Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 00:06

 

 

Ukraine : Quand Lavrov renvoie la balle aux Etats-Unis...

Ukraine : Quand Lavrov renvoie la balle aux Etats-Unis...  
IRIB-La Russie avait introduit ses propres sanctions en réponse à la « liste noire » établie par la Maison Blanche.

 

Le MAE russe a publié la liste des hommes politiques et des fonctionnaires américains désormais interdit d’entrée en Russie. La liste comprend des assistants de Barack Obama et certains congressistes et sénateurs connus pour leurs prises de position antirusses, dont le sénateur républicain John McCain.

A peine le président américain a-t-il annoncé un train de sanctions contre des fonctionnaires russes, que le MAE russe publiait la liste noire d’Américains interdits d’entrée en Russie. La liste comprend 9 hommes politiques américains au total dont les plus notoires sont le président de la Chambre des représentants John Boehner et le sénateur républicain John McCain.

Boehner s’est plus d’une fois permis de tenir des propos désobligeants tant à l’égard de la Russie que du président Poutine. De nombreux politologues ont estimé que l’homme politique américain avait outrepassé les règles de politesse qui existent dans les relations internationales. C’est aussi l’opinion du conseiller de l’Académie russe des sciences Vilen Ivanov :

La Russophobie est le mot qui caractérise le mieux tout ce qu’il fait ces derniers temps. Toutes ses déclarations et prises de position étaient l’expression même du ressentiment qu’il nourrit envers la Russie et de la volonté de la discréditer dans le monde.


Un autre John, cette fois MacCain se distingue par une critique au moins aussi virulente adressée à Moscou. Plus encore, ce sénateur républicain est également connu pour ses menaces directes. Il avait, par exemple, promis à la Russie « le scénario libyen » et au président russe « le sort de Mouammar Kadhafi ». MacCain cherche ainsi à se faire une popularité douteuse, estime Andreï Sidorov, directeur de la chaire des organisations internationales et des processus politiques mondiaux.

Le sénateur MacCain fait partie de l’aile d’extrême-droite des néoconservateurs. C’est un ancien de la guerre du Vietnam qui avait été abattu au-dessus de Hanoï par un missile russe. C’est sans doute pour cela qu’il nourrir un ressentiment à l’égard de la Russie. D’un autre côté, comme c’est un piètre législateur, il entretient sa popularité en faisant de la rhétorique antirusse. Cette position lui permet d’attirer une partie de l’électorat républicain.

En même temps, la Russie se gardera bien d’introduire des sanctions économiques contre les États-Unis, a déclaré le président Poutine à la réunion du Conseil de Sécurité. Que Moscou ait pris une position plus modérée, témoigne de sa sagesse, poursuit Vilen Ivanov :

Si nous renonçons à la réponse symétrique, c’est aussi une manifestation de notre sagesse parce que dans la situation actuelle cela ne contribuerait pas à assainir la situation internationale. C’est sans doute aussi la preuve que nous considérons les sanctions comme un ultime recours. En même temps, nous refusons d’appliquer la loi du Talion, ce qui montre que nous ne prenons pas les sanctions actuelles très au sérieux.

Le président Obama a signé entre-temps le décret qui permet de manier les sanctions pour frapper les secteurs-clés de l’économie russe. Le porte-parole du MAE russe Alexandre Loukachévitch a dit en réponse que l’introduction des sanctions antirusse obligerait la Russie à prendre « des mesures adéquates » à chaque démarche inamicale. 


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_03_22/Le-MAE-russe-renvoie-la-balle-aux-Etats-Unis-0758/

 

http://french.irib.ir/analyses/chroniques/item/318872-ukraine-quand-lavrov-renvoie-la-balle-aux-etats-unis.

 

Crimée : Paris, pris de panique !!

IRIB-Très remontée au début de la crise, la France semble réaliser les dangers qui pourraient menacer ses intérêts si la Russie coupait le gaz à l'Europe !

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a appelé Moscou et Kiev à engager un dialogue et la communauté internationale à apporter un soutien aux nouvelles autorités ukrainiennes, indique un communiqué diffusé samedi par le Quai d'Orsay. "Le dialogue politique doit s'engager entre l'Ukraine et la Russie, et la communauté internationale doit apporter son plein soutien au gouvernement de M. Iatseniouk dans la préparation des élections présidentielles du 25 mai, qui constituent une étape-clef vers la stabilisation et le redressement de l'Ukraine", lit-on dans le communiqué.Le chef de la diplomatie française a également souligné la nécessité de déployer immédiatement une mission d'observation de l'OSCE. La décision d'envoyer une telle mission en Ukraine a été adoptée vendredi par le Conseil permanent de l'OSCE. La mission comprendra 400 personnes et son mandat sera de six mois renouvelables.Les observateurs se rendront dans 10 villes ukrainiennes, dont Kiev.
http://french.irib.ir/info/international/item/318874-crim%C3%A9e-paris,-pris-de-panique
..

CRIMÉE Les Russes bernés par l'Otan

Pour comprendre la politique de Vladimir Poutine en Crimée, il faut se rappeler que, depuis 1990, les Occidentaux ont plusieurs fois élargi l'Otan à l'est de l'Europe, trahissant leur parole donnée.
Dessin de Dario Dessin de Dario
La Russie se défend pour la première fois depuis sa défaite dans la guerre froide, pour la première fois depuis la réunification de l'Allemagne sous le parapluie de l'Otan, et pour la première fois après un quart de siècle de trahisons de la part de l'Occident.

Voilà déjà dix ans que l'Otan est implantée à la frontière russe, dans les Etats baltes. En séparant la Crimée de l'Ukraine, la Russie entend aujourd'hui empêcher que sa flotte de la mer Noire se retrouve bientôt en zone Otan. Sérieusement, comment s'en étonner ?

C'est bien autre chose qui avait été promis, juré la main sur le cœur en 1990. Le 9 février, James Baker, le secrétaire d'Etat américain [de George Bush], avait assuré au réformateur [de l'Union soviétique] Mikhaïl Gorbatchev dans la salle Catherine II, haut lieu historique du Kremlin, que l'alliance occidentale n'étendrait "pas d'un pouce" son influence vers l'Est si Moscou acceptait que l'Allemagne réunifiée entre dans l'Otan.

Le lendemain, 10 février, Hans-Dietrich Genscher, le ministre des Affaires étrangères allemand, refit cette promesse à Edouard Chevardnadze, son homologue russe, comme l'a confirmé par la suite une note confidentielle du gouvernement allemand : "Nous sommes conscients que l'appartenance d'une Allemagne unie à l'Otan soulève des questions complexes. Mais une chose est sûre pour nous : l'Otan ne s'étendra pas à l'Est." Gorbatchev se souvient lui aussi que l'Otan était convenu de "ne pas s'étendre d'un pouce en direction de l'Est." Il a seulement commis une grave erreur : il a fait confiance à l'Occident et n'a pas fait mettre par écrit cette parole donnée.

Une menace directe pour la Russie

Les Polonais, les Tchèques et les Hongrois ont donc adhéré à l'Otan en 1999, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et les trois Etats baltes en 2004. Quatre ans plus tard, lors du sommet de l'Otan de Bucarest, ça a failli être le tour de l'Ukraine mais l'idée en est restée au stade de projet – Angela Merkel avait changé d'avis au dernier moment et appuyé sur la pédale de frein. Vladimir Poutine, qui était arrivé le dernier jour du sommet à Bucarest, avait mis en garde : "L'apparition d'un puissant bloc militaire à nos frontières sera considérée en Russie comme une menace directe pour notre sécurité."

Il ne faut pas oublier cela si on veut être honnête, pondéré dans son jugement et apte à comprendre la peur russe d'être encerclé. Poutine agit de façon rationnelle – il répond à la politique de puissance de l'Occident par une politique de puissance. Pour Angela Merkel, Poutine vit dans un autre monde. C'est vrai : le monde d'un homme trahi.

Il faut faire abstraction de la propagande entonnée dans les deux camps pour comprendre. Le virage à l'Ouest de l'Ukraine est l'avant-dernier chapitre de l'instauration d'un nouvel ordre européen après la chute de l'Union soviétique. Le dernier chapitre s'écrira en Biélorussie.

Nuire à Poutine

En proposant à Kiev un accord d'association, l'Union européenne, a, dans sa bêtise stratégique, obligé l'Ukraine à choisir entre l'Ouest et la Russie - et l'a ainsi écartelée. Quand l'autocrate Ianoukovitch a fini par refuser de signer, il a été renversé et l'accord pour un changement de pouvoir à Kiev conclu avec la participation de la Russie n'a pas tenu vingt-quatre heures. La Russie s'est à nouveau sentie trahie, elle a jugé que l'Ukraine était perdue et a mis la main sur la Crimée, que Khroutchev avait offerte à l'Ukraine en 1954, à l'époque soviétique.

Depuis, Kiev met ouvertement le cap sur l'Otan. Le parti de Ioulia Timochenko, au pouvoir, a annoncé son intention d'adhérer à l'Alliance atlantique, et Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan, déclare  vouloir "intensifier le partenariat avec l'Ukraine".

Les jeux sont faits, la question n'est plus que de savoir qui a l'air le plus défait. Et ce sont les Russes, car ils n'ont pas le sens de l'esthétique politique. Il est facile de les faire apparaître comme des brutes épaisses. Les Etats-Unis profitent de l'occasion pour se venger de la fuite à Moscou d'Edward Snowden et l'Otan, qui a bombardé la Serbie en violation du droit international et la Libye sur des bases juridiques douteuses, dénonce avec un pathos hypocrite l'occupation illégale de la Crimée.

Si l'Occident cherchait une solution juste, il aurait organisé un référendum sous contrôle international au lieu d'en laisser organiser un sous le contrôle des armes russes ; peut-être qu'une grande majorité se serait prononcée en faveur d'une plus grande autonomie au sein de l'Ukraine. Mais il ne s'agit pas ici du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Il s'agit d'instaurer un nouvel ordre à l'Est et de nuire à Poutine
http://www.courrierinternational.com/article/2014/03/20/les-russes-bernes-par-l-otan

Golan : Assad évacue-t-il ses missiles ?!!

IRIB- c'est le journal saoudien Al Watan qui le prétend : " Assad a transféré ses missiles de moyenne portée au Liban où ils sont entre les mains du Hezbollah et ce depuis les récentes évolutions sur les hauteurs du Golan. outre les missiles de moyenne portée, le Hezbollah a fait l'acquisition d'autres équipements ", poursuit le journal. "Les tensions au Golan" ont été provoquées après l'attaque contre une patrouille des militaires sionistes qui s'est soldée par la mort d'un officier israélien. le région sioniste a par la suite lancé ses avions à l'assaut des positions syriennes au Golan et menacé de reproduire ses frappes à l'avenir.
Les spécialistes évoquent de leur côté l'ouverture d'un nouveau front Syrie/Hezbollah contre Israël au Golan, ce dont craint le régile sioniste. Le chef d'état major sioniste dit avoir peur de ce que Assad s'implique directement dans toute confrontation future entre le Hezbollah et Israël .
http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/318873-golan-assad-%C3%A9vacue-ses-missiles
.
jeudi 20 mars 2014

Un article de 2008 évoquait déjà la stratégie du chaos qui serait appliquée en Ukraine par l'administration Obama



Cet article est une pièce compromettante de plus au puzzle qui évoque les ambitions de l'administration Obama d'intégrer l'Ukraine à l'Union Européenne, à l'OTAN et se servir de la Crimée comme une base militaire avancée. Ce qui est particulièrement intéressant est que cet article date du 26 Décembre 2008. De la même manière que Roland Dumas confiait l'année dernière qu'une intervention en Syrie était déjà évoquée par les anglais avant même que les premières événements sur place n'aient eu lieu, cet article révèle que cette intervention a également été voulue depuis bien longtemps. N'étant pas russophone, il s'agit d'une traduction perfectible. Les passages soulignés en particulier sont à préciser.  S'il y a des russophones...Fawkes

Dans le cadre du mandat du président américain Barack Obama en Crimée sera mis en œuvre un scénario de conflit armé. " C'est le scénario américain, et sous Obama la probabilité est beaucoup plus élevé que sous McCain, " - a déclaré lors d'une table ronde à Kiev , le politologue russe Andreï Okara, dit "New Region".

L'Expert explique: «  Quand il a été annoncé la liste de l'équipe Obama, il était clair qu'il s'agissait de gens dont l'engagement professionnel était voué à Wall Street. Ces personnes sont engagées dans une stratégie appelée " Stratégie du chaos contrôlé ."


Selon Okara , après le "chaos controlé" en Géorgie en premier lieu, devait venir l'Ukraine, à savoir - la Crimée. " C'est un point d'incendie, qui provoque des conflits mondiaux qui peuvent dégénèrer en une guerre mondiale, ce qui malheureusement, est l'un des scénarios, la mise en œuvre de qui, au moment du réel " - dit l'analyste .



Son collègue de l'Institut ukrainien de Russie Andrey Blinov est d'accord sur le fait que la Russie n'a pas intérêt dans un tel conflit . " Quand les gens parlent de la guerre de Crimée ou dans le hameau Saint-Michel, je crois que ce scénario est marginal . Une question participation économique plus active du capital russe est très probable . Mais cela dépend de quand la crise est terminée . Si en 2010 , tandis que la Russie sera beaucoup plus faible , " - dit l'expert .

Les Ambitions américaines envers la Crimée sont confirmés et signés récemment dans la Charte ukraino-américaine sur le partenariat stratégique. La Charte prévoit la reconnaissance inconditionnelle de la souveraineté de l'Ukraine et de son intégration dans l'OTAN, l'augmentation de la présence américaine en Crimée et d'autres formes de coopération. L'ambassadeur américain William Taylor à Kiev, cependant, a rassuré : «La Charte n'oblige pas l'une des deux parties à aider par des moyens militaires. " Et il a ajouté , si les limites ne sont pas respectées , " nous allons nous rencontrer et discuter de nos prochaines étapes . "


Dans la deuxième partie de l'étude consacrée à la défense et à la sécurité, a déclaré l'intérêt des deux pays à " une forte, indépendante , Ukraine démocratique " , dont l'intégration dans les structures européennes " est une priorité mutuelle . " Cette section rappelle que l'Ukraine va rejoindre l'OTAN. En attendant, " reconnaissant la menace mondiale à la stabilité dans le monde,  l'Ukraine et les Etats-Unis vont renforcer leur coopération en matière de défense et de sécurité, " - a déclaré l'ambassadeur . En outre, Taylor a mentionné des mesures concrètes pour améliorer le niveau de formation et des fournitures militaires pour les forces armées ukrainiennes .


La cinquième section est consacrée à l' élargissement des contacts et de la coopération dans le domaine de la culture des droits : l'Ukraine, de la façon suivante à partir du texte ( tel que présenté par Taylor ) " , se félicite de l' intention des États-Unis d'accroître sa présence diplomatique en Crimée. " Une présence formelle sur la péninsule est toujours en discussion ", mais il peut être une structure de certaines fonctions consulaires . "


Le document fait également référence à l'appui de Kiev contre Moscou pour retirer la flotte russe de la mer Noire en Crimée .


Le fait que la Crimée est le terrain le plus prometteur pour la déstabilisation au bénéfice des Américains et de Kiev, les observateurs disent que cela ne se produira pas les premier mois. Périodiquement apparaîtront dans les médias divers scénarios par lesquels les ukrainiens " démocrates " tenteront de faire sauter cette " poudrière " et adresser des revendications à la Russie. Les Penchants activistes pro-russes de la péninsule (comme tenter de récupérer la Crimée à la Russie par le tribunal ) en même temps sévèrement punis , mais pour compléter la victoire sur SBU «dissidents» , à en juger par les nombreux symptômes, très loin.


Les Provocations ciblant la Crimée "ne peuvent pas vraiment être évités, nous sommes convaincus. Les États-Unis se préparent à lancer une offensive à l'est ( visant, bien sûr, la Russie) , mais d'abord ils ont besoin de briser la Crimée, indique un ex-membre pro-russe du Parlement de Crimée, Verkhovna Rada adjoint de Leonid Gratch. Il est prévu pour l'année prochaine d'ouvrir un bureau de représentation des États-Unis à Simferopol.


De fait, l'Ukraine est l'objet de l'attention du nouveau président des États-Unis, ont indiqué précédemment les analystes. Obama veut contrebalancer l'influence de la Russie en Ukraine, a déclaré l'analyste politique Sergueï Taran : " Au départ, les Ukrainiens pourraient être négligés par les Etats-Unis, car Obama sera occupé par des problèmes internes aux Etats- Unis, mais les efforts à long terme des Etats-Unis feront que Barack Obama recherchera à étendre son autorité en Europe, et dans le long terme, la nouvelle administration américaine accordera une attention particulière à l'Ukraine , qui pourrait être un contrepoids à la Russie dans la région, et dans l'avenir - même contrebalancer la vieille Europe, la Pologne moderne est un exemple".


Ukraine restera pour les États-Unis une dissuasion pour la Russie, indique l'analyste politique ukrainien Andrei Yermolaev. Selon lui, l'Ukraine  a été et demeure l'objet instrumental qui est utilisé par la politique américaine dans une stratégie plutôt cynique.



La plupart des " visionnaire " déjà difficile à répéter pour le combat à venir Crimée : de l'opéra - qui s'est tenue récemment à Kiev de poste de commandement sur ​​les «actions volontaires unités sur le théâtre des opérations de Crimée après l'agression militaire russe . " Organisateurs réjouissances ( Comité de salut national , qui comprend la partie " Fraternité " et " Forces nouvelles " et l'association " Fraternité du Nord " ) font valoir que le conflit entre l'Ukraine et la Russie , qui se tiendra au plus tard en 2011 , la totalité de la charge de la résistance sera être sur les organismes bénévoles . Scénario Campagne état-major général des forces armées a déjà été élaboré , que les " rôlistes " .

Source:

http://www.utro.ru/articles/2008/12/26/789711.shtml

Traduction:

Fawkes News
http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/03/un-article-de-2008-evoquait-deja-la.html#more
.
.

Crimée, mémoires et passions

sebastopol_hero22-e7994.jpg


Ukraine, le retour de la guerre froide?


Crimée, mémoires et passions



C'est ainsi qu'a été intitulée l'émission de la RTS du 4 mars dernier, Infrarouge, pour évoquer la crise ukrainienne.


A Moscou, lors d'une table ronde télévisée consacrée à la Crimée*, plutôt que d'aborder le sujet sur un plan purement politique sinon polémique, nous avons tenté de comprendre en quoi et pourquoi la situation en Crimée mobilisait tant de passions.


Certes, les relations entre les peuples et leurs diverses origines n'y sont pas pour rien mais ce qui lie la France -sinon l'Occident- à la Crimée?


Bien des aspects de leurs relations subsistent, plus discrets mais non moins réels pour autant.

Ils se rappellent au gré d'oeuvres littéraires, de lieux ou de monuments et illustrent en quoi les mémoires demeurent sensibles et impliquées.

 

http://french.ruvr.ru/2014_03_11/France-Crimee-une-histoi...

http://www.infrarouge.ch/ir/2075-ukraine-retour-guerre-fr...
.

Partager cet article

Repost 0
Published by eva r-sistons - dans Guerres futures - mondiale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'eva R-sistons
  • Le blog d'eva R-sistons
  • : Géopolitique, Politique, Médias. Le blog d'une journaliste écrivain opposée aux guerres, administratrice de R-sistons à l'intolérable. Articles de fond, analyses, conseils pratiques, résistance, dénonciation de la désinformation. Blog engagé d'une humaniste pacifiste, gaullienne de gauche, croyante, citoyenne du monde universaliste. Et attachée à l'indépendance nationale !
  • Contact

Profil

  • eva r-sistons
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)
  • Divorcée, père origine bordelaise, mère russe. Licenciée es-lettres modernes, diplômée Ecole de Journalisme. Journaliste-écrivain. Carrière: Presse écrite, radio, TV, et productrice d'émissions. Auteur de plusieurs ouvrages (Hachette etc)

Recherche

Archives