 

 

Une « victoire  provisoire» sans gloire ni honneur pour la France  qui bombarde les pays  africains dépourvus de puissance militaire.


Le président Sarkozy a-t-il besoin de massacrer les africains, de détruire la Libye du Colonel Kadhafi, la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo et de kidnapper  ce dernier pour donner un coup de pouce à l’économie française? A-t-il besoin de maintenir artificiellement le poids politique de la France, de prouver que l’hexagone demeure encore une puissance « moyenne » sur l’échiquier politique internationale ? ou de faire monter sa côte de popularité en forte chute  en massacrant les africains?                                                                                                                

En tout état de cause, le locataire de l’Elysée nous montre l’image d’un boxeur poids lourd qui pérore sa victoire dans les médias face à un adversaire poids plume choisi par ses soins de manière « décomplexée». Cela n’a rien de glorieux et rien ne sert de crier très tôt au triomphalisme. Nous avons ici à faire à un acte de faiblesse morale et de d’imposture intellectuelle. Un tel comportement jette de l’opprobre sur son auteur.  

    

Le président Sarkozy oserait-il lancer une campagne de dénigrement, de mépris, d’insolence et autres oukases aux présidents d’Algérie, de Corée du Nord, d’Iran  ou même de Chine dont les régimes sont pourtant qualifiés par les impérialistes de dictatures selon leurs propres critères?  Le président Sarkozy oserait-il lancer ses avions bombardé ou envoyer ses unités spéciales pour kidnapper les présidents d’Algérie, de Corée du Nord, d’Iran  ou de Chine?  De toute évidence, il est conscient qu’une telle aventure militaire contre l’un de ces pays recevra une riposte foudroyante et concomitante. Cependant, il ignore que ces pays faibles, aujourd’hui agressés et humiliés n’auront pas la mémoire courte. De plus, ils ont à leurs côtés la nouvelle génération africaine patriote combattante qui n’acceptera jamais cette servitude coloniale de la France. Cette jeunesse  se battra jusqu’à la victoire  finale afin de  laver cet affront qui est fait à  toute l’Afrique. Le réveil sera brutal et les lendemains déchanteront  pour les  piètres «vainqueurs» impérialistes d’une  prétendue «victoire militaire» provisoire  sans gloire ni honneur en Libye et en Côte d’Ivoire.  

Dans ces conditions où le droit de la force brutale des puissances occidentales  prime sur la force du droit international, pourquoi les pays du sud ne devraient-ils pas chercher eux aussi à être forts et puissants militairement afin de se défendre ? Pourquoi l’Afrique, un continent ne chercherait-elle pas à se doter de l’arme atomique afin de rétablir ce qu’on appelle « l’équilibre de la terreur » et de se faire respecter à l’instar  la petite Corée du Nord ? Pourquoi les états impérialistes qui détiennent l’arme atomique exercent des pressions, chantages et menacent en permanence les faibles et leurs imposent leur volonté?  C’est insupportable et injuste !

Pour l’intégration de la Jamahiriya dans la communauté internationale après des décennies d’embargo, les impérialistes avaient posé au Guide Kadhafi comme première condition la destruction des centres de recherches nucléaire du pays et l’abandon définitif d’acquisition de l’arme nucléaire. Malgré l’exécution de cette condition et bien d’autres, le pays est aujourd’hui, bombardé. Loin de faire l’apologie de l’arme nucléaire dont les conséquences mortelles pour l’humanité sont indéniables, nous pensons que l’honnêteté intellectuelle voudrait qu’on regarde en face cet odieux chantage, cette prise en otage des peuples africains par les puissances impérialistes occidentales qui s’octroient tous les droits de vie et de mort sur des êtres humains. Il serait juste et c’est une question morale de demander en premier aux puissances nucléaires de procéder  à la destruction totale de toutes les armes nucléaires en leur possession et de ne plus jamais en fabriquer. Ce n’est qu’après l’instauration et l’application d’une telle convention de dénucléarisation  absolue que l’Afrique devrait y souscrire. Un combat avec un char lourd contre un adversaire équipé d’un petit  pistolet, c’est la situation dans laquelle les puissances impérialistes  voudraient  cantonner l’Afrique qui doit s’opposer fermement. Pourquoi l’Afrique devrait-elle assister impuissante  aux kidnappings de ses dirigeants et aux expéditions militaires punitives et d’occupation de ses terres par les puissances étrangères ? Pourquoi  les peuples africains devraient-ils accepter l’imposition des « kits de dirigeants formatés et soumis » que les impérialistes débarqueraient de leurs fourgons lors de leurs occupations militaires ?       

L’hypocrisie et le complot  d’asservissement des peuples africains sont une réalité que le « politiquement correct » empêcherait  de dire ou d’avouer. Les derniers masques sont désormais tombés avec les agressions militaires conduites par le président Sarkozy contre la Libye et la Côte d’Ivoire, la crédulité de certains qui espèrent encore à un changement organique dans la politique française en Afrique devrait disparaître à jamais. La situation est gravissime, les activistes et patriotes africains doivent prendre leurs responsabilités historiques 

Les impérialistes occidentaux se doivent de reconnaître que les peuples africains ont droit à l’indépendance, à la souveraineté,  au contrôle de leurs richesses naturelles et à leur utilisation pour leur développement rationnel et durable du continent et enfin ils ont aussi le droit de choisir  librement leurs dirigeants et leurs modèles politiques.et économiques suivant leurs aspirations. C’est seulement en respectant et en reconnaissant ces droits aux peuples d’Afrique et à ceux du Sud par les puissances impérialistes occidentales, que la paix et la coopération mutuellement avantageuse s’instaureraient dans les relations internationales.

 

Après la guerre par les airs et la mer, l’expédition impérialiste des troupes au sol se précise.


Pendant plus d’un mois, l’aviation de la coalition impérialiste dirigée par la France pérore sa victoire d’avoir réussi à infliger des lourdes pertes aux troupes gouvernementales libyennes. La Dca, les Chars, les Centres de commandement  du Colonel Kadhafi auraient été détruits selon les envahisseurs. Malgré les prétendus succès des bombardements, afin d’aider les insurgés dans leur marche sur Tripoli, ces derniers piétinent. En effet, la détermination du peuple libyen et de l’armée gouvernementale est au firmament. Les Forces loyalistes ont su s’adapter à la nouvelle donne, ce qui présage d’une longue lutte de résistance contre les agresseurs occidentaux et leurs valets du CNT.                                                                                                                Conscients de leur faiblesse et surtout ne disposant pas de soutien populaire dans le pays hormis de leur enclave tribale de l’Est de la cyrénaïque, les responsable des insurgés demandent en chœur l'intervention de troupes occidentales au sol afin de combattre les troupes gouvernementales. En sollicitant les  armées étrangères d’occuper leur pays, de tuer les populations  pour prendre le pouvoir à Tripoli, les dirigeants du CNT se discréditent à jamais aux yeux du peuple en jouant le rôle de collabos ou Harkis des impérialistes. Il y a quelques jours, l’aviation de leurs alliés avait bombardé les populations civiles dans la zone sous leur contrôle, faisant des morts. Dégâts collatéraux ou pas, les bombes impérialistes tuent  indistinctement des libyens en prélude à l’occupation totale du pays à l’instar de l’Irak. Selon l’agence de presse Ria-Novosti du 25 mars 2011, les troupes de l’Otan prépareraient une opération terrestre fin avril-début avril si les bombardements aériens n’arrivent pas à vaincre le régime du Colonel Kadhafi.

 Quelques faits constatés font craindre malheureusement que l’intervention terrestre aurait déjà commencé avec l’éclatement de l’insurrection du 19 mars. En effet, le quotidien algérien El Khabar, repris par la presse internationale, affirme sur son site internet qu'un « commando français » s'est égaré dans l'ouest de la Libye sur le plateau d'Hammada al Hamra. Cette région désertique est située à 200 kms au sud de Tripoli et s'étend sur plusieurs milliers de km². Le journal écrit qu’Alger a refusé, au début de la semaine, une demande française d’autorisation de survoler l’espace aérien algérien, pour une mission de recherche d’un commando français qui s’est égaré dans la région de « Hmada El Hamra », après que ce dernier a eu des problèmes techniques dans son véhicule. La recherche du commando français a duré deux jours. La même source a également indiqué que ce commando a été sauvé par la suite. [Marianne du 7 avril 2011]

La France, la Grande-Bretagne et l’Italie ont annoncé l'envoi prochain d'Officiers de liaisons ou des Conseillers auprès du CNT dans l'est du pays pour prodiguer des conseils aux rebelles en matière d'organisation et de communication, mais aussi certainement pour  entraîner et armer les combattants. Le président de la commission des affaires étrangères est favorable à l’envoi des troupes au sol. M.Axel Poniatowski a déclaré : «Il ne s'agirait aucunement de troupes d'occupation, ce qu'exclut la résolution, mais de 200 à 300 hommes des forces spéciales servant d'appui au sol pour guider les bombardements » [Le Figaro du 18 avril 2011]

Le Secrétaire au Foreign Office William Hague a affirmé que les conseillers militaires rejoindront des diplomates britanniques qui coopèrent déjà avec les chefs de l'insurrection à Benghazi [Source : Canadian Press]. Combien de commandos spéciaux impérialistes opéreraient déjà  en secret sur le territoire jamahiriyen ? 

Selon des sources arabes, des mercenaires égyptiens  auraient été recrutés et envoyés en Libye pour épauler les insurgés. D’autres affirment la présence des militants d’Al Quaïda dans les rangs des insurgés.

Dans son article du 03 avril 2011 traduit du quotidien britannique  « Daily Telegraph » du 26 mars 2011, Tarpley écrit : « Darna,  une ville clef de la zone tenue par les rebelles entre Benghazi à l’Ouest et Tobruk à l’Est. Elle est dirigée par un certain al-Hasidi, un conseiller militaire d’Al Qaeda qui a frayé avec Ousama ben Laden au camp d’entrainement terroriste de Khost en Afghanistan. Hasidi se vante d’avoir formé et envoyé 25 combattants de la mort se battre contre les soldats de l’Otan et des Etats-Unis en Afghanistan : on se demande combien ils ont tué de soldats occidentaux. Hasidi a été fait prisonnier de guerre américain après avoir été capturé par les Pakistanais, mais il a déclaré au Wall Street Journal du 2 avril, qu’il haïssait maintenant les américains « à moins de 50 % », laissant entendre que les américains pouvaient se racheter aux yeux d’Al Quaïda en fournissant des armes, de l’argent, le pouvoir politique et un soutien diplomatique. A ses côtés, le contrôle de la ville est assuré par Sufian bin Kumu, ni plus ni moins le chauffeur d’Ousama ben Laden, autre terroriste notoire qui a été interné dans la base de Guantánamo Bay pendant 6 ans.           De même, parmi les édiles de Darna, on compte Al-Barrani, membre actif du groupement de lutte islamique en Libye, qui a fusionné avec al Qaeda en 2007.

Ce troupeau de fanatiques, de psychotiques et de criminels est présenté par les média dominants sous influence de la CIA comme l’élite dirigeante et efficace qui formera le gouvernement démocratique futur de la Libye. En réalité, le conseil des rebelles de Benghazi, avec le poids des terroristes d’al Qaeda, ne présiderait au plus qu’à la descente du pays dans le chaos du tribalisme ; les chefs militaires et les syndicats de criminels écriraient dans cette région la fin de la civilisation.                                                                                               

Ceci semble être exactement le but de la politique américaine, non seulement en Libye mais dans toute la région. [Source:Tarpley.net  du 3 avril 2011]

L’envoi des troupes de la coalition au sol est donc une réalité et il monterait en puissance et officiellement lorsque l’opération totale sera lancée. Pour l’instant les envahisseurs prépareraient l’opinion publique  généralement réticente  au coût matériel et humain  d’une guerre. A ce sujet, les journaux britanniques tirent la sonnette d’alarme  sur le danger de l’intervention terrestre en Libye, qu’elle juge très risquée et qui serait un autre bourbier vietnamien. [Le Monde du 20 avril 20 / Daily Mail 20th April 2011]

Selon l’Afp du 13 avril 2011, le groupe de contact sur la Libye qui regroupe une vingtaine de pays et organisations, a décidé d’aider financièrement et matériellement les insurgés.

Le CNT, par la voix de Mahmoud Chammam, responsable de l'information au sein du CNT, a déclaré que la rébellion pourrait demander à certains Etats de la coalition internationale des armes « défensives » pour protéger les civils. Cependant, craignant  que les armes  défensives qui seraient livrées au CNT ne tombent  entre les mains des groupes terroristes, les troupes impérialistes justifieraient leurs présence sur le terrain  et qui les utiliseraient aux côtés des insurgés contre les forces loyalistes. L’implication des troupes impérialistes au sol montera en puissance. Une guerre ne se gagne pas uniquement  avec les armes sophistiquées mais aussi avec les hommes qui portent un idéal juste. Le peuple libyen qui soutient le Guide Kadhafi se bat contre des forces impérialistes occidentales qui voudraient occuper son territoire et le piller. Sa résistance est légitime par conséquent sa détermination à vaincre l’ennemi ira en grandissant suivant l’intensité de la guerre. Les envahisseurs et autres mercenaires alliés des puissances occidentales, attirés par les billets verts, n’auront jamais la motivation du camp des loyalistes car leur guerre est injuste. Ils seront vaincus dans le désert libyen à l’instar des troupes Nazies, qui  dans ce même dessert furent taillées en pièces par la colonne du Général Leclerc, venue du Tchad pendant la seconde guerre mondiale  1939-1945.

 

Les puissances impérialistes et leur créature le CNT  n’ont aucune réelle volonté pour une  solution pacifique en Libye.


La croisade impérialiste contre le guide réussirait t-elle ? Rien n’est moins sûr car après plus de deux mois de bombardements, l’alliance anti Kadhafi dirigée par le président Sarkozy et comprenant l’Otan, commence à se fissurer : l’Italie, la Turquie, la Pologne, l’Allemagne…  sont défavorables à l’option militaire car le doute sur la vraie nature du CNT et les conséquences sur la stabilisation de la région  de son hypothétique victoire  font leur chemin.

                                                                                                                                                           Selon les sources gouvernementales à Tripoli, les corruptions, promesses et autres pressions seraient exercées par les impérialistes  sur certains dirigeants et diplomates libyens. Cette offensive de déstabilisation participerait à faire le vide autour du Guide, en l’isolant et accélérer sa chute  ou la scission du pays. Peine perdue car la majorité du peuple le soutien et c’est ce qui explique son maintien au pouvoir malgré les bombardements et insurrection de Benghazi. Certains anciens collaborateurs du Guide qui ont cédé aux sirènes impérialistes n’ont pas émergé politiquement et moins encore n’ont pas permis la chute rapide tant escomptée du Colonel Kadhafi. Les envahisseurs et occupants sont dans une impasse. Comment s’en sortiraient-ils honorablement sans perdre la face suite à leur aventure militaire aux conséquences incalculables ?  

       

Face à cette guerre qui s’enlise, le Secrétaire Général de l’Onu a appelé à un cessez le feu afin de trouver une solution pacifique, reprenant ainsi le contenu du préalable de la feuille de route du panel de l’Union africaine sur la Libye. [Le Quotidien du Peuple du 14.04.2011].Cependant, le CNT a rejeté la proposition d’un cessez le feu immédiat, lequel fut par contre accepté par le Guide Kadhafi. Les insurgés posent comme préalable à toute solution pacifique la démission du dirigeant libyen. Ils adoptent ainsi la même position que celle de la France, des Usa et de la Grande Bretagne.                                                                                                    Le porte-parole du Conseil national de la transition (CNT), Abdel Hafiz Ghoqa a déclaré après la réunion du groupe de contact à Doha (Qatar) : «  En demandant à Mouammar Kadhafi de partir, le groupe de contact répond à la principale exigence du CNT plusieurs fois répétée. C'est pour cette raison que les insurgés avaient rejeté la feuille de route proposée par l'Union africaine » [Rfi du 14 avril  2011]. 

 

Les puissances occidentales par la voix de leurs Chefs d’états (Sarkozy, Obama, Cameron) ont réaffirmé dans une tribune commune : « Il ne s’agit pas d’évincer Kadhafi par la force. Mais il est impossible d’imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi» [Le Figaro 14 avril 2011] La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a indiqué que « Washington souhaitait aussi voir un cessez-le-feu, mais qu'il doit y avoir une transition qui reflète la volonté du peuple libyen et le départ de Kadhafi du pouvoir et de Libye »    

                           

Demander au préalable le départ du Colonel Kadhafi et vouloir négocier, est une contradiction. Cela montre en effet, que du côté des insurgés et de leurs Maîtres, il n’y a aucune réelle volonté de résoudre pacifiquement le conflit libyen. Leur rêve est de découdre militairement avec le Guide et changer le régime. De quel droit, de qui et quel mandat autoriseraient des dirigeants étrangers quelle que soit leur puissance, d’évincer un président d’un autre pays et imposer un autre à leur convenance ? Le mépris et l’humiliation de l’Afrique se poursuit.   

 

La déclaration des trois Chefs d’états occidentaux, est une violation de la résolution 1973 sur la protection des populations civiles et le changement du régime. Elle montre de facto le but final à atteindre par tous les moyens, celui d’évincer le Guide Kadhafi et de le remplacer par un valet qui mettra à leur disposition les immenses ressources pétrolières nationalisées par ce dernier. Le processus d’une guerre totale d’invasion de la Jamahiriya  se préciserait avec  l’accélération et l’amplification de la diabolisation du Guide qui « massacre son propre peuple ».Tous les régimes anti impérialistes, nationalistes ou révolutionnaires furent  diabolisés  avant d’être évincés du pouvoir ou assassinés par les puissances occidentales : Mossadegh en 1953 en Iran, Lumumba en 1961 au Congo Kinshasa, Bishop en 1983 à Grenade, Milosevic en 1999 en Yougoslavie, Saddam Hussein en 2003 en Irak, Laurent Gbagbo le 11 avril 2011 en Côte d’Ivoire. Certains comme Mossadegh en Iran sont qualifiés de « fanatique » ou de « fou » pour  le Colonel Kadhafi. Leur crime est d’avoir nationalisé les compagnies pétrolières britanniques et étatsuniennes et d’avoir utilisé les revenus pétroliers pour le développement  et le  bien-être des masses populaires.        

 

Ces trois Chefs d’états occidentaux montrent leurs mépris en violation flagrante du texte qu’ils avaient proposé  eux-mêmes au vote du Conseil de sécurité. En effet, la résolution 1973 du 17 mars 2011 sur la Libye porte sur l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne au Nord de la Libye. Cependant, dans leur déclaration commune les trois(3) dirigeants occidentaux se prépareraient de facto à tout mettre en œuvre surtout militairement pour neutraliser le Colonel Kadhafi. À cet effet, le dernier acte de terrorisme d’état exécuté en Côte d’Ivoire par le président Sarkozy, servirait de modèle pour la Libye. 

                                   

L’intervention des unités spéciales de l’armée française dans les bombardements du palais présidentiel et le kidnapping du président légitime de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo le 11 avril 2011 fera cas d’école dans les états major des armées impérialistes dans leurs futures opérations punitives d’occupations et d’enlèvement et de séquestration  des présidents africains insoumis.


Malgré l’appui de l’Otan, la croisade impérialiste et les insurgés n’ont pas réussi à anéantir les Forces gouvernementales qui résistent  courageusement. Leur progression est stoppée  et le guide contrôle toujours la majorité absolue du territoire national. À ce sujet, voici ce que disait dans une interview publiée par le quotidien panarabe Asharq al-Awsat, M. Seif al-Islam Kadhafi : « les dissidents ne représentaient qu'une infime partie du peuple libyen, affirmant que son père obtiendrait 80% des voix si des élections devaient s'y dérouler(…).Sur 90% du territoire, la situation est impeccable, mais nous avons des problèmes à présent à Derna, Benghazi et un peu à Tobrouk , trois villes dans l'est du pays. La Libye ne sera pas morcelée, il s'agit d'une crise qui passera. [Belga du 03 mars 201].


D’autres bonnes volontés pour la médiation en Libye se sont prononcées : Le président vénézuélien Hugo Chavez a proposé de conduire une mission de médiation entre les belligérants [Rfi du 03 mars 2011]. Cette proposition a été rejetée par les insurgés et les puissances occidentales mais acceptée par le Guide Kadhafi. Les pays d’Amérique latine avaient accepté de vérifier l’offre de cessez le feu du Colonel Kadhafi en vue d’une solution négociée. L’ensemble des pays latino américain avaient proposé alors de créer une mission qui sera conduite par l’ancien président brésilien, Lula Da Silva. Une nouvelle fois les insurgés et leurs alliés impérialistes ont balayé d’un revers de la main    cette offre.

Toujours sous l’aspect diplomatique et en violation flagrante des relations internationales, la France, les Usa, la Grande Bretagne…ont permis aux diplomates libyens  accrédités  auprès de leurs états  et qui ont rejoint le camp des insurgés, de s’accaparer de ces chancelleries. Les Ambassades sont des territoires libyens appartenant au gouvernement légitime de Tripoli. Leurs occupations par les insurgés sont illégales.

 

Le vote de la résolution 1973 : une trahison pro-impérialiste des états africains contre le continent et une humiliation de l’UA.


La résolution 1973 du Conseil de sécurité a été votée par 10 voix contre 5 abstentions (Allemagne, Brésil, Inde, Chine et la Russie). Sur les 193 états membres de l’Onu, 54  sont africains. Dix (10) voix  contre 183 autres, décident de tuer les libyens par les bombardements de Tripoli. Nous somme en présence d’une imposture intellectuelle démocratique, un déni de démocratie à la majorité absolue des pays du Sud par les puissants  qui régentent le monde. C’est une injustice caractérisée qui doit être corrigée par une profonde réforme du Conseil de sécurité avec l’attribution de 3 sièges permanents pour le continent africain. Notons que l’Europe dispose le même nombre de sièges (France,  Grande Bretagne et Russie).


Parmi les 10 votes en faveur de la résolution 1973, trois (3) étaient  africains, membres non-permanents du Conseil de sécurité. Il s’agit de l’Afrique du Sud, du Nigeria et du Gabon. Si seulement  deux (2) d’entre eux avaient opté pour l’abstention, la résolution  1973  serait nulle par conséquent inapplicable. Au demeurant, soulignons que des pays non africains Russie, Chine, Allemagne, Brésil et Inde avaient mieux défendu notre continent que nos états. Quelle honte!                                                                                                         

On mesure aujourd’hui la responsabilité historique de la faute gravissime commise par ces trois pays africains. Pourquoi  avaient-ils voté en faveur de cette résolution ? Quelles seraient les conséquences sur l’avenir de l’Afrique ?                                                               

Parmi les trois pays ayant voté la résolution 1973, l’Afrique du Sud et le Nigeria seraient pressentis pour siéger au Conseil de sécurité en qualité de représentants de l’Afrique en cas d’une éventuelle réforme des structures de l’Onu. Les  « promesses » qui seraient faites à ces deux géants de l’Afrique auraient-elles joué pour l’approbation de cette scélérate résolution? Outre les promesses de sièges au Conseil de sécurité, il n’y     aurait-il pas d’autres demandes qui nécessiteraient l’appui  de la France auprès du club de Paris ou la vente par l’hexagone de certains équipements stratégiques ?                                                                                           

Des faits troublants ou pure coïncidence, on retrouve les deux géants africains en face du président Sarkozy, le même qui dirige les croisades guerrières contre les légitimes présidents africains insoumis  en l’occurrence M. Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire et le Guide Mouammar Kadhafi en Libye.                                                   

 

Le Colonel  Kadhafi a commis le crime de lèse majesté de s’opposer à la domination impérialiste dans le monde.  Cela est suffisant pour qu’il puisse bénéficier de la solidarité militante panafricaine. Dans le cas échéant, c’est  trahir la cause des peuples africains.

 

 

En son temps, la République Populaire de Chine(RPC) du Camarade Mao n’a jamais trahi ses convictions révolutionnaires communistes afin d’évincer la petite île et province de Taïwan qui représentait injustement le grand peuple chinois du continent. Il a fallu attendre 22 ans après la création de la RPC pour que l’Onu puisse la reconnaître  le 26 octobre 1971 l’état communiste et ce, au grand dam des Usa qui soutenaient la Chine nationaliste et « capitaliste ». La résolution 2758 du Conseil de sécurité stipule : « le rétablissement de la République populaire de Chine dans tous ses droits et la reconnaissance des représentants de son gouvernement comme les seuls représentants légitimes de la Chine à l'Organisation des Nations unies, ainsi que l'expulsion immédiate des représentants de Tchang Kaï-chek du siège qu'ils occupent illégalement à l'Organisation des Nations unies et dans tous les organismes qui s'y rattachent ».   Non seulement la RPC, communiste entre à l'Onu, mais l’île de Taïwan, anciennement Formose, en est exclue immédiatement. Au même instant, la République populaire de Chine devient un des cinq (5) membres permanents du Conseil de sécurité de l’institution internationale aux côtés des Usa, de la Russie, de la Grande Bretagne et de la France.                                                                                                                                                                       

C’est à force de travail, d’abnégation, de persévérance et de l’application d’une politique indépendante, anti impérialiste et de développement constant, que la RPC a su et dû s’imposer aux puissances occidentales en qualité de partenaire égal, respecté et respectable. Nos deux géants africains devraient plutôt s’en inspirer et non servir de caution morale aux expéditions militaires punitives coloniales et d’occupation des puissances impérialistes dirigées par le président français Sarkozy.


Rien ne saurait justifier tout acte quel qu’il soit  et quel que soit la nature du contentieux, qu’un pays d’Afrique puisse s’allier aux impérialistes pour détruire un pays de notre continent  voire n’importe quel pays du sud.  L’avenir de l’Afrique et celui des générations futures dépendent  des actes  courageux qui devraient être posés aujourd’hui. Ils auront pour perspectives à long terme de conduire le continent  vers une véritable indépendance  économique, politique, militaire et sociale  en vue de créer les Etats-Unis d’Afrique (EUA).


L’Union africaine (UA) pour laquelle le Guide Kadhafi a consenti tant de sacrifices, a fait  preuve  d’une lenteur déconcertante à réagir aux bombardements de Tripoli le 19 février 2011. Il a fallu attendre près de trois semaines plus tard, le 10 mars pour que  le Conseil de sécurité et de paix de l'organisation (CPS) rejette toute intervention extérieure et propose médiation. Cette proposition fut balayée  d’un revers de la main par la France, La Grande Bretagne et les USA,

suite à la réunion du 19 février 2011 de Parisqui  privilégie  l'option militaire.                                                                                                                                       

L’organisation panafricaine serait encore victime de la servitude de certains Chefs d’états à l’égard des puissances impérialistes, surtout ceux du pré carré français dont la mission serait de torpiller la consolidation de l’UA  et sa projection vers les EUA. C’est aussi seulement le 10 mars que  fut crée le Comité ad hoc de haut niveau de l’Union africaine (UA) sur la Libye comprenant  des chefs d'Etat de la République islamique de Mauritanie, la République du Congo, la République du Mali, la République d'Afrique du Sud, et la République d'Ouganda, ainsi que du Président de la Commission de l'UA . Réuni pour la première fois le 19 mars à Nouakchott, ledit Comité s’était rendu par la suite à Tripoli puis à Benghazi  avec la proposition de servir de médiateur entre le  Guide Kadhafi et les insurgés, lesquels ont récusé cette offre de solution négociée à la crise comme leurs maîtres occidentaux qui les tiennent en laisse.


Le comité l’Union africaine (UA) sur la Libye, composé de chefs d’Etat, a regretté « de ne pouvoir se rendre » le 20 mars en Libye comme il l’avait souhaité et annoncé car  l’autorisation demandée à la communauté internationale lui avait été « refusée ». Voici une phrase qui fait froid au dos et qui hypothèque l’avenir de l’Afrique. Les puissances occidentales interdisent aux dirigeants africains de se déplacer librement sur leur propre continent sans leur « autorisation ou «visa». C’est de la recolonisation rampante de l’Afrique car leur acte prouve qu’elles considèrent toujours l’Afrique comme leur propriété privée et ne reconnaisse pas son indépendance. 


Pourquoi ces dirigeants africains ont-ils accepté une telle humiliation dans notre « domicile commun, l’Afrique » par les «intrus » ? Exécuter ces diktats impérialistes, est un déshonneur pour l’Afrique. Le «test d’acceptation de la recolonisation de l’Afrique» a été concluant alors comment s’étonner de l’arrogance, du mépris et des humiliations permanentes à l’égard du continent et de l’UA ? Ces dirigeants qui ont capitulé, ont-ils conscience des conséquences néfastes de leur acte sur l’avenir du continent et celui des générations futures ? Ces dernières ont le droit de relevé cet affront endémique et de lutter contre la domination coloniale jusqu’à l’indépendance totale  et irréversible du continent.


Ce camouflet infligé à l’Afrique se poursuit avec un mépris révoltant  voire une insulte aux peuples lorsque les puissances impérialistes n’ont pas consulté l’UA avant  de déclencher les bombardements. Elles  ignorent les décisions de l’UA, s’ingèrent dans les affaires africaines et imposent leurs décisions à tout le continent. Cela est inadmissible!  Les puissances occidentales sont-elles devenues membres de l’UA ? La France, la Grande Bretagne, l’Espagne et l’Union européenne accepteraient-elles que l’UA  aide les nationalistes Corses, Basques, irlandais, Breton? qu’elle batte campagne ou intervienne militairement pour les changer les Chefs d’états Sarkozy en France, Zapatero en Espagne ou Cameron en Grande Bretagne? Il est révoltant de constater que la poignée de puissances impérialistes occidentale, baptisée hypocritement « Communauté internationale » régente le monde en violation flagrante des conventions internationales qui régissent les relations entre les états. Nous assistons injustement à la primauté du droit de la force militaire brutale des puissances impérialistes sur la force du droit international.  

                                                           

Ces humiliations infligées à l’Afrique, a tout de même éveillé chez certains dirigeants  de l’UA  le sentiment  d’honneur. C’est ainsi que convié à la conférence de Paris des 19 et 29 mars, M. Jean Ping, président de la Commission de l'UA, avait refusé d’y participer et de faire de la simple figuration car les puissances occidentales appliquent déjà leur décision unilatérale de bombarder  la Libye.   

                                                             

Cet état d’asservissement dans lequel les colonisateurs voudraient maintenir l’Afrique, exige des peuples victimes et de la nouvelle génération continentale une riposte adéquate. La déclaration d’Alger de 1976 reconnaît aux peuples le droit de recourir si nécessaire à la lutte armée pour se libérer. 

                                    

Le préambule de cette déclaration dit : « Conscients d’interpréter les aspirations de notre époque, nous nous sommes réunis à Alger pour proclamer que tous les peuples du monde ont un droit égal à la liberté, le droit de s’affranchir de toute ingérence étrangère et de se donner le gouvernement de leur choix, le droit, s’ils sont asservis, de lutter pour leur libération, le droit de bénéficier, dans leur lutte, de l’assistance des autres peuples. Persuadés que le respect effectif des droits de l’homme implique le respect des droits des peuples, nous avons adopté la DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DES PEUPLES.

 
Que tous ceux qui, à travers le monde, mènent le grand combat, parfois les armes à la main, pour la libération de tous les peuples, trouvent dans la présente Déclaration l’assurance de la légitimité de leur lutte.»     
Les articles 5 et 6 de la déclaration d’Alger ci-dessous, renforcent l’idée de la légitimité des luttes de libération contre les dictateurs imposés aux peuples  et les  puissances impérialistes qui maintiennent dans la servitude les peuples d’Afrique comme en témoignent les agressions militaires contre la Libye et la Côte d’Ivoire.          « Art.5 : Tout peuple a un droit imprescriptible et inaliénable à l’autodétermination. Il détermine son statut politique en toute liberté, sans aucune ingérence étrangère extérieure ».


« Art.6 : Tout peuple a le droit de s’affranchir de toute domination coloniale ou étrangère directe ou indirecte et de tout régime raciste. »

 

Les insurgés de Benghazi rembourseront le coût exorbitant de l’expédition militaire impérialiste  qui a tué les leurs et détruit leur pays.

 

Dans les années 80, les USA avaient classée la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste du Colonel et guide Mouammar Kadhafi dans la liste des états terroristes. C’est ainsi qu’en 1986, l’US air force bombarda Tripoli faisant 60 morts dont la petite fille du Colonel Kadhafi. Ce terrorisme d’état a repris aujourd’hui le haut du pavé avec le déclanchement de l'opération « Aube de l'odyssée »  du 19 mars avec  les lancements de 124 missiles Tomahawks en 24 heures à partir d’un sous marin à 20 kilomètres des côtes libyennes. Au demeurant, il conviendrait de souligner que le prix d’un missile Tomahawk coûte entre 900.000 et 1000.000 $US  ce qui nous donne la somme maximale d’environ 124.000.000 $ US.  

       

Qui ferait preuve de crédulité pour croire que des milliards de dollars seraient engloutis par pure perte dans l’opération « Aube de l’Odyssée » afin d’instaurer la démocratie et  de protéger la population de la Cyrénaïque, province orientale de la Libye ?  Pour l’impérialisme et selon la loi capitaliste de profit et de rentabilité, un tel « investissement »  n’est  dicté que par le surprofit qu’il rapporterait. L’occupation totale du pays ou éventuellement une partie que l’impérialisme décréterait « République arabe islamique Libyenne de Cyrénaïque » après une scission forcée, lui permettrait d’avoir la mainmise totale sur les fabuleuses réserves de l’or noir.                                                                                               

Les pays impérialistes  évoquent ouvertement l’aide militaire à apporter à leurs alliés insurgés. Les armes et les mercenaires qui seraient mis à la disposition de ces derniers  seront surfacturés. L’addition viendrait alourdir la dette contractée dans l’espoir de prendre le pouvoir à Tripoli. 


L’un des portes paroles  du CNT, Ali Zaïdan a déclaré : « le futur pouvoir prendra en considération les nations qui nous ont aidé ». La grande braderie des biens publics et des richesses nationales par le CNT aux multinationales occidentales, serait  le programme de l’hypothétique gouvernement insurrectionnel. Quelle régression contrairement aux nationalisations  des ressources naturelles  et des industries opérées par le Guide Kadhafi ?


La précipitation déconcertante avec laquelle les puissances impérialistes ont  procédé à la création de la Banque centrale de Benghazi (BCB), témoigne de leur volonté de commercialiser le pétrole pillé de la Cyrénaïque qu’elles administrent via le CNT. Elles feraient main basse sur les  colossales revenues du pétrole et la Banque centrale de Benghazi serait la plaque tournante de cette gigantesque escroquerie internationale à ciel ouvert.                                                                                                                                           

Les actes de piraterie et de terrorisme d’état des puissances impérialistes seraient devenus la norme des relations internationales. Cependant, l’Afrique ne doit jamais accepter cet état de fait et que les masses populaires africaines doivent lutter contre cet asservissement colonial.  Cette escroquerie a soulevé les interrogations chez plusieurs journalistes qui ont remarqué cette création rapide et inédite de la Banque centrale  de Benghazi (BCB) avant même d’avoir formé un gouvernement et un état reconnus par l’ONU. On pourrait aussi affirmer que cette initiative des puissances impérialistes de créer la  (BCB), la reconnaissance du CNT d’abord par France puis par la Grande Bretagne  et l’envoi des prétendu conseillers et officiers de liaison auprès des insurgés… seraient autant de preuves qui militeraient en faveur de l’existence d’une prétendue  communauté internationale qui se résumerait à une poignée de pays impérialistes membres du Conseil de sécurité sur les 193 états membres de l’ONU.


Robert Wenzel a écrit dans l’Economic Policy Journal : « Je n’ai jamais entendu parler auparavant d’une banque centrale créée juste après quelques semaines d’un soulèvement populaire. Ceci veut dire que nous avons à faire à autre chose qu’un groupe de rebelles déguenillés courant partout et qu’il y a derrière des influences plutôt subtiles ».


Dans le New American Alex Newman a écrit : « Dans une déclaration faite la semaine dernière les rebelles ont fait part des résultats d’une rencontre ayant eu lieu le 19 Mars. Les révolutionnaires soit disant déguenillés ont annoncé entre autres choses la « désignation de la Banque Centrale de Benghazi comme autorité compétente en matière de politique monétaire en Libye et ont nommé un gouverneur à la Banque Centrale de Libye avec un QG temporaire à Benghazi. »  [Sources : opinion-maker cité par  Le Post]


Lénine écrivait : « l’impérialisme, stade suprême du capitalisme, c’est la guerre ». Cette affirmation est toujours d’actualité. En effet, le système capitaliste  ou néolibéral qui a pris du poil de la bête depuis la chute du mur de Berlin et la disparition du camp socialiste en 1989, connaît une grave crise économique. Il tente désespéramment à se revigorer en déclenchant une cascade de guerres de rapine, d’occupation ou de contrôle des pays dont les dirigeants sont des insoumis aux diktats des puissances occidentales : Moyen orient (Irak sous Saddam Hussein , Iran), Afrique (Côte d’Ivoire, Libye, Zimbabwe), en Amérique Latine (Venezuela, Bolivie, Cuba),en Europe (Yougoslavie de Milosevic, Belarus), Asie (Corée du nord)… Les impérialistes qualifient tous ces régimes insoumis de dictatoriaux mais se gardent de qualifier de pouvoirs dictatoriaux les dirigeants soumis et alliés des pays suivants : Tchad, Centrafrique, Congo Brazzaville, Burkina, Togo, Arabie Saoudite, Qatar, Egypte de Moubarak, Tunisie de Ben Ali,  Bahreïn, Argentine de Juan Carlos, Chili de Pinochet, le Brésil de Joao Goulart , Nicaragua de Samoza, Cuba de Batista, Bolivie de Barrientos à  Banzer, Paraguay de Stroessner, Uruguay de Bordaberry…                                              

 

Le silence ahurissant des médias et des dirigeants français qui refusent de stigmatiser  les criminels dictateurs africains et alliés de la France sont une preuve qui pousserait les victimes à définir la dictature comme étant un régime dont les dirigeants sont insoumis aux puissances impérialistes et qui mènent une politique indépendante, parfois nationaliste et antimpérialiste.


Ce n’est pas un hasard si les bombardements impérialistes des pays dirigés par des insoumis visent à détruire systématiquement toutes les infrastructures existantes, ramenant ces états victimes  comme l’Irak, pays arabe naguère le plus avancé  au niveau des pays pauvres du sud. Comme des vautours ou des hyènes affamés, les puissances impérialistes se précipitant sur leur cadavre via les multinationales  qui imposent des contrats juteux de reconstruction des infrastructures avec  le contrôle total politique, économique et militaire du pays. C’est la recolonisation.


La crise financière de 2008 a accentué la faiblesse du capitalisme, mais parallèlement elle l’a rendu plus agressif. En effet, le déclin inévitable des vieilles puissances occidentales impérialistes face aux luttes des peuples (Venezuela, Côte d’Ivoire, Bolivie, Zimbabwe, Corée du Nord, Iran…) et à la puissance  des nouveaux pays émergeants (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud…), les poussent à  déclencher des agressions militaires afin de « relancer leurs industries en crise » selon le principe de détruire pour conquérir des marchés. N’a-t-on pas toujours entendu l’expression : « Quand les Btp vont bien, c’est l’embellie pour l’économie» ?

 

Pourquoi tant de haine contre le Colonel Kadhafi  et comment comprendre la première visite à l’étranger du président Mandela chez le Guide ?


L’Occident incrimine le Colonel Kadhafi de soutenir les terroristes du monde entier, de vouloir déstabiliser certains régimes pro impérialistes. Cependant, pour les peuples qui luttent contre les occupations  israéliennes du Golan syrien , d’une partie de la Palestine,  celle de l’Irak par les forces étatsuniennes…, ou  la résistance armée des peuples contre les  dictatures comme celle du Général président Deby au Tchad…, la notion de terrorisme n’a pas la même signification.                                                                           

Le Colonel Kadhafi a commis le crime de lèse majesté en s’opposant  partout dans le monde, depuis de nombreuses décennies à l’hégémonie de l’impérialisme occidental. Il est incontestablement celui qui a apporté le plus de soutien militaire et financier aux mouvements de libérations africaines ( Mpla en Angola, le Paigc en Guinée Bissao, l’Anc et Mandela pendant la lutte contre l’aparthéid en Afrique du Sud, le Frelimo au Mozambique, les Kanaks, les Basques, les Irlandais, les Amérindiens) et arabe (la résistance palestinienne). Est-ce un crime ? Est-ce du terrorisme d’aider les peuples à se débarrasser de la domination coloniale ? Les opprimés appliquent le droit à la légitime défense à l’autodétermination reconnue par ailleurs par la charte des Nations unis et par la déclaration d’Alger de 1976. Les Forces françaises libres dirigées par le Général De Gaulle seraient-elles des terroristes en luttant militairement et par des actes de sabotage contre les forces d’occupation Nazies? Les Usa, à l’instar du Colonel Kadhafi qui aidaient les résistants européens sous domination nazie, seraient-ils traités de terroristes? Aujourd’hui ces états africains (Angola, Guinée Bissau, Afrique du Sud, Mozambique…) sont indépendants, nous nous réjouissons de l’importante et l’inestimable contribution du Guide Kadhafi à la libération de l’Afrique de la domination de ces mêmes puissances impérialistes coupables par ailleurs des crimes contre l’humanité  dans les pays occupés.   

                      

Au demeurant, il conviendrait de souligner qu’après 27 années de prison sous l’apartheid, Nelson Mandela a été libéré le 11 février 1990. Il consacra aussitôt sa première visite à l’étranger au Colonel Kadhafi  afin de lui  exprimer sa profonde gratitude pour son aide à la lutte de libération menée par  l’ANC. En 1992 et en 1997 au cours d’autres visites effectuées à Tripoli, le Président Nelson Mandela condamna fermement l’embargo impérialiste contre la Libye et  plaida pour sa levée immédiate. Cette voix de sagesse incarnée par le Président Mandela dans son apologie en faveur du Colonel Kadhafi, devrait inspirer certains africains encore victimes de la désinformation des puissances occidentales sur leur projet de recolonisation de l’Afrique. 


Les importantes aides économiques libyennes à  de nombreux états africains irritent les puissances occidentales qui voient l’émancipation lente des états africains de leur tutelle coloniale. Les investissements jamahiryens dans le domaine des infrastructures (routes, constructions de dispensaires, hôpitaux, écoles, campagnes de vaccinations), adduction d’eau…sont fortement appréciées par les masses populaires africaines qui sont très reconnaissantes au Guide Mouammar Kadhafi. La Compagnie libyenne d’investissements (Laico) a investi plus de 480 millions de dollars dans une douzaine de pays africains. La compagnie aérienne libyenne Afriqiyah Airways  , a  brisé le monopole commercial des lignes Europe-Afrique, détenu par les compagnies aériennes de l’UE et principalement par Air France. Grâce aux tarifs de billets défiants toute concurrence, Afriqiyah Airways   a permis aux Africains de l’UE de multiplier leurs séjours sur le continent. La perte de marchés par les compagnies aériennes européennes à destination de l’Afrique, a aussi contribué à la furie guerrière des puissances occidentales contre le Colonel Kadhafi.              

Est-il encore besoin de rappeler que plusieurs états africains en faillite de trésorerie sont dans l’incapacité de payer les salaires de leurs fonctionnaires ? La générosité du Guide et son sens de  solidarité ne leur ont jamais fait défaut. Ignore t-on la présence des milliers des travailleurs immigrés africains subsahariens exerçant en Jamahiriya et qui sont aujourd’hui pourchassés et tués par les insurgés de la région de Benghazi car considérés comme des mercenaires  au service du Guide Kadhafi ? La propagande soutenue des médias impérialistes stigmatisant les mercenaires noirs tchadiens, maliens, burkinabés, nigériens…ont contribué à cette chasse aux nègres au relent raciste. Une véritable « chasse à courre » aux noirs est lancée dans le territoire sous contrôle des insurgés de Benghazi, collabos et Harki des impérialistes alors que  dans les régions contrôlées par le Guide Kadhafi, leur sécurité est garantie. Afin de fuir ce pogrom, plusieurs centaines de travailleurs auraient fuient dans le désert. Combien auraient péri dans cette atmosphère inhospitalière du Sahara ?

Au cours des deux dernières semaines, plus de 100 Africains sub-sahariens auraient été tués par les insurgés de Benghazi. Ces travailleurs immigrés originaires du Tchad,  d'Éthiopie, d’Érythrée, du Ghana, du Nigeria, du Mali et du  Niger sont soupçonnés  d’être  des mercenaires au service du Guide et pourtant ce dernier résident depuis de nombreuses années en Libye.   


 Des témoignages douloureux ont été rapportés par des rescapés : « certains d'entre nous ont été conduits dans le désert et poignardés à mort. Les noirs  en soins médicaux dans les hôpitaux de Benghazi auraient été enlevés par des insurgés armés. Ils font partie de plus de 200 immigrés africains détenus dans des lieux tenus secrets »  


Mohamed Abdillahi, Somaliland, 25 ans, dormait dans sa maison de Zouara, lorsque la foule est arrivée. « Ils ont frappé à la porte d'environ 1 heure du matin. Ils ont dit de sortir, nous allons vous tuer, vous êtes noirs, des étrangers… », 


 D’autres témoignages de milliers d'Africains noirs sont  similaires : « Ils nous ont attaqués, ils nous ont tout pris », a déclaré Ali Farah, ouvrier somalienne de 29 ans. Tandis que  Jamal Hussein, 25 ans travailleur soudanais  explique : «Ils  voulaient tuer des civils, ils ont battu plusieurs d'entre nous. Pour moi, ce sont des animaux »


Des milliers d'autres Africains pris dans cette hystérie mercenaires sont terrifiés. Certains se sont barricadés dans leurs maisons, tandis que d'autres se sont cachés dans le désert. Insulté, menacé, battu, chassé et dépouillé. Leur seul crime était d'être noir et donc considérés comme des «mercenaires» de Kadhafi. [Sources : Reuters/Goran, Tomasevic, Somalilandpress, Mathaba]  

                                                        

Ces actes gravissimes, la barbarie des insurgés de Benghazi,  alliés de l’impérialisme français devraient plus tôt inciter certains africains à s’interroger sur leurs soutiens émotionnels aux Harkis de Benghazi et à leur organisation, le Conseil National de Transition (CNT).  

  

Combien d’opposants et leurs familles furent aidés par le Guide et qui malheureusement par une ingratitude déconcertante pour  cause d’intérêts mesquins se sont rangés du côté des impérialistes ? Où sont passés bon nombre de ces présidents africains véritables thuriféraires (par opportunisme) qui dans un passé encore récent, accueillaient  avec faste le Guide Mouammar Kadhafi ? Seraient-ils si sûrs de ne plus avoir besoin de ses pétrodollars car leur ami d’hier serait vaincu  par les impérialistes occidentaux et qu’il faille se ranger du côté des vainqueurs? La lâcheté de certains dirigeants africains  et leur silence assourdissant n’a d’égale que le degré de leur traîtrise envers le continent. Le révolutionnaire président du Venezuela Hugo Chaves a un courage et une loyauté indestructibles qui devraient inspirer les leaders africains. Celui qui a rencontré six fois le Guide Kadhafi en 12 ans, déclarait à la presse cette conviction : «Je serais un lâche si je condamnais celui qui a été mon ami » [Rfi du 02.03.2001]


Les associations des droits de l’homme et ces puissances occidentales « protectrices » des populations civiles demeurent aphones face à ce pogrom contre les Africains noirs  résidant dans les territoires sous contrôle des insurgés. Ce silence ne serait-il pas une complicité afin de ne pas ternir l’image du CNT, petite créature initiée et soutenue par l

e président  français Sarkozy ?


La propagande impérialiste sur les mercenaires noirs au relent raciste aurait aussi pour objectifs de déclencher une guerre contre les subsahariens et de les empêcher de d’émigrer dans l’UE ou de réduire le flux migratoire via la Libye grâce à ces liquidations physiques. Un cynisme sournois. Les insurgés de Benghazi seraient-ils devenus les gardes côtes de l’Union européenne ? Autre conséquence de cette campagne impérialiste sur les mercenaires noirs, serait que « de nombreux arabes libyens blancs  estiment que le Colonel Kadhafi les a abandonné pour les Africains noirs  et les libyens noirs du sud depuis qu'il est devenu un «panafricaniste».Certains extrémistes  voudraient même étendre ce comportement raciste anti noir dans le Maghreb afin de faire la chasse aux noirs ».Cette croisade impérialiste contre la Jamahiriya et son Guide Kadhafi est un grand projet de recolonisation de l’Afrique et  la division du Maghreb de l’Afrique  subsaharienne.

 

L’Afrique est en danger de mort pour cause de ses dirigeants valets des puissances occidentales et sans aucune volonté politique réelle, dépourvus d’ambitions et de projets  à l’égard des générations futures. L’absence de solide et indestructible solidarité  panafricaine  des présidents  africains à l’égard des dirigeants Gbagbo et Kadhafi, nouvelles cibles des croisades  impérialistes occidentales, sonnerait le glas de la renaissance du continent ? Une telle fatalité ou résignation est inacceptable. Il est encore temps pour certains leaders africains de se ressaisir et de s’opposer aux diktats occidentaux. Ils ne doivent pas jeter en pâture leurs frères africains  aux colonisateurs d’hier qui ont commis des crimes contre l’humanité en Afrique. 

              

Les croisades militaires impérialistes en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo et en Libye du Colonel Kadhafi, dirigées par le président français Sarkozy auraient des  répercussions dangereuses sur l’avenir du continent si elles venaient à triompher. En effet, les africains complices de puissances d’occupation, contribuent à l’asservissement et à la recolonisation du continent. Ces collabos et Harkis ont trahi la mémoires des héros africains disparus (Kwame Nkrumah,Sékou Touré, Patrice Lumumba, Houri Boumediene, Samora Machel, Sylvanus Olympio,Thomas Sankara, Amilcar Cabral,Aostino Neto, Marien Ngouabi, Ruben Um Nyombé, Félix Moumié,Gamal Abdel Nasser, Barthélemy Boganda,) ou ceux qui continuent le combat ou le soutiennent (Robert Mugabé, Mouammar Kadhafi, Nelson Mandela, Joachim Chizano, Sam Nujoma…) qui ont lutté pour l’indépendance, la dignité et la souveraineté  de l’Afrique. 


Ceux qui diabolisent le Guide Kadhafi partout dans le monde, seraient  désagréablement surpris par la notoriété dont il jouit en Afrique subsaharienne et auprès des masses populaires des pays  du Moyen orient, d’Asie et d’Amérique Latine. Il est même adulé par la jeunesse africaine qui voit en lui le modèle d’un panafricaniste, révolutionnaire, anti impérialiste qui tient tête aux puissances occidentales qui maintiennent dans la servitude et humilient en permanence notre continent.


Depuis les bombardements impérialistes  de la Libye, des manifestations populaires de solidarité et de soutien au peuple libyen et  au Guide Kadhafi  ont eu lieu spontanément dans plusieurs villes pays africaines et même en Europe (Paris, Londres et Bruxelles). Parmi les grands dirigeants et leaders politiques qui sont ses amis , figurent les révolutionnaires présidents, progressistes ou simplement anti-impérialistes : Hugo Chavez du Venezuela, Fidel Castro de Cuba, Robert Mugabé du Zimbabwe, Bachar Al Assad de Syrie, Nelson Mandela d’Afrique du Sud, Thomas Sankara du Burkina…                                                                                          

La Mauritanie, le Niger, le Centrafrique, la RD Congo, le Congo et le Mali, le Tchad ,le Niger, le Sénégal…entretiennent de bonnes relations avec le régime libyen, tout comme certaines anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale et la Chine populaire.

 

Kadhafi trahi par les  impérialistes qui l’ont approché pour mieux le liquider.


Nous avons évoqué plus haut, les larges concessions faites par le Guide Kadhafi aux puissances occidentales afin que ces dernières lèvent l’embargo et rétablissent la Jamahiriya dans le concert des nations. Cependant les faits actuels donneraient raisons à ceux qu’on appelle « conservateurs ». En effet, les « libéraux » largement vantés dans les médias impérialistes auraient contribué consciemment ou inconsciemment à déclencher cette guerre contre la Jamahiriya afin de liquider la révolution du 1er septembre.  L’ouverture souhaitée par les libéraux  a attiré du beau monde à Tripoli.                                                                          

La course aux contrats commerciaux et la rivalité inter impérialiste pour la conquête du marché libyen  faisaient du  Guide Kadhafi, l’un des Leaders le plus courtisés. Certains dirigeants de l’Union européenne, Berlusconi en Italie et  Tony Blair du Royaume Uni, entretiennent des rapports cordiaux avec le Guide depuis la réintégration de la Libye dans le concert des nations en décembre 2003. Le président Sarkozy  comme d’autres dirigeants en Occident, avait effectué une visite officielle en Libye et d’accueillir officiellement plus tard en 2007 à Paris avec un faste sans précédent pour un dirigeant africain, le Colonel Kadhafi contre lequel il a dirigé une croisade militaire depuis le 19 mars 2011. Ce fait devrait servir d’exemple à ces chefs d’états africains, délégués de la Françafrique à qui ont fait miroiter une  amitié juste le temps de satisfaire un  projet avant d’être éjecté comme des malfrats.   

 

L’ingratitude des impérialistes est proverbial et la cas  du dictateur Mobutu, qui après 32 années de loyaux services rendus à l’occident contre le camp socialiste ou le péril « communiste » soviétique, fut lâché et même interdit de séjour en France malgré sa maladie. Le malade errant alla mourir au Maroc.


Le Président Sénégalais, Léopold Sedar Senghor  de l’académie française et fidèle ami de la France, fut enterré à Dakar. Aucune importante autorité française (Président ou premier ministre) n’a daigné assister à ses obsèques pour lui rendre un dernier hommage en mémoire de service rendu à la France. 

                    

Aux dictateurs du pré carré africain qui disposent aujourd’hui du soutien de la France pour tuer leurs peuples comme le tyran Deby au Tchad, il n’est jamais tard de présenter leurs repentances et compassions  aux victimes et de changer radicalement de cap en se mettant au service des peuples et en défendant les intérêts de l’Afrique et non ceux des impérialistes. Ces derniers les humilieraient et les condamneraient quand ils auraient fini leurs contrats de dociles serviteurs.

 

Le Colonel Kadhafi, un panafricaniste convaincu qui appartient à la pure lignée des Héros africains.


Le Colonel Kadhafi est un panafricaniste convaincu, dans la lignée des grands africains, précurseurs et fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA),que furent Kwame Nkrumah, Sékou Touré, Modibo Keïta, Sylvanus Olympio…                                                      

À l’initiative du Guide Kadhafi, le 9 septembre 1999 à Syrte, fut créée l’Union Africaine (UA), prélude  à la formation des Etats-Unis d’Afrique (EUA).                                                                                               

Le projet des EUA était devenu pour lui une priorité. Depuis lors, il n’a épargné aucun effort financier et politique afin que notre continent  devienne une entité unique prospère, puissante et qui serait capable d’imposer son point de vue aux impérialistes.   

        

Selon le CERAP la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste finance à hauteur de 15% le budget de fonctionnement de la Commission africaine de l’Union Africaine. Les contributions et  arriérés financiers de certains  états défaillants  membres de l’UA  ou des organisations sous régionales, telle la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), sont  aussi payées par la Libye.


Dans son pertinent projet de création des Etats-Unis d’Afrique, puissants , prospères et indépendants, le Guide Mouammar que les impérialistes qualifient de « fou » pour cause de son insoumission, fait preuve de rationalité d’un visionnaire hors pair à faire pâlir les occidentaux les plus cartésiens. C’est ainsi qu’il n’a pas hésité à contribuer à hauteur de 300 millions de dollars dans la création et le lancement du premier satellite Africain de communication RASCOM1. À l’heure des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication(NTIC), l’Afrique dispose enfin son propre satellite. Ce qui ne réjouit pas particulièrement les multinationales occidentales qui  souhaiteraient continuer à surtaxer nos communications téléphoniques, qui selon le professeur Jean-Paul Pougala de l’université de Genève rapportent 500 millions de dollars par an de location des satellites  de communication appartenant aux compagnies téléphoniques occidentales.


Le Guide Kadhafi est à l’origine de quatre (4) grands projets politico-économiques qui suscitent la furie guerrière des impérialistes  car leurs  réalisations feraient perdre à ces derniers les colossaux profits dont ils bénéficient. Ces esclavagistes des temps modernes ou néocolonisateurs n’ont qu’une seule obsession : maintenir l’Afrique, ce riche continent en ressources minières et humaines dans la servitude coloniale. Ces 4 grands chantiers de la renaissance africaine sont :


1 - La création des Etats-Unis (EUA) d’Afrique d’Alger au Cap et de Dakar à Djibouti n’enchante pas l’impérialisme  France qui tient à maintenir dans la servitude  son pré carré d’Afrique ou l’empire françafricain, une sorte d’espace vitale qui permet encore à la France de maintenir temporairement son rang de puissance moyenne sur la scène internationale. Pour combien de temps encore durera cette chape de plomb car les peuples luttent pour briser cette chaîne de l’esclavage comme le font le président Laurent Gbagbo et les peuples frère de Côte d’Ivoire. La création de l’Union pour la Méditerranée (UMP) initiée par le président Sarkozy aurait  aussi pour objectif de créer une scission entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne  en torpillant le projet  salutaire pour l’Afrique du Colonel Kadhafi qui est la création des EUA. Ces derniers feraient perdre définitivement et irréversiblement à l’hexagone sa domination coloniale sur son pré carré africain.


2 - Le FMI instrument d’asservissement et de paupérisation des pays africains par les puissances occidentales (programme d’ajustement structurel qui obligent les privatisations des secteurs clés de l’économie nationale et le désinvestissement dans les secteurs sociaux), sera remplacer par le FMA (Fond Monétaire Africain) qui sera créée courant 2011.Son capital de 42 milliards de dollars, est majoritairement libyen et son siège sera implanté à Yaoundé au Cameroun.  

         

3 - La création de la Banque Centrale Africaine avec le siège à Abuja au Nigeria  permettra de frapper la monnaie africaine prélude à une véritable indépendance monétaire et économique. Cette nouvelle donne sonnera le glas de la  domination coloniale de la France à travers le FCFA  en Afrique francophone. Le trésor français perdra  des milliards de devises étrangères spoliées aux anciennes colonies d’Afrique centrale et occidentale.


4 - La Banque Africaine d’Investissement à Syrte en Libye, qui permettra les financements des grands projets de développement  sans recourir aux banques occidentales et leurs  avec leurs conditions de surprofits qui maintiennent nos états en esclavage et de débiteurs permanents.

 

Les efforts consentis par le Guide afin de concrétiser le projet des EUA , sont malheureusement torpillés par  un certains nombre de Chefs d’états africains valets de l’impérialisme occidental qui tient  fermement à  diviser le continent pour  mieux la dominer et piller ses colossales ressources naturelles.    

                        

L’Afrique est un continent dont les potentialités en ressources humaines et naturelles feraient de lui le continent  émergeant dans un bref avenir voire la future  puissance qui prendrait la relève de la République populaire de Chine au milieu du 21ème et  début  22ème siècle. Ce projet est possible que si les patriotes  panafricanistes exercent  simultanément les pouvoirs dans tous les états membres de l’UA et ayant une volonté politique réelle de mécènes de développement

et  une ambition de créer les EUA pour les générations futures.                                                                                                                       

Les Forces africaines révolutionnaires et de progrès doivent inscrire dans leurs luttes, la perspective de l’indispensable création des EUA au sein d’un large front anti impérialiste. La lutte anti impérialiste qui à été la plate forme minimale idéologique des leaders des indépendances des années 60 et des luttes de libération des années 70 et 80, reste toujours d’actualité. La nouvelle génération doit reprendre le flambeau en luttant contre les présidents dictateurs qui s’opposent à cette perspective en dehors de laquelle notre continent morcelé continuera à être dominé, exploité, piller et maintenu dans la servitude par les impérialistes capitalistes.

 

Le Colonel Kadhafi est l’un des rares dirigeants des pays du sud qui contrôle les revenus du pétrole et les utilise pour le bien-être de son peuple.


Sur le plan intérieur et malgré leur haine atavique, les ennemis du Guide Kadhafi sont pourtant d’avis de reconnaître sa volonté de consacrer les revenus du pétrole au développement du pays et au bien-être de sa population. Contrairement à la majorité des pays africains producteurs de pétrole, dont les populations analphabètes à près de 80% vivent dans la misère, sans eau courante, sans électricité et meurent des maladies…, en Jamahiriya le Colonel Kadhafi  a sorti le pays du sous développement que l’avait plongé le roi Idriss renversé en 1969. La nationalisation de l’industrie pétrolière a permis au peuple libyen d’être maître de ses ressources naturelles, de  mener une politique indépendante anti impérialiste, et de moderniser le pays. Le niveau de vie de la population est l’un de plus élevé d’Afrique. Selon le rapport  du PNUD 2010, le IDH de la Libye rivalise avec certains critères de développement  de nombreux pays du nord : Taux de scolarisation 95,8%, Espérance de vie : 78 ans, Développement humain: 53/169, PIB par habitant : 14802 $/hab. À ce sujet, laissons la parole à  l’’écrivaine Franco-camerounaise engagée Calixthe Beyala  qui écrit en 2007 : « j’ai été dans des hôpitaux gratuits, ultramodernes, où chaque ci­toyen avait accès aux soins ; j’ai rencontré des hommes heureux de me dire qu’à vingt-cinq ans, chacun d’entre eux avait automatiquement droit à un appartement climatisé avec eau et électricité ; j’ai rencontré des jeunes femmes rieuses, voilées certes, mais souriantes, car, grâce à Kadhafi, elles fréquentent de plus en plus les universités, elles sont avocates, femmes d’affaires, médecins, mal­gré le courroux des chefs religieux, qui voient leur pouvoir s’effriter face à cet homme qui a donné une place importante aux femmes dans un pays musulman ; ce n’est pas moi qui le dis, mais les statis­tiques des Nations unies soulignent ».


La volonté et la détermination du Colonel Kadhafi à développer son pays  et accroître le bien-être de sa population, sont indéniables. C’est le constat fait récemment par une délégation de professionnels du secteur médical de Russie d’Ukraine et de Biélorussie Ces derniers ont écrit une lettre d’appel au président russe Dimitri Medvedev et au premier ministre Vladimir Poutine après s’être familiarisé avec la vie en Libye et de leur point de vue dans peu de nations les gens vivent dans un tel confort.


« Les Libyens bénéficient de soins gratuits et leurs hôpitaux ont les meilleurs équipements dans le monde. L’éducation en Libye est gratuite les gens capables ont la possibilité d’étudier à l’étranger au frais du gouvernement. Quand ils se marient les jeunes couples reçoivent 60.000 dinars libyens (environ 50.000 $ US) comme aide financière en prêt d’état sans intérêt et comme le montre la pratique sans date limite. Grâce aux subventions d’état le prix des voitures est bien moins cher qu’en Europe et chaque famille peut se permettre d’en avoir une. L’essence et le pain coûte presque rien il n’y a pas de taxe pour les agriculteurs. Le peuple libyen est calme et pacifique n’est pas porté à boire et est très religieux ».


Ils affirment que la communauté internationale a été mal informée sur la lutte contre le régime. « Dites- nous » disent-ils « qui n’aimerai

Partager cet article

Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Guerres coloniales
commenter cet article

commentaires

gérard 30/07/2011 13:22



Le nouveau nazisme version Otan.


L'Otan en Libye c’est incontestablement un nouveau nazisme qui réapparaîtsous une forme différente. Il n'est plus question
d'intervention d'exclusion aérienne depuis longtemps. Accords de l'ONU méprisés de A à Z, avec le gouvernement Français en tête qui ne cesse de pousser à l’escalade militaire et au massacre de
crainte de revenir bredouille de son impitoyable croisade barbare. En ayant bien pris soins avant les assauts, de se déguiser sous le masque des droits de l'homme alors que Kadhafi n’a jamais
donné ordre de bombarder les civils. C’est L’Otan qui massacre impitoyablement des civils. De surcroît l'Otan a déclaré : " Nous bombarderons toutes constructions civiles où Kadhafi ira se
réfugier ", au risque évident de faire des centaines de victimes civiles.


Jusqu'à bombarder de nombreuses villes en paix comme Tripoli, où les civils n'étaient pas du tout en danger. Villes qui se
retrouvent terroriser sous un déluge de bombes, parfois incendiaires, dont ces dernières sont interdites d’usage même sur des militaires ; Civils et militaires qui n’ont plus que des
mitraillettes et que l’OTAN, contaminé par la fureur de Nicolas Sarkosy et du repris de justice Alain Jupé, extermine jours et nuits jusque dans les villes où règne la paix et le
calme.


Pauvre France, enlisé dans le laxisme, qui ne
supporte pas les régimes disciplinaires bien plus capables de mettre de l’ordre que dans la république française DE TOUTES LES CHARIAS des désordres publics, de toutes les délinquances, rapines
et  trafics en tous genres, en nombre phénoménal ; De toutes les corruptions, saccages, braquages, violences, 450.000 cambriolages annuels avec
effractions, musiques dépravées, débauches, dévergondages, films d’horreur, de violence et d’obscénité, danses macabres des rêves-parties mêmes interdites et accompagnées de drogue, ivresses
collectives, défilés homosexuels et exhibitions de bas âge,  courses sauvages de véhicules sur routes et parkings, multitudes de festivités
destructrices de la planète, dépravations en tous genres, gaspillage des énergies, myriades d’incivilités journalières, 75.000 femmes violés, Guet-apens, crimes et caillassages continuels envers
la police, les pompiers, les médecins, etc. etc., favorisés par l’incroyable incurie d'une démente démocratie Française qui se permet de vouloir faire la police dans le monde entier y-compris
avec des bombes exterminatrices ; Qui se permet de donner des leçons de comportement aux gouvernements étrangers par la puissance des bombes et de
vouloir s’emparer des richesse pétrolières pour les gaspiller aux travers d’innombrables dépravations et des folles courses de véhicules dont notre premier Ministre et un Fan, alors que Kadhafi
ne demande qu'à discuter en réclamant des cessez-le-feu refusés en bloc par l'Otan et que son pays ne connait pas la multitude des horreurs du laxisme citées plus haut.


              Toutes les personnes sensées de la planète pourront affirmer
à Sarkosy, Jupé et la bande d’envahisseurs, que non content d'avoir créé le chaos dans toute la Libye, ils réinventent le cauchemar nazi exterminateur d’Auschwitz à leurs façons en bombardant des
milliers de civils et de surcroît au dessus des villes en paix, des cris de détresse des enfants et vieillards et de la population libyenne en
pleurs, qu'ils terrorisent jours et nuits pour satisfaire leur VANITÉ, LEUR ÉGO ET LEUR AMERTUME.


              Hitler avait exterminé par la folie, après avoir perdue la
raison ; La bande Sarkosyenne le fait par vanité, avidité et parce que la cruauté circule dans leurs veines ; Ce qui est beaucoup plus grave. 
Aurait-ont pu imaginer voici plus d’un demi siècle que Hitler n’était pas le pire des exterminateurs qui restaient à venir ! Car suite à toutes les enquêtes qui s’en suivront en Libye pour crimes
contre l’humanité terrorisme et barbaries de la part de l’Otan, L’histoire n’oubliera pas l'image qu'aura laissé Sarkosy, suivit de sa horde d'envahisseurs, pour le caser au rang des plus grands
criminels de guerre.


            En tous les cas, le Président Sarkosy, par son acharnement sanguinaire très manifeste, et aussi pour vouloir assassiner toute
la famille Kadhafi, y-compris ces 3 petits enfants de 2 ans, 1 an, et 4 mois, qu'il a fait massacrer associé à l’Otan, en scandant grossièrement qu'il ne vise pas Kadhafi tout en réduisant en
ruines toutes ses demeures sous les bombardements sauvages, il fait honte pas seulement à la France mais à TOUTE L’HUMANITÉ.


            Le masque diabolique mensonger qui cachait le véritable regard de Sarkozy sur les autres peuples et sur lequel est
inscrit "sauvons les civils" est bel et bien tombé pour laisser apparaître la réalité au travers des innombrables preuves photographiques de constructions civiles Libyennes
détruites.


Pour l'instant, Monsieur Sarkosy, quoi qu'il arrive, il a déjà perdu sur tous les tableaux du seul fait que désormais trois
gouvernements sont en formation en Libye : Celui du C.N.T., des islamistes radicaux et d'Al-qaïda. La folie meurtrière de sarkosy nous attirera de sévères retours de bâton pour
l'avenir.


 



gérard 30/07/2011 13:20



Statut de Rome. Guerre mondiale à nos portes.


Bombarder des villes en paix comme tripoli relève obligatoirement de crime contre l'humanité, de terrorisme, de barbarie. Les
preuves photographiques circulent par centaines sur internet prouvant au monde entier et à la C.P.I. que la résolution de 1973 est largement détournée de son objectif pour mener une véritable
guerre barbare contre la Libye afin de tirer profit de ses richesses et renflouer les déficits colossaux des pays de  l’Otan. Jusqu’à parachuter des armes françaises aux rebelles, interdit
par la résolution ; Armes que les rebelles disent ne jamais avoir reçu parce que l’un de ces groupes les a revendus à des mouvements islamistes. Et tenter de faire accoster un bateau du
Katar au pavillon Tunisien, bourré d’armes Françaises destinées aux rebelles, mais intercepté par l’armée Libyenne qui a récupérer tout le chargement…


Ce sont trois chefs d'accusation : CRIME CONTRE L’HUMANITÉ, TERRORISME ET BARBARIE, que la majeure partie du monde lance
contre Nicolas Sarkosy en tête suivis des principaux acteurs de l'Otan. 


 La C.P.I. n’a plus aucune légitimité dans de telles conditions, pour agir en
soutient aux massacres de l'Otan, les nations ne peuvent plus faire confiance à cette soi-disant cour de justice qui écarte les condamnations envers les plus grands voyous sanguinaires de la
planète pour de surcroît, les soutenir dans une vraie guerre de croisade contre le peuple Libyen, au mépris de toutes conventions de l’ONU et des résolutions de 1970 et 1973 méprisées à volonté.
La C.P.I. a très bien compris dès le début de l’action militaire qu’il s’agissait d’une croisade terroriste et barbare, mais a laissé faire. ET C’EST POUR TENTER DE CACHER SA COMPLICITE ENVERS LA
BARBARIE DE L’OTAN que cette CPI diabolique a lancée un mandat d’arrêt contre le clan Kadhafi qui n’a jamais ordonné de massacrer des civils. Civils que la coalition de l’Otan décime par
centaines SOUS LE REGARD INDIFFÉRENT DE LA C.P.I.


Cependant la C.P.I. a reconnu que Sarkosy avait menti en annonçant 6000 civils tués par Kadhafi alors que l’enquête en a relevé
200 dont la plupart ont été tués par des insurgés armés, les autres par des dommages collatéraux de l’armée. Sarkosy en mettant toutes ces victimes sur le compte de Kadhafi et en ayant prit soins
de les multiplier par 30 croit pouvoir tout se permettre jusqu’à terroriser sous des pluies de bombes des villes en paix comme Tripoli. Sarkosy devrait savoir que c’est déjà UN CRIME DE SA PART
de faire peser sur quelqu’un autant d’assassinats qu’il n’a pas commis. Le monde devrait se révolter contre l’Otan, ou le monde entier en subira les conséquences.


Ces faits-là sont définis par le statut de Rome [traité fondateur de la C.P.I. : Déclarant que ce sont des crimes de
guerre dès lors que des bombardements sont effectués sur des objectifs situés à proximité des populations civiles, mettant celles-ci en danger ; Et particulièrement sur des villes en paix comme Tripoli, où les civils qui étaient en paix avant l’intervention du 19 mars
se retrouvent terroriser et massacrer sous une pluie de bombes larguées par l’Otan. L’exclusion aérienne était terminée le 24 mars. Alors que Sarkosy et jupé ne cesse de prendre le monde pour des
imbéciles en vociférant toujours le même mensonge qui consiste à essayer de faire croire qu’ils protègent les civils,  qu’ils livrent des armes aux
rebelles pour protéger les civils. Livraisons d’armes de gros calibres avec canons, commencées début mars par la France à Benghazi, cachées dans un bateau de ravitaillement, avant même l’assaut
de l’Otan. Livraisons poursuivies par la mer au centre de la Libye, par la frontière du Niger dans des camions, ensuite parachutés par hélicoptère, puis dans un bateau du Katar, toujours pour
venir soi-disant au secours des civils DONT LE RÉGIME LIBYEN ASSURE LA PROTECTION DANS LES VILLES EN PAIX COMME TRIPOLI.


Lorsque François Fillon déclare : « Nous ne voulons pas que Benghazi devienne
Sébrénica », IL MENT AUSSI tout en omettant de dire que l’intervention de l’Otan a permit à Benghazi de devenir le même enfer que Sébrénica avec des épurations ethniques, lynchages,
tortures et massacres commis par des insurgés, où affluent désormais de nombreux terroristes et où le CNT et les Islamistes radicaux et autres organisations islamiques se disputent âprement le
pouvoir...


Mais la Libye est un Gâteau financier dont l’Otan veut profiter sous le
couvert d’innombrables mensonges. Pour preuves supplémentaires Kadhafi a proposé de nombreux cessez-le-feu et des élections transparentes refusées par l’Otan et les rebelles, il n’a jamais
ordonné de massacrer son peuple ou de mitrailler des civils. Mais l’Otan a peur que Kadhafi reste le maître du pétrole Libyen en gagnant les élections.


La réalité est désormais évidente ! C’est que L’OTAN A CRÉE LE CHAOS DANS TOUTE LA Libye, avec le même déchainement furieux
et sauvage que le fureur Hitler l’avait fait pour tenter de conquérir l’Europe ; Menaçant de conduire à une guerre mondiale pouvant être nucléaire.  Depuis le 19 Mars nous entendons sans cesse que kadhafi massacre son peuple, cette grossièreté guerrière n’est qu’un mensonge de Sarkosy, Jupé, reprise en cœur
par les leaders de l’Otan, pendant que les insurgés préparent de frauduleux montages filmés en toutes occasions pour soutenir leurs mensonges. Ils ya eu bien moins de dommages collatéraux
découlant de l’armée libyenne que les bombardements de l’Otan qui ont fait des villes libyennes en paix un champ de ruine, un tas de gravât de nombreux bâtiments publics, écoles, magasins, usines
de fabrique non militaire, administrations, émetteurs de télévision, musés etc. avec des centaines de civils tués et blessés et les casernes dans lesquelles Sarkosy demandaient aux soldats
Libyens de rentrer pendant qu’elles étaient toutes bombardées. PREUVE SUPPLÉMENTAIRE D’UNE FOLIE MEURTRIÈRE.


Chaque bombardement de l’Otan sur la Libye ne manquera pas de se traduire contre les pays de cette alliance par d’innombrables
calamités conséquentes au fur et à mesure que le grand ordinateur cosmique fera le « scan » de la planète.  Qui prend les armes pour une croisade périra par les armes ou les
foudres du ciel tôt ou tard.


 



Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives