Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 04:19

;

Ukraine - fagot de paille pour incendier la Russie

Eugene Tcherny (11 juillet)
« L’Ukraine est un fagot de paille pour incendier la Russie », dit notre auteur
ukraine+fagot+de+paille+-+big.jpg
Photo : REUTERS
Cependant pour le moment Obama n’arrive pas encore à souffler pleinement sur le feu
La raison formelle des troubles de Kiev, pour qui se souvient, avait été le refus de Ianoukovitch au dernier moment de signer un accord avec l'UE. Il a été renversé. Le nouveau président Porochenko a signé l’accord en condamnant l'Ukraine à la gestion externe (l’Union Européenne a obtenu le droit de veto sur toute décision des autorités ukrainiennes.) On pourrait imaginer que le pays retrouve la paix et l'amour !
Mais le génie sanglant a été libéré de la bouteille... On dit que Kiev n’est qu’une petite monnaie de change dans la guerre non-déclarée entre Moscou et Washington. Obama, à ce qu’il dit, a donné en Ukraine une réponse asymétrique à Poutine. En effet, grâce à la position ferme du VVP (Vladimir Vladimirovitch Poutine, NDT) en Syrie, « le printemps arabe » de Barack s’est étouffé, les États-Unis n’ont pas pu achever l’Iran... 
LA GUERRE PASSERA L’ÉPONGE SUR TOUT !

La raison est beaucoup plus vaste — affirme le directeur de l'Institut des problèmes de la mondialisation, docteur en économie Mikhaïl Deliaguine. – C’est la tentative de sauver le capitalisme mondial tombant en ruine.
Les obligations d'État des États-Unis sont le fondement du système financier mondial. Afin d’accroître la dette des États-Unis, qui en 2011 est devenu égal au PIB (15,1 trillions de dollars), et maintenant dépassant les 17,5 trillions de dollars, Washington doit maintenir leur demande croissante.
Mais l'UE n'a pas d'argent pour les acheter. Le plus grand détenteur d'obligations d’état américain la Chine ($ 1,26 trillion) veut des garanties contre la dépréciation du dollar, ce qui prive les Américains des recettes exceptionnelles dues à son émission. Les possibilités duJapon ($ 1,21 trillion 2e place dans la liste des créanciers américains) même remis sur pied après Fukushima ne sont pas suffisantes pour combler les besoins des spéculateurs américains.
— On dit que la Russie, avec le début de l'embrouillamini à Kiev, a commencé à se débarrasser à la dérobée d’obligations de la dette américaine.
Pourquoi à la dérobée ? Au contraire, nous faisons tout trop ouvertement et trop franchement. En octobre, les investissements russes dans les titres d'État américain s’élevaient à 149,9 milliards de dollars la 10e place dans le monde. C’est à ce moment qu’une décision formelle a été prise de les réduire. En mars il n’en restait que pour 100,4 milliards de dollars – la 13e place. Ce n'est pas dû à la politique étrangère, selon les théoriciens de la conspiration, sinon aux interventions de change de la Banque de Russie sur le marché intérieur afin de stopper la chute du rouble. Lorsque le problème a été résolu en avril, la Russie a racheté des titres des États-Unis pour 16 milliards de dollars !
Cependant, dans l’ensemble, les États n'ont pas assez de moyens pour la charge de la dette américaine. En revanche, les ressources des spéculateurs mondiaux croissent. Afin de « les pousser en Amérique », il faut effrayer les spéculateurs à mort en étendant le chaos global, en y plongeant de nouveaux territoires, tout en attribuant à l'organisateur de ce chaos la réputation de l’unique « havre de paix » au monde.
Toute la politique américaine est encore soumise à cet objectif depuis l’anéantissement de la Yougoslavie.
Dans l’ensemble, elle a épuisé ses possibilités. De l'accroissement de la dette nationale, il est temps de passer à son effacement, de l’expansion de la zone de chaos à la grande catastrophe qui justifierait une telle annulation.
— Il est connu que la guerre passera l’éponge sur tout ! D’autant plus, la grande...

« Nézalejnaya » (« Indépendante » en Ukrainien, NDT) ce n’est qu’une botte de paille, appuyée contre la maison du voisin. Si les Américains réussissent au moyen de l’Ukraine « ardente » à « enflammer » la Russie et ainsi arranger la Troisième Guerre Mondiale, le problème d'effacement de la dette mondiale sera résolu à nos frais. Mais, jusqu'à présent, cela ne fonctionne pas. La réunification avec la Crimée a subitement donné à Poutine un énorme crédit de confiance. C'est justement ce qui a causé l'hystérie de l'Occident et de sa « cinquième colonne » libérale.
— Toutefois, les Yankees n’abandonnent pas les tentatives pour attiser le feu...
Ce n’est pas en vain qu’en Ukraine « luisent » et même périssent de hauts dignitaires de la CIA. Une raison de plus pour les États-Unis de détruire l’Ukraine est de couper l’Union européenne de la Chine.
— La Chine qu’est-ce qui est à faire là-dedans ? (Elle a) également décidé à adhérer à l'UE ?
Vendre ses marchandises ! Compte tenu de l’orientation incurable de l'économie à l'exportation, la question d’acquisitions de nouveaux marchés pour Pékin est une question de survie. Donc, elle a jeté son dévolu sur l'Union européenne. Mais les routes maritimes vers l'Europe sont contrôlées par la flotte américaine. Les Yankees peuvent à leur gré bloquer subitement tout trafic. Une idée naît à Pékinl’idée d’une « nouvelle route de la soie » reliant les producteurs chinois aux consommateurs européens par la voie terrestre juste au moment où ces derniers s’appauvrissent sous les coups de la crise et la concurrence américaine. Ianoukovitch a donné son accord pour créer une plate-forme de transport chinois en Crimée. Pour briser ce projet, les États-Unis et leurs satellites européens ont « enflammé » l’Ukraine aussi précipitamment. En effet, initialement le renversement de Ianoukovitch était prévu pour l'été 2014, comme l’affirment les banderistes aux journalistes.
Transformée en une nouvelle Somalie, l’Ukraine pourrait très bien couper l'Union européenne du gaz russe. En l’obligeant d'acheter le coûteux gaz de schiste américain, dont l'exportation commencera à partir de l’année 2016.
D'autre part, les transnationales européennes aussi bien qu'américaines sont avides de s'emparer du marché et des ressources de l'ancienne Ukraine. Les parents de dirigeants américains, comme on le sait, font partie de la direction de sociétés ayant des visées sur le gaz et le pétrole ukrainiens. L’objectif américain est de s’emparer également du système de transport du gaz.
La société « Westinghouse » tente de remplacer le combustible russe pour les centrales nucléaires ukrainiennes par le leur. Cela rapportera jusqu'à 1 milliard de dollars par an, et sans même l'aménagement de la zone de Tchernobyl en dépotoir paneuropéen des déchets nucléaires, et couvrira largement les frais des États-Unis engagés pour organiser le coup d'État nazi à Kiev. Le géant mondial de production des organismes génétiquement modifiés « Monsanto » s’intéresse aux terres noires locales. Sans parler du charbon du Donbass, dont toute l’Ukraine ne peut s’en passer, qui est une prime énorme. Les fameuses subventions de 13 milliards de grivnas — 3 % du budget ne concernent que 18,3 % de la production (principalement les mines d'État), et le reste est tout à fait rentable. Et ces mêmes subventions, en réduisant le prix, soutiennent aussi bien les services de logement, que l'ensemble de l'économie ukrainienne, dont le Donbass est le véritable maître. À propos, c’est pour cela qu’on le détruit.
Il est clair que la prise (sous le couvert de privatisation) des actifs nationaux nécessite l'effondrement de la structure de l'État ukrainien. L'effondrement est nécessaire également aux transnationales européennes, qui ont aussi jeté leur dévolu sur la riche terre noire (comme Hitler en 1941), sur le secteur d’énergie, les ports fluviaux et maritimes, l'industrie chimique et le business du charbon, particulièrement important dans les conditions de la « renaissance du charbon » dans de l'énergie européenne. Et le rôle clé des ministres des Affaires étrangères de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne et de la Pologne dans la réalisation du coup d’état nazi en Ukraine, qui a détruit ses structures étatiques, est très convaincant. Bien que les politiciens européens ne soient que des marionnettes des stratèges américains et mondiaux qui ont personnellement organisé et orchestré la catastrophe ukrainienne.
— Ah bah, tout s’est chamboulé dans la maison ukrainienne !
Il est important de comprendre que le contrôle des ressources, à la différence du contrôle des marchés, n’éveille pas chez les nouveaux colonisateurs l’intérêt au maintien de la vie normale du pays maîtrisé. On voit des exemples du fonctionnement ininterrompu de l'infrastructure d'exportation dans les conditions des conflits internes les plus violents dans toute l'histoire moderne de l'Afrique.
En outre, le secteur de l'économie réelle est plus faible politiquement que le secteur financier. C’est pourquoi la partie intéressée à maintenir une vie normale dans l'ancienne Ukraine (puisque quelqu'un doit consommer l'électricité et le gaz, et les ports doivent gérer les marchandises d'exportation) perdra toujours face aux financiers. Ils n’ont, en effet, besoin que de semer le chaos sanglant, s'étendant de préférence à la Russie.
Ainsi, presque tous les intérêts mondiaux existants actuellement se sont rencontrés en Ukraine, à l’exception peut-être ceux de l'islam politique.
— On prédit à l’Ukraine le sort de l'ex-Yougoslavie. Elle a déjà perdu la Crimée. Maintenant nous avons l’Ukraine Centrale sous le contrôle de Kiev, les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Plus il y a aussi la « Nouvelle Khazaria », dont on ne parle pas en Russie.
Plus précisément de l'appeler le « caïdat de Kolomoïsky ». En fait, c’est une nouvelle structure étatique. Elle a déjà déclaré son indépendance par rapport aux autorités de Kiev, en particulier, par le refus fondamental de se conformer à une « trêve » provisoire annoncée par Porochenko à la fin du mois de juin. Pour autant qu'on puisse en juger, le Caïdat, en plus de la région de Dniepropetrovsk (où gouverne l’oligarque), comprend aussi la région d’Odessa dirigée par son manager et le Zaporozhye. Un contrôle moins rigide est établi sur les régions de Nikolaïev et de Kherson. Probablement, un contrôle est en train de s’instaurer dans la région de Kharkov.
Le noyau de gestion est formé par des managers, gibiers de correctionnelle, du groupe « Privat » de l’oligarque Kolomoïsky. Ils ont leurs propres forces armées bien équipées, organisées et entraînées sous forme de plusieurs détachements punitifs, qui, pour la splendeur, sont appelés « bataillons ». La terreur a permis à Kolomoïsky de réprimer dans la région de Dniepropetrovsk la résistance aux nazis, de « ratisser » Zaporozhye, Nikolaïev et Odessa, et dans cette dernière d’organiser également un bain de sang, le 2 mai.
Kolomoïsky a construit à Dniepropetrovsk un centre culturel juif, le plus grand de l’Europe, d’une superficie de plus de 50 000 mètres carrés. L'activité dans ce sens lui assure de l'influence internationale et permet, en cas de besoin, de compter sur la reconnaissance formelle. Il semble que les États-Unis ont reconnu de facto l'indépendance du Caïdat du Gauleiter de Kiev, Porochenko, et ce dernier ne peut rien y faire. Étant donné qu'aucun des fonctionnaires de Kiev n'a participé à la réception de la délégation officielle des États-Unis sur le terrain de Kolomoïsky.
— Quelle évolution prendront les évènements chez nos voisins ?
Porochenko n’arrivera pas à réprimer la résistance armée à Donetsk et à Lougansk. Puisque le nazisme n'est pas rentable et son financement par « Gazprom » sous forme de la livraison gratuite de gaz russe a finalement cessé, déjà en automne, dans certaines régions de l'ancienne Ukraine, la famine commencera. Au printemps, elle se répandra sur une grande partie de cette zone.
Kiev va essayer de couper la menace d'un soulèvement populaire en Novorossia et à l’Est de l'Ukraine (en dehors des frontières des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk) par la terreur impitoyable en masse, et les humanistes et les démocrates des États-Unis et de l'Union Européenne se feront un plaisir de financer la construction de camps de concentration et l'expansion des organisations terroristes. La destruction de l'économie ukrainienne fera du service dans les unités de répression le seul gain possible, et beaucoup de gens désespérés s’y engageront, uniquement pour se nourrir.
En même temps la lutte pour le pouvoir à Kiev même va s’intensifier. Les bandits du « Pravy Sektor », jusqu'à présent se vendant au détail, commenceront à offrir leurs services déjà au niveau du commerce politique de gros. Les bandes armées de Lyachko et d’autres personnages deviendront plus fortes. Timochenko, curieusement, n’a pas pu encore utiliser ses ressources politiques et financières importantes pour créer ses propres bandes. Porochenko ne pourra du tout former sa bande personnelle, et donc restera la marionnette d’ornement.
La chamaillerie pour le pouvoir à Kiev fera du territoire de Caïdat « ratissé » par Kolomoïsky un régime politique idéal aux yeux des tuteurs occidentaux et contribuera à la tentation de lui léguer le pouvoir ainsi que sur Kiev en faisant de lui le chef suprême de l'Ukraine nazie.
Ce chaos de la politique interne affaiblira l'efficacité de la terreur en réunissant les conditions d’un soulèvement populaire à grande échelle.
S'il réussit, le pouvoir des nazis sera ébranlé, et, fort probablement, Kiev sera libéré aussi. Alors, l’Ukraine ayant passé des épreuves terribles commencera la réunification avec la Russie.
Si cela échoue ou est étouffé dans l'œuf L’Ukraine en espace d’une année se transformera en un « Champ Sauvage ». La partie active de la population se dispersera pour chercher son gagne-pain en Russie ou en Occident, ou bien se rangera parmi les bourreaux.
La seule alternative à cela est une autorisation formelle par la loi et la formation de ses propres sociétés militaires privées russes semblables aux américaines et européennes faisant la guerre en Ukraine. Pour cela, même la Douma peut être rappelée de vacances une journée plus tôt, alors les combattants du Sud-Est auront le soutien leur permettant de nouveau libérer Kiev de l'occupation nazie avant l'hiver.
Mais ceci est peu probable : les dirigeants russes craignent la troisième guerre mondiale avec l'Occident. Bien qu’il ne puisse plus nous témoigner plus de haine que maintenant, alors, selon le principe « autant vaut bien battu que mal battu » ces actions seraient les seules responsables et efficaces. 

Source : m.kp.ru : Украина - вязанка соломы для поджога России
Traduction : GalCha

.

Ukraine - encore le trafic d'organes

La voix russe de Kharkov

16.07.2014
Karkhov+-+5341fc613fe1593ffbdfedb3c6821f
Informations de sources certaines :
Dans la zone du village Bezlyudovka de la région de Kharkov, les représentants de Pravy Sektor détruisent régulièrement à l’usine d’incinération des ordures ménagères des cadavres de personnes non-identifiées, qui probablement sont mortes dans l'ATO dans le Donbass. Les corps sont amenés à l’usine dans des camions poubelles municipaux, ainsi que dans les camionnettes couvertes "Gazelle" (marque Russe, NDT). En outre, les cadavres sont incinérés à la décharge près du village Bezlyudovka.
Les habitants de la zone Fedoseevka du district Troitsky de la région de Lougansk et dans les environs de la ville Stchastier de la région de Lougansk ont trouvé des corps de personnes tuées par balle et avec les organes vitaux retirés. Ces corps appartiennent pour la plupart à des individus âgés de 20 à 35 ans. Les cadavres ont des blessures par balle à la tête, semblables à celles faites par des tireurs d'élite.
Les cadavres ont été retrouvés en même temps que l'apparition de chirurgiens allemands dans plusieurs hôpitaux des centres régionaux contrôlés par les forces ATO, et avec l'apparition des équipes mobiles de la Croix-Rouge, qui n’apportent pratiquement aucune aide à la population locale. Leur vrai objectif (et de ceux qui se masquent sous le couvert de la Croix Rouge) – est la collecte d’organes.
Sergey Moïsseïev,
Président de l'association régionale de Kharkov "Rus Triedinaya (Russie Trinitaire, NDT) "
Agence centrale d’information de Novorossia

Novorus.info
.
▼  2014 (84) .
.
.
Je ne sais pas ce que ça vaut, communiqué par Ph Gilis :

Ils ont été vendus par Israel aux nazis militaires de Kiev il y a trois jours.

Ces missiles laser à tête chercheuse ont été effectivement mises en Ukraine et remis au gouvernement ukrainien NAZI-contrôlé par le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu, trois jours avant l'avion de Malaisie a été abattu.


Netanyahu a immédiatement ordonné une invasion terrestre de la bande de Gaza dans les deux heures après que le gouvernement ukrainien NAZI abatte le vol Malaisie MH-17.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Guerres futures - mondiale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives