Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 02:15

 

apartheid gaza

 

Le blocus imposé par Israël depuis quatre ans, l’attaque militaire de 23 jours menée en 2009 et les querelles politiques intestines entre le Hamas et le Fatah ont provoqué une « crise humanitaire » dans la bande de Gaza. Voici la liste des principaux événements qui ont abouti à la situation difficile dans laquelle se trouve actuellement les gazaouis.

La situation économique, la sécurité alimentaire et la santé des quelque 1,5 million dePalestiniens (dont environ 80 pour cent sont réfugiés) se sont considérablement dégradées depuis l’embargo économique, imposé en 2006, d’après les Nations Unies.Israël soutient qu’il ne s’agit pas d’une crise humanitaire, car à l’en croire, les besoins fondamentaux de la population sont satisfaits, et le blocus imposé vise à sanctionner le gouvernement gazaoui, dirigé par le Hamas, et non la population civile.

apartheid gaza11 septembre 2005 – Israël procède au retrait unilatéral d’environ 8 000 habitants israéliens de la bande de Gaza. Le pays dit avoir mis fin à près de 40 ans d’occupation de la bande après le retrait de tous ses soldats et le démantèlement de ses structures militaires à Gaza. D’aprèsles Nations Unies [page 3, section I] toutefois, l’occupation israélienne se poursuit, Israël conservant le contrôle de l’espace aérien et maritime, ainsi que des frontières gazaouis, et imposant une zone contrôlée le long de la frontière, dans Gaza.
15 novembre 2005 – L’Accord sur la circulation et l’accès (AMA), signé par Israël et l’Autorité palestinienne (AP), stipule que Rafah et tous les autres points de passage frontaliers permettant d’entrer dans Gaza opèrent en continu et qu’Israël permet la circulation des marchandises et des personnes entre la Cisjordanie et Gaza.
25 novembre 2005 – Le terminal de Rafah, situé à la frontière égyptienne, ouvre pour des passagers sélectionnés en vertu de l’AMA. La Mission d’assistance frontalière (BAM) de l’Union européenne (UE) supervise le contrôle frontalier.
apartheid gazaJanvier 2006 – Le Premier ministre israélien Ariel Sharon a une attaque. Ehud Olmert devient Premier ministre par intérim. Des violences généralisées sont commises par les militants du Fatah à Gaza à l’approche des élections législatives palestiniennes.
25 janvier 2006 – Le Hamas remporte la majorité des sièges face au Fatah, à l’issue des élections législatives.
30 janvier 2006 – Le Quatuor (les Etats-Unis, l’Union européenne, les Nations Unies et la Russie) dicte trois conditions que le Hamas devra respecter pour pouvoir continuer à bénéficier de l’aide internationale : reconnaître Israël, renoncer à la violence et accepter les accords préalablement signés.
Février 2006 – Israël décide de retenir plusieurs millions de dollars de recettes fiscales mensuelles, qu’il doit à l’AP.
12 mars 2006 – Israël ferme Erez, l’unique point de passage situé à la frontière israélo-palestinienne permettant l’entrée et la sortie des Palestiniens. Seuls les titulaires de permis spéciaux, généralement les patients nécessitant des soins médicaux d’urgence et les travailleurs humanitaires, sont autorisés à franchir la frontière.
Mars 2006 – Les Etats-Unis suspendent l’aide à l’AP, interdisent tout contact entre le gouvernement américain et l’AP, ainsi que les transactions non autorisées avec celle-ci. Le Bureau du Trésor public américain responsable du contrôle des actifs étrangers (OFAC) interdit les transactions financières avec l’Autorité palestinienne ; les organismes onusiens et les responsables de l’Union européenne cessent tout contact avec l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et à Gaza. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), le terminal de Karni, principal point de passage commercial de Gaza, est resté fermé pendant 60 pour cent de l’année et le prix des vivres a augmenté de 30 pour cent.
apartheid gazaAvril 2006 – Le gouvernement de l’AP, dirigée par le Hamas, rejette les conditions du Quatuor. Le chômage atteint les 50 pour cent à Gaza, et 67 pour cent des familles vivent en deçà du seuil de pauvreté, selon les Nations Unies.
Mai 2006 – Face à l’aggravation de la crise, l’UE met au point le Mécanisme temporaire international (MTI) pour faire parvenir des fonds à l’AP et assurer ainsi le fonctionnement continu des services publics essentiels et des livraisons hebdomadaires de carburant dans Gaza.
Juin 2006 – Des militants palestiniens capturent le soldat israélien Gilad Shalit au cours d’un raid transfrontalier, déclenchant une incursion israélienne massive dans Gaza, baptisée l’opération Pluie d’été. Israël bombarde la seule centrale d’énergie de Gaza. Le pays arrête la majorité des membres du cabinet du Hamas.
Octobre 2006 – Les négociations sur la formation d’un gouvernement d’union palestinien échouent. Les relations entre le Fatah et le Hamas continuent de se détériorer.
26 novembre 2006 – Le président palestinien Abbas et le Premier ministre israélien Olmert conviennent d’un cessez-le-feu, mettant ainsi fin à la série d’incursions militaires israéliennes menées pendant cinq mois dans la bande de Gaza et qui ont coûté la vie à plus de 457 personnes, dont un quart d’enfants, et fait plus d’un millier de blessés, selon le ministère de la Santé de l’AP. Ces opérations ont entraîné la destruction de terres agricoles, d’infrastructures et d’habitations, et des milliers d’habitants ont dû être hébergés dans les refuges des Nations Unies.
Décembre 2006 – Israël consent à débloquer 100 millions de dollars sur les recettes fiscales palestiniennes.
apartheid gazaMars 2007 – Le nouveau gouvernement palestinien d’union nationale prête serment, dirigé par Ismail Haniyeh, membre du Hamas ; son cabinet comprend à la fois des membres du Fatah, des membres du Hamas, des indépendants et des députés gauchistes.
7 juin 2007 – Le Hamas prend le contrôle de Gazaaprès avoir ordonné au Fatah de renoncer aux postes qu’il occupait. Le président Abbas dissout le gouvernement d’union et déclare l’état d’urgence.
9 juin 2007 – Le point de passage de Rafah, à la frontière égyptienne, est fermé au public. Jusqu’au 1er juin 2010, il n’ouvre que de temps à autre, pour les cas particuliers, notamment pour laisser passer les patients, les étudiants et les titulaires de visas étrangers.
12 juin 2007 – Israël ferme le point de passage de Karni, à la frontière israélo-palestinienne. Il s’agit du seul point de passage de Gazapermettant l’entrée de grandes quantités de marchandises commerciales, selon les Nations Unies. Un tapis roulant unique reste en service, permettant le transfert de céréales.
Novembre 2007 – Les leaders israéliens et palestiniens conviennent, lors d’une conférence tenue à Annapolis par le président américain George Bush, d’engager des pourparlers en vue de parvenir à un accord sur un futur Etat palestinien d’ici à la fin 2008.
2 décembre 2007 – La Cour suprême israélienne décide que limiter l’approvisionnement de Gaza en carburant et en électricité est conforme à la loi israélienne. La cour rejette la plainte déposée par les habitants palestiniens de Gaza et les associations israéliennes et palestiniennes de défense des droits humains, telles queB’Tselem, selon laquelle ces mesures risquent de causer des préjudices humanitaires considérables.
Décembre 2007 – Les bailleurs de fonds s’engagent à mobiliser 7,4 milliards de dollars d’aide en faveur de Gaza, lors de la conférence des bailleurs tenue à Paris.
free palestineJanvier 2008 – 700 000 Gazaouis franchissent la frontière égyptienne par le point de passage de Rafah, selon les estimations des Nations Unies, pour obtenir des vivres et du carburant, face aux pénuries causées par le blocus. Les tunnels souterrains creusés le long de la frontière entre l’Egypte et Gaza et empruntés pour faire passer des marchandises et des armes en contrebande dans Gaza sont désormais aussi utilisés pour acheminer d’autres produits, tels que des vivres et des médicaments.
Mars 2008 – Au moins 110 personnes trouvent la mort au cours d’une attaque aérienne et terrestre menée par Israël contre Gaza, et qualifiée par les Nations Unies de « recours disproportionné à la force » et par Israël d’opération visant à mettre fin aux agissements des militants palestiniens qui lancent des roquettes sur le sud d’Israël. Selon d’importantes organisations humanitaires, la situation humanitaire à Gaza n’a jamais été aussi grave depuis 1967.
Juin 2008 – Le Hamas et Israël concluent un cessez-le-feu négocié par l’Egypte, qui appelle les militants à cesser de lancer des roquettes sur Israël, en échange d’un allègement du blocus imposé par Israël sur le territoire, et d’une cessation des assassinats ciblés commis à Gaza.
4 novembre 2008 – Israël ferme tous les points de passage frontaliers permettant de se rendre dans Gaza à la suite d’une incursion militaire israélienne à Gaza, qui a incité les militants palestiniens à reprendre leurs tirs de roquettes quotidiens contre différentes villes israéliennes. Le cessez-le-feu était en grande partie respecté depuis cinq mois. L’aide et le personnel humanitaires ne sont désormais plus autorisés à rentrer dansGaza. Les responsables humanitaires tirent la sonnette d’alarme face à l’aggravation de la crise humanitaire.
19 décembre 2008 – L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) est contrainte de suspendre les services de distribution alimentaire qu’elle assurait à Gaza, en raison de la fermeture continue des frontières. Une trêve de six mois prend fin tandis que les tirs de roquettes se poursuivent depuis Gaza. Selon le Hamas,Israël n’a pas assoupli le blocus du territoire et continue de se rendre coupable d’assassinats ciblés. Les vivres, les carburants, le matériel médical, et autres produits de base deviennent dangereusement rares à Gaza, selon les organismes des Nations Unies.
27 décembre 2008 – Israël lance une offensive militaire d’une durée de 23 jours, baptisée opération Plomb durci, contre Gaza ; l’opération consiste en une série de bombardements aériens, suivis d’une invasion terrestre dont l’objectif annoncé est de mettre fin aux tirs de roquettes contre Israël.
apartheid gaza19 janvier 2009 – Israël déclare un cessez-le-feu unilatéral. Le bilan des morts causées, du côté palestinien, par l’opération militaire varie, mais d’après les organisations non gouvernementales (ONG), entre 1 387 et 1 417 personnes auraient trouvé la mort au total ; elles seraient 1 444 selon les autorités gazaouies, et 1 166, selon Israël. Au moins 5 380 personnes ont été blessées, dont 1 872 enfants et 800 femmes, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Entre juin 2004 et le 19 janvier 2010, enIsraël, 19 civils, dont quatre mineurs, ont été tués par des roquettes et des tirs de mortiers palestiniens. En outre, deux soldats israéliens, un civil israélien et un ressortissant étranger ont été tués par des roquettes Qassam artisanales dans des colonies israéliennes, selon l’association de défense des droits humains B’Tselem.
Février 2009 – A la suite de la guerre, la crise humanitaire semble imminente à Gaza. Des milliers de personnes sont sans abri.
Mars 2009 – Benjamin Netanyahu est investi des fonctions de Premier ministre israélien et de dirigeant du nouveau gouvernement de coalition.
Avril 2009 – 150 000 Gazaouis n’ont toujours pas l’eau courante à la suite de l’opération Plomb durci.
Mai 2009 – Le président américain Barack Obama rencontre Benjamin Netanyahu et appelle à reconnaître un Etat palestinien et à limiter les colonies en Cisjordanie.
Juin 2010 – Selon un rapport du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le blocus israélien a un impact « dévastateur » sur la vie des Palestiniens.  Dix-huit mois après l’offensive de 23 jours menée par Israël dans la bande de Gaza, les trois quarts des habitations, des infrastructures et des bâtiments endommagés n’ont pas été réparés, selon les conclusions d’une évaluation des besoins en matière de reconstruction, publiée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Jérusalem. Neuf activistes pro-palestiniens sont tués par la marine israélienne en eaux internationales, alors qu’ils tentaient de gagner Gaza à bord d’une flottille de six navires transportant 10 000 tonnes de marchandises, dans le but de forcer le blocus.
apartheid gazaJuillet 2010 – Israël annonce son intention de desserrer le blocus de Gaza et publie une liste officielle des produits interdits d’entrée dans Gaza. Selon les Nations Unies, seule la levée totale du blocus permettrait de résoudre la crise humanitaire. Aujourd’hui, environ 1,1 million de réfugiés palestiniens de Gazabénéficient des services offerts par l’UNRWA ; 61 pour cent de la population de Gaza souffre de l’insécurité alimentaire ; et le taux de chômage atteint presque 40 pour cent, selon les Nations Unies.
30 juillet 2010 – Une roquette tirée depuis Gaza touche la ville côtière d’Ashkelon, enIsraël, occasionnant des dégâts, sans faire de victimes. Israël lance une frappe aérienne contre le port de Gaza et la ville de Gaza, qui fait un mort dans les rangs des combattants du Hamas et un certain nombre de blessés au sein de la population civile.

source : IRIN

apartheid gazaCette liste est longue malheureusement. Merci à vous de l’avoir lu afin de vous faire une meilleur idée de l’ampleur de la catastrophe humanitaire et du caractère planifié de l’épuration organisée par Israël (Cette liste est présentée de manière objective par des membres indépendants appartenant à l’ONU ; si j’avais été l’auteur de cette liste mon parti pris pour ceux qui souffrent aurait été plus flagrant).

Merci surtout au personnel de l’ONU chargé d’effectuer ce rapport et à tout ceux qui soutiennent et agissent pour améliorer les conditions de vie des palestiniens et des gazaouis en particulier. Merci à ceux qui le font en plein jour (la flottille de la liberté par exemple) et à ceux qui agissent diplomatiquement. Ces derniers ne sont pas toujours reconnus par nos sociétés, mais beaucoup sont désintéressés et souhaitent vraiment que les peuples de la terre vivent en paix et puissent satisfaire leurs besoins élémentaires.

apartheid gazaPour que le peuple palestinien cesse enfin de souffrir et pour qu’il connaisse enfin la paix dont tout le monde a droit, continuons d’agir en faisant pression sur nos dirigeants afin qu’ils passent en priorité le bien être des populations avant les échanges économiques et les ventes d’armes avec l’état d’Israël.

LGV

Si vous avez aimé cet article, je vous recommande :

  1. L'Europe reconnais les exactions de Tsahal dans la bande de Gaza, mais à demi-mot.
  2. « Flottille de la liberté », Israël au dessus des lois ?
  3. Le processus de paix entre Israël et Palestine doit commencer même avec de nouvelles colonies

Auteur : LGV - Source : http://www.legrandvillage.com/

 

 

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=14837

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives